Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Passage de témoin pour le tourisme dans le 64

05/06/2018 | Alternance: le Béarnais Jacques Pédehontaa succède au Basque Max Brisson à la tête de l'Agence d'attractivité et de développement du tourisme des Pyrénées Atlantiques

Bureau Agence de tourisme du 64

Cela faisait partie de l'accord basco-béarnais, entre les deux responsables de cette structure touristique, un département 64 touristique bicéphale. Au bout de trois ans, le président - et sénateur- basque Max Brisson a changé de rôle, passant le relais au maire béarnais de Laas et conseiller départemental, Jacques Pedehontaa dont il endosse le costume de vice-président. À Pau comme à Bayonne, la passation s'est effectuée en présence du président du Conseil départemental Jean-Jacques Lasserre, afin de démontrer l'importance des territoires dans le tourisme et sa confiance en cette AaDT.

Il s'agit d'une alternance et non d'une cohabitation, même si les deux élus sont de tempérament totalement opposé; d'un côté un Brisson ardent, de l'autre, un Pédehontaa plus effacé qui ont expérimenté une nouvelle gouvernance touristique dans un département bicéphale. C'était le deal de fonctionnement. Afin que l'on ne soupçonne pas le Pays Basque, sa culture, sa côte et son arrière-pays d'évidente notoriété de paraître hégémonique, il était convenu que le vice devienne président et vice... versa au bout de trois ans. Le passage de témoin à la tête du tourisme départemental s'est dans un premier temps effectué lors de l'assemblée générale de l’AaDT Pays Basque/Béarn Pyrénées/Tourisme à Salies-de-Béarn. Avant de s'effectuer trois jours plus tard dans les locaux de l'antenne du Conseil départemental à Bayonne (notre photo). En présence du directeur de l'AaDT, Denis Ulanga, mais aussi du référent de la nouvelle Communauté territoriale Pays basque, Daniel Olçomendy, le maire d'Ostabat, conseiller en charge du Tourisme, de la nature et du patrimoine. Qui après avoir fait part de son désir de synergie avec la structure départementale et la nouvelle Communauté territoriale, va se lancer dans un gros dossier, avec la Ville de Bayonne et quelques communes: la célébration du 20e anniversaire de l'inscription du bien culturel des Chemin de Saint-Jacques de Compostelle au patrimoine mondial de l'Unesco.

L'incontournable place du Département

En introduction, le président du Conseil départemental Jean-Jacques Lasserre, rappelait ces dernières années consacrées à "caler au niveau des responsabilités et des compétences son entité dans un concert institutionnel qui a évolué. "Avec la volonté à rester de plain-pied dans cette activité touristique, de ciseler le dispositif et le rendre plus adapté au temps moderne, dit-il. Qui s'est accompagné aussi d'un grand mouvement en interne. Le tourisme n'a pas échappé à cette règle. Et il fallait que le département garde sa place, une place à bien identifiée. Il fallait que nous soyons offensifs pour le tourisme en tant qu'activité économique mais aussi parce qu'il est un des éléments principaux dans l'aménagement du territoire dans un département extrêmement diversifié, comme peu en France". Il ajoutait: "Le statut a donc évolué, passant de Conseil départemental du Tourisme (CDT) en Agence d'attractivité et du développement du tourisme. Afin de bien démontrer, marteler  un département à vocation de promotion, de développement  et un statut qui soit force d'ingénierie afin qu'il tienne un rôle pivot entre tous les acteurs, l'ensemble des offices, tous les professionnels".

"Des gènes différents mais une passion commune"

Jacques Pédehontaa  Agence 64 de tourisme

Des grandes lignes sur lesquelles tiendra à revenir le sénateur Max Brisson. "Dans la loi NOTRe, en 2015, le tourisme n'était plus dans le champ des compétences du département et une grande partie de ce qu'il met en œuvre dans le domaine économique", a-t-il rappelé. C'est la navette Parlementaire - Sénat, qui a contribué à ce que le tourisme reste une compétence partagée. Après restructuration importante dont l'intégration des Offices de tourisme et un budget touristique offensif, prioritaire, il y a eu une organisation qui a été totalement aménagée et pensée entre Jacques Pédehontaa, le vice président chargé du secteur béarnais et moi: deux destinations, deux conseils de destinations avec des situations, des objectifs différents. Nous avons construit une politique sur deux destinations. Donc des choix différents. Une organisation qui va durer. On est différents, dans nos gènes, dans ce qui nous motive et dans nos modalités d'action mais dans le fond on n’est pas si différent que cela et on s'est plutôt trouvés, animés par la même passion. L'attelage a fonctionné en raison de la volonté commune de nos territoires et Jacques a été d'une loyauté totale. Comme vice président que je deviens, il y aura la même loyauté". "Tu pilotes la destination Béarn, je piloterai, sous ton égide la destination Pays basque..", conclut-il en se tournant vers le nouveau président.

Jacques Pédehontaa, (notre photo avec Denis Ulangaà sa droite) à la tête d'une association qui compte 29 collaborateurs, aura bénéficié de trois années pour observer et il ne fait pas de doute, le maire de Laas, l'a confirmé à Bayonne la synergie entre ces deux "superbes entités touristiques " sera le maître mot de son travail. "Il y avait deux marques dans le département: la marque Pays basque et la marque Béarn-Pyrénées. Si ce n'est que la nôtre allait jusqu'à Collioure. C'est aujourd'hui le passage de flambeau. Il y a deux choses qui me tiennent à cœur: mettre l'AaDT au service des acteurs locaux. Elle est à la fois une association mais c'est aussi le bras armé du Conseil départemental, qui s'appuie sur un schéma de développement touristique, sauf que, sans les acteurs locaux que sont les autres institutions, sans les professionnels qu'ils soient basques ou béarnais, on ne ferait pas grand-chose et on se doit d'être à leur service comme l'outil de la promotion et de l'ingénierie de l'économie touristique de ce département. Deuxième point, mieux faire connaître encore nos actions et notre travail sur le terrain. Il y en a qui n'ont pas encore très bien compris le changement CDT, AaDT. Il faut mettre un peu plus en avant ce que l'on fait. Dernier point enfin, dans l'ancien modèle CDT, on travaillait beaucoup en silo, le sport d'un côté, la culture de l'autre, le tourisme avec nuitées d'un côté l'agriculture de l'autre, sauf que le tourisme est un tout. Les touristes qui viennent en Béarn ou en Pays basque dont la  comptabilité se fait en termes de nuitées, s'ils ne trouvent pas dans le plus petit des villages de la vallées de Baigorri ou d'ailleurs l'agriculteur qui valorise ses produits, s'il ne trouve pas l'artisan à Nay, un des derniers fabricants de cloches et qui perpétue une tradition pastorale incroyable, de bonnes petites auberges, ça ne peut pas fonctionner. L'économie touristique, c'est le patrimoine, le sport et les randonnées ou le ski, la gastronomie qui font  un certain art de vivre propre aux Basques et aux Béarnais et c'est ce que je vais très modestement essayer de porter..." (1)

Mais il y a de quoi être optimiste. Comme en témoigne une action qui n'est pas forcément connue avec laquelle le nouveau président a conclu l'assemblée générale de Salies. "Depuis une douzaine d'années, le CDT devenu AaDT  convoque les professionnels pour une journée d'avant saison qu'on appelle le doc market afin de réunir tous les acteurs et professionnels du tourisme. Cette année, c'était à Chemin Bideak, à Saint-Palais. Il y avait 112 professionnels du tourisme du département, les 12 0ffices de tourisme basques et béarnais, 8 Offices du tourisme du Pays basque sud, de la Navarre et de l'Aragon, de Bilbao à Saragosse, 6 Offices de tourisme landais et 3 prestataires des Hautes-Pyrénées. L'économie touristique, c'est ça. Il n'y a que 3 départements comme nous cumulent montagnes et mer: les Alpes Maritimes, dans une moindre mesure les Pyrénées Orientales et nous. Alors Pays basque et Béarn ne soyons pas concurrents mais complémentaires.

(1) Deux fascicules collections loisirs 2018 très complets que l'on peut trouver dans les offices  de tourisme ou sur internet:
Vivez l'instant Béarn-Pyrénées ou sur le site: www.bearnpyrenees-tourisme.com

En mode Pays basque, ou sur le site: www.paysbasque-tourisme.com

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
6678
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !