Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Biarritz : Four Seasons et le Palais sans suites?

21/06/2017 | Les négociations avec le groupe canadien, selon le maire de Biarritz, président de la société qui le gère, ne seront plus exclusives en raison de sa gourmandise

Hôtel du Palais

Suite à une assemblée générale extraordinaire de la Socomix son gestionnaire, présidée par le maire de Biarritz Michel Veunac, le Conseil d'administration a décidé de mettre un terme à l'exclusivité de ses négociations avec le groupe Four Seasons pour des raisons financières (64,5 millions d'euros de travaux) qui inquiètent les experts quant à la couverture d'un tel investissement. Sur 15 membres, 8 ont voté pour 5, contre et 2 se sont abstenus. Ils s'inquiètent de cette décision pour l'avenir de ce palace qui assure 240 à 250 emplois à l'année.

Depuis quelques semaines, les rumeurs allaient bon train sur les négociations menées entre le groupe international Four Seasons dont le siège est basé à Toronto, sacré meilleur groupe hôtelier mondial, de Singapour à Paris et la Socomix, la société d'économie mixte gestionnaire du palace présidée par le maire de Biarritz, Michel Veunac. Elles semblent appartenir  au passé. L'assemblée extraordinaire de son conseil d'administration qui se tenait lundi et dont les  résultats ont été révélés en fin de matinée ce mardi à la presse  a apporté une légère nuance. Mais le fol amour exclusif avec le mastodonte canadien a pris du plomb dans l'aile.

Après s'être montré très satisfait "du chiffre d’affaires record du palace en 2016 avec 21 millions d'euros et de merveilleuses perspectives pour cette saison", le président est venu au cœur du sujet. Pour l'avenir, l'hôtel se trouve confronté à deux obligations: réaliser dans les cinq ans des travaux structurels de rénovation et d'embellissement pour se maintenir dans son rang de palace et se doter d'une force commerciale qui peut être trouvée dans un partenariat avec un groupe hôtelier international de premier plan. Pour ce qui concerne les travaux nécessaires au maintien de son statut de palace, la dernière estimation des travaux s'élevait à 48,5 millions d'euros. Jusqu'à ce jour, nous l'avions écrit, sur un panel de douze groupes intéressés, une négociation exclusive avait été conduite avec le groupe canadien Four seasons. Mais voilà, après avoir traîné en longueur elle n'a pas abouti à ce jour car Four Season exige aujourd'hui car outre les travaux de rénovation et d'embellissement indispensables il exige en outre la mise de l'Hôtel du Palais aux normes des établissements du groupe, soit au total une enveloppe 64,5 millions d'euros. Un plan d'affaire jugé insuffisant par les experts financiers (cabinet PWC) pour couvrir cet investissement.

Aussi lors de sa réunion extraordinaire, par 8 voix contre 5 et 2 abstentions, le Conseil d'administration a adopté une résolution dans laquelle il décide de mettre un terme aux négociations exclusives, sans lui fermer complètement la porte mais "en élargissant le champ à d'autres groupes hôteliers de premier plan....."
Quelque part, un retour à la case départ, assorti d'une certaine urgence: La Socomix fixe au 31 octobre 2017 – en fin de saison — la date limite de ce nouveau round d'observation. "En tout état de cause, conclut le communiqué, les travaux de rénovation et d'embellissement débuteront en janvier 2018."

Deux adjoints dans le front du refus, un dans l'abstention

Avec quatre de ses collègues, Anne Laffolé-Pinatel,  Virginie Lannevère, Guillaume Barrucq, adjoint à l'environnement et Edouard Chazouilleres, François Amigorena, adjoint aux techniques nouvelles, -après avoir été dépossédé de sa délégation du tourisme pour avoir été "trop bavard sur ces négociations" — a voté contre la délibération proposée par Michel Veunac au Conseil d'Administration de la Socomix. Guy Lafite, premier adjoint et Marc Dhospital eux se sont abstenus.
"L’Hôtel du Palais est le vaisseau amiral de l’hôtellerie biarrote et la locomotive de l’économie touristique de Biarritz, explique François Amigorena. Son destin et celui de notre ville sont indissociables, surtout lorsque l’on sait que 25% des emplois biarrots sont directement liés à l’activité touristique et que l’Hôtel du Palais est l’un des plus importants employeurs locaux avec un effectif moyen “à l’année” de 240 à 250 personnes. La clientèle attirée par le palace biarrot est de plus indispensable à la survie économique de tout notre écosystème “haut de gamme” biarrot, boutiques, restaurants, bars, entreprises de services.
Cette délibération est extrêmement floue et ne garantit en rien la poursuite de négociations efficaces et constructives avec Four Seasons, alors même que des problèmes culturels et de personnes semblent avoir amené celles-ci à un point de blocage artificiel
Et de poursuivre:"Elle ouvre la voie à la consultation de groupes hôteliers ne faisant pas partie du trio retenu lors de l’appel à candidatures initial (Four Seasons, Starwood, Hyatt) et ne présentant donc pas le positionnement, l’image de marque et les performances d’exploitation nécessaires pour atteindre les objectifs stratégiques assignés à l’Hôtel du Palais et pour permettre le financement de son projet de transformation".

"Ce nouveau rebondissement risque de retarder encore des travaux qui n'ont pas été faits au fil des ans, précise pour sa part Guillaume Barucq, adjoint à l'Environnement et dont la non-réalisation a généré une série de "pathologies" du bâtiment qui ne feront que s'aggraver avec le temps. Tous les 50 ans, le Palais a connu de grands travaux. Il est aujourd'hui plus que temps d'offrir une nouvelle vie au Palais dans le respect de son prestige et de son histoire."

Un autre élu, Patrick Destizon estime que face à l'exigence très nord américaine, il ne faut pas plier l'échine. Avec une question qui taraude bien des Biarrots: une ville a-t-elle vocation de s'obstiner à s'incruster dans le domaine de l'hôtellerie?

Le personnel informé de la situation dans la matinée ne cache pas son inquiétude, même si le devoir de réserve se situe à tous les étages de la prestigieuse résidence secondaire de Napoléon III et de l'impératrice Eugénie. En outre, il faut savoir que l'Hôtel du Palais, le joyau biarrot aux 5 étoiles en fait voir souvent 36 à ceux qui l'approchent de trop près.

La rumeur ayant horreur du vide, les spectre du groupe Accor, déjà propriétaire du prestigieux Sofitel Miramar de Biarritz qui était apparu lors du premier examen de passage, revient à nouveau. Et il se dit, que l'entrée du groupe français dans l'avenir du Palais serait très encouragé en très très haut lieu. Mais ce n'est qu'une rumeur ou une légende. De celles qui habitent encore la prestigieuse demeure de Napoléon III et Eugénie. Alors Four Seasons et le Palais? Sans suite? Un comble...

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
8326
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !