Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | L'UBB, poids lourd de l'économie Aquitaine

13/09/2015 | La CCI de Bordeaux a dévoilé ce vendredi 11 septembre une étude d'impact du club de rugby bordelais sur l'économie régionale.

23 millions d'euros de retombées directes pour l'économie régionale

D'aucun pour le nier, l'UBB, l'équipe de rugby bordelais, suscite les passions. Mais elle a également un réel impact sur le tissu économique régional, comme vient de le prouver une étude réalisée par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux et présentée ce vendredi 11 septembre. 23 millions d'euros de retombées directes, 94 millions d'euros si l'on y ajoute les effets d'entraînement. Les retombées financières, en plus de l'engouement populaires que suscite le club, pourraient même s'agrandir dans les prochaines années...

Tandis qu'ils s'apprêtaient à rencontrer Clermont ce samedi à partir de 18h30, l'équipe de rugby de l'Union Bordeaux Bègles s'est retrouvée sous le feu des projecteurs pour une autre raison ce vendredi 11 septembre. Une étude présentée ce jour par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux, à la demande du club, révèle les chiffres très positifs des effets bénéfiques du club sur le tissu économique local. Bordeaux-Bègles, décrite dans l'étude comme ayant la "meilleure affluence d'Europe", a généré 94,1 millions d'euros de retombées financières pour l'économie régionale, dont 23 millions de retombées directes. 

Des supporters généreuxCette étude est une première en France et elle a été menée auprès de supporters locaux (70%) comme adverses (30%) sur deux matchs (La Rochelle et Bayonne) qui ont eu lieu au Stade Chaban-Delmas. Autre chiffre avancé, celui de onze millions d'euros pour la somme "injectée dans l'économie régionale directement par le club" et plus de 12 millions d'euros dépensés dans les différents commerces par les spectateurs ayant pris leurs billets (en moyenne 40€ par personne et par match). "L'UBB se positionne véritablement comme un acteur économique de premier plan pour les entreprises de la région", a notamment souligné Pierre Goguet, président de la CCI de Bordeaux.

Des dépenses en hausseDu côté des dépenses, pas de quoi rougir non plus : en comptant les frais de personnel, la fiscalité, les investissements et autres achats divers, c'est 10,7 millions d'euros qui ont été dépensés par le club la saison dernière, dont 61% pour les frais de personnel. Le salaire des joueurs, lui, représente 84% de la masse salariale totale. Et l'UBB attire de plus en plus : 23.704 spectateurs en moyenne la saison dernière en Top 14. L'ensemble des dépenses du club ajoutées à celles des spectateurs susciteront à leur tour d'autres dépenses, directement injectées dans le tissu économique local : cet impact induit pourrait représenter 71 millions d'euros. 

Les prévisions de cette saison prévoient des retombées encore plus importantes : avec 20,5 millions d'euros de budget cette saison, la tenue de 3 matches du Top 14 au Nouveau Stade qui peut accueillir 42 000 spectateurs et la première participation de l'équipe à la Champions Cup, nul doute que l'équipe est à l'abri, malgré ses récentes défaites contre Oyonnax (37-19) et Montpellier (22-24), les nombreux blessés (dont le capitaine, Matthew Clarkin). Le beau match nul obtenu à Clermont, sur la pelouse du stade Michelin, est de nature à rassurer les supporteurs. La popularité économique, elle, est déjà sur la courbe ascendante. 

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Laurent Chaudru/UBB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4462
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !