Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | L’avenir incertain de la CCI Pau-Béarn

27/01/2015 | Des ressources amputées et une incertitude sur l’avenir. 2015 s’annonce chargée de nuages pour les chambres de commerce et d’industrie. Le président de la CCI Pau Béarn ne baisse pas les bras.

Patrick de Stampa : "OK pour faire des efforts, mais pas avec cette brutalité"

Le drapeau noir ne flotte pas encore sur la marmite. Mais le moins que l’on puisse en dire, c’est que la réforme des chambres de commerce et d’industrie ne suscite pas la béatitude sur le terrain. « En 2012, nous percevions 9,2 millions d’euros de l’Etat. En 2017, ce sera 4,7 millions » a rappelé Patrick de Stampa, le président de la CCI Pau-Béarn, lors de la réception de début d’année organisée au Palais Beaumont, à Pau.

 Cerise sur le gâteau, « sur 14 millions de fonds de roulement l’Etat nous ponctionnera 4,3 millions ». Ajouté à la perte d’exploitation de 1 million prévue pour les douze mois à venir, la ceinture va donc être serrée de plusieurs crans. « Il faudra être imaginatif pour trouver des solutions » commente le président. Doux euphémisme.

Continuer, réduire ou disparaître ?

Une autre inquiétude vient s’ajouter à ce constat. Elle est liée à la constitution de la nouvelle région Aquitaine Poitou Charente Limousin. Les dirigeants de la CCI ne cachent pas qu’ils auraient préféré un rapprochement avec le Midi-Pyrénées. «Mais on est sur ce bateau » constatent-ils. Il va donc falloir faire voile dans le même sens.

Cela n’empêche pas les interrogations. Car, à partir du 1er janvier 2017, les trois chambres de commerce régionales actuelles vont laisser la place à un seul organisme. Et l’on ne sait pas encore comment tout cela s’organisera dans les départements. « Soit, on maintient notre CCI territoriale. Je suis pour cette solution. Car il faut être au contact de nos ressortissants " dit Patrick de Stampa." Mais il peut aussi y avoir une seule chambre par département, et il faudra trouver une solution avec Bayonne. Enfin, on peut aussi supprimer notre chambreI. »

Une dernière perspective contre laquelle le président béarnais ne cesse de se battre. « Je suis d’accord pour que l’on fasse des efforts. Mais pas avec cette brutalité. Car les chambres de commerce et d’industrie sont une solution pour le développement économique de nos territoires ».

Vers un guichet unique pour le développement économique

Cela étant, de nouvelles formes d’action peuvent aussi être trouvées. Comme celle qui consisterait à créer un «  guichet unique » mis au service des entreprises, et réunissant les efforts déployés par divers acteurs de terrains : communauté d’agglomération, communautés de communes, autres organismes… Car, estime-t-on, rien ne remplace les vertus de la proximité.

Une chose est certaine. Pour Patrick de Stampa, on ne peut pas rayer d’un coup de crayon le rôle majeur joué par la CCI Pau Béarn auprès de ses 13 000 ressortissants. Que ce soit pour les aider à monter les dossiers qui leur permettent de bénéficier des aides de l’Europe, de l’Etat et de la Région. Ou encore, éclairer leur réflexion en réalisant des études sur les réalités économiques locales. Telle celle qui a permis, en octobre dernier,  de montrer que la seule présence de l’Armée génère 138 millions d’euros de retombées sur le plan local. « En avril, nous sortirons une étude sur l’impact des géosciences sur notre territoire. » Une autre suivra sur les clubs sportifs de haut niveau .

« Nous devons être créatifs »

Force de proposition sur des dossiers aussi vitaux que les infrastructures de transport ou le tourisme, la CCI aide également à la constitution de filières, ajoute-t-il. C’est par exemple le cas du bois, mais aussi du cheval.

Quant aux projets, ils ne manquent pas. Une opération de financement participatif sera par exemple lancée d’ici la fin du premier semestre. Le transfert de l’école de commerce du sport (CNPC) sur le site de l’ESC préfigurera pour sa part la mise en place d’un grade universitaire bachelor sport. Et une réflexion sera menée, à la demande de la CCI régionale, sur la révolution du numérique.

 « Nous devons être créatifs, audacieux, et bâtir un nouveau modèle qui démontrera que les CCI peuvent être utiles demain » est-il martelé à Pau, avant que soient aussi évoqués le renforcement des liens étroits noués avec la Bigorre, et la bataille menée en faveur du développement des lignes aériennes. "Si on se remonte bien les manches, on réussira ce nouveau parcours".

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
10518
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !