Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | La mobilisation du 25 mai pour sauver les emplois à Condat fera date

25/05/2013 | Un gros millier de personnes ont manifesté ce samedi dans les rues de Terrasson en soutien aux salariés de la papeterie de Condat, où 154 emplois sont menacés.

La manifestation en soutien aux Condat a réuni plus d'un millier de personnes à Terrasson

L'appel des 17 organisations pour la sauvegarde de l'emploi industriel en Dordogne a été entendu. Plus de 1100 personnes ont participé à la grande manifestation départementale organisée ce samedi matin dans les rues de Terrasson en soutien aux salariés de la papeterie de Condat. L'usine, installée à quelques kilomètres de là, au Lardin-Saint-Lazare, pourrait perdre 22 % de ses effectifs d'ici l'été. 154 emplois sont en effet menacés. Désormais, les syndicats souhaitent élargir la mobilisation tout en proposant de véritables propositions alternatives.

La manifestation organisée dans les rues de Terrasson  ce samedi matin en soutien aux salariés de la papeterie de Condat est un succès. L'entreprise est menacée par la fermeture d'une ligne de production et par la perte de 154 emplois. Malgré la pluie, le froid surtout, ils sont venus par dizaines, parfois en famille de Périgueux, des cantons avoisinants, de la Corrèze toute proche, exprimaient leur inquiétude, leur désapprobation, leur colère face au projet de la direction du groupe Lecta. Quelques élus sont présents dans le cortège dont des conseillers généraux : Serge Eymard, Germinal Peiro, également député de la circonscription, Jacques Auzou, Michel Lajugie.  

450 emplois induitsLe plan de sauvegarde de l'emploi, les salariés de Condat n'en veulent pas. Ils l'ont dit haut et fort, à travers des chants, des slogans « la solution, c’est nous » « On ne lâche rien ». Ils veulent construire un autre avenir pour ce site industriel, que l’on donne la possibilité de faire des contre-propositions.  Malgré des dissensions syndicales perceptibles, les Condat ont su se rassembler et mobiliser.   Guy Bretout, délégué CGT de l'usine insiste : "si Lecta parvenait à supprimer 154 emplois, c'est plus de 450 emplois induits qui sombreraient, dans la sous traitance, les commerces, les services publics, l'artisanat." La manifestation a débuté  vers 10 h30 avec quelques rayons de soleil, et le froid. Les Terrassonnais observent et sont de tout coeur avec les salariés. "Ces menaces sur l'emploi dans un secteur très touché par le chômage, n'annoncent rien de bon. Où les jeunes vont-ils aller travailler ?. Quel avenir leur réserve t-on ? indique une retraitée. Certains observent et se disent résignés. "Les Condat ont raison de se battre. Mais peut-on réellement lutter contre des décisions de groupes internationaux ?" s'interroge une passante qui a vécu deux licenciements.

Incident évité de justesse
La manifestation se déroule normalement jusqu'à ce que l'avant du cortège opte pour un changement d'itinéraire. Certains souhaitent passer devant l'hôtel de ville au lieu d'emprunter le Vieux Pont. Quelques barrières de sécurité sont renversées, survient une bousculade. Les Forces de l'ordre interviennent. "On n'est pas des casseurs", font valoir les manifestants. Le cortège passe finalement devant la mairie. Des incidents sont évités de justesse. La manifestation peut se poursuivre sans incident jusqu’à sa dislocation vers 13 heures et les discours des représentants syndicaux. Ce samedi 25 mai, la mobilisation est montée d'un cran et se poursuit. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
744
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !