Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

18/07/19 : Le 2 Juillet dernier, la Fondation Poitiers Université a élu Marc Bonassies, directeur départemental de la Banque Populaire Val de France, comme Président. Il succède à Roger Belot, président de la Fondation depuis juillet 2015.

18/07/19 : La ville de Biarritz vient d’être condamnée par le tribunal de Pau à verser 1730 € au Comité de Liaison du Camping-car. En cause: 15 panneaux d’interdiction de stationnement pour les camping-cars. Déjà désavouée, elle avait un mois pour les retirer

18/07/19 : Nouvelle mesure de restriction d’irrigation sur le bassin du Clain. En effet, les prélèvements d’eau en rivière destinés à l’irrigation agricole, rattachés à la borne de Vouneuil-sous-Biard, seront interdits à partir de 8 h, ce vendredi 19 juillet.

17/07/19 : Ce vendredi 19 juillet à 11 h, dans l’hémicycle de l’Hôtel du Département à Agen, une session spéciale se tiendra lors de laquelle les élus départementaux se prononceront sur le lancement d’un budget participatif citoyen et sa mise en oeuvre.

17/07/19 : CAN 2019. Dans le cadre de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations, qui verra s'opposer vendredi soir le Sénégal à l'Algérie, et afin d'éviter tout débordement, la Ville d'Agen fermera les principaux axes de circulation entre 20h et 2h du matin.

17/07/19 : La Cité du Vin réduit ses tarifs! Les porteurs de la Carte Jeune de Bordeaux Métropole bénéficient dorénavant de 20 % de réduction pour le porteur de la carte, et également pour l'accompagnant adulte quand le porteur a moins de 16 ans.

17/07/19 : Marc Médeville, succéde à Bernard Farges à la tête des Bordeaux et Bordeaux supérieurs avec 2 priorités de mandat: la reconquête des parts de marché auprès des professionnels et l'inscription de 100% des AOC dans des démarches environnementales.

17/07/19 : Elizabeth Borne nommée ministre de la transition écologique va cumuler ce poste avec celui des Transports qu'elle occupait déjà mais sans rang de ministre d'Etat comme son prédécesseur François de Rugy.

16/07/19 : L'allemande Ursula Von der Leyen a été élue ce 16 juillet présidente de la Commission européenne à une courte majorité - 383 voix sur 747 membres - par le parlement de Strasbourg après un discours où elle avait annoncé un « green deal » pour l'Union.

16/07/19 : Le maire de Cenon sur la rive droite de Bordeaux qui s'oppose à l'occupation illégale du parc du Loret par quelques 200 caravanes "évangélistes" de passage s'est vu notifier l'obligation préfectorale d'accepter leur présence jusqu'au 24 juillet.

16/07/19 : Elections municipales 2020: ce sera les 15 et 22 mars a fait savoir le ministère de l'intérieur ce 16 juillet avec comme date limite de dépôt des candidatures le 27 février.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/07/19 | Le Phare de Cordouan élu phare de l'année

    Lire

    En attendant la décision de l'Unesco sur son éventuel classement au patrimoine mondial, le Phare de Cordouan a été élu "phare de l'année" par l'association internationale de la signalisation maritime". Ce trophée purement symbolique a été remis ce jeudi à la présidente du Syndicat mixte pour le développement durable de l'estuaire de la Gironde (SMIDDEST) Françoise de Roffignac, par la nouvelle préfète de région Fabienne Buccio. De quoi patienter en attendant le verdict de l'Unesco, dans un an.

  • 18/07/19 | Emmaüs Gironde réintégrée

    Lire

    Le tribunal de grande instance de Bobigny vient d'annuler les décisions de l'assemblée générale d'Emmaüs France du 23 mai actant l'exclusion d'Emmaüs Gironde face à ce que l'instance nationale dénonçait comme une "gestion opaque". "Le tribunal considère que les conditions d'exclusion n'ont pas été régulières et que l'importance des manquements d'Emmaüs France dans le traitement de ce dossier, a porté préjudice à l'image d'Emmaüs Gironde et à sa crédibilité sur le territoire", a ainsi souligné l'avocat d'Emmaüs Gironde, maître Galinat. Un administrateur judiciaire a été demandé, la décision doit être rendue le 29 juillet prochain.

  • 18/07/19 | Une AMAP arrive à Ludon-Médoc

    Lire

    En Gironde, des "consomacteurs" de Ludon et du Pian adhérents de l’AMAP de Parempuyre ont décidé d’en ouvrir une nouvelle à Ludon-Médoc. Grâce à la mise à disposition d’un local par la Mairie de Ludon ainsi qu’au soutien des maraîchers eysinais Aurore et Philippe Sournac, l’AMAP a pu voir le jour. L’objectif est de rassembler des agriculteurs et les consommateurs. Deux réunions d’information vont avoir lieu à cet effet ; une le 22 juillet à Ludon et une le 24 juillet au Pian.

  • 18/07/19 | Les Jeudis de l'océan de Biarritz proposent six soirées gratuites

    Lire

    Depuis quelques années, pendant l'été, Biarritz Evénement propose des spectacles gratuits diurnes - à partir de 18 heures- et nocturnes dans les Jardins de la Cité de l'Océan, au sud de la ville quartier Ilbarritz. Six sont programmés à partir de ce soir et jusqu'au 29 août. Danse, chansons, films en constituent le menu. Le 16 août sera dédié au 50e anniversaire du Festival de Woodstock et le répertoire des chansons mythiques du Flower Power. Ce soir, la Biarritz Dance School et le Léon Newars show. Sur fond de coucher de soleil….

  • 18/07/19 | "AVC tous concernéS" sur les plages de NA

    Lire

    Du 21 au 27 juillet, "AVC tous concernéS" mène une action de prévention des AVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine baptisée "#MinibusAVC sur les plages de Nouvelle-Aquitaine pour prévenir les AVC auprès des vacanciers". Ainsi, de 10h à 17h le 21 jt à Saint-Trojan (17), le 22 jt à Lacanau (33), le 23 jt à Lège-Cap-Ferret (33), le 24 jt à Arcachon (33), le 25 jt à Mimizan (40) le 26 jt à Moliets-Plage (40) et le 27 jt à Anglet (64).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Grand débat : les artisans apportent leur "pierre"

05/04/2019 | Le réseau des Chambres de Métier et d'Artisanat a contribué au grand débat par la demande de "14 mesures prioritaires". Certaines sont floues, d'autre moins....

CMA

Ce jeudi 4 avril, le président national des chambres de métiers, Bernard Stalter, lors d'un déplacement à Bordeaux pour une réunion inter-chambres, n'a pas manqué de pousser à nouveau un coup de gueule sur l'impact des mouvements sociaux qui agitent la France depuis 20 semaines pour les artisans et commerçants. En Nouvelle-Aquitaine, ces derniers peuvent bénéficier dès cette semaine d'un fonds de soutien (de 2,6 millions d'euros). Mais les espoirs et le sentiment d'injustice que suscite le grand débat, dont les premières restitutions sont attendues ce lundi, restent tenaces pour les chambres consulaires, qui comptent pourtant bien y contribuer.

Heure de vérité

Ce lundi sera la première heure de vérité pour le grand débat national : après une "campagne" démarrée en janvier dernier, les premières restitutions sont attendues en début de semaine, avant une déclaration du Premier ministre à la tribune de l'Assemblée et un débat sans vote, qui précèdera des premières décisions à la mi-avril au plus tôt. En parallèle, les évènements s'enchaînent du côté des collectivités territoriales de Nouvelle-Aquitaine (comme dans d'autres régions). Ce mercredi, elles ont voté la mise en place d'un fonds de soutien de 2,6 millions d'euros à destination des commerçants et artisans touchés par le mouvement des gilets jaunes. Les pertes d'activité de ces derniers ont été estimées (selon différents sondages notamment issus des chambres consulaires) entre 20 et 50% les samedis dans certains secteur à Bordeaux et en Gironde, environ 20% pour la Nouvelle-Aquitaine. Si les critères d'attribution de ces aides sont déjà discutées, les professionnels ont jusqu'au 30 juin pour déposer leur dossier. "Le gouvernement a annoncé une extension de mesures d'aides, mais rien en ce qui concerne la perte du chiffre d'affaire au niveau national", déplore-t-on du côté de la chambre consulaire. 

Le gang des 14

Pour autant, le climat incertain n'a pas manqué de faire réagir le réseau national des Chambres de Métiers et de l'Artisanat. Ce jeudi, une réunion s'est tenue à l'Institut des Métiers et de l'Artisanat, en présence notamment du Président de CMA France, Bernard Stalter, qui n'a pas manqué d'exprimer à de multiples reprises son exaspération face aux pertes financières et aux différentes remontées de terrain des artisans et commerçants nationaux. "Il faut que ça cesse, les artisans voient rouge", a-t-il répliqué lors d'un échange avec la presse. Les chambres nationales ont, depuis le 24 janvier, organisé une trentaine de grands débats sur tout le territoire.

En sont ressorties quatorze "mesures prioritaires pour permettre aux artisans de vivre de travailler dignement". Parmi ces mesures, on trouve notamment la nécessité d'une "protection systématique du patrimoine personnel du chef d'entreprise individuelle" via la création d'un statut unique et progressif, la fin de l'impôt sur les bénéfices réinvestis dans les entreprises soumises à l'impôt sur le revenu (soit environ 50% des 1,3 millions d'artisans en France) ou l'augmentation du nombre d'entreprises élligibles à la prime d'activité (avec un plafond réhaussé de 32 à 70 000 euros). "Aujourd'hui, il existe un acte notarié permettant la protection des biens, ce sont des mécanismes qui protègent le patrimoine. Mais il faudrait garantir un traitement équitable aux micro-entreprises avec un statut limité dans le temps. Une micro-entreprise, ça n'embauche pas, ça ne forme pas et ça ne valide pas ses trimestres. On est assis sur une bombe sociale", n'a pas hésité à assurer le président de CMA France. Dans les faits, un artisan sur dix gagne moins de 480 euros, un sur quatre moins de 1100 euros et la moitié moins de 2290 euros.

Doléances et espérances

Si elles paraissent clairement faire figure d'un cahier de doléances parmi beaucoup d'autres, certaines de ces mesures sont plus concrètes que d'autres. C'est notamment le cas pour ce qui est de la revitalisation des coeurs de ville : les Chambres des métiers souhaitent une extension des zones de redynamisation rurales, un plan national en faveur du maintien "et du renforcement de l'artisanat de proximité dans les centres-bourgs" ("sans y intégrer les Carrefour Market...") et un "dispositif d'aide à la modernisation des locaux et des équipements des entreprises artisanales". Surtout, les responsables CMA parlent d'un climat délétère qui s'accentue, avec "des prises de décision se reportent, des contrats qui étaient plus ou moins signés et des clients qui décident d'attendre. La complexité, c'est qu'on ne peut pas remplacer sur le moment ce qui est perdu. On refuse de licencier des gens qu'on a formés et qui sont polyvalents, on est pris dans un étau qu'on n'arrive pas à surmonter par rapport à la question du licenciement", affirme pour sa part Nathalie Gauthier, présidente de la CMA des Deux-Sèvres.

L'autre plainte, c'est celle de ne pas être entendu. "Nous représentons 30% de l'Économie française, pourquoi Mr Macron ne ferait pas avec nous ce qu'il a fait en allant rencontrer les maires, les enfants ou d'autres corps de métiers ?", dénonce ainsi Bernard Stalter. Se considérant comme particulièrement impactés économiquement, les représentants des artisans redoutent une deuxième lame dans les mois qui viennent, même si les chiffres de chômage partiel sont encore aujourd'hui largement discutables. "L'argent, c'est une chose, mais si l'on ne créé pas derrière ce choc de confiance, ce plan anti-morosité, on met juste un sparadrap. Si on ne travaille pas tous ensemble sur cette vision positive de la profession, on passera à côté de quelque chose". La série de proposition des chambres de l'artisanat devra attendre, comme toutes les autres contributions, le déclic d'une série de mesures annoncées à de multiples reprises comme "concrètes", mais qui suscitent encore un vif scepticisme, y compris dans l'hémicycle où les restitutions ont récemment fait l'objet d'un éclairage clairsemé. Les attentes, elles, ne font en tout cas l'objet d'aucun doute. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2440
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !