Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Interview : Yves Foulon parle de de la marque partagée du Bassin d'Arcachon, "un enjeu majeur"

11/09/2015 | C'est ce vendredi à Gujan-Mestras qu'a été lancé officiellement le travail collectif, avec les entreprises, partenaires publics et citoyens, une nouvelle marque partagée pour le Bassin d'Arcachon

Yves Foulon, maire d'Arcachon

10 communes sur le pourtour, 80 kilomètres de côtes et un potentiel touristique très fort, voilà qui pourrait résumer le Bassin d'Arcachon. Les maires du Bassin ont voulu aller au-delà de cette image, face à une concurrence touristique internationale toujours plus forte et malgré un été qui a fait carton plein. D'où le lancement officiel, ce vendredi 11 septembre, d'une marque partagée. Yves Foulon, maire Les Républicains d'Arcachon, nous détaille la genèse et les principales motivations de cette nouvelle stratégie de regroupement, dont le lancement est prévu l'été prochain et pour lequel en liaison avec le SIBA l'agence Co-Managing conduira la concertation.

@qui! - C’est ce vendredi 11 septembre qu’à lieu le lancement de cette nouvelle marque territoriale centrée sur le Bassin d’Arcachon. Que représente-t-elle et que va-t-elle apporter de plus au Bassin ?
Yves-Foulon
- C’est un enjeu majeur pour nous. Nous sommes un territoire très attractif avec une belle notoriété en France et en Europe. Mais nous sommes désormais dans un système concurrentiel massif, notamment avec internet, d’où ce besoin ressenti par tous de se forger une identité commune. Autrefois, c’était l’addition de nos différences et de nos complémentarités que nous mettons en valeur et qui constituait le Bassin en général. Aujourd’hui, nous voulons créer notre identité propre, une marque que l’on veut faire partager à toutes les collectivités, aux acteurs du tourisme et à la population dans son ensemble, les 150 000 habitants qui y vivent toute l’année mais aussi la population française et européenne qui a besoin de se retrouver dans une marque nouvelle.

@! - On parle d’un enjeu européen voire d’un rayonnement à l’international. Quels seront les ressorts de cette marque ? Qu’est ce qui forgera la nouvelle identité de ce territoire ?
Y.F
- C’est ce que nous allons évoquer dans les prochains mois avec l’ensemble de la population et des acteurs pour vérifier quelle est notre identité déjà acquise, ce que nous avons en commun et comment on peut l’identifier et le mettre en valeur. Il faut trouver une réponse à deux critères importants : le respect de ce que l’on est déjà et de nos entités et la valorisation du territoire. Le plan d’action, c’est que l’agence devrait être le pivot de la concertation. D’ici le mois de juin 2016, nous devrions avoir le lancement de la nouvelle marque avec un nouveau logo et une application très concrète.

@! - De plus en plus de territoires (Aveyron, Auvergne, Alsace, Limousin) font appel à ce type d’agence pour fonder ces marques partagées. Lyon, en 2007, en a été l’un des précurseurs. N’avez-vous pas peur que celle du Bassin soit diluée parmi toutes les autres ?
Y.F
- Je ne pense pas. Nous avons une originalité déjà reconnue. Nous sommes déjà dans une notoriété acquise. On sait très bien que le tourisme est le vecteur économique essentiel du Bassin d’Arcachon avec l’ostréiculture et la pêche. Nous allons donc conforter et valoriser cet existant.

@! - Le Bassin a-t-il vraiment besoin d’une marque de territoire avec tout son patrimoine, toutes les campagnes qui ont déjà été faites ?
Y.F
- Le Bassin a effectivement une identité, mais elle n’est aujourd’hui plus suffisante, pas suffisamment connue ni mise en valeur. C’est ce que nous allons essayer de faire. C’est une évidence et une nécessité de le faire dès aujourd’hui. La loi NOTRe va enclencher la création de très grandes régions avec une dilution de territoires à l’intérieur de la même région. Le Poitou-Charentes et le Limousin offrent aussi des capacités touristiques majeures. Cette dilution doit donc être contrebalancée par une identité nouvelle. Le phénomène du tourisme par internet, massif,  se rajoute à cette nouvelle concurrence. Pour y exister, il ne faut pas être un petit parmi les gros. Nous voulons donc monter d’une marche. Mais notre envie n’est pas uniquement motivée par le redécoupage des régions, elle existe depuis longtemps. Elle est simplement devenue, avec ces nouveaux dispositifs législatifs, une nécessité. Voilà pourquoi nous avons volontairement accéléré le processus.

L'info en plus : Pour l'instant, la mise en place concrète de cette marque territoriale autour du Bassin d'Arcachon est encore floue, mais le territoire devrait bien sûr capitaliser sur son tourisme (27 % du nombre de séjours réalisés en Gironde) et son économie autour de la pêche. Son coût n'a pas encore été officiellement chiffré, mais il pourrait être important. En 2012, une polémique avait éclaté quant au coût de la marque partagée demandée par la région Alsace (et dont la réalisation avait également été confiée à l'agence Co-Managing) : on avait parlé de 411 095€ pour sa création et entre 200 et 474 000€, tandis que l'enveloppe officielle était de 374 000 euros. Celle de la ville de Strasbourg, beaucoup plus modeste, aurait été chiffrée autour de 26 000 euros. Reste à savoir la somme exacte les dix communes du pourtour arcachonnais sont prêtes à mettre sur la table. C'est probablement ce qui sera dévoilé l'été prochain, lors de la présentation de la stratégie et du nouveau logo territorial. A noter tout de même que le Bassin dispose déjà d'une marque touristique, et que la notion de marque partagée est déjà en discussion depuis 2014. Qu'apportera cette nouvelle identité ? 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4679
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !