Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/07/21 | L’Université de La Rochelle poursuit sa transition

    Lire

    La Rochelle Université a signé début juillet l’Accord de Grenoble avec l’association étudiante de protection de l’environnement, Uni'Vert LR. Cet accord va accélérer la transition socio-écologique de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche puisqu’il incite l’établissement à agir pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, former les apprenants aux enjeux de la transition socio-écologique, à proposer une formation au personnel de l’établissement, à augmenter la participation de la recherche dans l’effort de transition ou encore à suivre et publier son empreinte carbone.

  • 28/07/21 | Visitez les pomiculteurs écoresponsables de Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Les pomiculteurs agréés Vergers écoresponsables se mobilisent à l’occasion de la 11e édition des Vergers ouverts. Ensemble, fin août et septembre, ils donnent rendez-vous aux curieux et aux amateurs de pommes pour leur faire découvrir les coulisses de production du fruit phare des vergers. Cette année, ce sont 35 exploitations, dont une dizaine en Nouvelle-Aquitaine qui ouvrent leurs portes pour quatre week-ends de festivités entre programme riche en découvertes et activités ludiques. Détails et inscriptions : http://lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 28/07/21 | Première édition du Festival du Bonheur à Bordeaux

    Lire

    Du 6 au 8 août, se déroulera rue Malbec à Bordeaux, après deux éditions en ligne, la première édition "en personne" du Festival du Bonheur. Porté par la Brigade du Bonheur, collectif d’artistes bordelais, et en collaboration avec le café culturel Pourquoi Pas ?, cette première édition propose une programmation éclectique et tout public : concerts, théâtre, animations, bingo et même mentalisme ! Pour en savoir plus, sur le programme et les tarifs : https://www.unairdebordeaux.fr/evenements/2021/festival-du-bonheur/

  • 27/07/21 | Le jazz s’invite à Andernos

    Lire

    Le 31 juillet, la Plaine des Sports d’Andernos accueillera 2 concerts de jazz avec Géraldine Laurent Quartet, Emile Parisien et son invité Michel Portal. Suite aux concerts, le jazz se baladera dans le centre-ville durant 3 jours. Les concerts sont gratuits et les billets sont à réserver sur le site de l'Office de Tourisme d'Andernos

  • 27/07/21 | Le label "Espace sans tabac" se déploie

    Lire

    Partout en France, de nouveaux sites continuent à recevoir le label « Espace sans tabac » avec désormais plus de 3 730 espaces labellisés, dont 683 inaugurés en 2020 malgré les confinements. En Gironde par exemple, la ville du Haillan a inauguré 10 espaces dans la commune, dont plusieurs devant les écoles maternelles et primaires. Dans les Pyrénées-Atlantiques la plage du Lac de Saint-Pée-sur-Nivelle est désormais une plage sans tabac, de même que celle de Sanguinet dans le département des Landes, qui voit aussi des espaces labellisés aux abords des écoles maternelles et élémentaires d'Ychoux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | La Ferme Médicale : « le CBD est une filière d’avenir »

17/05/2021 | La société La Ferme Médicale, fondée en 2018, produit et commercialise du CBD depuis son exploitation dans le Sud-Gironde.

Le CBD est une filière d'avenir pour les fondateurs de La Ferme Médicale

Plus que jamais, le cannabis, sa légalisation et ses usages font débat. Le 26 mars dernier, le ministère de la Santé a lancé l’expérimentation du cannabis médical en France, pour en évaluer l’impact et les débouchés d’un usage thérapeutique. Plus récemment, le 5 mai, la députée du Loiret Caroline Janvier (LREM) a présenté un rapport parlementaire sur le cannabis récréatif. Les producteurs de chanvre sont dans les starting-blocks pour structurer une filière nationale, tandis qu’en Nouvelle-Aquitaine, le Conseil régional les soutient. On en parle avec Raphaël De Pablo, cofondateur de La Ferme Médicale et producteur de « cannabis légal » installé dans le Sud-Gironde.

En 2018, Raphaël de Pablo et son ami Pierre Morel s’associent et lancent La Ferme Médicale. Sur leur exploitation de six hectares dans le Sud-Gironde, ils produisent du chanvre. En plus de cultiver leur plante, les deux hommes la transforment et la commercialisent depuis décembre dernier sous forme d’huile de bien-être. Cette huile est faite à partir de cannabidiol (CBD), une des molécules composant le cannabis qui a la particularité de ne pas être euphorisante ni stupéfiante – elle ne crée pas d’accoutumance – et donc légale.

Proposer un produit « complet »

« Le marché du CBD est assez émergent. La France compte très peu de producteurs, moins d’une dizaine il y a quelques années à 400 aujourd’hui », reprend Raphaël de Pablo. Selon lui, le chanvre est plus connu pour ses utilisations dans l’industrie textile que pour ses propriétés relaxantes, voire médicales. « La plante est composée de 200 molécules appelées cannabinoïdes. Chacune de ces molécules va avoir un effet sur notre corps permettant de traiter des pathologies allant de l’anxiété à la sclérose en plaques », poursuit l’entrepreneur.

À la différence de plusieurs marques, La Ferme Médicale utilise la totalité de la composition moléculaire du chanvre dans la création de ses huiles. « Nous préférons utiliser le spectre moléculaire complet, pour une meilleure efficacité de nos huiles. Un isolat [produit composé d’une seule molécule] est moins compliqué à fabriquer et c’est surtout plus rentable », précise Raphaël De Pablo.

Pierre Morel et Raphaël De Pablo, fondateurs de La Ferme Médicale
Pierre Morel et Raphaël De Pablo sur leur exploitation. ©YD
 

Paradoxe

Quand on leur demande ce qu’ils pensent de l’expérimentation du cannabis médical lancée le 26 mars dernier, les fondateurs de La Ferme Médicale sont circonspects. « Il y a vingt ans de travail scientifique en Amérique du Nord et dans certains pays d’Europe. C’est une perte de temps », raconte Raphaël de Pablo. L’autre raison de leur désintérêt du cannabis thérapeutique est qu’ils ne s’inscrivent pas dans ce marché. « Le volet médical ne nous intéresse pas, nous tenons vraiment à rester sur le bien-être ».

Les deux hommes ont beau produire et commercialiser du chanvre, ils n’ont pas le droit de le transformer. « C’est la loi, c’est comme ça », soupire Raphaël De Pablo. Ainsi, La Ferme Médicale doit transporter sa production en Allemagne, la transformer, puis la ramener en France pour la commercialiser. Le paradoxe ne s’arrête pas là, d’après l’entrepreneur : « le pays est un des plus gros producteurs européens de chanvre, mais en interdit la transformation. Ce sont pourtant des machines de fabrication française qu’utilisent les allemands », sourit-il.

Structurer une filière

Comme les créateurs des boissons Baga, Raphaël De Pablo et son associé attendent de pied ferme la structuration d’une filière CBD nationale. « Le cadre légal du CBD remonte aux années 90, et depuis plus rien. Il se pourrait que cela change cet été », précise Raphaël De Pablo. Ce dernier fait référence à la présentation du rapport parlementaire sur le cannabis récréatif présenté le 5 mai.
Le co-fondateur de La Ferme Médicale voit d’un bon œil l’action de la Région Nouvelle-Aquitaine qui, en lien avec les agriculteurs, cherche à développer la culture du chanvre sur le territoire. « Le marché est énorme. L’an dernier, le CBD a généré 100 millions d’euros en France, et cette année, les spécialistes attendent une croissance de 400%. A Bordeaux, les « CBD shop » ont fleuri et à Paris, 34% des locaux commerciaux vacants sont visités pour des projets de magasins de CBD », reprend le producteur de chanvre.

Pour les créateurs de La Ferme Médicale, cet engouement autour du CBD est positif. « Jusqu’à récemment, le chanvre avait mauvaise réputation, et c’est en train de changer ». Les deux hommes racontent avoir eu des difficultés à s’installer, malgré un accueil très positif des institutions. « Les politiques nous ont reçu avec beaucoup d’intérêt, mais nous avons eu des difficultés pour que les banques nous suivent. Un jour, nous avons été appelés par notre conseiller qui nous a demandé de clôturer nos comptes, on ne sait toujours pas pourquoi, alors que ça tourne bien aujourd’hui ». La jeune société écoule ses produits grâce à son site internet et huit pharmacies. Après avoir récolté cinq cents kilos de chanvre en 2020, la jeune entreprise a multiplié sa capacité de production par six cette année, pour répondre à la demande.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
5302
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !