Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

  • 28/02/20 | Exposition "Espace Nature" à Rochefort Océan (17)

    Lire

    Du 25 février au 28 mars 2020, l’Expo Espace Nature aura lieu à Rochefort Océan, pour le plaisir des visiteurs qui découvriront au fil des photographies un périple de 18 mois sur le thème de l’écohabitat. L’occasion de découvrir d’autres modes et matériaux de construction en accord avec l’environnement. A travers ces images, l’exposition tend à ouvrir le champ des possibles dans l’esprit des visiteurs, en encourageant l’émergence de nouvelles pratiques.

  • 27/02/20 | L'octogénaire qui avait attaqué la mosquée de Bayonne est décédé

    Lire

    Claude Sinké, 84 ans, soupçonné d'être l'auteur de l'attaque de la mosquée de Bayonne qui avait fait deux blessés est décédé. Placé en détention provisoire au Centre pénitencier de Mont-de-Marsan, le procureur de la ville a indiqué qu'il était décédé mercredi après avoir été conduit aux urgences de l'hôpital, son état de santé s'étant aggravé. Il disait vouloir "venger l'attentat de Notre Dame de Paris" dont il pensait que la responsabilité de l'incendie incombait à des musulmans.

  • 27/02/20 | La Charente-Maritime décroche le label "vélo et fromage" au SIA

    Lire

    Au Salon International de l'Agriculture de Paris, le Département de la Charente-maritime a obtenu le 26 février le label "Vélo & Fromages".Lancé en 2018 par l'Assemblée des Départements de France, ce label vise à faire découvrir aux amateurs de randonnées à vélo les produits fromagers du terroir. Le premier itinéraire labellisé en Charente-Maritime fait découvrir une quarantaine de sites fromagers sur un parcours de 154 km, qui démarre à l’entrée Nord du département, sur la Vélo Francette.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Aéroport de Pau: L'Europe impose une réduction de 15% de l'investissement public

19/03/2014 | De nouvelles lignes directrices européennes limiteront l'investissement public dans l'Aéroport de Pau-Pyrénées à 75% du montant total, une réduction de 15%

L'Aéroport de Pau recevra15% moins d'investissement publique obligé par l'Europe

Le Syndicat Mixte de l'Aéroport de Pau-Pyrénées (SMAPP), propriété du Conseil Régional (31%) et de 16 collectivités territoriales (69%), devra réduire de 15% son investissement dans l’infrastructure béarnaise. Depuis 2007, le SMAPP a financé à hauteur de 90% ces coûts, la CCI Pau-Béarn, l'exploitant, apportant le 10% restant. L'Europe limite désormais l'investissement public aux aéroports accueillant moins d'un million de passagers par an à 75% du total. Parallèlement, le SMAPP, dont le président Bernard Uthurry est en même temps vice-président du Conseil Régional, délibère sur le mode d'exploitation de l'aéroport à partir de 2015. L'arrivée possible des lignes low cost fait également l'objet d'un débat politique.

De nouvelles lignes directrices de la Commission européenne approuvées le 20 février dernier limitent dorénavant l'investissement public aux aéroports et aux lignes aériennes. Pour les aéroports accueillant moins d'un million de passagers par an, cette aide ne pourra dépasser 75% du montant investi. C'est le cas de l'infrastructure paloise, propriété du Syndicat Mixte intégré par le Conseil  Régional  (31%)  et  16  collectivités  territoriales  (69%),  dont  le  Conseil  Général  des Pyrénées Atlantiques, la Communauté d'Agglomération de Pau et la Communauté de Communes de Lacq. L'exploitant de l'aéroport, la CCI Pau Béarn, bénéficie de la concession jusqu'en 2015.

Entre 2007 et 2013, le SMAPP a versé 6,7 millions d'euros pour un programme dont le coût total est estimé à environ 9 millions, soit une part d’autofinancement via la CCI Pau Béarn de 26%. Ce type de financement vise la  mise aux normes et le maintien en bonnes conditions opérationnelles de l’infrastructure. Toutefois, au sens des nouvelles lignes directrices de l'UE, l'investissement apporté par le SMAPP au cours de cette même période est estimé à 90%, indique Cyril Socolovert, chargé de mission auprès du premier vice­-président de la Région et président du SMAPP, Bernard Uthurry.
PrioriserLors d'un entretien avec Aqui.fr, Bernard Uthurry reconnaît que le SMAPP est obligé de passer de 90% de l'investissment total à 75%. Ainsi, jusqu'à la fin de la concession accordée à la CCI Pau Béarn en 2015, il faudra "voir quels sont les investissements réellement prioritaires pour l'aéroport", ajoute Cyril Socolovert. Les investissements prévisionnels pour la période 2013­-2015 sont estimés à 8,2 millions d'euros, selon ce qu'on peut lire sur le site web du Conseil Régional. "Ils sont garantis. Ils seront peut­ être phasés un peu différemment. Le delta de 15% va permettre de faire les choses en douceur", affirme Bernard Uthurry.

L'Europe a également limité les aides publiques vouées à couvrir le déficit des coûts d'exploitation des aéroports, c'est­-à­-dire, les hypothétiques pertes provoquées par sa gestion. Ce n'est pas le cas de  celui  de  Pau­-Pyrénées,  assure Cyril Socolovert: "Les recettes de l’aéroport couvrent ses charges. Le SMAPP n’a donc jamais apporté d’aide au fonctionnement, puisqu’il n'y a pas de déficit, et ne l’envisage pas dans les années à venir".
Future concession

Bernard Uthurry, premier vice président du Conseil régional, chargé des transports.

Les  conditions  de la future  concession de l'aéroport joueront sans  doute  un rôle  décisif sur son financement, signale Cyril Socolovert.  Aujourd’hui  l'infrastructure  est  concédée  comme  une délégation de service public particulier, au risque et péril du SMAPP, ce qui contraint ce dernier à couvrir de 90% des investissements: "Toutes les règles de jeu pour cette concession­ là vont être complètement changées. Tout est ouvert", assure-­t-­il. Les négociations pour trouver la nouvelle formule d'exploitation de l'aéroport s’entameront une fois le renouvellement du SMAPP terminé, soit à l'issue des élections municipales et des communautés de communes. "On est pour l'instant dans des discussions ouvertes avec la CCI Pau­Béarn, et  tout cela prendra forme au mois de juin", affirme Bernard Uthurry.
Low­cost : ses dégâts...

Entre 2008 et 2013, l'Aéroport Pau­-Pyrénées a perdu 170.000 passagers, soit un recul de 21%. Néanmoins, il a accueilli 645.500 voyageurs en 2013, marquant ainsi une hausse de 5,91%. Cette croissance s'est maintenue lors des deux premiers mois de 2014. Bernard Uthurry considère que l'infrastructure est maintenant en "équilibre", et signale que les pertes des dernières années sont dues à la crise et à sa qualité d'aéroport d'affaires: "Ce n'est pas un aéroport touristique comme peut l'être Biarritz, ou Tarbes avec le tourisme religieux de Lourdes". Il blâme également Ryanair pour la fermeture de trois lignes en 2011, mettant en avant "la voracité de cette compagnie aérienne consommant l'argent public". La suppression de ces lignes, réouvertes par la compagnie irlandaise au départ de Lourdes, Biarritz et Béziers, a provoqué une perte d'environ 100.000 passagers, pointe­-t­-il.
...mais la porte est ouverteNéanmoins, la porte n'est pas fermée aux compagnies low cost. Le président du SMAPP rappelle que les vols à bas coût qui opéraient à Pau étaient financées en partie par une régie autonome qui regroupait certaines collectivités, dont la Communauté de Communes de Lacq et la Communauté d'agglomération de Pau. Cette régie a été dissoute "parce qu'elle n'obéissait plus au cadre législatif du moment". Toutefois, le SMAPP est en train de constituer "un syndicat à la carte qui permette aux collectivités de financer ou pas, selon leur décision politique, le démarrage de nouvelles lignes aériennes, et notamment les low cost".

Selon Bernard Uthurry, le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques semble aller dans l’idée d'une participation dans ce nouveau syndicat, mais de son coté essaie d'ouvrir d'autres pistes, notamment la sollicitation à Air France d'une politique tarifaire plus baisse. La Communauté de Communes de Lacq-Orthez  et  la  Communauté  d'agglomération  de  Pau "étaient  parties  prenantes" pour y participer. "Quant au Conseil Régional que je représente, il n'est pas favorable au soutien des low cost parce qu'il est davantage tourné vers une intermodalité plus appuyée sur le train que sur l'avion", ajoute-­t­-il. En tout cas, l'Europe restreint les aides en ce domaine également: les administrations publiques ne pourront financer que 50% des coûts de démarrage d'une ligne aérienne lors des trois premières années de sa mise en service.

Par rapport  à l'offre actuelle, le vice­président régional admet que pour l'instant l’attractivité  de Pau s'est faite par la possibilité d'aller plusieurs fois par jour à Paris, et notamment à Orly. "Sa faiblesse c'est le coût du voyage, qui est trop élevé, bien que la politique tarifaire d'Air France pour des places qu'il faut réserver longtemps à l'avance contribue à booster la fréquentation de l'aéroport". Avoir un seul opérateur qui assure 90% de l'offre "n’amène pas une baisse de tarifs suffisamment importante".
Aéroports voisins et le futurLes nouvelles lignes directrices européennes limitent également à 25% le financement public aux aéroports qui accueillent entre trois et cinq millions de passagers par an, tels que Bordeaux­-Mérignac, et à 50% celui des aéroports qui accueillent entre un et trois millions, tels que Biarritz. Mais Bernard Uthurry ne le perçoit pas comme une menace: "L'Aéroport de Bordeaux­-Mérignac est en expansion et se suffit à lui­-même. L'Aéroport de Biarritz est moins que celui de Pau inféodé à un seul opérateur. Pour l'instant, il ne semble pas ébranlé par les décisions de Bruxelles".

Quant aux relations entre Pau et Tarbes après l'affaire Ryanair, Bernard Uthurry fait confiance pour qu'elles soient "intelligentes". Les deux parties travaillent actuellement sur une offre touristique valorisante à la fois pour la Bigorre et le Béarn. "Sous le regard de Bruxelles, on ne pourra pas faire comme si on n'était pas séparés de 30 kilomètres et qu'on n'était pas à 40 minutes les uns des autres par une voie autoroutière". Effectivement, la Commission Européenne oblige désormais à notifier des aides publiques à un aéroport dès qu'une autre infrastructure aérienne est proche (moins de 100 kilomètres ou 60 minutes par la route, ce qui est le cas vis ­à ­vis de Tarbes).

D'ailleurs, l'arrivée de la LGV à Bordeaux à l'horizon 2017 va permettre de raccourcir le trajet entre les centre­villes de Bordeaux et Paris, mais aussi entre Pau et la capitale. L'heure gagnée entre Bordeaux et Paris elle est gagnée au même temps par les gens au sud, qu'ils soient à Bayonne, à Pau ou à Tarbes, pointe Bernard Uthurry. "Mais l'aéroport devra rester un outil de développement du territoire", ajoute­-t­-il.

Pau Dachs
Par Pau Dachs

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
3809
Aimé par vous
46 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !