Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

01/10/20 : Conçue pour la plateforme web de France TV, Girlsquad est une fiction audiovisuelle pour adolescents de 10x22 minutes. Accompagné par le BAT 40, le tournage a débuté le 24 septembre et s’étale sur 25 jours entre Dax, Seignosse et Capbreton.

30/09/20 : A l’occasion des 230 ans des Départements, une cérémonie hommage au premier Président de l’Administration Départementale est organisée ce 3 octobre par le Département de la Creuse, en présence de Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des Territoire

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/10/20 | Une trentaine d'agents du ministère de l'économie rejoindront Bergerac en 2021

    Lire

    Entre 25 et 30 agents du ministère de l'Economie vont rejoindre le service des impôts de Bergerac. La décision a été annoncée ce 30 septembre. Ces fonctionnaires appartiennent au service de l'appui à la publicité foncière. Ils rejoindront la Dordogne en septembre 2021. La mairie va les accueillir et favoriser l'intégration des fonctionnaires qui viendront sur la base du volontariat. C'est une décision prise dans un plus large plan de redistribution des moyens de l'Etat dans les villes moyennes.

  • 01/10/20 | Le Championnat de tir aux armes préhistoriques se tient au Musée des Tumulus

    Lire

    Les 3 et 4 octobre, le Musée des Tumulus à Bougon dans les Deux-Sèvres accueille la 32ème manche du championnat européen de tir aux armes préhistoriques. Au programme de ce week-end, le public pourra observer des démonstrations de tir à l’arc préhistorique ou de tir à la sarbacane mais aussi voir l’épreuve de tir au propulseur préhistorique. L’entrée est gratuite le samedi.

  • 01/10/20 | Extension du port du masque à La Rochelle

    Lire

    En juillet, le maire de La Rochelle avait pris un arrêté pour obliger le port du masque en centre-ville - toujours en vigueur. Le préfet du 17 vient de prendre un nouvel arrêté pour étendre la mesure à l'ensemble de l'agglomération rochelaise, à partir du 1er octobre. Sont concernés les marchés, alimentaires ou non; les établissements scolaires et universitaires dans un périmètre de 50 m, entre 7h et 19h ; les centres commerciaux et leurs abords, parking inclus ; tous les lieux publics clos.

  • 01/10/20 | Les rassemblements de plus de 30 personnes interdits en Charente et en Vienne

    Lire

    En Charente et dans la Vienne, les rassemblements de plus de 30 personnes dans des lieux recevant du public sont désormais interdits jusqu'au 12 octobre. La raison? Les deux départements viennent de passer en "zone d'alerte", selon la nouvelle classification Covid de l'Etat, qui signale une forte activité du virus. Les arrêtés préfectoraux ciblent en particulier les "évènements festifs" - fêtes locales, de familles ou étudiantes. L'activité professionnelle ou associative n'est pas concernée.

  • 30/09/20 | Le congrès des départements de France à La Rochelle

    Lire

    Les 4, 5 et 6 novembre prochains, La Rochelle accueillera le 90ème Congrès des Départements de France, présidé par son président Dominique Bussereau. Ces "Assises" seront l'occasion de faire un bilan de ces 6 dernières années, et de revenir sur la réforme fiscale. Deux thèmes en particulier seront abordés : "La préservation de la biodiversité : une politique dynamique, partenariale et transversale" et "l’enjeu de l’organisation territoriale du champ médico-social à l’aune de la crise sanitaire".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | "L'apprentissage est une filière royale", Christian Stalter, président des Chambres de métiers

04/12/2019 | Christian Stalter estime que le moment est venu de développer cet enseignement à débouchés qu'est l'apprentissage.

Christian Stalter

A Bayonne, Christian Stalter, président national des Chambres de métiers a profité, fin novembre, des deux jours de séminaire des 150 directeurs de Centre de formation des apprentis pour inviter la ministre du travail Muriel Pénicaud à venir juger sur pièce de l'excellence de l'enseignement pratiqué. L'occasion aussi, d'une certaine manière, de rappeler aux parents et aux enseignants que l'apprentissage est une formation noble qui permet à ses élèves de trouver un emploi et pour, selon des études de différents organismes, permettre à 30% d'entre eux de devenir leurs propres patrons.

@qui! : Votre visite à Bayonne illustre-t-elle les objectifs que vous attendez des Centres de formation professionnels?

Christian Stalter: Je pense qu'ici vous avez un centre de formation d'apprentis où il y a tout. L'apprenti et la culture normale de l'apprenti, des mineurs non accompagnés, des jeunes en reconversion, d'autres qui font des formations courtes... Et pour moi il était important, vital, que je voie sur le terrain ce qui se pratique, ce qui se fait afin d'être le porte-parole des Centres de formation.
Deuxième sujet, on va recevoir l'ensemble des directeurs de CFA, les centres de formation d'apprentis. Ils seront cent cinquante, venus de toute la France pour discuter, car pour moi l'objectif est de porter la réforme proposée dans la mesure où elle facilite et simplifie le recrutement de ces apprentis pour les former. Il est temps de mettre fin au déficit d'appréciation dont ils sont l'objet, quand la conjoncture économique démontre le nombre de secteurs économiques qui leur tendent les bras aujourd'hui.

"Etre payés, d'avoir un pied à l'étrier et de s'épanouir dans le travail"

@!: Elle est un aboutissement pour le président des Chambres de métiers que vous êtes?

C.S.: Cela fait 25 ans, je dis bien 25 ans que l'on dit que l'apprentissage est une filière royale et on ne nous a jamais écouté donc je me mobilise avec les directeurs de CFA pour transformer l'essai et que, demain, l'apprentissage soit une voie royale comme la filière universitaire avec laquelle nous n'avons pas de concurrence à avoir. Il faut juste être épanoui dans ce que l'on fait. Et l'alternance, qu'elle soit à 15 ans ou à 25 ans, permet aux apprentis d'être payés, d'avoir un pied à l'étrier et de s'épanouir dans leur travail. Nous avons fait le tour de tous les ateliers avec la ministre du Travail, Muriel Penicaud, et elle a constaté comme moi, qu'ils étaient tous passionnés.

@! : Il y en a qui le sont moins dans d'autres domaines universitaires?

C.S.: Regardez, le 14 juillet, vous aviez sur Parcours Sup 60 000 étudiants qui ne savaient pas ce qu'ils voulaient faire. 60 000!! Chez nous ici, on a bien constaté aujourd'hui qu'ils étaient passionnés et ne connaissaient pas ce genre d'angoisse du lendemain, confirmant que le Centre de formation de Bayonne était exceptionnel. Au-delà des chiffres de possibilités d'embauche, il y a la considération humaine qui doit être prise en compte.

@! : On a pourtant l'impression que la promotion de l'apprentissage semble plutôt confidentielle...

C.S.: Pardon! Mais on est quand même associé. Notamment sur la réforme. Les 54 élèves qui sont proposés en quatrième, en troisième, en seconde et en première, c'était une proposition des réseaux de la Chambre de métiers. C'est dans la loi. L'Éducation nationale va avoir l'obligation de proposer chaque année à tous les élèves, 54 heures de découvertes de métiers. Nous y serons fortement associés d'autant plus que c'est la volonté de l'ensemble des Chambres de métiers. Que la ministre discute avec les directeurs de CFA qui avaient quelques inquiétudes est une bonne chose car nous sommes en train de préparer les CFA du futur. Je pense qu'aujourd'hui, nous devons faire rêver les jeunes quand ils viennent chez nous. Le CFA c'est être par la tradition et devenir par l'innovation et on est en plein dedans.

@! : La ministre s'est aussi entretenue avec deux jeunes qui semblaient être de jeunes migrants, cette forme d'intégration a-t-elle un sens particulier pour vous et pour l'Etat?

C.S. : Peu importe à qui tout cela bénéficie. Ça peut être pour tout le monde. Tout d'abord pour le jeune, pour ces jeunes donc, qui ont vécu des drames, après pour l'entreprise qui cherche des collaborateurs, après pour la branche, mais après aussi pour l'artisanat. Aujourd'hui, 100 000 emplois ne sont pas pourvus dans l'artisanat; alors pourquoi ne travaillerait-on pas intelligemment sur un système qui permettrait à tout le monde d'y trouver son bonheur? Le jeune, l'entreprise, la branche qui cherche du personnel et, vous l'avez dit, l'État. Parce que nous avons une culture dans l'encadrement des jeunes dans un pays où l'on n'a pas forcément cette culture-là. Et la culture que nous avons, c'est tout simplement de former pour l'intérêt général. On ne travaille pas pour une entreprise, mais pour toutes. Les 1 300 000 entreprises artisanales.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
4554
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !