12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Guillaume Pépy: "La Nouvelle-Aquitaine est le plus grand chantier ferroviaire d'Europe"

24/11/2016 | Le Président de la SNCF était à Bordeaux pour « voir comment le groupe peut être davantage au service de cette grande région ». L'occasion d'évoquer les dossiers régionaux.

Guillaume Pépy, Président de la SNCF. Derrière lui Philippe Bru, Directeur régional SNCF Mobilités et Alain Autruffe, Directeur régional SNCF Réseau

Guillaume Pépy, le Président de la SNCF était présent à Bordeaux pour deux jours avec un programme chargé. Au menu succession de débats et rencontres avec les acteurs sociaux professionnels de la région, mais aussi le Préfet de région, les étudiants de Sciences po, des start-ups, association de consommateurs, et la presse qu'il a rencontré à son arrivée dans la capitale régionale au côté des responsables régionaux des quatre activités de la SNCF : Alain Autruffe, Directeur régional de SNCF réseaux, Philippe Bru, Directeur régional SNCF mobilités, Philippe Brasselet, Délégué régional Arc Ataltique et Sud de SNCF Logistics et enfin Hervé Lefebvre, Directeur général de Kéolis Bordeaux, filiale de la SNCF sur les transports urbains. L'occasion de faire le point sur les sujets régionaux qui occupent le groupe.

Alors que se tenait ce mercredi à Bordeaux, un Salon de l'emploi et des métiers de la SNCF proposant 400 offres d'emploi sur le territoire régional, Guillaume Pépy, rappelle que le groupe en Nouvelle-Aquitaine compte « 17 000 salariés, ce qui en fait un des premiers employeurs régionaux ». Autres chiffres valorisant le poids du groupe en Nouvelle-Aquitaine : « Chaque année, on achète pour 370M€ auprès de 2930 entreprises de la région qui, pour la moitié d'entre elles, sont des PME ». L'introduction du PDG est claire, le groupe SNCF compte dans la région... et vice-versa. En effet, la Nouvelle-Aquitaine est la première région de France en matière de chantiers ferroviaires.

"Grand coup de chapeau à la Région pour son investissement ferroviaire"
Si la LGV Tours-Bordeaux occupe beaucoup les esprits, « SNCF Réseaux en Nouvelle-Aquitaine, comptabilise depuis 2 ans deux fois plus de mise en service de lignes que sur une année normale », souligne Alain Autruffe citant l'exemple de la réouverture d'Oloron-Bedous en juin dernier, du triangle des échoppes à Pessac en décembre, ou encore la ligne de fret capillaire du Bec d'Ambes cet été... Une forte tension pour le groupe qui ne s'arrêtera pas après la livraison de la LGV ajoute-t-il : « nous n'aurons pas de repos car le reste du réseau vieillit, et de nombreux et importants travaux de régénération de lignes sont à venir ». Et de citer par exemple : Bordeaux-Hendaye qui doit être entièrement rénovée ou encore la « POLT » reliant Poitiers-Orléans-Limoges-Toulouse dont la régénération devrait s'étaler sur 10 ans, pour un coût total d'un milliard d'euros. « Le contrat de plan Etat Région contient déjà quant à lui 41 projets de chantier sur les lignes régionales pour plus d'un milliard d'euros inscrits », rappelle également le Directeur régional de SNCF réseau. Autre chantier d'importance, et là encore, le plus important de France dans sa catégorie : les 14 chantiers menés et 200 M€ investis sur la Gare Saint-Jean depuis 2014 en vue d'accueillir la LGV.
Autant de travaux qui ne sont pas sans conséquences sur le trafic des TER dont les retards sont régulièrement incriminés par la Région, autorité organisatrice de ces « trains du quotidien ». « Sur la gare par exemple, les travaux nous ont obligés à condamner 2 voies... on ne peut pas mener de chantiers sans qu'il y ait un minimum d'impact sur la circulation des trains... » justifie volontiers Guillaume Pépy. Pour autant, fair-play malgré les critiques régulières des élus régionaux à ce sujet, le Président de la SNCF, ne tarit pas d'éloge sur « l'effort énorme du Conseil régional et des élus en faveur du train et de la mobilité. Je tire un grand coup de chapeau à la région pour son investissement ferroviaire, qui ainsi prépare l'avenir. » et de citer : « les 69 nouveaux TER, les 700M€ mis par la Région dans le cadre du contrat de plan Etat-Région, la participation financière a beaucoup de projets dont la gare, les ateliers de maintenance TGV et TER, dont ce dernier a été financé à 100% par la Région, etc. » Il poursuit : « ici il y a un énorme niveau d'ambition sur le transport ferroviaire et collectif, c'est un choix fort, mais de temps en temps c'est frustrant, car le réseau a vieilli et il y a des travaux partout... La qualité attendue, ne peut pas être là du jour au lendemain, il y a une question de temps nécessaire. La Nouvelle-Aquitaine, c'est globalement le plus grand chantier ferroviaire de France, mais on en a pour environ 10 ans pour que le réseau rajeunisse... ».

"La LGV vers Dax et Toulouse ne peut pas être financée par de la dette"
Pour autant certains projets emblématiques sont bel et bien sur le point d'aboutir; la LGV Tours-Bordeaux en tête, avec sa mise en service à compter du mois de juillet. L'enjeu pour Guillaume Pépy, c'est que « le lancement soit réussi d'un seul coup, tant sur l'enjeu technique, que sur l'enjeu commercial ». D'un point de vue technique en effet, le challenge est d'importance « la mise en service de la LGV a pour conséquence que la quasi totalité des horaires de trains (pour assurer les correspondances ou en créer de nouvelles) vont changer sur tout le quart ouest français de Saint-Malo à Toulouse, tant sur les TGV, les TER, les trains Intercités que sur le fret », explique le Président. Autre conséquence : « Le tronc commun de la ligne avant les bifurcations vers Rennes d'un côté et Bordeaux de l'autre, sera la ligne la plus occupée de France et la Gare Montparnasse va être pleine comme un œuf ! » Ensuite pour la réussite commerciale du projet, Guillaume Pépy vise 2,5 millions de voyageurs supplémentaires et « remplir quotidiennement 33,5 trains entre Paris et Bordeaux dont 18,5 trains directs qui compteront 560 places, soit l'équivalent de 3 Airbus A320 pour un seul train ».
Quant à la poursuite de la LGV vers Dax et Toulouse, si c'est un projet que le Président de la SNCF "salue" mais il prévient « c'est un projet que l'on ne peut pas financer par de la dette, car aujourd'hui la dette ferroviaire n'est déjà pas supportable. Ca ne serait pas raisonnable. ». Et d'ajouter pour être tout à fait clair : «Les gens vivent avec l'idée que c'est la SNCF qui décide. C'est faux, la décision d'une nouvelle ligne vient de l'Etat, des élus et après des débats qui concernent la population, les citoyens. Nous, SNCF, ne faisons que faire des études, apporter des éléments pour permettre ce débat. » Si sur le projet Sud de Bordeaux la déclaration d'utilité publique permet selon lui de valider la pertinence du projet, la question qui reste effectivement posée, est celle de « la capacité à mener un tour de table financier sans compter sur une dette ferroviaire supplémentaire » insiste-t-il avant de conclure « le TGV est fondamental mais sur 3,5 millions de français qui prennent le train tous les jours, 300 000 ''seulement'' sont dans le TGV. Tous les autres sont dans les TER ou sur le réseau francilien. Donc les efforts sur le TGV ne doivent pas entraîner une diminution des efforts sur les TER et l'Ile-de-France. ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6539
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !