Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/04/21 | Régionales : Geneviève Darrieussecq officiellement candidate

    Lire

    La ministre Geneviève Darrieussecq représentera la majorité présidentielle - entre autres UDI et Mouvement Radical - pour les prochaines élections régionales (20 et 27 juin). L'ancienne Maire de Mont-de-Marsan souhaite rapprocher la région de ses habitants avec une politique en trois axes : « Une Région de la proximité, une Région qui protège et une Région du progrès », éclaire-t-elle. Geneviève Darrieussecq estime qu'il faut du « sang neuf, de l'alternance » après 23 ans de règne d'Alain Rousset sur l'ex-Aquitaine et la Nouvelle-Aquitaine.

  • 16/04/21 | Une nouvelle sous-préfète à Oloron-Sainte-Marie

    Lire

    Depuis le 15 avril, Anna Nguyen est la nouvelle sous-préfète d’Oloron-Sainte-Marie (64). Elle a débuté sa carrière au Ministère en charge du budget avant d’être au Secrétariat général aux Affaires Européennes du Premier Ministre. Cette jeune diplômée de l’ENA était avant sa prise de fonction cheffe du bureau Aménagement, logement et développement économique à la Ville de Paris.

  • 16/04/21 | Festival BD d'Angoulême : le nouveau directeur artistique s'en va déjà

    Lire

    Fred Felder, codirecteur artistique du festival international de la bande-dessinée, quitte ses fonctions après une dizaine de mois de collaboration. "Le rapprochement espéré réciproquement n’a pas abouti à une démarche et à un projet pleinement partagés", informe l'organisation du festival dans un communiqué. Le festival prévoit de le remplacer rapidement, et de nommer un directeur artistique adjoint en charge du secteur asiatique. Sonia Deschamps, codirectrice artistique, assure l’intérim.

  • 16/04/21 | Revatec favorise le réemploi

    Lire

    L’association Revatec à Guéret avec une vingtaine d’acteurs issus des secteurs de l’économie sociale et solidaire porte le projet Remise En Valeur des Aides Techniques. Ce projet consiste en la création d’un centre de récupération, de remise en état et de redistribution des aides techniques « occasionnelles » à destination des personnes en perte d’autonomie. Associé à cette démarche, le pôle domotique de Guéret permet à l’association de présenter les différents matériels via un showroom.

  • 16/04/21 | E-sport: Rebound Capital Games saisit la balle au bond!

    Lire

    A Angoulême, Rebound Capital Games, studio de développement et d’édition de jeux vidéos de sport, va construire un catalogue de jeux vidéos sous licences sportives afin de sortir un jeu tous les 18 à 24 mois. Le studio va également développer un de ses jeux sur PC, Tennis Manager, qui est le 1er jeu de simulation de tennis réaliste permettant de gérer toutes les tactiques et stratégies mises en œuvre lors d’un match.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Invivox : la digitalisation des formations santé

18/03/2021 | La start up Invivox propose des formations à destination des personnels de santé. Avec la crise sanitaire, elle s'est digitalisée et forme davantage de personnes.

Julien Delpech, directeur général d'Invivox

La start up Invivox, qui propose des formations aux professionnels de la santé, a du se réinventer avec la crise de la Covid-19. Pour cela, et comme beaucoup d'autres secteurs d'activité, elle est passée par la voie de la digitalisation. Ce qui a entrainé un réel changement de paradigme par rapport à la formation. Ce nouveau format permet notamment de se former de manière plus régulière, à coût moindre et d'avoir accès à certaines formations en continu via la plateforme.

Invivox, le booking de formation. La start up a vu le jour il y a quatre ans. Pour se former, les médecins plébiscitaient beaucoup le tête-à-tête. Pour faire simple, ils se rendaient directement chez un confrère et suivaient une opération ou se renseignaient sur une technique opératoire par exemple. Mais vous vous en doutez bien, ce n'était pas une mince affaire à organiser ! C’est là qu’Invivox intervient ! « On est un peu le booking de la formation médicale », explique Julien Delpech, directeur général de la start up. « Un praticien met son expertise au profit des autres. Par exemple un cardiologue au CHU de Bordeaux nous donne une disponibilité, avec un type d’opération et le nombre de personnes qu’il peut recevoir, et nous on pousse la formation vers une communauté de professionnels ». Pour le reste, tout se fait en ligne à travers l’agence de voyage d’Invivox. Mais ça... c’était avant que la Covid ne vienne tout bousculer ! « Ce modèle s’est évidemment écroulé avec la crise sanitaire, et l’offre de service de voyage avec. 

« En quelques semaines, il a fallu se réinventer, trouver un nouveau format de formation. » Mais Invivox a su rebondir. Et plutôt bien, puisque la start up n’a subi aucune casse sociale. Mais alors, comment ont-ils fait? Avec son équipe de 33 employés, Julien Delpech a fait fonctionner sa matière grise. Et on peut le dire, le résultat se veut plutôt concluant ! L’idée a été, comme dans beaucoup d’autres domaines, de digitaliser l’offre de formation. Avec une plateforme très ergonomique et facile d’utilisation, Invivox met au service des professionnels de santé des formations gratuites ou payantes. Un pari qui n’était pas forcément gagné d’avance, puisque « la médecine était très peu digitalisée avant. Mais une habitude s’est créée sous la contrainte », explique le directeur général.
L’idée est donc de proposer des contenus sous forme de webinaires, de classes virtuelles. Au final, ils sont passés de 4 000 professionnels de santé formés en 2019, à 44 000 en 2020 (66% en France, 21% en Europe, 13% ailleurs dans le monde). « Ça s’explique notamment par le fait qu’un médecin peut avoir autant 3 personnes qui suivent sa formation derrière un écran, que 700. Pour lui, ça ne change rien ». Pour Invivox, c'est une augmentation de 127% du chiffre d’affaires sur l’année 2020.  

Franchir les frontières

Toucher beaucoup plus de monde en même temps n’est pas le seul avantage de ce nouveau format ! Cela permet de se former beaucoup plus régulièrement, puisque l’offre de formation est importante sur la plateforme. « On propose des formats plus courts, de trente à quarante-cinq minutes. Mais cela permet de réitérer l’expérience de façon plus régulière ». On est là, face à un changement de paradigme par rapport à la formation. L’avantage également, et c’est un pan sur lequel Invivox veut davantage se développer, c’est de pouvoir franchir plus facilement les frontières. « On souhaite vraiment démocratiser l’accès à la formation médicale pour les médecins du monde entier. Faire de la France une véritable référence en matière de formation ». Parce que si Julien Delpech est sûr d’une chose, c’est que les professionnels de santé ne reviendront pas en arrière pour se former

Capture d'écran du site, avec les différentes formations proposées

Capture d'écran de la plateforme Invivox avec différentes formations proposées. 

Mais comment peut-on passer d’une formation au bloc opératoire à une classe virtuelle ? Ce n'est pas si compliqué. Sur la toile des tonnes de vidéos d’opérations sont disponibles en libre accès. L’idée, c’est que le praticien commente une technique opératoire, en illustrant ses propos avec cette vidéo. Ce qui lui enlève du stress d’une part, et cela lui permet de pouvoir revenir en arrière et insister sur certains points. Mais pour que tout cela aboutisse, il a fallu évidemment former et accompagner les personnels de santé, vers la digitalisation. « On pensait qu’ils seraient réticents, et au final, pas du tout ! », se réjouit le directeur général. 

La formation pour tous  

L’avantage de ce nouveau format, c’est d’avoir un accès à l’information, même après coup, puisque certaines vidéos restent disponibles à la demande sur la plateforme d’Invivox. Récemment, la start up a débuté un partenariat avec Banlieue santé, une association dont le but est de faciliter l’accès à la santé pour tous. « Abdelali El Badaoui - président de Banlieue Santé - travaille avec plus de 220 associations. Banlieue Santé sert alors de relais pour les formations que l’on propose, pour son réseau associatif », explique Julien Delpech. « C’est vraiment parti d’un intérêt commun, de multiplier les formations pour les personnels de santé ». Invivox et Banlieue Santé ont pu constater que les personnels de santé ont moins accès à la formation. Certaines formations sont payantes mais ce n'est pas le cas pour toutes, et il est très simple de s'inscrire. « C’est simple comme deux clics ».

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5936
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !