Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

  • 15/04/21 | Une meunerie bio et sans gluten à Thuré (86)

    Lire

    A Thuré, dans la Vienne, François Michaud produit des céréales en circuit court tout en pratiquant l’agroforesterie. Pour valoriser les céréales produites sur la ferme en farines ou semoules, il va construire une meunerie. Afin de répondre aux demandes de farines sans gluten, il prévoit également d’acquérir deux moulins et qui lui permettront d’assurer la vente en circuit-court auprès de boulangers et particuliers.

  • 14/04/21 | L’église de Notre-Dame de Soudan va être restaurée

    Lire

    Erigée au XIIe siècle, l’église de Notre-Dame de Soudan dans les Deux-Sèvres souffre de multiples désordres comme des zones d’instabilité structurelles en raison de nombreuses modifications architecturales ou d’une humidité trop importante qui ont détérioré les maçonneries intérieures et extérieures. Afin d’évacuer cette humidité, une tranchée de ventilation va être creusée permettant ainsi la restauration des maçonneries et des peintures murales.

  • 14/04/21 | Un jeu vidéo développé dans les Landes

    Lire

    La société Itchy à Saint-Etienne d’Orthe dans les Landes, s’est spécialisée dans la création de jeux vidéos en 2018 avec son projet « World of furry ». Ce projet permet d’offrir un jeu familial et bienveillant basé sur les animaux imaginaires possédant des caractéristiques humaines. Il sera gratuit à télécharger et la monétisation se fera sous forme d’achats d’objets premium et avec un système d’abonnement.

  • 14/04/21 | 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes

    Lire

    Lors de sa dernière séance plénière du 12 avril, la Région vient d'accorder 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes. Ce chantier « de maintien de la performance » est indispensables pour pérenniser les circulations des TER et empêcher la dégradation supplémentaire des performances (vitesse, capacité et exploitation). S'en suivront des travaux de régénération étalés jusqu’en 2028. Huit autres lignes sont bénéficierons de ces chantiers d'urgence en 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Aérocampus entre incompréhension et inquiétude face à l'augmentation de la taxe de séjour

07/12/2018 | Jérôme Verschave, directeur général d'Aérocampus: les gens ne viennent pas chez nous pour faire du tourisme

Jérôme Verschave, Directeur général d'Aérocampus

Un campus aussi attractif qu'Aérocampus qui prépare aux métiers de la maintenance aéronautique, à Latresne sur la rive de droite de Bordeaux, et accueille un cluster très recherché par les entreprises, se doit par définition de pouvoir héberger ces apprentis , ces stagiaires, dont certains venus de très loin. Aurait-il pour autant vocation à être classé dans la catégorie des résidences à caractère hôtelier, avec ce que cela implique d'équipements et de services? Et d'investissements pour l'association qui gère le site? On pourrait le croire au vu de la décision prise par la Communauté de communes des Portes de l'Entre-Deux-Mers d'appliquer, sans concertation préalable avec la direction de l'établissement, les nouvelles conditions tarifaires incluses dans la loi de Finances et applicables le 1° janvier prochain.

Celles-ci prévoient une forte augmentation de la taxe de séjour acquittable par les personnes logées, avec ce que cela peut impliquer pour le coût final de l'hébergement, surtout lorsque l'on sait que les séjours des personnes en formation sont souvent très longs.

Dans un courrier adressé le 11 octobre à la direction d'Aérocampus qui faisait suite à la délibération de la CDC du 25 septembre on peut en prendre la mesure : « les hébergements non classés ne seront plus taxés à un taux fixe mais sur un pourcentage de 4% sur le montant ht du coût de la nuitée plafonnée à 2,53 euros »; pour les «  hébergements trois étoiles ( hôtel, résidence de tourisme et meublés de tourisme le tarif passe de 1 euro à I,10 euro). La taxe de séjour appliquée aux hébergements d'Aerocampus passe ainsi de 0,80 euros par nuitée à 1,86 euros minimum pour monter à 2,53 euros en fonction des hébergements existant su le Campus.

"On ne vient pas chez nous pour faire du tourisme"

Dans un courrier adressé, le 29 octobre, au président de la CDC M Lionel Faye, par ailleurs maire de Quinsac, Jérôme Verschave directeur du site rappelle que " Aérocampus Aquitaine est un lieu dédié à la formation et reçoit principalement des apprenants qui risquent de voir impacter le prix de la nuitée pour compenser l'augmentation que vous nous imposez." Dans un communiqué publié en amont de la conférence de presse, organisée ce 6 décembre à Latresne, la direction rappelait que déjà avec ses 150 chambres Aérocampus représente plus de 60% de la collecte de la taxe de séjour perçue par la Communauté de communes, et que si l'on se rapporte au segment des hôtels non classés les usagers du campus, qui sont notamment les demandeurs d'emploi, salariés en formation, doivent représenter 80 à 90% de la collecte.  Et Jérôme Verschave d'ajouter: " Je ne peux considérer que cette décision aille dans notre sens mais plutôt qu'elle dessert ce site qui, par ailleurs, apporte des avantages non négligeables à notre territoire en terme économique, de notoriété et de visibilité." Au-delà d'une manière de déception perceptible on sent poindre de l'incompréhension.

Celle-ci a été partiellement entendue après une rencontre qui s'est faite attendre. Un moratoire de trois mois a été annoncé, ce 5 décembre, à la direction d'Aérocampus assortie d'une suggestion : mettre en oeuvre un classement des hébergements avec étoiles à la clé. "C'est aberrant commente Jérôme Verschave; les gens ne viennent pas chez nous pour faire du tourisme. Je demande que l'on annule cette délibération, que l'on se concerte et revoit le taux de la taxe de séjour." A suivre, en attendant la réaction du président de la Communauté de Communes que nous avons sollicitée. Celle-ci nous est parvenue ce 10 décembre lors d'un entretien téléphonique, lequel confirme en ces termes la demande faite au directeur général d'Aérocampus:"  la Communauté de communes est adhérente à Aérocampus; nous sommes donc attachés à son essor et son développement. Mais la loi a changé et nous avons eu la volonté, au niveau du tourisme, avec six autres communautés de communes de l'Entre-Deux-Mers de faire monter en gamme toutes les structures et Aérocampus n'obéit à aucune règle dérogatoire; j'ai interrogé tout le monde y compris le ministère et les hébergements sont considérés comme des hôtels de tourisme. J'ai reçu Jérôme Verschave et lui ai expliqué qu'il avait l'obligation de faire classer ces hôtels et je ne doute pas qu'il aille vers cette solution. Pendant trois mois nous continuons à appliquer la taxe de séjour sur le régime d'avant."

 

 

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
8701
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !