Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/07/21 | Ouverture des candidatures pour la Semaine de la Diversité 2022

    Lire

    Pour la 6ème édition, la Ville de Bayonne organise du 1er au 8 mars 2022 la Semaine de la Diversité et de l’égalité des droits. Jusqu’au 20 septembre, les associations peuvent déposer leurs propositions sur les thèmes de la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité ainsi que de la diversité culturelle et de la citoyenneté. Les projets sélectionnés percevront une aide de la ville. Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Ville

  • 30/07/21 | A la découverte du bijou régional

    Lire

    Jusqu’au 19 septembre, le Musée Bernard d’Agesci de Niort propose l’exposition « Le bijou régional, une spécialité niortaise, fonctions, types ». Les visiteurs partiront à la découverte de plus de 200 bijoux traditionnels, d’outils et de machines ayant servi à leur fabrication. Autour de l’exposition, le Musée propose également 2 accrochages dans le grand hall : « Trésors d’archéologie : parures et objets de prestige » et « Bijoux contemporains ».

  • 29/07/21 | France Relance : Repeuplement forestier, les entreprises lauréates landaises

    Lire

    Forelite-Evolution à Arue, la SCEA Pépinières Planfor à Uchacq-et-Parentis, Bois de Gascogne à Saint-Eulalie-en-Born, Landes Forêt à Levignac, Planfor SAS à Uchacq-et-Parentis sont les 5 entreprises landaises soutenues dans le cadre du plan France relance pour leurs investissements dans des outils et matériels performants pour la production de plants qui seront utilisés pour le repeuplement forestier. Objectif: permettre plus de compétitivité et de résilience face aux défis climatiques. Au total, un coup de pouce de 386 470 euros.

  • 29/07/21 | La Nature a rendez-vous en Creuse en août

    Lire

    Tout au long du mois d’août, la Réserve Naturelle de l’étang des Landes en Creuse propose aux petits et aux grands des « Rendez-vous Nature ». Le 6 août, les petits pourront observer le plumage des oiseaux, le 11 août, partez à la découverte de la vie des abeilles en devenant le temps d’une journée un apiculteur ou encore devenez explorateur avec 4 épreuves sur le thème des oiseaux le 18 août. Programme et réservation

  • 29/07/21 | Les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes

    Lire

    Comme chaque année, les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes au public. Cette année, le rendez-vous est donné du 30 juillet au 1er août pour découvrir ou redécouvrir les vins et leur mode d’élaboration. Le public pourra par exemple pique-niquer au Château Tour Bel Air et se balader au milieu du vignoble Médocain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | "L'apprentissage est une filière royale", Christian Stalter, président des Chambres de métiers

04/12/2019 | Christian Stalter estime que le moment est venu de développer cet enseignement à débouchés qu'est l'apprentissage.

Christian Stalter

A Bayonne, Christian Stalter, président national des Chambres de métiers a profité, fin novembre, des deux jours de séminaire des 150 directeurs de Centre de formation des apprentis pour inviter la ministre du travail Muriel Pénicaud à venir juger sur pièce de l'excellence de l'enseignement pratiqué. L'occasion aussi, d'une certaine manière, de rappeler aux parents et aux enseignants que l'apprentissage est une formation noble qui permet à ses élèves de trouver un emploi et pour, selon des études de différents organismes, permettre à 30% d'entre eux de devenir leurs propres patrons.

@qui! : Votre visite à Bayonne illustre-t-elle les objectifs que vous attendez des Centres de formation professionnels?

Christian Stalter: Je pense qu'ici vous avez un centre de formation d'apprentis où il y a tout. L'apprenti et la culture normale de l'apprenti, des mineurs non accompagnés, des jeunes en reconversion, d'autres qui font des formations courtes... Et pour moi il était important, vital, que je voie sur le terrain ce qui se pratique, ce qui se fait afin d'être le porte-parole des Centres de formation.
Deuxième sujet, on va recevoir l'ensemble des directeurs de CFA, les centres de formation d'apprentis. Ils seront cent cinquante, venus de toute la France pour discuter, car pour moi l'objectif est de porter la réforme proposée dans la mesure où elle facilite et simplifie le recrutement de ces apprentis pour les former. Il est temps de mettre fin au déficit d'appréciation dont ils sont l'objet, quand la conjoncture économique démontre le nombre de secteurs économiques qui leur tendent les bras aujourd'hui.

"Etre payés, d'avoir un pied à l'étrier et de s'épanouir dans le travail"

@!: Elle est un aboutissement pour le président des Chambres de métiers que vous êtes?

C.S.: Cela fait 25 ans, je dis bien 25 ans que l'on dit que l'apprentissage est une filière royale et on ne nous a jamais écouté donc je me mobilise avec les directeurs de CFA pour transformer l'essai et que, demain, l'apprentissage soit une voie royale comme la filière universitaire avec laquelle nous n'avons pas de concurrence à avoir. Il faut juste être épanoui dans ce que l'on fait. Et l'alternance, qu'elle soit à 15 ans ou à 25 ans, permet aux apprentis d'être payés, d'avoir un pied à l'étrier et de s'épanouir dans leur travail. Nous avons fait le tour de tous les ateliers avec la ministre du Travail, Muriel Penicaud, et elle a constaté comme moi, qu'ils étaient tous passionnés.

@! : Il y en a qui le sont moins dans d'autres domaines universitaires?

C.S.: Regardez, le 14 juillet, vous aviez sur Parcours Sup 60 000 étudiants qui ne savaient pas ce qu'ils voulaient faire. 60 000!! Chez nous ici, on a bien constaté aujourd'hui qu'ils étaient passionnés et ne connaissaient pas ce genre d'angoisse du lendemain, confirmant que le Centre de formation de Bayonne était exceptionnel. Au-delà des chiffres de possibilités d'embauche, il y a la considération humaine qui doit être prise en compte.

@! : On a pourtant l'impression que la promotion de l'apprentissage semble plutôt confidentielle...

C.S.: Pardon! Mais on est quand même associé. Notamment sur la réforme. Les 54 élèves qui sont proposés en quatrième, en troisième, en seconde et en première, c'était une proposition des réseaux de la Chambre de métiers. C'est dans la loi. L'Éducation nationale va avoir l'obligation de proposer chaque année à tous les élèves, 54 heures de découvertes de métiers. Nous y serons fortement associés d'autant plus que c'est la volonté de l'ensemble des Chambres de métiers. Que la ministre discute avec les directeurs de CFA qui avaient quelques inquiétudes est une bonne chose car nous sommes en train de préparer les CFA du futur. Je pense qu'aujourd'hui, nous devons faire rêver les jeunes quand ils viennent chez nous. Le CFA c'est être par la tradition et devenir par l'innovation et on est en plein dedans.

@! : La ministre s'est aussi entretenue avec deux jeunes qui semblaient être de jeunes migrants, cette forme d'intégration a-t-elle un sens particulier pour vous et pour l'Etat?

C.S. : Peu importe à qui tout cela bénéficie. Ça peut être pour tout le monde. Tout d'abord pour le jeune, pour ces jeunes donc, qui ont vécu des drames, après pour l'entreprise qui cherche des collaborateurs, après pour la branche, mais après aussi pour l'artisanat. Aujourd'hui, 100 000 emplois ne sont pas pourvus dans l'artisanat; alors pourquoi ne travaillerait-on pas intelligemment sur un système qui permettrait à tout le monde d'y trouver son bonheur? Le jeune, l'entreprise, la branche qui cherche du personnel et, vous l'avez dit, l'État. Parce que nous avons une culture dans l'encadrement des jeunes dans un pays où l'on n'a pas forcément cette culture-là. Et la culture que nous avons, c'est tout simplement de former pour l'intérêt général. On ne travaille pas pour une entreprise, mais pour toutes. Les 1 300 000 entreprises artisanales.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
5757
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !