18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Interview : Yves Petitjean : "redonner confiance aux consommateurs"

17/11/2014 | Avant l'assemblée de la chambre de métiers et de l'artisanat de la région Aquitaine, son président Yves Petitjean, a abordé les préoccupations des artisans.

Yves petitjean, président des artisans de la région

Vendredi, les élus de la chambre de métiers et de l'artisanat de la région Aquitaine étaient réunis à Périgueux. Son président, le girondin Yves Petitjean a abordé plusieurs sujets d'actualité : le recul de l'activité continu depuis deux ans et demi et le moral des artisans, la réforme territoriale et des conséquences pour la chambre consulaire, la réforme de l'apprentissage, l'entrée en vigueur du compte pénibilité. Yves Petitjean prône des vraies mesures pour relancer l'économie en redonnant confiance aux consommateurs plutôt qu'une baisse des charges offertes aux entreprises.

@qui! - Après avoir enregistré un recul d'activité continu depuis deux ans et demi, comment se porte le secteur de l'artisanat et quel est le moral de ces chefs d'entreprises.
Yves Petitjean, président de la CMARA- Depuis dix trimestres, l'ensemble du secteur artisanal enregistre une baisse d'activité continue. Tous les secteurs sont touchés, y compris le secteur des métiers de bouche qui a résisté. Le bâtiment a le plus souffert depuis 2008. C'est la branche qui représente le plus grand nombre d'entreprises, près d'une sur deux. Pour la deuxième année consécutive, nous perdons des effectifs salariés.  La Dordogne par exemple a perdu 4000 emplois depuis 2008. Il y a des licenciements même si bon nombre d'artisans ont tout fait pour conserver leurs gars en attendant des jours meilleurs.  Bon nombre d'entreprises n'ont pas voulu s'investir dans la formation d'apprentis, y compris celles qui ont avaient l'habitude. Beaucoup n'en peuvent plus. Il y a encore quelques mois, on pouvait s'attendre un redémarrage d'activité pour la fin de cette année. Aujourd'hui, on sait que cela ne sera pas le cas. La sortie de crise, c'est au mieux pour le deuxième semestre 2015. Pour les métiers de bouche, les études montrent que les Français vont moins dépenser pour les fêtes de fin d'année. Ce qu'attendent les artisans, ce ne sont pas des énièmes réductions de charges sociales ou patronales. Il est assez logique de payer des charges. Lorsque les entreprises entrent du chiffre d'affaires, cela ne pose pas trop de souci. Ce que nous souhaitons, ce sont des commandes, des devis signés, des affaires. Il faut que chacun de nos concitoyens retrouve cette lueur d'espoir qui fait défaut. Il faut des vraies mesures pour relancer l'économie, redonner confiance aux consommateurs avec l'envie de faire des projets. Pour le secteur du bâtiment, il existe une formidable opportunité avec la rénovation énergétique. A nous et à nos concitoyens de la saisir.

@! - Vous évoquez la diminution des effectifs salariés et du nombre d'apprentis en formation. Que pensez vous des dernières mesures prises par le gouvernement ?
Y. P. - Depuis fort longtemps, le secteur artisanal est très attaché à l'apprentissage. Pour nos métiers, c'est un moyen de transmettre nos savoir faire et de renouveler les générations. Nos gouvernants avaient mis en place des coups de pouce financiers pour inciter les entreprises à prendre des apprentis. Puis ces aides modiques ont été remises en cause. En période de doute et d'incertitude, ces suppressions ont eu des effets dévasteurs, alors que le gouvernement affiche sa volonté de développer l'apprentissage. Aujourd'hui, les dernières mesures  prises par notre gouvernement vont dans le bon sens. Les entreprises de moins de 11 salariés qui embauchent un apprenti pourra percevoir 2000 euros par an et par apprenti à partir de janvier 2015. C'est un geste. Cette impression de yo yo, ce sentiment d'un pas en avant, un pas en arrière de la part de nos gouvernants ne contribuent pas à redonner confiance aux consommateurs et aux chefs d'entreprises.

@! - Parmi les sujets d'actualité abordés à Périgueux, il y a l'entrée en vigueur du compte pénibilité. Qu'en pense le secteur artisanal ?
Y. P. -
Cette mesure est absolument inapplicable dans nos entreprises, qui pour la très grande majorité sont des TPE à deux ou trois salariés. Comment un artisan va pouvoir définir ou demander de noter chaque jour à chaque salarié, ce qu'il a réalisé comme tâche dite pénible, s'il a porté des poids, s'il a travaillé dans le froid. C'est une contrainte supplémentaire dont nous n'avons absolument pas besoin. Qu'on aboutisse d'abord sur la simplification des tâches administratives, cela nous rendrait davantage service. Je vais plus loin, à mon  avis. C'est un non sens. Qu'est ce qu'un métier pénible ? L'est il par des horaires irréguliers ? Par le port de charge ? Par des gestes répétitifs? Le risque est que cela mettre l'accent sur certains de nos métiers réputés durs, dans le bâtiment notamment. C'est contre productif. Alors que les organisations professionnelles ont beaucoup travaillé  ces dernières années pour redonner une image positive auprès des jeunes de nos métiers, afin qu'ils choisissent cette voie. Notre secteur a fait beaucoup d'efforts pour rendre nos métiers moins durs, par l'amélioration des matériels.  

@! - Les élus régionaux sont réunis ce vendredi à Périgueux. Un des principaux sujets abordés est la future réforme territoriale. ? Où en est t-on actuellement ?
Y. P.  -
C'est le vrai débat du moment. J'ai déjà pris des contacts avec mes homologues du Limousin et de Poitou Charentes puisque nous allons vers une grande région à douze départements au lieu de cinq. En tant qu'organisme de service public, nous n'aurons pas le choix d'appliquer cette réforme territoriale. Elle aura inévitablement des conséquences sur l'organisation du réseau des chambres de métiers. Nous aurons l'obligation de mutualiser les fonctions supports, comme c'est déjà le cas, pour les trois chambres (Dordogne, Gironde et Lot et Garonne) qui ont fusionné en 2010, lors du précédent scrutin. Pour notre réseau, la future grande région compte 1600 collaborateurs des chambres de métiers : 750 sur les cinq départements aquitains et 147 en Dordogne. Cela supppose une vaste réorganisation des services : celle ci doit se faire sans casse pour nos collaborateurs, sur la base du volontariat. Certains seront amenés à changer de fonction et bénéfieront de formations. Certains départs volontaires ou en retraite ne seront pas remplacés. Quant aux prochaines élections aux chambres de métiers, le prochain scrutin doit avoir lieu normalement en novembre 2015. Mais ne connaissant pas les modalités, on ne sait pas s'il aura lieu à la date prévue.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6559
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !