17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Hondarra, la belle prise du port de Bayonne et du littoral angloy

16/09/2015 | La nouvelle drague construite à Bilbao, acquise par la CCI de Bayonne Pays basque pour son port propriété de la Région marque son autonomie pour gérer son développement

drague Bayonne

Jusqu'à présent, le port de Bayonne, propriété de la Région Aquitaine, géré par la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque, louait une drague pour dégager le chenal de l'Adour et apporter quelque pansement à la ligne de côte des 4,5 kms du littoral d'Anglet Bernard Darretche, le directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque et Didier Munduteguy, le navigateur basque étaient à l'embouchure de l'Adour pour son arrivée, car l'événement est d'importance. Cet investissement apporte une nouvelle perspective de développement.

"Hondarra", (le  sable en langue basque) est arrivé à la passe de l'Adour, à l'embouchure du port de Bayonne un début de soirée. A 18h40, précisément. Sous le regard, depuis la digue où s'enchevêtrent de gros blocs de protection, les premiers pêcheurs du crépuscule. Accompagné du remorqueur "Baléa", le navire se présente en rouge et blanc -couleurs du Biarritz Olympique- à destination de la ville des ciel  et blanc...de l'Aviron Bayonnais. "La choix des couleurs a été quelque peu sujet à discussion", commente en souriant Bernard Darretche, le directeur général de la CCI.... "En fait, ajoute Didier Munduteguy, le navigateur basque chargé aujourd'hui de gérer les opérations de draguage, ce rouge et blanc sont les couleurs les plus pratiques pour l'entretien des bateaux. Ce seront les couleurs de la flotille du port de Bayonne. "Lentement, sirène saluant son nouveau voisinage l'"Hondarra" a remonté l'Adour avant d'amarrer au quai Edmond Foy, du nom de cet ancien négociant né à Baynne en 1840.

Sous pavillon espagnol, il restera propriété de son constructeur, le chantier naval de Murueta à Bilbao en Pays basque espagnol, jusqu’à sa réception définitive par la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque après essais et obtention des autorisations administratives. Cette phase d’essais et de validations nécessaires à la délivrance des certificats de navigation durera une dizaine de jours. La drague Hondarra passera ensuite sous pavillon français et pourra être mise en service par la CCI. Elle permettra d’assurer le maintien des profondeurs du port de Bayonne (embouchure et souille des quais) tout au long de l’année, contre deux campagnes annuelles réalisées jusqu’à présent.

200 interventions par anCe nouvel équipement contribuera donc à renforcer la compétitivité du port et offrira un meilleur service à ses clients en améliorant les capacités d’accueil des navires sur toutes les zones portuaires. Cela participera à la reprise de l’activité du port de Bayonne dont l’impact économique est de 530 millions d’euros sur l’Aquitaine et qui est à l’origine de 3500 emplois. L’investissement de la CCI Bayonne Pays Basque représente un montant de 13,8 millions d’euros pour la construction de la drague. Le plan de financement repose sur un emprunt contracté en totalité par cette dernière d’un montant de 11,3 millions d’euros sur 20 ans. Le Conseil Régional d’Aquitaine assure en complément un soutien financier de 2,5 millions d’euros. 

L’objectif de cette acquisition est également de participer au confortement des plages d’Anglet  en procédant au clapage de 400 000 m3 de sable par an afin de ré-engraisser les plages de son littoral, sable dragué à l’embouchure lors des travaux d’entretien. Elle contribuera ainsi à la préservation de l’environnement du port de Bayonne. Cette prestation s’inscrit dans le cadre d’une convention signée avec la Ville d’Anglet et l’Agglomération Côte basque Adour en vue de lutter contre l’érosion naturelle.

Destinée à intervenir 200 jours par an, la drague du port de Bayonne possèdera des caractéristiques adaptées au clapage côtier: d’une grande maniabilité, sa taille lui permettra d’aller au plus près des plages pour claper le sable récupéré à l’embouchure de l’Adour.
Dans ce but, Anglet et l’Agglo se sont engagées à travers une convention avec la CCI, d’une durée de 20 ans, pour cette prestation de clapage des sables de dragage en vue de conforter le littoral. Avant cette acquisition, le port faisait appel à un prestaire extérieur pour deux campagnes annuelles coûtant 2,5 à 3,5 millions d'euros par an mllions d'euros.

14 marins recrutésLa nouvelle organisation des opérations de dragage et de remorquage au port de Bayonne a pris effet le 1er septembre. 14 marins ont été recrutés par la CCI pour l’entretien, la maintenance et l’exploitation du remorqueur portuaire Balea aux couleurs rouge et blanc de la drague mixte Hondarra. Afin de mettre en place cette organisation, Thomas de Recy a été engagé par la CCI comme capitaine d’armement, en remplacement de Didier Munduteguy, en charge du suivi des dragages et du remorquage, partant à la retraite en fin d’année. Thomas de Recy est titulaire du brevet de Capitaine et possède 25 ans d’expérience dans le maritime et il a été le premier capitaine du remorqueur "Balea" à Bayonne pendant 8 ans.

Enfin, outre les secteurs marchands habituels, ce port aimerait aussi accueillir des bâteaux de 20 000 tonnes et des paquebots de croisière. Les chiffres croissant de l'activité touristique cet été de la Ville d'Entre Nive et Adour pourrait en faire l'escale privilégiée de départ de visites du Pays basque. Accroître la profondeur de l'embouchure, voire à terme, la redessiner pour faciliter son accès, si les projets ne manquent pas, en tout cas, dans le concret, l'outil indispensable est à arrivé... à bon port.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
5240
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
thetaz claude | 16/09/2015

Cette drague est vraiment indispensable pour le port de bayoone

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !