Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | "L'avenir de l'Hôtel du Palais de Biarritz passera aussi par l'avis des Biarrots"

06/10/2020 | Lourd héritage pour le nouveau Conseil municipal. Question du maire: une ville a-t-elle vocation à gérer un tel hôtel?

Travaux Hôtel Palais

À la veille du Conseil municipal qui se tenait vendredi soir dernier, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy avait tenu une conférence de presse pour expliquer le plan préparé par son équipe pour gérer un lourd héritage: les travaux de l'Hôtel du Palais, fleuron touristique de la Ville. "Il faut trouver 20 millions pour terminer les travaux ", lui avait déclaré son prédécesseur Michel Veunac. Mais, malus de taille: le Covid a condamné la saison estivale du palace. Ce beau produit à l'origine de bien des ruptures lors de la précédente mandature pourrait-il devenir toxique pour les finances de la Ville.

Vendredi soir, le temps était franchement de tempête à Biarritz pour la Première de Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1 sur les bancs du Conseil municipal de la station balnéaire vendredi soir au Centre Bellevue. Notamment à l'abord des délibérations 5 et 6 concernant respectivement, l'Hôtel du Palais et la Socomix qui le gère avec d'une part la décision de cession d'actions à la Caisse des dépôts et Consignations et d'autre part l'apport en comptes courants d'actionnaires.

"Un des gros dossiers qui a occupé une bonne partie du début de mandat, expliquait en préambule Maïder Arrosteguy. Quand nous sommes arrivés aux affaires, nous avons récupéré le dossier Hôtel du Palais en version Covid. C’est-à-dire que l'établissement n'a pas pu ouvrir en saison tel que c'était prévu et les travaux n'étaient pas financés. "Cet hôtel, c'est notre patrimoine et un atout majeur du tourisme et ce sont les Biarrots qui l'ont sauvé. Il y a deux ans de nombreux débats nous ont animés, et également séparés. En tout cas la municipalité précédente a entrepris une rénovation profonde et une sous-traitance de l'exploitation avec la chaîne d'hôtels Hyatt, une situation que nous devons gérer. La première question dont nous allons débattre est la cession d'actions à la Caisse des Dépôts et Consignations. On m'a répondu, la gestion d'un hôtel est-elle la vocation d'une ville. C'est une question que je risque de poser aux Biarrots."

Une tranche de travaux  de 112 chambres et 10 millions d'euros

 C'est Édouard Chazouilleres, adjoint aux finances qui a présenté le projet de financement avec la cession d'action à la Caisse des Dépôts et Consignations, c’est-à-dire quelque part l'État, qui se propose d'entrer au capital de la Socomix, cet ensemble d'actionnaires chargés de gérer le Palais: "Sur ces 20 millions, 5 étaient apportés par les banques mais 15 n'étaient pas trouvés, aggravés par l'absence de recettes cet été, rappelait l'adjoint aux finances. Il n'était pas prudent de lancer des travaux sur cette dernière tranche qui devait finaliser 142 chambres, alors que le financement n'était pas trouvé et que nous étions dans un marché très incertain et un tourisme pour la partie internationale pas assuré. Il était imprudent d'aller dConseil Maider Arosteguyans cette voie. Plus prudent était de faire une première tranche qui permettrait de livrer un hôtel à 114 chambres pour Pâques prochain, date d'ouverture de l'hôtel, fermer l'hôtel en fin de saison puis entreprendre une tranche de travaux à l'automne et l'hiver 2021 pour livrer le Palais, définitivement terminé et rénové, à 142 chambres à Pâques, et pour l'été 2022, en considérant que le marché soit revenu un peu plus à la normale. Une tranche d'abord plus modeste qui soit plus finançable afin de se donner le temps de préparer le financement de la dernière tranche. Nous sommes allés frapper à de nombreuses portes, l'Europe dans le cadre du plan de relance européen, celui du gouvernement français, du Département, de la Région à Paris sur le sujet."

Cette première tranche (10 millions €) sera obtenue par l'apport 2,4 millions d'euros fournis par la Ville sous forme d'avance de deux ans renouvelables, 4 millions d'euros par l'actionnaire minoritaire Jean-Claude Decaux Holding, et pour terminer 1,3 millions par la Caisse des Dépôts et consignations et 3,3 millions d'euros de Prêt garanti de l'État. "Ce délai nous permettra d'étudier le financement de la dernière tranche, les autres chambres et un embellissement de l'allée qui mène à l'entrée de l'établissement."

Guillaume Barucq attend la candidate de la démocratie participative...

Il ne faisait pas l'ombre d'un doute que la question de l'Hôtel du Palais allait remettre en selle l'écologiste Guillaume Barucq et l'avocate et candidate de l'UDI aux municipales Nathalie Motsch. En abordant le sujet de manière différente. Vindicatif pour le premier qui s'était auparavant chauffé la voix sur la fermeture des plages -qu’il regrette- à 22 heures cet été: "En ce qui concerne la première délibération (cession d'actions à la CDC), c'est la consécration d'un engagement qui avait été annoncé lors du précédent mandat et c'est plutôt une bonne nouvelle. Par contre, la deuxième délibération me pose de gros problèmes. Sur la forme. C'est une délibHôtel Palais travauxération qui nous engage sur tout le mandat. Or, Madame le maire, je suis un peu en colère sur cette forme. Vous ne nous avez prévenus de rien sur ce dossier. Pas un coup de fil, pas une réunion. On en est à découvrir les dossiers dans la presse. Ça pose quand même un problème, pour une candidate qui s'est posée comme une candidate de la démocratie participative, ça va être compliqué. Sur le fond, c'est la chronique d'une catastrophe annoncée! On n’était pas seuls à l'énoncer et vous avez participé à cette alerte. On se retrouve dos au mur et vous vous retrouvez dans une situation défavorable. Vous avez hérité d'un bébé, ça ne devait pas être facile, mais ça n'empêchait pas de travailler dans la concertation..."
Et le doc surfeur de regretter que le groupe Hyatt, gestionnaire n'ait pas versé un sou pour ces travaux. Et que l'on n'ait pas pris au sérieux, en octobre 2018 son appel au président Macron pour financer des travaux d'un palace qui recevait le G7... Et Guillaume Barucq de conclure: "pourquoi ne pas faire appel à Stéphane Bern?"

Maïder Arosteguy, qui partage un certain nombre de remarques de l'élu d'opposition tout en faisant remarquer qu'il y a confusion entre démocratie participative et opposition lance la question "Mais vous posez une question centrale que votre prédécesseur n'a pas posée: "Une ville a-t-elle vocation à gérer un palace? De l'avis des personnes que j'ai consultées, dont Bercy, la réponse est non! Mais aujourd'hui, notre responsabilité est de rouvrir l'hôtel. Je suis dans la pire période que l'on puisse imaginer d'autant que toute l'hôtellerie de luxe affiche un taux de remplissage de 10% comme me l'a dit le directeur du groupe Europe d'Hyatt. Nous avons l'ardente obligation d'avancer et de mettre le palace en état de recevoir les clients. Pour en revenir à votre question je tiendrai mon engagement en consultant les Biarrots lorsque nous serons en mesure de nous séparer de la Socomix. Mais à pas à ce jour"

...Et Nathalie Motsch,  un recours auprès du tribunal administratif

"Il y a des dossiers qui engendrent de la polémique, celui-là inspire une grande désillusion". Nathalie Motsch, ancienne adjointe de Michel Veunac et candidate de l'UDI aux municipales annonce la couleur, de la tristesse dans le gâchis qu'il a généré. Beaucoup d'entre vous démarrent leur premier mandat et vous vous retrouvez confrontés à un héritage pas facile, financièrement lourd, juridiquement complexe et médiatiquement incompréhensible. J'en parlerai de manière très sereine avec vous puisque encore une fois vous héritez d'un passé et vous n'êtes pas responsables de la situation dramatique à laquelle vous êtes confrontée ce soir."

Et l'avocate de rappeler l'historique de ce palace "jusqu'à la précipitation des travaux pharaoniques en vue de la préparation du G7. Pour financer ces travaux, on pourrait parler de lifting impérial il a fallu sacrifier l'assurance vie des Biarrots. À travers deux délibérations: une intervenue le 3 juillet 2018, avec un emprunt de 5O millions d'euros auprès de deux banques. Mais à la Socomix. On a transféré les murs qui appartenaient à la ville à la Socomix, moyennant une redevance de 920 000 euros par an, et surtout pendant 75 ans. Ce dossier engage, parmi les autres dossiers de ce mandat, les finances de la ville dans des conditions exceptionnellement graves. Une délibération qui a fait l'objet d'une fronde de la part des élus: dix-sept d'entre eux dont Madame le maire se sont opposés à cette situation. Le bail emphytéotique consent un droit de propriété éphémère, c’est-à-dire que pendant 75 ans, trois-quarts-de- siècle, l'ensemble des attributs des droits à la propriété est conféré à la Socomix; Concrètement, on peut vendre! Et l'actionnaire majoritaire fera ce qu'il veut!"
Selon l'avocate, son recours contre la dite délibération ayant conduit à ce bail serait le seul moyen pour reprendre le contrôle des murs de ce qu'elle qualifie "un puits sans fond" qui conduit droit dans le mur.

Les deux délibérations ont été (largement) adoptées par 31 voix pour la première et 30 pour la seconde. Prochain épisode incandescent de ce début de mandature: le Biarritz Olympique. Maïder Arosteguy devra assurément s'inspirer de l'obstination de Simone Veil et du charme d'Eugénie de Montijo pour affronter cette nouvelle épreuve.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
6486
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !