Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Biarritz : Four Seasons et le Palais sans suites?

21/06/2017 | Les négociations avec le groupe canadien, selon le maire de Biarritz, président de la société qui le gère, ne seront plus exclusives en raison de sa gourmandise

Hôtel du Palais

Suite à une assemblée générale extraordinaire de la Socomix son gestionnaire, présidée par le maire de Biarritz Michel Veunac, le Conseil d'administration a décidé de mettre un terme à l'exclusivité de ses négociations avec le groupe Four Seasons pour des raisons financières (64,5 millions d'euros de travaux) qui inquiètent les experts quant à la couverture d'un tel investissement. Sur 15 membres, 8 ont voté pour 5, contre et 2 se sont abstenus. Ils s'inquiètent de cette décision pour l'avenir de ce palace qui assure 240 à 250 emplois à l'année.

Depuis quelques semaines, les rumeurs allaient bon train sur les négociations menées entre le groupe international Four Seasons dont le siège est basé à Toronto, sacré meilleur groupe hôtelier mondial, de Singapour à Paris et la Socomix, la société d'économie mixte gestionnaire du palace présidée par le maire de Biarritz, Michel Veunac. Elles semblent appartenir  au passé. L'assemblée extraordinaire de son conseil d'administration qui se tenait lundi et dont les  résultats ont été révélés en fin de matinée ce mardi à la presse  a apporté une légère nuance. Mais le fol amour exclusif avec le mastodonte canadien a pris du plomb dans l'aile.

Après s'être montré très satisfait "du chiffre d’affaires record du palace en 2016 avec 21 millions d'euros et de merveilleuses perspectives pour cette saison", le président est venu au cœur du sujet. Pour l'avenir, l'hôtel se trouve confronté à deux obligations: réaliser dans les cinq ans des travaux structurels de rénovation et d'embellissement pour se maintenir dans son rang de palace et se doter d'une force commerciale qui peut être trouvée dans un partenariat avec un groupe hôtelier international de premier plan. Pour ce qui concerne les travaux nécessaires au maintien de son statut de palace, la dernière estimation des travaux s'élevait à 48,5 millions d'euros. Jusqu'à ce jour, nous l'avions écrit, sur un panel de douze groupes intéressés, une négociation exclusive avait été conduite avec le groupe canadien Four seasons. Mais voilà, après avoir traîné en longueur elle n'a pas abouti à ce jour car Four Season exige aujourd'hui car outre les travaux de rénovation et d'embellissement indispensables il exige en outre la mise de l'Hôtel du Palais aux normes des établissements du groupe, soit au total une enveloppe 64,5 millions d'euros. Un plan d'affaire jugé insuffisant par les experts financiers (cabinet PWC) pour couvrir cet investissement.

Aussi lors de sa réunion extraordinaire, par 8 voix contre 5 et 2 abstentions, le Conseil d'administration a adopté une résolution dans laquelle il décide de mettre un terme aux négociations exclusives, sans lui fermer complètement la porte mais "en élargissant le champ à d'autres groupes hôteliers de premier plan....."
Quelque part, un retour à la case départ, assorti d'une certaine urgence: La Socomix fixe au 31 octobre 2017 – en fin de saison — la date limite de ce nouveau round d'observation. "En tout état de cause, conclut le communiqué, les travaux de rénovation et d'embellissement débuteront en janvier 2018."

Deux adjoints dans le front du refus, un dans l'abstention

Avec quatre de ses collègues, Anne Laffolé-Pinatel,  Virginie Lannevère, Guillaume Barrucq, adjoint à l'environnement et Edouard Chazouilleres, François Amigorena, adjoint aux techniques nouvelles, -après avoir été dépossédé de sa délégation du tourisme pour avoir été "trop bavard sur ces négociations" — a voté contre la délibération proposée par Michel Veunac au Conseil d'Administration de la Socomix. Guy Lafite, premier adjoint et Marc Dhospital eux se sont abstenus.
"L’Hôtel du Palais est le vaisseau amiral de l’hôtellerie biarrote et la locomotive de l’économie touristique de Biarritz, explique François Amigorena. Son destin et celui de notre ville sont indissociables, surtout lorsque l’on sait que 25% des emplois biarrots sont directement liés à l’activité touristique et que l’Hôtel du Palais est l’un des plus importants employeurs locaux avec un effectif moyen “à l’année” de 240 à 250 personnes. La clientèle attirée par le palace biarrot est de plus indispensable à la survie économique de tout notre écosystème “haut de gamme” biarrot, boutiques, restaurants, bars, entreprises de services.
Cette délibération est extrêmement floue et ne garantit en rien la poursuite de négociations efficaces et constructives avec Four Seasons, alors même que des problèmes culturels et de personnes semblent avoir amené celles-ci à un point de blocage artificiel
Et de poursuivre:"Elle ouvre la voie à la consultation de groupes hôteliers ne faisant pas partie du trio retenu lors de l’appel à candidatures initial (Four Seasons, Starwood, Hyatt) et ne présentant donc pas le positionnement, l’image de marque et les performances d’exploitation nécessaires pour atteindre les objectifs stratégiques assignés à l’Hôtel du Palais et pour permettre le financement de son projet de transformation".

"Ce nouveau rebondissement risque de retarder encore des travaux qui n'ont pas été faits au fil des ans, précise pour sa part Guillaume Barucq, adjoint à l'Environnement et dont la non-réalisation a généré une série de "pathologies" du bâtiment qui ne feront que s'aggraver avec le temps. Tous les 50 ans, le Palais a connu de grands travaux. Il est aujourd'hui plus que temps d'offrir une nouvelle vie au Palais dans le respect de son prestige et de son histoire."

Un autre élu, Patrick Destizon estime que face à l'exigence très nord américaine, il ne faut pas plier l'échine. Avec une question qui taraude bien des Biarrots: une ville a-t-elle vocation de s'obstiner à s'incruster dans le domaine de l'hôtellerie?

Le personnel informé de la situation dans la matinée ne cache pas son inquiétude, même si le devoir de réserve se situe à tous les étages de la prestigieuse résidence secondaire de Napoléon III et de l'impératrice Eugénie. En outre, il faut savoir que l'Hôtel du Palais, le joyau biarrot aux 5 étoiles en fait voir souvent 36 à ceux qui l'approchent de trop près.

La rumeur ayant horreur du vide, les spectre du groupe Accor, déjà propriétaire du prestigieux Sofitel Miramar de Biarritz qui était apparu lors du premier examen de passage, revient à nouveau. Et il se dit, que l'entrée du groupe français dans l'avenir du Palais serait très encouragé en très très haut lieu. Mais ce n'est qu'une rumeur ou une légende. De celles qui habitent encore la prestigieuse demeure de Napoléon III et Eugénie. Alors Four Seasons et le Palais? Sans suite? Un comble...

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
6696
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !