Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/01/20 | La fresque de la fédération du Parti Communiste de la Dordogne vandalisée

    Lire

    La fresque réalisée par José Corréa en hommage au poète Aragon figurant sur les murs du Parti Communiste de la Dordogne a été vandalisée dans la nuit du 20 au 21 janvier. Depuis, les réactions d'indignation se multiplient, ainsi la ville de Périgueux "condamne ces actes malveillants qui distillent peu à peu une forme de poison dans notre société". Le parti socialiste indique que "les républicains de tout bord, doivent rester mobilisés pour combattre l’intolérance, la bêtise et le fanatisme dans toutes leurs formes d’expression."

  • 23/01/20 | La Nouvelle-Aquitaine signe ses "Territoires d'Industries"

    Lire

    La région Nouvelle-Aquitaine a signé ce jeudi quatorze contrats "Territoires d'Industries ". Ce dispositif national avait sélectionné 146 territoires et fléché 1,36 milliards d'euros "prioritairement vers leurs projets". En région, il s'agit d'Angoulême-Cognac, Aubusson-La Souterraine, Bassin de Brive-Périgord, Bassin de Lacq, Bressuire-Cholet, Capbreton-Dax, Grand Châtellerault, Dordogne / Haute-Vienne, Libournais, Limoges Métropole, Niortais-Haut Val de Sèvre, Lacq-Pau-Tarbes, Pays Basque, Rochefort et Val de Garonne Guyenne Gascogne.

  • 23/01/20 | Corrèze : stop au surplus de gibier

    Lire

    Ras-le-bol pour les agriculteurs corréziens, leurs terres sont constamment détruites par l’augmentation de gibier dans le département. La Chambre d’Agriculture de la Corrèze et le Centre National de la Propriété Forestière ont soumis un plan à la Fédération de Chasse locale pour gérer cette surpopulation. Ils proposent une simplification des déclarations de dégât pour les agriculteurs, la suppression de l’agrainage, des distributions gratuites de bracelets de marquage pour les cervidés, une facilitation de la chasse au sanglier et un droit de poursuite de grands gibiers sur tout le département.

  • 23/01/20 | Transport aérien : nouvelles liaisons avec Air France et Chalair

    Lire

    Depuis mi janvier, Air France et Chalair proposent de rallier certaines villes de province entre elles. 2 vols quotidiens du lundi au vendredi et 1 vol le dimanche pour Agen/Orly; 2 vols quotidiens du lundi au vendredi et 1 vol le dimanche pour Limoges/Orly; La Rochelle/Lyon via Poitiers avec 2 vols quotidiens du lundi au vendredi et 1 vol le dimanche; 2 vols quotidiens du lundi au vendredi et 1 vol le dimanche pour Limoges/Lyon; 2 vols du lundi au vendredi et 1 vol le dimanche pour Poitiers/Lyon.

  • 23/01/20 | Telepac s'ouvre aux éleveurs Charentais

    Lire

    Depuis le 6 janvier, la Charente a ouvert la procédure de télédéclarations de demandes d’aides animales. Les éleveurs ont jusqu'au 31 janvier 2020 pour faire les demandes d’aides ovines et caprines. La procédure dure jusqu'au 15 mai 2020 pour les demandes d’aides aux bovins allaitants et laitiers et les aides aux veaux sous la mère. Cependant, il est obligatoire de faire la télédéclaration sur le site de Telepac pour bénéficier des aides. Plus d'information

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | L'INSEE Nouvelle-Aquitaine dresse le portrait de la jeune pousse qui réussit

04/12/2019 | Dans sa dernière publication, du 3 décembre 2019, l'INSEE Nouvelle-Aquitaine dresse la liste des facteurs favorisant la croissance des jeunes pousses...

L'INSEE Nouvelle-Aquitaine dresse le portrait de la jeune pousse qui réussit

Fin 2017, 7 800 des 10 600 entreprises, hors auto-entreprises, créées au cours du premier semestre 2014 en Nouvelle-Aquitaine, existaient encore, soit 73 %. Ce sont 8 points de plus que pour la génération 2010 pour laquelle 65% des entreprises créées début 2010 étaient toujours en activité fin 2013. Parmi Ces « jeunes pousses » de 2014 encore actives en 2017, l'INSEE a choisi de distinguer dans sa dernière publication « Analyses » (du 2 décembre 2019), les « florissantes », celles qui, en matière de chiffre d’affaires et/ou d’emploi, se sont davantage développées que les autres au cours des premières années de leur existence. En Nouvelle-Aquitaine, comme au niveau national, une jeune pousse sur cinq peut être classée dans cette catégorie, et semble cumuler certains facteurs de réussite selon les analyses de l'institut.

Plusieurs des facteurs de croissance de la jeune pousse, en réalité lui préexistent, puisqu'ils sont liés à son porteur de projet. A commencer par sa motivation. Si parmi les objectifs principaux poursuivis par les porteurs de projets, assurer son propre emploi constitue la motivation la plus répandue, pour 7 créateurs sur 10, l'insee relève qu'une entreprise à deux fois plus de chance d'entrer dans la catégorie « florissante », si son créateur vise, plus que son propre emploi, le développement d’un projet au travers d’emplois ou d’investissements. Toujours lié à la personne du créateur, les analyses de l'INSEE montre qu'une jeune pousse aura plus de chances, de se développer si son créateur était cadre ou exerçait une profession intellectuelle supérieur.

Un créateur expérimenté
Mais la part des « florissantes » (20 %) varie sensiblement selon d’autres critères. Elles sont ainsi plus nombreuses si le créateur a gardé une activité rémunérée dans une autre entreprise (27 %), s’il exerce cette autre activité à temps complet (29 %) et davantage encore s’il conserve un rôle de dirigeant dans une autre entreprise (33 %). Les revenus que cette autre activité procure permettent alors aux créateurs de concentrer leurs efforts financiers sur l’emploi et les investissements afin d’accroître leur activité...
Autre déterminant majeur selon l'INSEE : l’expérience. L'expérience entrepreneuriale d'abord : avoir côtoyer des chefs d’entreprise ou avoir déjà créé ou dirigé une entreprise facilite l’essor de la jeune pousse. En effet, « 3 jeunes pousses créées par d’anciens dirigeants salariés sur 10 sont florissantes, soit 10 points de plus que la moyenne ». Mais au-delà de l'expérience entrepreneuriale, d’autres aptitudes personnelles, plus techniques, apparaissent aussi comme déterminantes. « Ainsi, lorsque le secteur d’activité de l’entreprise coïncide avec le métier de son créateur, la mobilisation de son savoir-faire est immédiate et se révèle favorable au développement » selon l'INSEE, qui ajoute que « les secteurs où la part de florissantes est la plus élevée sont ceux où la concurrence entre jeunes pousses semble moins forte : l’industrie manufacturière (24 %), le transport-entreposage (25 %) et l’hébergement-restauration (30 %) ».

Des investissements et un réseau
Mais au-delà du porteur de projet, le montant des moyens financiers consacrés au démarrage des nouvelles entreprises, s'il varie selon les activités, n'est pas non plus étranger au développement de la jeunes pousse. « La part de ''florissantes'' augmente avec le montant de ces moyens : elle représente 8 % des jeunes pousses créées avec moins de 1 000 € et jusqu’à 40 % de celles créées avec au moins 80 000 € ». Si les moyens engagés à la création impactent son évolution, les investissements réalisés au cours des premières années d’existence ont aussi un effet significatif, ils sont même fortement liés ; la part de florissantes augmente au fil de la croissance des investissements : « de 5 % parmi les jeunes pousses qui ont investi moins de 1 500 € à 34 % pour celles dont l’investissement est d’au moins 75 000 € », selon l'INSEE.
Prenant un peu de hauteur et considérant l'environnement des jeunes pousses, l'INSEE note que parmi celles-ci, « 8 % sont des filiales, la moitié de leur capital au moins étant détenue par une ou plusieurs autres sociétés ». Autre situation favorable : appartenir à un réseau. « Ce choix s’avère particulièrement positif dans les cas de franchises, coopératives ou chaînes volontaires : 40 % des jeunes pousses appartenant à ces types de réseau sont des florissantes. Le réseau d’enseigne pousse sans doute à une analyse préalable approfondie, puis facilite et accélère le développement par le partage de sa notoriété, d’un savoir-faire et d’une assistance, notamment en matière de gestion et de communication. » note l'étude.

Mais pas de recette miracle
La communication, la formation et l'innovation sont en effet aussi des aspects à ne pas négliger pour le développement de sa jeunes pousses... En prenant garde que les innovations les plus porteuses concernent les méthodes d’organisation et de gestion des ressources, bref, ce ne sont pas forcément les plus voyantes, même si les autres domaines d’innovation, les produits, les procédés de fabrication, production ou distribution, ainsi que les méthodes de commercialisation et communication ont également un impact positif, « mais moins prononcé », précise l'INSEE, qui se garde bien ici de donner une ''recette miracle'' au développement des très jeunes entreprises.
En effet, rappelle-t-il, « les premières années d’activité ont surtout servi à installer l’activité pour assurer la pérennité. Parmi les créateurs qui souhaitaient voir leur entreprise se développer, une large part n’a pas encore atteint cet objectif. Globalement, sur 10 créateurs de jeunes pousses, 6 font état de difficultés pour développer leur entreprise », principalement en lien avec des obstacles d'ordre commercial.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : mohamed hassan / pxhere.com

Partager sur Facebook
Vu par vous
7085
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !