Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/01/20 | Bordeaux: Le Passeport Escales se jette à l'eau

    Lire

    Levez les amarres ! Le Passeport Escales organise sa journée annuelle jeudi 30 janvier prochain, de 10h15 à 16h30 à Bordeaux, au Village By CA Aquitaine (11 Cours du 30 Juillet). L’occasion de découvrir ce passeport en partenariat avec Atout Port, qui offre des nuits d’escales gratuites dans des ports de toute l’Europe. Pour assister à cette journée animée par Claire Saphore responsable filière mer et tourisme Crédit Agricole et Marina Le Corguillé, directrice du développement Atout Ports, réservation obligatoire à claire.saphore@ca-aquitaine.fr

  • 28/01/20 | Michelin : moisson d'étoiles en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le palmarès de l'édition 2020 du guide Michelin a été dévoilé ce lundi à Paris. Christopher Coutanceau, chef rochelais, y obtient une troisième étoile et vient ainsi côtoyer Michel Guérard et ses "Prés d'Eugénie". Au total, en Nouvelle-Aquitaine, dix nouveaux restaurants se voient décerner une première étoile dont trois à Bordeaux, un à Biarritz (Alexandre Bousquet) et un duo à Saintes (Jérôme Dallet et Coralie Le Diraison). Avec son restaurant du Pyla-sur-Mer "Le Skiff Club", le chef Stéphane Carrade, lui, gagne une deuxième étoile.

  • 28/01/20 | Rentrée sportive pour les jeunes de l'antenne catamaran Royan Atlantique

    Lire

    Après un début d'hiver au repos, retour à l'entraînement pour les jeunes navigateurs du Pôle d’Entraînement Régional Royan Atlantique. Les sportifs de 11 à 18 ans remonteront sur leurs bicoques le mercredi 29 janvier à 16h30 à la base nautique de Saint-Georges-de-Didonne. En plus de cette antenne catamaran, la Nouvelle-Aquitaine compte cinq autres pôles régionaux avec Claouey, Arcachon, Hourtin, Lacanau et La Rochelle.

  • 28/01/20 | En Dordogne, le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 4 % sur un an

    Lire

    La Dordogne a vu son nombre de chômeurs de catégorie A (sans emploi) baisser de 1,4 % au 4e trimestre 2019, soit 270 chômeurs de moins sur l'ensemble du département entre le 3e et le 4e trimestre. Sur un an, la baisse du chômage en Dordogne est de 4%. On compte aujourd'hui 19 440 demandeurs d'emploi. En ce qui concerne les demandeurs d'emploi qui sont inscrits à Pôle Emploi sans activité ou avec une activité partielle (catégories A,B,C) la baisse est de 1,6% au quatrième trimestre 2019 et 3,7% sur un an.

  • 27/01/20 | Coronavirus : le patient bordelais dans un état "stable"

    Lire

    L'équipe médicale du CHU a fait le point sur l'état de santé du patient atteint du coronavirus hospitalisé à Bordeaux, jugé "stable". Selon les responsables, six personnes ayant été en contact avec l'homme de quarante-huit ans admis à l'hôpital vendredi sont actuellement sous surveillance. Parmi elles, quatre personnes (deux mères de famille et deux enfants en bas-âge) présentent "un risque plus important" car elles ont été en contact avec le patient dans le même cabinet de consultation. Les deux adultes sont en confinement à domicile pendant quatorze jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Grand débat : les artisans apportent leur "pierre"

05/04/2019 | Le réseau des Chambres de Métier et d'Artisanat a contribué au grand débat par la demande de "14 mesures prioritaires". Certaines sont floues, d'autre moins....

CMA

Ce jeudi 4 avril, le président national des chambres de métiers, Bernard Stalter, lors d'un déplacement à Bordeaux pour une réunion inter-chambres, n'a pas manqué de pousser à nouveau un coup de gueule sur l'impact des mouvements sociaux qui agitent la France depuis 20 semaines pour les artisans et commerçants. En Nouvelle-Aquitaine, ces derniers peuvent bénéficier dès cette semaine d'un fonds de soutien (de 2,6 millions d'euros). Mais les espoirs et le sentiment d'injustice que suscite le grand débat, dont les premières restitutions sont attendues ce lundi, restent tenaces pour les chambres consulaires, qui comptent pourtant bien y contribuer.

Heure de vérité

Ce lundi sera la première heure de vérité pour le grand débat national : après une "campagne" démarrée en janvier dernier, les premières restitutions sont attendues en début de semaine, avant une déclaration du Premier ministre à la tribune de l'Assemblée et un débat sans vote, qui précèdera des premières décisions à la mi-avril au plus tôt. En parallèle, les évènements s'enchaînent du côté des collectivités territoriales de Nouvelle-Aquitaine (comme dans d'autres régions). Ce mercredi, elles ont voté la mise en place d'un fonds de soutien de 2,6 millions d'euros à destination des commerçants et artisans touchés par le mouvement des gilets jaunes. Les pertes d'activité de ces derniers ont été estimées (selon différents sondages notamment issus des chambres consulaires) entre 20 et 50% les samedis dans certains secteur à Bordeaux et en Gironde, environ 20% pour la Nouvelle-Aquitaine. Si les critères d'attribution de ces aides sont déjà discutées, les professionnels ont jusqu'au 30 juin pour déposer leur dossier. "Le gouvernement a annoncé une extension de mesures d'aides, mais rien en ce qui concerne la perte du chiffre d'affaire au niveau national", déplore-t-on du côté de la chambre consulaire. 

Le gang des 14

Pour autant, le climat incertain n'a pas manqué de faire réagir le réseau national des Chambres de Métiers et de l'Artisanat. Ce jeudi, une réunion s'est tenue à l'Institut des Métiers et de l'Artisanat, en présence notamment du Président de CMA France, Bernard Stalter, qui n'a pas manqué d'exprimer à de multiples reprises son exaspération face aux pertes financières et aux différentes remontées de terrain des artisans et commerçants nationaux. "Il faut que ça cesse, les artisans voient rouge", a-t-il répliqué lors d'un échange avec la presse. Les chambres nationales ont, depuis le 24 janvier, organisé une trentaine de grands débats sur tout le territoire.

En sont ressorties quatorze "mesures prioritaires pour permettre aux artisans de vivre de travailler dignement". Parmi ces mesures, on trouve notamment la nécessité d'une "protection systématique du patrimoine personnel du chef d'entreprise individuelle" via la création d'un statut unique et progressif, la fin de l'impôt sur les bénéfices réinvestis dans les entreprises soumises à l'impôt sur le revenu (soit environ 50% des 1,3 millions d'artisans en France) ou l'augmentation du nombre d'entreprises élligibles à la prime d'activité (avec un plafond réhaussé de 32 à 70 000 euros). "Aujourd'hui, il existe un acte notarié permettant la protection des biens, ce sont des mécanismes qui protègent le patrimoine. Mais il faudrait garantir un traitement équitable aux micro-entreprises avec un statut limité dans le temps. Une micro-entreprise, ça n'embauche pas, ça ne forme pas et ça ne valide pas ses trimestres. On est assis sur une bombe sociale", n'a pas hésité à assurer le président de CMA France. Dans les faits, un artisan sur dix gagne moins de 480 euros, un sur quatre moins de 1100 euros et la moitié moins de 2290 euros.

Doléances et espérances

Si elles paraissent clairement faire figure d'un cahier de doléances parmi beaucoup d'autres, certaines de ces mesures sont plus concrètes que d'autres. C'est notamment le cas pour ce qui est de la revitalisation des coeurs de ville : les Chambres des métiers souhaitent une extension des zones de redynamisation rurales, un plan national en faveur du maintien "et du renforcement de l'artisanat de proximité dans les centres-bourgs" ("sans y intégrer les Carrefour Market...") et un "dispositif d'aide à la modernisation des locaux et des équipements des entreprises artisanales". Surtout, les responsables CMA parlent d'un climat délétère qui s'accentue, avec "des prises de décision se reportent, des contrats qui étaient plus ou moins signés et des clients qui décident d'attendre. La complexité, c'est qu'on ne peut pas remplacer sur le moment ce qui est perdu. On refuse de licencier des gens qu'on a formés et qui sont polyvalents, on est pris dans un étau qu'on n'arrive pas à surmonter par rapport à la question du licenciement", affirme pour sa part Nathalie Gauthier, présidente de la CMA des Deux-Sèvres.

L'autre plainte, c'est celle de ne pas être entendu. "Nous représentons 30% de l'Économie française, pourquoi Mr Macron ne ferait pas avec nous ce qu'il a fait en allant rencontrer les maires, les enfants ou d'autres corps de métiers ?", dénonce ainsi Bernard Stalter. Se considérant comme particulièrement impactés économiquement, les représentants des artisans redoutent une deuxième lame dans les mois qui viennent, même si les chiffres de chômage partiel sont encore aujourd'hui largement discutables. "L'argent, c'est une chose, mais si l'on ne créé pas derrière ce choc de confiance, ce plan anti-morosité, on met juste un sparadrap. Si on ne travaille pas tous ensemble sur cette vision positive de la profession, on passera à côté de quelque chose". La série de proposition des chambres de l'artisanat devra attendre, comme toutes les autres contributions, le déclic d'une série de mesures annoncées à de multiples reprises comme "concrètes", mais qui suscitent encore un vif scepticisme, y compris dans l'hémicycle où les restitutions ont récemment fait l'objet d'un éclairage clairsemé. Les attentes, elles, ne font en tout cas l'objet d'aucun doute. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3265
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !