05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

27/07/22 : Au 2ème trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) affiche une baisse de 1,5 % sur le trimestre et de 16,8 % sur un an.

25/07/22 : Les feux de Landiras et la Teste de Buch sont désormais fixés, après 12 jours de lutte. 131 km de pare-feu et lignes d'appui réalisés avec la DFCI, les acteurs de la filière, bénévoles, agriculteurs et chasseurs. Les habitants évacués rentrent chez eux.

20/07/22 : Thomas Cazenave, député Renaissance de Gironde, est élu président de la délégation parlementaire aux collectivités et à la décentralisation. Avec un parcours de haut-fonctionnaire plutôt que d'élu territorial, il remplace le Gersois, Jean-René Cazeneuve.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/22 | Littoral royannais: tout savoir sur les conditions de baignade !

    Lire

    Afin de faciliter l'information des usagers sur les conditions de baignade des 22 zones aménagées et surveillées des 7 communes littorales du territoire de l'agglomération de Royan, une page internet a été créée permettant de localiser les postes de secours et connaitre en temps réel : la couleur du drapeau de baignade, les horaires de surveillance, la météo, les températures de l’eau et de l’air, les horaires et coefficients de marées et le panneau du plan de la plage. Ce site lancé mi-juillet et encore en expérimentation est disponible à l’adresse : plages.agglo-royan.fr

  • 08/08/22 | Viticulture: le prolongement des PGE et l’arrachage restent en suspens

    Lire

    La chambre d'agriculture de Gironde a renouvelé sa demande de prolongation, sans pénalité, des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), auprès du ministre de l'agriculture, Marc Fesneau. Le président Jean-Louis Dubourg espère qu’une solution puisse être trouvée au moins pour les sinistrés des épisodes climatiques de cette année. Concernant la demande d’une prime à l’arrachage, le Ministre souhaite trouver une solution adaptée aux besoins des différents bassins de production viticole.

  • 05/08/22 | Risque très sévère de feux de forêt en Charente-Maritime

    Lire

    A compter de ce samedi 6 août, le département Charente Maritime est en alerte très sévère. Tout feu de plein air ou feu d'artifice est interdit. Seuls les feux d’artifices tirés depuis la mer sont autorisés. Les manifestations festives, culturelles et sportives sont interdites dans l’ensemble massifs boisés du département. L’accès aux bois, forêts et landes des communes du massif de La Double Saintongeaise qui compte 29 communes est interdit.

  • 05/08/22 | Marzet Electrolyse fait sa transition énergétique

    Lire

    A Châtellerault, Marzet Electrolyse est spécialisé dans le traitement de surface des métaux et le zingage pour tous les domaines industriels. Afin de s'inscrire dans une démarche de développement durable, la PME change le mode de chauffage des bains de traitement de surface en remplaçant les résistances électriques par une installation fonctionnant à partir de la chaleur produite par un système de 2 pompes à chaleur. Cet investissement permettra de réduire la consommation énergétique de l'entreprise de 130 Mwh/an.

  • 05/08/22 | Sècheresse : Les Pyrénées-Atlantiques étendent les restrictions

    Lire

    Après avoir pris des restrictions sur l'usage de l'eau dans 26 communes des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture vient d'élargir la zone de restriction à 76 communes supplémentaires au sud et à l'ouest du Pays Basque ainsi que sur le secteur d'Orthez. L'arrosage y est donc interdit de 8h à 20h. Le lavage des véhicules, tout comme le remplissage des piscines est strictement interdit. Et la ville de Biarritz suspend les douches et robinets sur les plages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | L'association Urgence POLT croit en un trajet Paris Limoges en 2h40

13/07/2022 | Outre les travaux d'aménagement en cours, une modernisation de la ligne permettrait de relier Limoge à Paris en 2h49 voire en 2h40. Faut-il encore pouvoir la financer.

Photos d'illustration de la ligne POLT

L’association Urgence POLT a rendu sa copie après une étude menée entre octobre et juin dernier. Si la ligne était modernisée, le trajet serait possible en 2h40 d’ici 2026 et même atteignable en 2h30 à moyen terme. Pour y parvenir, elle demande une participation de la Région de 60 millions d’euros.

Aujourd’hui, pour un trajet Limoges Paris, il faut compter 3h15 quand il fallait 2h50 il y a encore quelques années. Mais le terrible accident de Brétigny en 2013 a mis en lumière l’état de vétusté d’une ligne mal entretenue depuis trop longtemps. L’étude commandée par l’association Urgence POLT (acronyme de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse) vient de s’achever et les conclusions sont plutôt optimistes. « Notre groupe de travail est parti du schéma directeur signé par Elisabeth Borne en janvier 2019 lorsqu’elle était ministre des transports explique Jean-Claude Sandrier, président de l’association. L’objectif de 2h40 est atteignable dans le cadre du schéma directeur qui doit s’achever en 2026 ou dans les deux ans qui suivent. »

Mais voilà pour atteindre l’objectif de 2h40 pour deux trains rapides quotidiens, il faudrait déjà lancer une première modernisation qui permettrait un gain de 20 minutes entre les deux villes ramenant le temps de trajet à 2h49 contre 3h09 en théorie aujourd’hui. Dans la pratique, il est dépassé compte tenu des travaux de régénération des voies qui ont démarré depuis quelques mois.

Les membres de l’association Urgence POLT ont rendu leurs conclusions sur le temps de trajet de la ligne ferroviaire Paris-Limoges

Soixante millions attendus de la Région

Et c’est là que le bât blesse, cette phase de modernisation nécessite d’engager 385 millions d’euros. « L’Etat en paiera les deux tiers soit 257 millions détaille-t-il, il reste un tiers du financement à trouver soit 128 millions. La Région Occitanie s’est engagée à hauteur de 10 millions, la Région Centre est d’accord si toutes les régions participent mais la Région Nouvelle-Aquitaine a refusé. S’il manque une partie du financement, il manquera un bout de ligne ce qui posera un problème d’accessibilité. » 

Aujourd’hui, des travaux de régénération des voies (remise à niveau) sont bien en cours sur cet axe ferroviaire. L’État a engagé 1,6 milliards d’euros, prenant à sa charge la totalité du financement. « Il s’agit de remettre en état cette ligne comme elle était il y a 30 ou 40 ans » ajoute le président de l’association.

Seize nouvelles rames à partir de 2023

Par ailleurs, de nouveaux trains rapides, 16 rames au total, doivent être livrés à partir de fin 2023 et ce sur deux ans pour circuler à 200 km/heure. On imagine mal que la totalité de la ligne Paris-Limoges ne soit pas modernisée d’ici là pour que ces trains puissent rouler à pleine vitesse. « Pour la Nouvelle-Aquitaine, c’est un investissement de 60 millions d’euros insiste Jean-Marie Lagedamont adjoint à la Ville de Limoges et vice-président en charge des mobilités de Limoges Métropole, on nous oppose que c’est la responsabilité de l’État, mais 60 millions, ce n’est pas grand-chose par rapport au milliard que la Région a investi pour le Bordeaux-Toulouse. » Et de justifier cet investissement pour favoriser le développement des territoires concernés. « La ligne POLT est la colonne vertébrale qui permet d’irriguer l’économie locale poursuit-il, il y a une demande forte de la part des gens concernés par la ligne POLT, mais en haut, cela ne bouge pas d’un iota ! On ne désespère pas, on va y arriver. »

Le président de l’association n’oublie pas son objectif de 2h40. « On pourra mettre cela en place rapidement après la première étape des 2h49, on imagine que ce sera possible en 2027 espère-t-il, pour cela il reste à régler le financement de la totalité de la modernisation de la ligne. »

Le schéma directeur prévoit 11 allers retours par jour (contre 9 actuellement) mais les membres de l’association en demandent 14 « comme cela existait jusqu’en 2015. » Ils enfoncent même le clou sur le temps de trajet. Un bureau d’études suisse avait travaillé sur l’hypothèse d’un trajet en 2h30. Cette étude dénommée « Arcadis » montrait, dès 2018, qu’il était possible d’atteindre ce temps de trajet après une seconde phase de modernisation. Encore faut-il boucler le financement de la première...

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Lucas D. Creative Commons

Partager sur Facebook
Vu par vous
4144
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !