18/08/22 : Eric, fondateur de Rediv à Hastingues (Landes), interviendra au cours de l'émission Capital, dimanche 28 aout à 21 h 10 sur M6. Une émission consacrée aux discounteurs qui bénéficient du boom de l'occasion, un marché qui devrait doubler d'ici 2025.

18/08/22 : Des travaux de nuit sont réalisés sur la rocade Sud de Bergerac jusqu'au 9 septembre pour réfection de la chaussée entre le giratoire de la Route d’Eymet et le giratoire « des sardines » (piscine AQUALUD). Les travaux se déroulent entre 20h et 6h.

18/08/22 : En quelques jours, Poitiers a perdu deux serviteurs. Henri Chevalier, premier président du CSC des 3 Cités et engagé au Stade Poitevin et au sein de l’OMS. André Guisiano, Zézé, joueur, entraineur et président du Stade Poitevin Rugby.

18/08/22 : Les urgences de la Polyclinique Bordeaux rive droite interrompent l'activité de nuit, du 19 au 28 août, de 20h à 8h, pour personnel médical insuffisant. Une infirmière orientera le patient en relation avec le 15. Le service reprendra le 28 août.

17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Fete de la terre des Jeunes agriculteurs de Gironde

    Lire

    Les Jeunes Agriculteurs de la Gironde et de la Vallée du Dropt organisent la Fête de la Terre ce dimanche 21 août à partir de 10 h, à Monségur, lieu-dit Prés de Nujons. Au menu le 66 ème concours départemental de labour, des démonstrations de matériels agricoles, une restauration concoctée par les JA, des jeux pour enfants et un marché de producteur. Sans oublier lancer de bottes de paille, courses en brouette, pêche à la ligne... Temps de convivialité entre citadins et ruraux, cette journée est aussi l’occasion de partager autour d'une passion.

  • 18/08/22 | Grêle : des mesures pour les agriculteurs sinistrés

    Lire

    À la suite des violents orages en Dordogne le 2 et le 20 juin, un fonds national d’urgence en faveur des exploitants sinistrés avec une enveloppe de 900 000 euros est débloquée pour la Dordogne, soit une aide de trésorerie exceptionnelle, pour un montant maximum de 5 000 euros par exploitant, qui sera versée dans les prochaines semaines. Des dégrèvements de taxe sur les propriétés foncières non bâties (TFNB) sont également prévues, charge aux propriétaires de les répercuter aux locataires fermier.

  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | "Intelligence économique" : vers une "cartographie" régionale

16/09/2019 | Ce lundi 16 septembre, la Région Nouvelle-Aquitaine a organisé une série d'ateliers pour définir une "feuille de route de l'intelligence économique". Explications.

1

Quelle est la place des régions en matière de stratégie économique des entreprises qui composent son territoire ? C'est à cette question (entre autres) qu'ont été invités à répondre des représentants du tissu économique local lors d'une première jourée d'ateliers pour élaborer une "feuille de route de l'intelligence économique" régionale, avant deux rendez-vous similaires à Limoges et Poitiers. On en a profité pour interroger Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional en charge de l'économie territoriale, sur les enjeux de cette stratégie coordonnée et les applications concrètes qu'elle souhaite mettre en place.

Ce lundi 16 septembre, la Région Nouvelle-Aquitaine tente de franchir une nouvelle étape dans sa stratégie de développement économique en lançant l'élaboration d'une "feuille de route Intelligence économique" pour la Nouvelle-Aquitaine. Son élaboration s'intègre dans les objectifs d'un SRDEII (Schéma Régional pour le Développement Economique, l’Innovation et l’Internationalisation) voté en décembre 2016 et a pour but de "massifier les actions de veille, de sécurité ou d'influence au bénéfice des entreprises et acteurs des filières du territoire, avec la définition concertée de priorités communes et spécifiques au tissu économique local. Deux autres journées d'ateliers de ce type (organisées avec une cinquantaine de représentants acteurs de l'économie régionale, publics comme privés) se tiendront à Limoges le 23 septembre et à Poitiers le 24 septembre. Un vote en plénière par les élus doit avoir lieu au printemps 2020. Nous avons demandé à Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l'Économie territoriale, de l'Économie sociale et solidaire, et de l'Intelligence économique, de tenter de nous expliquer les enjeux de cette feuille de route - face à un retard numérique européen régulièrement pointé du doigt - et l'intérêt d'une action régionale sur le sujet. 

@qui.fr - L'élaboration de cette feuille de route de l'Intelligence Économique fait partie des neuf "orientations stratégiques" du SRDEII. Quel est le but de ce dernier ?

Philippe Nauche, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l'Économie territoriale, de l'Économie sociale et solidaire, et de l'Intelligence économique - C'est le cadre dans lequel la Région mène une politique visant à favoriser le développement de l'économie, de la recherche et le transfert de technologies notamment. C'est un cadre très général au travers duquel, par exemple, on favoriser la recherche publique et privée ou l'innovation sociale et l'amélioration des conditions de travail via le programme Usine du Futur. Ça concerne beaucoup les grosses PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) mais ça cadre aussi la politique que l'on mène à l'égard des TPE (Toutes Petites Entreprises). En termes d'aménagement du territoire, c'est important d'accompagner la création, la transmission, la reprise et le développement des entreprises dans des petites bourgades parce que c'est ce qui fait le tissu de l'économie réelle (En Nouvelle-Aquitaine selon l'INSEE, plus de 95% des entreprises implantées sont des microentreprises). 

Dans le cadre de ce schéma, nous avions intégré dans plusieurs chapitres la nécessité de travailler sur l'intelligence économique. C'est un terme qu'il faut prendre dans son acception anglo-saxonne, à savoir la collecte d'informations et leur synthèse. On résume cette intelligence par la définition de toutes les procédures qui permettent de se protéger, d'anticiper et d'influencer. Anticiper, ça peut être notamment par le biais la veille technologique, effectuée souvent au niveau des clusters (on en compte plus de 70 en région) ou des groupements de même nature (comme les onze pôles de compétitivité), ou au niveau universitaire. En gros, c'est définir ce qui se passe chez nous et pas ailleurs, ou l'inverse, c'est connaître son environnement. C'est aussi se protéger parce que beaucoup d'entreprises détiennent un capital humain et intellectuel, des savoir-faire, des choses qui sont protégées ou non par des brevets. Il ne faut pas qu'elles deviennent des proies faciles. Dans ce domaine-là se situent aussi tous les problèmes de cyber-protection. Beaucoup d'entreprises sont aujourd'hui victimes d'hameçonnage avec des statistiques qui ne sont probablement pas complètes parce que les entreprises ne s'en vantent pas, d'où l'intérêt de les accompagner là-dessus. C'est enfin influencer, parce que lorsque des process sont développés au sein d'un secteur, comme par exemple l'agro-alimentaire, il y a souvent des batailles de normes. Si on ne les mène pas au niveau régional ou national, on se retrouve avec des normes qui ne sont plus adaptées à ce que nous faisons mais qui le sont à ce que font d'autres pays qui ont su s'y adapter. 

Il existait auparavant un commissariat à l'intelligence économique placé auprès du Premier ministre. Il est revenu à Bercy et a été transformé en structure s'occupant des informations stratégiques. Au fond, c'est la même chose. Mais autant l'État est dans son cœur de métier concernant les aspects sécuritaires et protection des grands opérateurs, autant le fait que l'on puisse aider les entreprises à prendre conscience des risques et être capables d'avoir une démarche défensive sur leur donnée et offensive sur l'organisation de l'information, c'est un rôle sur laquelle il est moins présent. L'information est aujourd'hui continue et permanente, la difficulté c'est de transformer un flux brut en quelque chose d'intelligible et d'utilisable. C'est le travail qui a été fait par la Région sur la veille technologique avec des entités universitaires, nous souhaitons pouvoir développer ça au niveau des clusters et des entreprises pour accompagner celles qui souhaitent avoir une démarche dans un but d'évaluation de la concurrence ou des normes existantes.

@qui.fr - Le dernier Indice de l'économique numérique et de la société (DESI) dévoile dans un rapport à l'échelle européenne paru en mai 2018 que la France occupe la 18ème place sur 28 en matière de développement numérique. Le rapport de la mission Villani sur l'intelligence artificielle et la sécurité n'est pas beaucoup plus tendre pour ce qui est des avancées en termes de cybersécurité. Quel est le rôle de la Nouvelle-Aquitaine dans le développement de cette compétence ?

P.N - Il y a en France une espèce de confiance dans les systèmes numériques qui n'a pas lieu d'être. Très peu de choses ne sont pas piratables (81% des entreprises françaises ont été attaquées en 2015). La Région n'a pas le même rôle que l'État qui, au travers de l'ANSSI, regarde les flux et s'intéresse aux grosses entreprises. Le nôtre, c'est plutôt de dire aux entreprises du territoire de prendre conscience de ces problématiques et de mener des actions en interne pour développer leur système de sécurité pour que l'on puisse les aider financièrement, à la fois sur le recrutement et la transformation numérique nécessaire dans ce domaine. Souvent, la première démarche d'intelligence économique dans une PME, ce n'est pas d'avoir un spécialiste de la cyberdéfense, c'est d'avoir quelqu'un à qui on confie la mission de vérifier s'il y a des failles de sécurité. Le seul fait de désigner quelqu'un en interne (gestion des mails personnels, des systèmes de communication) ne nécessite pas forcément de faire appel à des grands spécialistes. La stratégie, c'est d'avoir une politique publique d'intelligence économique complémentaire à l'échelle de l'État à l'échelle régionale.

Parallèlement, nous souhaitons mettre en place des règlements d'intervention pour les entreprises qui le souhaitent, à la suite de cette phase de sensibilisation que l'on va mener de pair avec l'État. Ça peut être fait début 2020 parce que tout le monde est d'accord pour le faire et qu'il suffit de mettre en places des critères communs. Pour ce qui est de la veille active (permettre à des entreprises de petite et moyenne taille d'accéder à des connaissances dont elles auraient besoin pour se développer et se singulariser), ce sera un peu plus long. Il faut arriver avec les représentants des entreprises à identifier la meilleure solution. Est-ce que ça se fera au travers des clusters que l'on va accompagner pour créer des bases de données à la disposition de leurs membres ? avec un accompagnement financier sur des entreprises d'intelligence économique privées qui peuvent faire un travail ciblé ? en boostant la recherche universitaire pour faire un travail pointu de recherche sur le traitement de l'information au travers de l'intelligence artificielle ? Au travers de toutes ces questions, on va devoir identifier une manière efficace de fournir un plus grand nombre de spécialistes sur ces questions. Ça va donner lieu à un budget dans le cadre de l'action économique de la région qui sera intégré dans différentes actions. Par exemple, dans le cadre du dispositif "Usine du Futur", il est probable que dans le règlement d'intervention qui sera mis à jour, on rajoute un volet "intelligence économique". 

@qui.fr - Comment cette feuille de route et la mise en place future d'une stratégie (votée au printemps en assemblée régionale) vont-ils s'intégrer dans les objectifs de NéoTerra, la stratégie régionale de transition environnementale ?

P.N - NéoTerra nécessite de l'ingénierie pour aller chercher les bonnes pratiques. On a besoin de comprendre les mécanismes de résistance et les stratégies d'influence qu'elles aillent plus loin ou à l'encontre de NéoTerra. La Région a besoin de transformer ses informations en connaissances et de comprendre les facteurs de réussites et les freins au développement. Ça nécessite d'avoir des informations et de les analyser, de les mettre en perspective pour comprendre dans quel paysage on est. Quand elle n'est pas défensive, l'intelligence économique est comme une cartographie pour savoir où on met les pieds quand on veut développer des actions. Avec NéoTerra, on va demander à beaucoup d'entreprises ou d'entités de modifier leur façon de faire. Il est important que cet effort n'aboutisse pas à des impasses économiques. Ça permettra à chacun de se faire une idée du cadre dans lequel il va évoluer.

Enfin, cette stratégie de l'intelligence économique est censée participer à défendre la place des Régions par rapport à l'Europe. La France a un retard sur tout ce qui concerne la normalisation, qui est aujourd'hui anglo-saxonne et pas toujours adaptée à notre paysage économique. Les régions font du lobbying à ce sujet à Bruxelles. On a souvent perdu la bataille de la norme parce qu'on ne l'a pas menée. On essaie donc se mettre à niveau.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
10044
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !