18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Il manque 240 000 euros pour financer l'aéroport de Bergerac

02/11/2014 | La chambre de commerce et d'industrie de la Dordogne ne peut plus être actionnaire de l'aéroport de Bergerac pour des raisons juridiques et financières.

L'aéroport de Bergerac un outil de développement majeur pour la Dordogne

La chambre de commerce et d'industrie apporte chaque année au syndicat mixte air Dordogne 240 000 euros qui finance l'aéroport de Bergerac. A partir de 2015, la CCI ne pourra plus verser un centime pour deux raisons. Elle est sommée par la Chambre régionale des comptes de retirer de l'actionnariat, car elle ne peut être juridiquement gestionnaire via une délégation de service public et actionnaire. La deuxième raison est financière : la CCI est impactée par la baisse des recettes fiscales qui touche le réseau consulaire. Le SMAD en appelle à la Région pour trouver les 240 000 euros manquants.

Actuellement, la chambre de commerce et d'industrie de la Dordogne est gestionnaire de l'aéroport de Bergerac. Elle bénéficie d''une délégation de service public depuis 2003, cette délégation a été renouvelée le 1er avril 2013. La CCI contribue chaque année à hauteur de 240 000 euros au financement du Syndicat mixte air Dordogne au côté du Conseil général (à hauteur de 49 %), de la Communauté d'agglomération Bergeracoise, la ville de Périgueux (à hauteur de 1 %). A partir de l'année prochaine, la chambre consulaire ne pourra plus être actionnaire. "Sur avis de la chambre régionale des comptes, le préfet de la Dordogne et le préfet de Région  ont demandé que la CCI se retire de l'actionnariat du SMAD en vertu du code des marchés publics. C'est une question qui avait déjà été soulevée lorsque notre délégation de service public a été renouvelée au printemps 2013. Aujourd'hui, nous avons la ferme intention d'aller au terme de nos missions jusqu'en 2020, "explique Christophe Fauvel, le président de la CCI de la Dordogne.

150 millions d'euros de retombées dans l'économie locale Le désengagement forcé de la chambre de commerce et d'industrie  a fait couler beaucoup d'encre ces derniers jours. Selon un communiqué du SMAD, "il a suscité des réactions outrées mais peu en phase avec les réalités économiques du département." La  réaction de Lionel Frel, responsable local d'Europe écologie les Verts, au désengagement financier de la CCI dans l'aéroport de Bergerac, qui selon lui sert au "désenclavement des Londoniens, a fait l'unanimité contre lui. "Depuis que la CCI assure la gestion de l'aéroport, en fait depuis 2003, la fréquentation est passée de 10 000 à 280 000 passagers par an. Le déficit reste stable d'année en d'année,  il est maîtrisé et se situe autour d'1,2 million d'euros par an. Il est supporté par le SMAD. Mais tout le monde s'accorde à dire aujourd'hui, tous bords politiques confondus, à quelques rares prises de position extrémistes,  que l'aéroport de Bergerac est un outil de développement économique majeur pour la Dordogne. Il génère chaque année plus de 150 millions d'euros de retombées économiques pour le département," détaille Christophe Fauvel.

Nouvelle contrainte financière La chambre consulaire doit aussi faire face à une nouvelle contrainte, financière qui touche l'ensemble du réseau des CCI. "Bercy nous demande de verser 2, 4 millions l'an prochain. Sur notre budget, nous prévoyons une diminution de nos ressources de l'ordre de 37 %. Dans ce contexte, il nous sera impossible de verser cette participation de 240 000 euros, même si nous n'avions pas cette contrainte juridique, "poursuit le président de la CCI. La chambre consulaire n'a pas encore quitter l'actionnariat du SMAD, car les statuts prévoient que pour en sortir, il faut que les autres financeurs donnent leur accord. Le Syndicat mixte air Dordogne n'a pas d'autre choix que de trouver rapidement un nouvel actionnaire. Le syndicat se tourne naturellement vers le Conseil régional qui intervient déjà dans les financements des aéroports de Mérignac et de Pau. "Malgré les propos de Bernard Uthury, vice président de la région chargé des transports, dans les colonnes de Sud Ouest, qui sous entend que la Région ne peut intervenir, les discussions sont en cours. Nous n'avons eu aucune réponse officielle et nous avons demandé une réunion d'urgence sur l'avenir et le financement de l'aéroport," précise Christophe Fauvel, qui n'exclut pas que la ville de Bergerac redevienne un jour actionnaire. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
6861
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
7 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Réaction | 03/11/2014

150 millions de retombées dans l'économise locales ? Mais où sont-ils donc ? Un chômage de 13% à Bergerac et un trou à combler de plus d'1 million chaque année pour cet aéroport. Bordeaux-Mérignac suffit amplement à la Région, aux touristes et aux hommes d'affaires.

Volplané | 03/11/2014

"1,2 million d'euros de déficit stable maîtrisé". Et une incompétence assumée.

Webmestre | 03/11/2014

Les enquêtes d'impact économique réalisées régulièrement révèlent que les retombées économiques de l'aéroport représentent 150 millions d'euros par an, et ce malgré le coût supporté par les collectivités. Il s'agit d'investissements immobiliers, de retombées fiscales pour le département, et d'euros injectés dans l'économie locale. L'aéroport est considéré comme un outil de développement économique majeur pour la Dordogne. Un tiers des passagers qui séjournent en Dordogne plus de six mois exerce une profession indépendante.
Pour les entreprises locales, les Belges, Néerlandais et Britanniques contribuent au développement économique. La moitié des entreprises réalisent 5 à 25 % de leur CA avec les Britanniques.

Commentaire | 03/11/2014

Bref, il manque 1 million 200.000 euros pour financer l'aéroport de Bergerac. La Région Aquitaine accepterait donc de financer le déficit de fonctionnement d'une structure dont l'utilité et l'avenir restent à prouver.

Puillalle | 03/11/2014

@Webmestre : vous évoquez l'étude annuelle des retombées (très objective réalisée par la CCI locale) qui indique que 60 % des passagers sont des retraités anglais et hollandais demeurant pour la majorité près d'Agen (Lot et Garonne) ou de Brive (Corrèze). De grands contributeurs à l'économie de la Dordogne !

Thierry Merger | 05/11/2014

Il manque 240 000 € par an. Il y a 280 000 passagers par an. Il suffirait que chacun d'eux payent moins d'un euro en plus pour que la somme manquante soit réunie !
On pourrait même leur demander un peu plus que ça : ils peuvent payer (riches retraités, entrepreneurs dynamiques...) ils aiment cette région, et sont pour la plupart (peut-être) libéraux et partisans de la vérité des prix ! Pourquoi les subventionner ? Ils resteront.
J'approuve la réaction de Lionel Frel, responsable local d'Europe écologie les Verts.

LiuZhong | 06/12/2014

le problème est réglé. La ligne-Bergerac-Paris est supprimée en janvier.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !