Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/19 : Selon le délégué interministériel aux restructurations d'entreprises Jean-Pierre Floris, l'entreprise Ford aurait refusé la seconde offre de reprise de l'usine de Blanquefort déposée ce lundi par le belge Punch Powerglide.

21/02/19 : Jean Dionis, président de l’Association des Maires du 47, rencontrera Béatrice Lagarde la Préfète de Lot-et-Garonne, le 22 février pour lui remettre les premiers cahiers de doléances recueillis dans le cadre de la consultation du Grand Débat National

21/02/19 : Les travaux illégaux de la retenue de Caussade (47), interrompus le 24 janvier ont repris le 15 février. Du coup, la préfète a saisi le Procureur de la république de cette infraction qui pourrait entraîner des sanctions au plan administratif et pénal

20/02/19 : Dans le cadre du grand débat national, la quasi-totalité des mairies de Charente-Maritime ont ouvert des cahiers citoyens. Ces cahiers se clôturent ce soir, 20 février. Ils seront transmis à la préfecture, au plus tard pour la fin de la semaine.

20/02/19 : La Rochelle : Le prochain forum Objectif Emploi (rencontres entreprises et demandeurs d'emploi) aura lieu à La Jarrie mardi 5 mars de 14h à 17h, Gymnase du collège Jacky Héraud, 43 rue du chemin vert. Rencontres ouvertes à tous sans inscription.

19/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du PS de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux. Ce rassemblement est devenu au fil des heures un "Front républicain"

19/02/19 : Concert du pianiste Fazil Say à l'Auditorium de l'Opéra de Bordeaux les 21 et 22 février. Au programme : le Concerto n° 21 de Mozart mais aussi sous la direction musicale de Paul Daniel, l'ONBA jouera la nouvelle symphonie du pianiste baptisée "Hope"

18/02/19 : Charente-Maritime : Saint-Jean-d'Angély organise son grand débat national le vendredi 1er mars à 18h, salle Aliénor-d’Aquitaine. Cette réunion d’initiative locale aura pour thème « Vers une nouvelle ruralité », en présence du député J-P Ardouin.

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/19 | Pau : un stand de proximité pour le Grand Débat

    Lire

    L'itinérance a déjà commencé pour le Grand Débat National! A l'instar du Président de la République, la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques a mis en place un stand de proximité mobile pour s'informer et contribuer au Grand Débat. Ainsi, les Palois pourront se rendre à la gare SNCF de l'agglomération les vendredi 22 et lundi 25 février prochains. Le stand sera ouvert de 11h30 à 19h le vendredi et de 7h30 à 15h30 le lundi.

  • 21/02/19 | Emplois saisonniers : c'est l'heure du recrutement en Charente-Maritime!

    Lire

    La saison des salons de l'emploi saisonnier est lancée en Charente-Maritime. Le premier se tient à Fouras le 21 février de 14h à 17h salle Rondeaux, pour enchaîner le 25 à St Georges-d'Oléron, salle du Trait-d'Union, puis le 28 à La Rochelle, de 14h à 19h au Centre d'Information Jeunesse (réservé aux étudiants). Puis, en mars, le 6 à St Jean-d’Angély de 14h à 17h30, salle Aliénor d’Aquitaine, le 7 de 14h à 18h à la maison du Département à La Rochelle et le 20 à Saintes, de 10h à 16h30 à l'Espace Mendès-France.

  • 21/02/19 | Aide départementale aux exploitations deux-sévriennes

    Lire

    Dans le cadre du Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles, 13 exploitations des Deux-Sèvres vont bénéficier d'un soutien financier départemental. Voté le 21 janvier, ce budget de plus 40 000 euros permettra d'aider des exploitations laitières, ovines, bovines et caprines. Cela leur offrira la possibilité d'effectuer des constructions et rénovations de bâtiments.

  • 21/02/19 | Les athlètes néo-aquitains auréolés d'or!

    Lire

    Les championnats de France élite d'athlétisme en salle se déroulaient les 16 et 17 février derniers à Miramas (Bouches-du-Rhône). Les athlètes néo-aquitains ont obtenu de très bon résultats, avec neuf médailles dont quatre en or. Parmi ces dernières, la bordelaise Solene Ndama a remporté le pentathlon (5 épreuves) en battant le record de France de sa catégorie. Les talençaises Nasrane Bacar et Maroussia Paré gagnent le 60m et le 200m. Abdessalem Ayouni (Saint Junien) s'impose sur 800m.

  • 21/02/19 | CIVB et DWI main dans la main

    Lire

    C'est la première fois que les deux entités travaillent ensemble. En mars, le Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux et Deutsches Weininstitut (DWI) démarreront leur premier programme commun de promotion aux États-Unis. Ce dernier, intitulé "Clink Different", a vocation à accroitre la notoriété et les ventes de vin bordelais et allemand sur le sol américain pour les trois prochaines années. Clink Different est budgétisé à 9,8 millions d'euros dont 80% pris en charge par l'Europe.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | La Journée de l'Economie en Nouvelle-Aquitaine centrée autour du recrutement

03/10/2018 | Chaque année, la Journée régionale de l'économie, une après-midi de témoignages et d'échanges, se concentre sur un thème. Le recrutement est celui de cette année.

Journée Economie Nouvelle-Aquitaine 2018

Les récentes études le montrent : l'économie redémarre en Nouvelle-Aquitaine. En 2018 au niveau régional, 26% des entreprises ont recruté 230 000 nouveaux employés en CDI, CDD et emplois saisonniers dont 13 000 cadres. Pourtant, ce regain de santé a un revers : l'incapacité grandissante des employeurs à recruter. Bien que les raisons soient diverses (mobilité, pénibilité) c'est sur ce point précis que prévoit de se concentrer l'édition 2018 de la Journée de l'Economie en Nouvelle-Aquitaine, qui se tiendra simultanément à Bordeaux, Bayonne, Limoges et La Rochelle. Analyse et perspectives autour de cet enjeu avec ses organisateurs.

"Traverser la route"

Le recrutement et la fidélisation des nouveaux salariés, tel seront deux des thèmes centraux abordées le 15 octobre prochain à l'occasion d'une nouvelle édition de la Journée de l'Economie en Nouvelle-Aquitaine, organisée par les Chambres régionales consulaires (CCI, Chambre d'Agriculture et Chambre des Métiers et de l'Artisanat). La particularité de cette manifestation, c'est qu'elle invitera, pour la deuxième fois à l'échelle de la grande région, ses participants (environ 600 attendus) sur quatre sites en simultanés : la Cité Mondiale de Bordeaux, la CCI de La Rochelle, le Limousine Park du Pôle de Lanaud à Limoges et la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Bayonne. Le petit plus sur lequel misent les organisateurs cette année, c'est les nombreux témoignages d'entrepreneurs locaux sur cette problématique du recrutement, régulièrement pointée du doigt comme un problème par différentes études en région.

En effet, selon des chiffres de Pôle Emploi édités en avril dernier, 49% des projets d'entreprises sont jugés comme étant "difficiles à pourvoir" par les employeurs (contre 33% en 2016). Les services, l'industrie manufacturière, le bâtiment, la métallerie, la filière cuir font ainsi partie des secteurs rencontrant de grandes difficultés pour recruter des candidats. Selon les propos du directeur général de Pôle Emploi, ce serait pas moins de 300 000 offres d'emploi qui seraient annulées chaque année faute de candidats au niveau national. En Nouvelle-Aquitaine, environ 30 000 emplois sont jugés "difficiles à pourvoir". Pour Bernard Uthurry, vice-président du Conseil régional en charge du développement économique, il s'agit là d'une équation à plusieurs entrées. "Le développement économique passe par l'innovation (la transformation, la numérisation) mais aussi par une entrée par les territoires pour un développement plus harmonieux. Le problème, c'est qu'il faut coordonner ce recrutement fluctuant pour faire en sorte qu'il soit en adéquation avec la formation. C'est le souci qui est, par exemple, rencontré par le cluster nautique et naval. Ce qu'il faut aussi arrêter de faire, c'est ce distinguo entre l'intelligence conceptuelle et celle de la main, d'autant que le paradoxe des 9% de chômeurs peut servir à recruter rapidement. Trouver du travail, c'est un peu plus compliqué que de traverser la route : il faut que les formations soient en adéquation avec les métiers d'aujourd'hui et de demain", a souligné l'élu.

Inquiétudes et "fidélisation"

Si le problème est bien dans l'adaptation de la formation, ce n'est pas faute d'essayer. En 2018, la Nouvelle-Aquitaine compte en effet 38 335 apprentis, soit 4% de plus que l'an dernier. La branche professionnelle, autrefois mal vu, est en train de regagner un peu de vigueur, et des opérations comme les Olympiades des Métiers en deviennent les vitrines. La question se pose en revanche toujours pour l'agriculture, dont la Chambre régionale est aussi associée à cette Journée de l'économie. Pour son président, Dominique Graciet, le problème est avant tout lié à "l'attractivité et l'accessibilité de ces emplois, souvent situés en zone rurale". Les groupements d'employeurs, s'ils sont une partie de la solution, ne font en revanche pas tout, surtout dans un secteur qui constitue le premier employeur régional (environ 120 000 agriculteurs et 70 000 chefs d'exploitation) : transformer les emplois saisonniers en équivalent temps plein figure ainsi parmi les enjeux importants à tenir, au delà de la problématique des "besoins de l'économie évoluant trop rapidement par rapport aux délais de formation". Et le projet de loi "avenir professionnel", adopté en août, ne devrait pas rassurer sur ce point. Prévoyant de transférer la responsabilité de l'apprentissage aux branches professionnelles au 1er janvier, elle pourrait suivre une logique de rentabilité puisque les CFA toucheraient une dotation à partir du nombre de contrats signés avec une entreprise d'accueil. Evidemment, la crainte que les zones rurales soient les premières touchées ressurgit, surtout dans le secteur agricole qui n'est pas attaché à une branche professionnelle. Les collectivités, qui ont récemment agité le spectre d'un "trou noir", ont évidemment tout intérêt à garder cette compétence de la formation professionnelle dans leur bagage.

Le président de la CCI Nouvelle-Aquitaine, Jean-François Clédel, est plus pragmatique sur la question du recrutement. "Quand on a du mal à recruter, ça veut dire que l'économie a redémarré". Il est vrai qu'à en croire les derniers chiffres fournis par Pôle Emploi, les deux vont de pair. En revanche, la même étude précise que l'une des raisons de ces problèmes de recrutement, c'est la nature du poste (conditions de travail, image et salaire). Un avis que ne semble par partager Jean-François Clédel, du moins pas en totalité. Pour lui, "la surenchère salariale sur les métiers en tension est incontournable. Mais ce qui va attirer, c'est le sens de l'emploi, l'organisation même du travail qu'il faut nécessairement adapter . Pour rendre le rural attractif pour les personnels plus qualifiés, il faut aussi travailler sur cette question de la marque employeur". Car il ne suffit pas de recruter de nouveaux collaborateurs, encore faut-il les garder. Le phénomène de "turn-over". En France, il serait un phénomène en augmentation : 15,1% contre 13,7% en 2013. 4% de nouvelles recrues quittent même leur job le premier jour, et 22% dans les 45 premiers jours. Selon une enquête Mercuri Urval, "49 % des ruptures de contrat survenant dans les premiers mois sont dues à des divergences de points de vue". Et le phénomène a un coût : entre trois et six mois de salaire environ, jusqu'à neuf si on y intégre le processus de formation. Paradoxe si l'on en croit l'un des intitulés du programme de la Journée de l'Economie : "la formation permet de fidéliser". L'ensemble de ces sujets seront donc discutés en duplex et en simultanés dans ces quatre sites régionaux le 15 octobre prochain entre 15h30 et 18h45.

L'info en plus : pour consulter l'intégralité du programme de la Journée de l'Economie, rendez-vous sur www.journeedeleconomie.com.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : JENA

Partager sur Facebook
Vu par vous
3685
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !