Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/10/21 | Mont-de-Marsan : Une enquête pour accélérer transition écologique

    Lire

    Afin d'associer tous les acteurs du territoire à la transition écologique et de pouvoir mettre en œuvre les actions les plus efficaces, Mont-de-Marsan Agglo a lancé 2 enquêtes publiques. Les habitants et les entreprises ont jusqu'au 15 novembre pour y répondre. Début décembre, après avoir récolter les avis de tous sur les projets et les idées d'actions, plusieurs ateliers de concertation seront organisés afin de co-construire la stratégie de transition écologique. Les enquêtes sont disponibles sur le site de l'agglomération.

  • 25/10/21 | Une ressourcerie à Uzerche

    Lire

    L'association « Aux Pas Perdus » à Uzerche en Corrèze a pour objectif de contribuer à la mise en place d'actions de gestion des déchets en intégrant le réemploi depuis 2017. Les membres de l'association ont décidé de créer une ressourcerie afin de réduire les déchets et leurs coûts de traitement et ainsi développer les filières locales de valorisation. Cette nouvelle activité va permettre de créer 4 emplois. Pour les aider dans cette démarche, la Région a décidé de les soutenir à hauteur de 43 450 €.

  • 25/10/21 | Challenge Positif 2021 c'est parti !

    Lire

    Eurekatech et Grand Angoulême ont lancé le 7 octobre la 2ème édition du Challenge Positif. Ce concours, à la fois local et programme d'apprentissage des techniques de l'entrepreneuriat innovant, ambitionne de détecter et de développer des projets à vertue positive pour le territoire et les habitants. Tout le monde peut déposer jusqu'au 10 novembre un projet innovant sur le site d'Eurekatech. A partir de décembre, les lauréats bénéficieront d'un programme pour apprendre les techniques de l'entrepreneuriat innovant.

  • 22/10/21 | GPSO: pas de concomitance pour Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, mais presque

    Lire

    Guy Kauffman récemment nommé directeur de projet des LGV nouvelles était invité à la session plénière du Département des Landes ce vendredi. Face à la question du phasage des travaux des lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, au sein du GPSO, il a esquissé une réponse: "Le préambule du plan de financement va sans doute proposer que l'on enchaîne les travaux sans poser la pioche entre les 2 lignes. Le préfet coordonnateur a bien compris cette demande unanime des collectivités".

  • 22/10/21 | Bus à haut niveau de service à Périgueux : une expérimentation dès le 25 octobre

    Lire

    Le Grand Périgueux va réaliser des aménagements rue du Président Wilson, place Bugeaud et place Francheville, à Périgueux, pour permettre la circulation de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Ils feront l’objet d’une expérimentation grandeur nature du 25 octobre au 26 novembre pour en valider la faisabilité avant de les engager. Le dispositif s’appuiera sur une trentaine de postes d’enquête, captant l’origine et la destination des véhicules et 24 points de comptage automatique. Il permettra d’évaluer la répercussion des aménagements envisagés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | "Intelligence économique" : vers une "cartographie" régionale

16/09/2019 | Ce lundi 16 septembre, la Région Nouvelle-Aquitaine a organisé une série d'ateliers pour définir une "feuille de route de l'intelligence économique". Explications.

1

Quelle est la place des régions en matière de stratégie économique des entreprises qui composent son territoire ? C'est à cette question (entre autres) qu'ont été invités à répondre des représentants du tissu économique local lors d'une première jourée d'ateliers pour élaborer une "feuille de route de l'intelligence économique" régionale, avant deux rendez-vous similaires à Limoges et Poitiers. On en a profité pour interroger Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional en charge de l'économie territoriale, sur les enjeux de cette stratégie coordonnée et les applications concrètes qu'elle souhaite mettre en place.

Ce lundi 16 septembre, la Région Nouvelle-Aquitaine tente de franchir une nouvelle étape dans sa stratégie de développement économique en lançant l'élaboration d'une "feuille de route Intelligence économique" pour la Nouvelle-Aquitaine. Son élaboration s'intègre dans les objectifs d'un SRDEII (Schéma Régional pour le Développement Economique, l’Innovation et l’Internationalisation) voté en décembre 2016 et a pour but de "massifier les actions de veille, de sécurité ou d'influence au bénéfice des entreprises et acteurs des filières du territoire, avec la définition concertée de priorités communes et spécifiques au tissu économique local. Deux autres journées d'ateliers de ce type (organisées avec une cinquantaine de représentants acteurs de l'économie régionale, publics comme privés) se tiendront à Limoges le 23 septembre et à Poitiers le 24 septembre. Un vote en plénière par les élus doit avoir lieu au printemps 2020. Nous avons demandé à Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l'Économie territoriale, de l'Économie sociale et solidaire, et de l'Intelligence économique, de tenter de nous expliquer les enjeux de cette feuille de route - face à un retard numérique européen régulièrement pointé du doigt - et l'intérêt d'une action régionale sur le sujet. 

@qui.fr - L'élaboration de cette feuille de route de l'Intelligence Économique fait partie des neuf "orientations stratégiques" du SRDEII. Quel est le but de ce dernier ?

Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l'Économie territoriale, de l'Économie sociale et solidaire, et de l'Intelligence économique - C'est le cadre dans lequel la Région mène une politique visant à favoriser le développement de l'économie, de la recherche et le transfert de technologies notamment. C'est un cadre très général au travers duquel, par exemple, on favoriser la recherche publique et privée ou l'innovation sociale et l'amélioration des conditions de travail via le programme Usine du Futur. Ça concerne beaucoup les grosses PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) mais ça cadre aussi la politique que l'on mène à l'égard des TPE (Toutes Petites Entreprises). En termes d'aménagement du territoire, c'est important d'accompagner la création, la transmission, la reprise et le développement des entreprises dans des petites bourgades parce que c'est ce qui fait le tissu de l'économie réelle (En Nouvelle-Aquitaine selon l'INSEE, plus de 95% des entreprises implantées sont des microentreprises). 

Dans le cadre de ce schéma, nous avions intégré dans plusieurs chapitres la nécessité de travailler sur l'intelligence économique. C'est un terme qu'il faut prendre dans son acception anglo-saxonne, à savoir la collecte d'informations et leur synthèse. On résume cette intelligence par la définition de toutes les procédures qui permettent de se protéger, d'anticiper et d'influencer. Anticiper, ça peut être notamment par le biais la veille technologique, effectuée souvent au niveau des clusters (on en compte plus de 70 en région) ou des groupements de même nature (comme les onze pôles de compétitivité), ou au niveau universitaire. En gros, c'est définir ce qui se passe chez nous et pas ailleurs, ou l'inverse, c'est connaître son environnement. C'est aussi se protéger parce que beaucoup d'entreprises détiennent un capital humain et intellectuel, des savoir-faire, des choses qui sont protégées ou non par des brevets. Il ne faut pas qu'elles deviennent des proies faciles. Dans ce domaine-là se situent aussi tous les problèmes de cyber-protection. Beaucoup d'entreprises sont aujourd'hui victimes d'hameçonnage avec des statistiques qui ne sont probablement pas complètes parce que les entreprises ne s'en vantent pas, d'où l'intérêt de les accompagner là-dessus. C'est enfin influencer, parce que lorsque des process sont développés au sein d'un secteur, comme par exemple l'agro-alimentaire, il y a souvent des batailles de normes. Si on ne les mène pas au niveau régional ou national, on se retrouve avec des normes qui ne sont plus adaptées à ce que nous faisons mais qui le sont à ce que font d'autres pays qui ont su s'y adapter. 

Il existait auparavant un commissariat à l'intelligence économique placé auprès du Premier ministre. Il est revenu à Bercy et a été transformé en structure s'occupant des informations stratégiques. Au fond, c'est la même chose. Mais autant l'État est dans son cœur de métier concernant les aspects sécuritaires et protection des grands opérateurs, autant le fait que l'on puisse aider les entreprises à prendre conscience des risques et être capables d'avoir une démarche défensive sur leur donnée et offensive sur l'organisation de l'information, c'est un rôle sur laquelle il est moins présent. L'information est aujourd'hui continue et permanente, la difficulté c'est de transformer un flux brut en quelque chose d'intelligible et d'utilisable. C'est le travail qui a été fait par la Région sur la veille technologique avec des entités universitaires, nous souhaitons pouvoir développer ça au niveau des clusters et des entreprises pour accompagner celles qui souhaitent avoir une démarche dans un but d'évaluation de la concurrence ou des normes existantes.

@qui.fr - Le dernier Indice de l'économique numérique et de la société (DESI) dévoile dans un rapport à l'échelle européenne paru en mai 2018 que la France occupe la 18ème place sur 28 en matière de développement numérique. Le rapport de la mission Villani sur l'intelligence artificielle et la sécurité n'est pas beaucoup plus tendre pour ce qui est des avancées en termes de cybersécurité. Quel est le rôle de la Nouvelle-Aquitaine dans le développement de cette compétence ?

P.N - Il y a en France une espèce de confiance dans les systèmes numériques qui n'a pas lieu d'être. Très peu de choses ne sont pas piratables (81% des entreprises françaises ont été attaquées en 2015). La Région n'a pas le même rôle que l'État qui, au travers de l'ANSSI, regarde les flux et s'intéresse aux grosses entreprises. Le nôtre, c'est plutôt de dire aux entreprises du territoire de prendre conscience de ces problématiques et de mener des actions en interne pour développer leur système de sécurité pour que l'on puisse les aider financièrement, à la fois sur le recrutement et la transformation numérique nécessaire dans ce domaine. Souvent, la première démarche d'intelligence économique dans une PME, ce n'est pas d'avoir un spécialiste de la cyberdéfense, c'est d'avoir quelqu'un à qui on confie la mission de vérifier s'il y a des failles de sécurité. Le seul fait de désigner quelqu'un en interne (gestion des mails personnels, des systèmes de communication) ne nécessite pas forcément de faire appel à des grands spécialistes. La stratégie, c'est d'avoir une politique publique d'intelligence économique complémentaire à l'échelle de l'État à l'échelle régionale.

Parallèlement, nous souhaitons mettre en place des règlements d'intervention pour les entreprises qui le souhaitent, à la suite de cette phase de sensibilisation que l'on va mener de pair avec l'État. Ça peut être fait début 2020 parce que tout le monde est d'accord pour le faire et qu'il suffit de mettre en places des critères communs. Pour ce qui est de la veille active (permettre à des entreprises de petite et moyenne taille d'accéder à des connaissances dont elles auraient besoin pour se développer et se singulariser), ce sera un peu plus long. Il faut arriver avec les représentants des entreprises à identifier la meilleure solution. Est-ce que ça se fera au travers des clusters que l'on va accompagner pour créer des bases de données à la disposition de leurs membres ? avec un accompagnement financier sur des entreprises d'intelligence économique privées qui peuvent faire un travail ciblé ? en boostant la recherche universitaire pour faire un travail pointu de recherche sur le traitement de l'information au travers de l'intelligence artificielle ? Au travers de toutes ces questions, on va devoir identifier une manière efficace de fournir un plus grand nombre de spécialistes sur ces questions. Ça va donner lieu à un budget dans le cadre de l'action économique de la région qui sera intégré dans différentes actions. Par exemple, dans le cadre du dispositif "Usine du Futur", il est probable que dans le règlement d'intervention qui sera mis à jour, on rajoute un volet "intelligence économique". 

@qui.fr - Comment cette feuille de route et la mise en place future d'une stratégie (votée au printemps en assemblée régionale) vont-ils s'intégrer dans les objectifs de NéoTerra, la stratégie régionale de transition environnementale ?

P.N - NéoTerra nécessite de l'ingénierie pour aller chercher les bonnes pratiques. On a besoin de comprendre les mécanismes de résistance et les stratégies d'influence qu'elles aillent plus loin ou à l'encontre de NéoTerra. La Région a besoin de transformer ses informations en connaissances et de comprendre les facteurs de réussites et les freins au développement. Ça nécessite d'avoir des informations et de les analyser, de les mettre en perspective pour comprendre dans quel paysage on est. Quand elle n'est pas défensive, l'intelligence économique est comme une cartographie pour savoir où on met les pieds quand on veut développer des actions. Avec NéoTerra, on va demander à beaucoup d'entreprises ou d'entités de modifier leur façon de faire. Il est important que cet effort n'aboutisse pas à des impasses économiques. Ça permettra à chacun de se faire une idée du cadre dans lequel il va évoluer.

Enfin, cette stratégie de l'intelligence économique est censée participer à défendre la place des Régions par rapport à l'Europe. La France a un retard sur tout ce qui concerne la normalisation, qui est aujourd'hui anglo-saxonne et pas toujours adaptée à notre paysage économique. Les régions font du lobbying à ce sujet à Bruxelles. On a souvent perdu la bataille de la norme parce qu'on ne l'a pas menée. On essaie donc se mettre à niveau.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
8468
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
way4space une Economie | 25/10/2021

Saint-Médard-en-Jalles : Way4Space connecte la recherche, les start-up et l’industrie pour inventer l’Espace de demain

Marc-Antoine Lasarte, directeur général de BlueConfig rencontrait ses partenaires et la sous-préfète d'oloron sur le site de l'ESAT de Bidos le 12 octobre Economie | 22/10/2021

Util'Eco : L'économie sociale, solidaire et circulaire appliquée à l'informatique

La reprise d'entreprise permet de maintenir les savoir-faire dans les territoires Economie | 21/10/2021

La transmission reprise des entreprises, un enjeu crucial pour l'économie régionale

Premier sommet aéronautique et spatial Bordeaux Métropole 18 octobre 2021 Economie | 19/10/2021

Sommet aéronautique et spatial : "nous sommes les premiers de la classe sur l'engagement environnemental"

Sébatien Clauzel représentant du SIVO, Pierre Harambat, Président du Consortium Jambon de Bayonne, Chatal Brethes Présidente de la PALSO Economie | 18/10/2021

Jambon de Bayonne, Foie gras du Sud-Ouest et Vins du Sud-Ouest parlent d'une même voix

Salon du nautisme Grand Pavois à La Rochelle, en 2019 Economie | 15/10/2021

Nautisme : quelle stratégie en Nouvelle-Aquitaine?

Franck Aubrée, Laurent Dulau et Denis Baro, président de le Coop de France Nouvelle Aquitaine Economie | 14/10/2021

Nouvelle-Aquitaine : le salon des produits régionaux souhaite "répondre à une attente sociétale"

Les 17èmes rencontres nationales du e-tourisme à Pau du 11 au 13 octobre 2021 Economie | 11/10/2021

Les Rencontres nationales du E-tourisme de retour à Pau

A Nexon, la cantine a ouvert ses portes le 29 juillet pour proposer un nouveau modèle d’alimentation territoriale solidaire Economie | 08/10/2021

Un nouvel incubateur ouvert à Limoges pour les projets d’économie sociale solidaire et d’innovation sociale

Présentation du salon B-Boost 2021 à La Rochelle Economie | 06/10/2021

La Rochelle accueille le salon B-Boost, dédié aux logiciels libres

Kenny Bertonazzi directeur général de l'entreprise d'insertion STEP (Pau) Economie | 05/10/2021

STEP : 20 ans d'innovation pour marier activité économique et inclusion

Le CFA des métiers de Boulazac accueille 900 apprentis Economie | 29/09/2021

La bonne dynamique de l'apprentissage en Dordogne

Autour de Guillaume-Olivier Doré, président de Finaqui, Ils sont une cinquantaine à avoir participer à la présentation de "Finaqui Evergreen" le 23 septembre 2021 Economie | 27/09/2021

Evergreen, le tournant "durable" de l'association régionale des business angels

Grande plage de Biarritz Economie | 27/09/2021

Saison touristique 2021 : La Nouvelle-Aquitaine s'en sort « la tête haute ».

Un avion d'Elixir Aircraft sur le tarmac de l'aéroport de La Rochelle où l'entreprise a son hangar Economie | 24/09/2021

Elixir Aircraft réinvente l'avion pour demain