Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Innovation en milieu rural: la fromagerie des Aldudes nourrit les hommes... et le Kintoa

22/03/2014 | Avec sa façade de tôle rouge et blanche, dans le décor si vert de la vallée, la toute nouvelle laiterie-fromagerie de la Coopérative Laitière du Pays Basque ne passe pas inaperçue.

La fromageires des Aldudes créée par la Coopérative Laitière du Pays Basque

Rouge, vert et blanc. Pas de doute, on est bien au Pays-Basque. Plus précisément dans cette appendice française en terres espagnoles qu'est la Vallée des Aldudes. C'est là que se concentre la production des porcs basques redécouverts par l'éleveur multi-casquette Pierre Oteiza, voilà 25 ans. Devenu la locomotive du dynamisme économique de la vallée, l'élevage des porcs «Kintoa» a permis en 2000 l'installation d'un superbe séchoir à jambons agrandi à deux reprises, d'une conserverie en 2004, puis en 2010, la création de la coopérative de viande Belaun. Non loin de là, la pisciculture de Banca complète le tableau gourmand. L'implantation en janvier de la laiterie CLPB est donc, pour l'heure, la dernière étape du développement de la vallée. Une installation qui ne déroge ni à la dimension gastronomique des activités en place, ni à leur attachement au local, pas plus qu'au «jouer collectif» que les acteurs ont veillé à développer. Avec des porcs basques gourmands de petit lait, la boucle est bouclée et c'est une économie circulaire et durable qui s'organise.

La Fromagerie des Aldudes, puisque tel est son nom, c'est une étape de plus dans le développement de la vallée et dans l'ancrage territorial de son économie. Un territoire compris au sens large, car, au nombre de la centaine d'éleveurs adhérents de la Coopérative Laitière du Pays Basque (CLPB) qui est venue s'installer là, «aucun n'est pour l'instant installé dans la vallée» regrette Pierre Oteiza. Mais, ajoute-t-il aussi vite, «la coopérative laitière s'est engagée à ouvrir ses portes à tous les volontaires de la Vallée».
En attendant de nouveaux adhérents, la laiterie collectera donc au final 8 millions de litres de lait de vaches, revendu en l'état, et 2,7 millions de litres de lait de brebis, qui sera transformé en fromage sec AOP, ainsi que sous forme de fromage frais. Si une partie des productions rejoint les circuits de la grande distribution, une partie des produits de la fromagerie est commercialisée sous une marque propre à la région dans les magasins de ses voisins que sont la boutique de Pierre Oteiza et la coopérative Belaun qui, outre la viande qu'elle produit, commercialise également des produits de la vallée.

"9 000 litres de petit lait par jour"On vous avait prévenu, dans la Vallée des Aldudes, on joue collectif. A tel point que l'implantation de la fromagerie a donné de bonnes idées aux acteurs locaux: elle nourrira non seulement les hommes mais aussi les porcs basques des parcs d'élevages tout proches. Les porcs, en effet, ne rechignent pas dans leur nourriture quotidienne à absorber quelques litres de petit lait de brebis, ce résidu du fromage qui finit habituellement dans les réseaux d’égouts. Selon les équipes sur place, «la fromagerie produit jusqu'à 9 000 litres de petit lait chaque jour», or, chaque porc en consomme volontiers quotidiennement entre 6 à 8 litres. Pierre Oteiza compte à lui seul 400 cochons à l'engraissement...

Le parcs d'engraissement des porcs basque de Pierre Oteiza, voisins de la nouvelle fromagerie

"30 à 40% d'économies sur la nourriture"L'opération, environnementalement exemplaire, est donc intéressante pour la coopérative qui diminue sa quantité de déchets à traiter mais aussi pour les producteurs. «Nourrir au petit lait, ça représente pour nous une économie de 30 à 40 % sur ce poste» estime Pierre Oteiza.
A tel point que la filière porc basque va développer quatre nouveaux parcs d'élevage, voisins de ceux de Pierre Oteiza qui permettront découler encore plus de petit lait de la fromagerie.
Quant à la toute première dégustation du petit lait de la fromagerie des Aldudes par les porcs Kintoa de Pierre Oteiza, elle a eu lieu ce jeudi 13 mars. En fin d'après-midi, un petit camion citerne, rouge évidemment, a donc gravi pour la première fois la montagne basque pour aller remplir les auges des animaux. Fines bouches, ils auront sans doute su apprécier.

Au total, la fromagerie qui a obtenu le soutien de nombreux acteurs dont la Région, le Département, l'Europe et l'Etat, représente un investissement d'environ 6M€ répartis entre la Communauté de Communes de Garazi-Baigorri pour la construction du bâtiment (2M€) et la coopérative CLPB pour les équipements liés au process industriel (4M€).

A la formagerie, la citerne fait le plein de petit lait avant de monter dans la montagne basques pour une redistribution aux porcs de la vallée

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2152
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !