Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyen de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | La future grande région, un frein pour le business ?

24/01/2015 | Une table ronde sur le business de la future grande région organisée par La Tribune-Objectif Aquitaine a réuni différents acteurs de l'économie régionale.

La table ronde était organisée par la magazine "Objectif Aquitaine" au sein de la business school Kedge

Une incertitude et des intérêts qui restent à prouver. C'est ainsi qu'est apparue la future grande région à l'échelle des 5 acteurs économiques régionaux invités à débattre au sein du grand amphithéâtre de la Kedge Business School, à Bordeaux. La soirée, organisée par le magazine économique La Tribune-Objectif Aquitaine, était aussi l'occasion de parler d'un futur hors-série à paraître le 30 janvier, un guide complet des entreprises de l'Aquitaine. Pour le moment, les professionnels questionnés par le rédacteur en chef du magazine ne semblent pas très confiants sur ce changement d'échelle...

"Je n'ai toujours pas compris l'objet de cette réforme des régions. On sent qu'il y a un enthousiame, un plébiscite autour de ce changement de la part des régions avoisinantes, mais quelle en est vraiment l'utilité ?" s'étonne Agnès Paillard, présidente du pôle de compétitivité Aerospace Valley, questionnée par Mikaël Lozano, rédacteur en chef de La Tribune - Objectif Aquitaine dans le cadre du débat organisé jeudi soir au sein de la Kedge Business School de Bordeaux. Le débat, qui avait pour sujet "Le business de la grande région" a notamment permis à Christian Chapotin, directeur général adjoint de la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique (BPACA), Benjamin Bertran, directeur du pôle de compétitivité Elopsys, Jacques-Olivier Pesme, directeur adjoint de Kedge et Sandrine Larrouy Castera, directrice des relations institutionneles de Lisea (le concessionnaire de la future LGV Tours Bordeaux) de donner leur point de vue.

De gros chantiers structurels à prévoir ? De la LGV, il en a d'ailleurs brièvement été question devant le public de 300 personnes venu assister à ce débat au coeur du grand amphithéatre de l'école supérieure. Pour Sandrine Louis Castera, la date approche : "On est chaque jour un peu plus près de la mise en service. J-921", note-t-elle en déclenchant quelques rires dans la salle. Quelques rappels, notamment qu'il s'agit là du plus grand chantier ferroviaire d'Europe" avec 302 kilomètres de ligne nouvelle et 38 kilomètres de raccordement (sans nouvelle gare pour faciliter les liaisons). Un projet d'une valeur de 7,8 milliard d'euros, dont 3 milliards financés par le public, environ 2 milliards pour les collectivités territoriales et le reste pour Liséa. "La LGV n'aura pas d'effet économique immédiat, ce qui est important c'est avant tout ce qu'en feront les acteurs économiques. Ce qui sera déterminant, c'est notre capacité à définir un schéma de desserte cohérent pour articuler toutes ces lignes (TGV, TER, Frêt) qui offriront ainsi de nouvelles possibilités de circulation pour la région", précise Sandrine Louis Castera. "Quand au projet Limoges-Poitiers, il est d'utilité publique mais fait l'objet de nombreuses contestations. On est attentifs pour avoir un recul sur l'impact de ces LGV, on est d'ailleurs en train de mettre en place un observatoire économique qui sera chargé de calculer l'impact de la LGV sur la mobilité et le développement des territoires". 

La mobilité, c'est bien l'un des enjeux majeurs de cette future région, la plus vaste de France (84 060 kilomètres carrés). Une grandeur qui inquiète les professionnels interrogés, comme Jacques-Olivier Pesme : "Sur un petit territoire, on peut capitaliser sur des forces convergentes, il est plus facile de se développer économiquement sur ce territoire lorsqu'on le maîtrise", affirme le directeur. De même lorsqu'il est question de fusionner les entreprises locales avec celles des autres territoires : "On aimerait grossir, oui, mais dans des proportions raisonnables", affirme ainsi Benjamin Bertran. La plus sceptique restera tout de même Agnès Paillard, pour qui "cette réforme est microscopique par rapport à ce que tout le monde attendait. On est dans une région qui a donné la priorité aux entreprises, l'Aquitaine a une politique qui s'est donnée le temps d'aboutir à des résultats. Quel est donc l'intérêt d'avoir une grande région si elle n'a aucun pouvoir supplémentaire ? On attend toujours la loi de décentralisation, on risque d'éloigner les acteurs, les décideurs. Alain Rousset va-t-il pouvoir s'investir pleinement lorsqu'il aura trois régions à gérer ?". Un avis tranché conforté par les propos de Jacques Olivier Pesme : "c'est vrai qu'on a plutôt accru les difficultés que diminué.

De l'incertitude à l'espoirMalgré toutes ces incertitudes, l'homogénéïté reste de mise pour décrire l'activité économique des trois régions, comme l'explique Christian Chapotin (sa banque couvre tout le périmètre de la future grande région depuis sa fusion) : "Il y a en réalité plus de points communs que de différences entre ces régions. Il y a notamment une grande homogénéité sur les départements du littoral et de l'intérieur. La Rochelle et Biarritz ne sont pas si différents, de même que Limoges ou Pau... On va certainement tirer des bénéfices de cet agrandissement, notamment dans les filières agricoles ou le tourisme notamment. En Dordogne, il y a des activités de niche très exportatrices. Les différences sont au niveau globales, mais quand on regarde dans le détail, le PIB par habitant n'est pas si différent d'un territoire à l'autre", précise-t-il. 

En effet, la démographie est dynamique mais impactée par un vieilissement de la population (comme l'avait révélée une précédente enquête de l'INSEE sur le recensement) et une hausse des 60 ans et plus, d'où le développement d'un phénomène appellé la "silver economy". Mais ce fameux "transfert des compétences" dans le monde des acteurs économiques, qui devrait être statué prochainement dans les futures décisions du Président de la grande région (les régionales en seront la clef), reste l'une des inquiétudes principales des professionnels et des investisseurs. "La région aura besoin d'une métropole. A l'international, Bordeaux parle plus aux investisseurs que Limoges...", ironise Christian Chapotin. Bref, on l'a compris, la taille du changement n'a d'égale que le scepticisme qui semble entourer les acteurs de l'économie locale...

L'info pratique : Le seizième hors-série de La Tribune -Objectif Aquitaine sortira le 30 janvier prochain. Il contient un guide complet sur les entreprises d'Aquitaine, et notamment un dossier spécial sur la future grande région. Pour plus de détails, rendez-vous sur leur site internet.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Elections régionales - 2015Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11122
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !