Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

10/12/18 : Charente-Maritime : au vue du contexte social actuel, le séminaire filière Fruits & Légumes de Nouvelle Aquitaine Propulso, qui devait se tenir les 11 et 12 décembre à Saintes est annulé. Une prochaine date devrait bientôt être fixée.

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/12/18 | Réseau de chaleur: Limoges labellisée pour la 4ème fois

    Lire

    La Ville de Limoges obtient pour la 4ème année consécutive le label « Ecoréseau de chaleur ». Ce prix, décerné par l’association AMORCE, a été remis le 4 décembre à Paris lors de la semaine de la chaleur renouvelable pour ses 2 réseaux de chaleur du Val de l’Aurence, source d’énergie renouvelable (biomasse constituée de plaquettes forestières provenant de la filière bois locale) et de Beaubreuil, source d’énergie de récupération (combustion de déchets).

  • 11/12/18 | Easyjet teste la desserte paloise

    Lire

    Entre le 4 février et le 3 mars 2019, EasyJet reliera Pau à Paris Charles-de-Gaulle à raison de 7 à 10 vols par semaine ( A320 de 186 sièges). Avec 1 à 2 vols par jour, les horaires se veulent adapter aux besoins des clientèles de loisirs et d’affaires, l’aller-retour dans la même journée étant possible les lundis, jeudis et vendredis. « Cette desserte permettra à EasyJet de tester le marché palois. Elle revêt ainsi une grande importance stratégique pour l’attractivité et l’accessibilité de Pau et du Béarn », selon les représentants de l'aéroport. Billets sur le site internet de la compagnie aérienne et en agences de voyages.

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs progresse de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et cela, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevée à Noël.

  • 10/12/18 | Hashtag d’Argent pour Limoges

    Lire

    Très présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et Linkedin) et avec plus de 67 000 abonnés, la Ville de Limoges a obtenu un « Hashtag » d’argent pour son engagement sur les réseaux sociaux pour communiquer avec ses administrés dans la catégorie « grandes villes de + 100 000 habitants ». Ce trophée, remis par l’Observatoire SocialMedia, récompense les territoires les plus agiles sur les réseaux.

  • 10/12/18 | Talents des Cités: les lauréats néo-aquitains

    Lire

    En Nouvelle-Aquitaine, Talents des Cités 2018 a distingué 3 créateurs d'entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville : Grégory Pédeboscq (Dax), et son food truck «La Cantoche», qui propose en partenariat avec des producteurs locaux sandwichs, burgers, salades et soupes originales ; Victor Du Peloux (Bordeaux) et son atelier bois coworking «La Planche» pour artisans, concepteurs et grand public, et Salomé Arenas (Pau), co-fondatrice de Monsieur Bernard, marque de vêtements et accessoires 100% plastique recyclé dont une partie est récoltée dans la Mer Méditerranée! Les lauréats nationaux seront connus fin janvier

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | L'enjeu du très haut débit pour l'Aquitaine et la Dordogne

19/03/2012 |

Débat sud ouest éco aménagement numérique Neuvic

Quel aménagement numérique pour le territoire aquitain et par conséquent pour la Dordogne. Telle est la question qui a été posée lors du petit déjeuner Sud Ouest éco, organisé vendredi 16 mars au centre multimédia de Neuvic. Ce débat a réuni tous les acteurs majeurs de ce dossier important pour le développement du territoire, de nombreux élus ruraux, des entrepreneurs du bâtiment. Aujourd'hui, on constate de réelles inégalités entre les zones rurales et urbaines en Dordogne. Une partie de ses habitants sont victimes de la fracture numérique et ne peuvent avoir accès à tous les services proposés en ligne. Le déploiement du très haut débit, via la fibre optique ou le déploiement des réseaux mobiles 4 G étaient au centre des discussions.

De nombreux Périgourdins, en particulier ceux qui vivent dans les territoires ruraux, sont victimes de la fracture numérique. En cinq ans, le haut débit a pu être amené à l'ensemble de la population, mais aujourd'hui l'enjeu concerne le très haut débit. Celui ci a été décrété par le gouvernement enjeu essentiel à l'aménagement et à l'attractivité des territoires. Comme l'a rappelé le préfet de Région, Patrick Stéfanini, lors du débat organisé par Sud Ouest éco, vendredi 16 mars au centre multimédia de Neuvic, l'État a décidé d'engager deux milliards d'euros dont 900  millions pour les collectivités locales. Faut-il amener le très haut débit dans tous les foyers ou utiliser des alternatives telles que la 4 G. Dès 2009, l'Etat a mis l'accent sur la fibre optique.

Renouveler l'exploit de l'arrivée de l'électricité
En janvier 2010, le Syndicat départemental de l'Energie de la Dordogne (SDE24) s'est doté de la compétence "communications électroniques" et  souhaite aujourd'hui renouveler l'exploit de l'arrivée de la fée électricité dans tous les foyers périgourdins. Créé en 1937, le SDE est parvenu en une dizaine d'années seulement à équiper tous les foyers de la Dordogne en électricité. Le syndicat veut relever un nouveau défi en prévoyant  l'équipement en très haut débit de tous les foyers  d'ici dix ans. "Notre syndicat est propriétaire de 24 000 km de lignes électriques. C'est une vraie valeur marchande à faire valoir dans les futures négociations. Nous avons référencé et géolocalisé 218 000 prises, explique Philippe Ducène, son président. Le schéma départemental prévoit  7000 kilomètres  de réseau de collecte assurant la desserte de 24 000 kilomètres de fibres, en souterrain ou en aérien. Les travaux pèsent pour 90 % des coûts. Philippe Ducène table sur un investissement de 35 millions d'euros par an, ce qui pour Arnaud Sorges, représentant le Conseil général de la Dordogne, ne représente que 10 % des investissements locaux.
Alain Rousset, le président du Conseil régional, a regretté qu'une loi ait été adoptée pour permettre aux quatre opérateurs historiques d'intervenir sur les secteurs rentables, correspondant aux zones urbaines et laissant les zones non rentables, correspondant aux secteurs ruraux, aux collectivités. "L'agence de régulation aurait-elle organiser des ententes entre les opérateurs, où est donc la concurrence ?, interroge Alain Rousset.  Il a défendu l'idée d'une plus grande complémentarité public -privé.

85 % à la charge des collectivités
Alain Heyraud, directeur adjoint à la direction des relations avec les collectivités locales du groupe Orange, a revendiqué le droit à l'initiative privée et d'investir 13 % du chiffre d'affaires dans la fibre optique pour le très haut débit et la 4 G. Mais la priorité a été donné aux agglomérations : Bordeaux, Bayonne, Pau, Périgueux, Mont-de Marsan, Bergerac.  "En Dordogne, les agglomérations de Bergerac et de Périgueux ne représentent que 15 % des Périgourdins. Dans notre département, il s'agit d'une ruralité voulue et non subie. Le système actuel semble trop généreux pour les opérateurs et pas assez soucieux des territoires. Il reste donc 85 % à la charges des collectivités locales," intervient Arnaud Sorge, du Conseil général.
Actuellement, une expérience sur le très haut débit via la fibre optique est menée à Fougueyrolles, commune frontière de la Gironde et de la Dordogne, de 480 habitants. Elle permet de réaliser des tests grandeur nature sur l'impact technique et commercial et sur les usages de ce projet dont la globalité est évalué à 700 millions d'euros.
En Dordogne, il a fallu une réelle volonté politique pour aboutir à un schéma directeur départemental sur le très haut débit, porté par le SDE. Les élus périgourdins s'accordent sur un réseau de desserte efficace et prenant en compte tous les foyers de Dordogne, mais cette opportunité économique doit disposer d'une gouvernance régionale et d'une gestion publique. Les élus périgourdins de tous bords semblent au moins d'accord sur ce point.
De nombreuses interrogations demeurent  : la plupart concerne les usages et les besoins de demain. Le SDE, la Région, évoquent l'intérêt du très haut débit dans les domaines de la santé, des services à domicile, de l'agriculture, de l'éducation, de certains usages extraordinaires comme pour Lascaux 3. Tous les usages ne sont pas définis. "Les professionnels du numérique doivent avoir la possiblité de travailler n'importe où en Aquitaine, mais le très haut débit reste onéreux pour bon nombre de TPE," indique Benjamin Rosoor, président d'Aquinum. Le Conseil régional par la voix de son président a promis de renégocier avec les opérateurs afin de rendre les coûts acceptables pour les utilisateurs.

Crédit photo aqui.fr

Claude -Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
547
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !