Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni ce jour les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Ce mercredi Jean-René Etchegaray en présentera les pistes.

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | La Nouvelle-Aquitaine et ses startups au salon Vivatech !

20/05/2019 | Le salon Vivatech se déroulait du 16 au 18 mai dernier à Paris. Un stand dédié à la Nouvelle-Aquitaine et ses startups y était installé. Aqui! y était aussi.

Anne-Laure Bedu et Mathieu Hazouard

L’engagement du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en faveur de l’innovation se traduit par une place non-négligeable accordée aux startups régionales dans le cadre du Salon Vivatech, qui s’est déroulé à Paris du 16 au 18 mai derniers. Ainsi, 18 entreprises de la « tech » néo-aquitaine ont été mises en lumière sur le stand Nouvelle-Aquitaine, et une cinquantaine d’autres invitées en tant que visiteuses. Coup de projecteur sur plusieurs entrepreneur.e.s et l’engagement de la Région en faveur de l’innovation, traduit par un vaste fonds de soutien à ces jeunes entreprises.

« Nous n’avons pas à rougir de notre savoir-faire ». Mathieu Hazouard, conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine en charge du numérique insiste sur la qualité du vivier néo-aquitain en termes de nouvelles technologies et d’innovation. A l’occasion du Salon Vivatech, le conseiller régional rappelle l’opportunité de tels évènements pour les entreprises locales. « Nous réfléchissons sur une stratégie à adopter. De tels déplacements – comme Vivatech ou le Consumer Electronic Show de Las Vegas – permettent d’ouvrir le champ de l’international et de créer des débouchés pour les startups locales ». Au-delà du soutien évènementiel, la politique de la Région au profit des startups se traduit également financièrement, avec un investissement annuel de 15 millions d’euros à destination de ces pépites régionales. Le Conseil régional travaille également à la création d’un fonds régional de l’ordre de 200 millions d’euros. Cette ressource, à destination du monde de la technologie et de l’innovation néo-aquitaine, « est le dernier maillon d’une chaîne déjà bien structurée », d’après Mathieu Hazouard.

Entrepreneuriat féminin : « beaucoup à faire »

Parmi les temps forts auxquels Aqui! a pu assister sur le stand Nouvelle-Aquitaine de Vivatech, la conférence ‘entreprendre au féminin’ a lancé la journée. Aux côtés d’Anne-Laure Bedu, conseillère régionale déléguée à l’innovation, plusieurs entrepreneures témoignent de leur parcours. Parmi elles, Christine Panteix, directrice des Premières Nouvelle-Aquitaine, le premier incubateur dédié aux entrepreneures ouvert à Bordeaux en 2011.  « Les femmes sont sous-représentées dans l’entrepreneuriat, nous voulons les mettre en lumière », explique Christine Panteix. Depuis sa création, l’incubateur Les Premières Nouvelle-Aquitaine a accompagné près de 150 entrepreneures.

 

Les entrepreuneures aux côtés d'Anne-Laure Bedu

Yaël Assouline est la fondatrice d’ITECA, un éditeur de logiciels  à destination de l’industrie du futur. Elle revient sur son parcours : « J’ai eu la chance d’avoir un début de carrière avec peu de stéréotypes sur les genres. En revanche, lorsque j’ai commencé à lever des fonds, un investisseur m’a répondu "c’est intéressant ce que vous faites, et en plus vous êtes une femme", avant de refuser de m’aider. Je suis consciente d’évoluer dans un milieu très masculin [l’informatique, ndlr], mais pour moi, les problématiques liées aux genres sont infondées ». La conseillère régionale Anne-Laure Bedu assiste aux témoignages d’entrepreneures l’oreille attentive, avant de prendre la parole. « Depuis 1963, et l’autorisation pour les femmes de signer un chèque, nous en avons parcouru du chemin. Mais beaucoup reste encore à faire en faveur de l’autonomie des femmes ». La Région, engagée pour l’entrepreneuriat par toutes et tous a lancé un Plan Régional à hauteur de 850 000 euros pour l’accompagnement d’entrepreneures sur trois ans.

Prof en Poche : assistant éducatif sur fond d’intelligence artificielle

Les collaborateurs de Prof en Poche

Au cours de l’échange sur l’entrepreneuriat au féminin, une startup a retenu l’attention d’Aqui!, et réciproquement. En effet, sa représentante est étonnée de voir un homme prendre des notes lors de la conférence, avant de voir « MEDIA » écrit sur l’accréditation. Cette entrepreneure se nomme Morgane Govoreanu, et fait partie, avec plusieurs de ses associés des 18 start-ups invitées à exposer sur le stand Nouvelle-Aquitaine de Vivatech. Le projet ? ‘Prof en poche’ un outil éducatif digital (EdTech) palois. Une fois l’échange sur l’entrepreneuriat féminin terminé, nous nous rendons donc auprès des associés de Morgane, qui présentent leur concept. « Il y a une histoire familiale, et 35 ans de pédagogie derrière notre projet. Les trois fondateurs sont fils d’enseignants », précise Samuel, ingénieur informatique et co-fondateur de Prof en Poche. Deux des fondateurs ont déjà donné des cours de mathématiques, que ce soit en présence physique ou en visioconférence. Depuis 2014, les jeunes entrepreneurs mènent la transformation numérique de l’entreprise, pour inclure les nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle, au service de l’apprentissage.

En 2016, les collaborateurs ont lancé « Prof en Poche » sur le web, un robot répondant gratuitement aux élèves de collège et lycée, pour les aider dans leurs révisions, notamment en sciences. « Nous nous sommes beaucoup développés sur les mathématiques et la physique qui représentent 73 à 85% de nos demandes », explique Samuel. Plus récemment, en 2017, Prof en Poche a signé un partenariat avec un professionnel de l’enseignement, afin de pouvoir proposer du français, de la philosophie, de l’histoire-géographie et de l’espagnol. « Les programmes ne diffèrent pas en fonctions des utilisateurs de Profs en Poche », précise l’ingénieur informatique. C’est Albert, l’intelligence artificielle de Prof en Poche qui apprend et évolue au fur et à mesure que l’élève travaille. Pour les publics en recherche d’excellence, souhaitant entrer par exemple dans des classes préparatoires, les collaborateurs de Prof en Poche privilégieront plutôt la visioconférence que les échanges textuels. Les programmes éducatifs de Prof en Poche peuvent être nourris par des enseignants, qui préparent des fiches de cours dans certaines matières.

ST 37 : une startup avec 10 ans d’expérience

Mathieu Hazouard évoquait plus tôt dans la journée « le numérique au service des politiques publiques ». En début d’après-midi, lors d’une présentation de l’entreprise béarnaise ST 37, le Conseiller Régional précise : « comment le numérique peut venir au service du sport ? » avant d’annoncer la tenue en juillet d’un colloque Sport et Numérique, organisé par la Région. Mathieu Hazouard cède ensuite la parole à Carolina Riquelme, représentante de ST37 – Sport et Technologie. Pour l’anecdote, cette dernière et Prof en Poche sont voisins, autant à la Technopole Hélioparc de Pau qu’au stand Nouvelle-Aquitaine du salon Vivatech.

Carolina Riquelme

ST37 est spécialisée dans le sport, et plus précisément l’arbitrage vidéo.  En effet, les béarnais travaillent depuis plus d’une décennie aux côtés de la fédération française d’escrime. Avant de préciser le concept de l’entreprise, Carolina Riquelme évoque le temps perdu, lors de la Coupe du Monde de Football en 2018, à consulter l’arbitrage vidéo (VAR – « Video Assistant Referee »), à l’époque source de vives polémiques. La représentante de ST37 se remémore également la médaille olympique perdue par le regretté boxeur Alexis Vastine, aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, qui a également défrayé la chronique.

Pour éviter la perte de temps, de dynamisme ou même la polémique, ST37 propose un arbitrage vidéo intelligent, objectif et autonome, « grâce à un ou plusieurs yeux [des caméras], reliés entre eux et placés à des endroits stratégiques, sous différents angles, qui transmettent la validité ou la faute d’un geste ou d’une action en temps réel »,  précise Carolina Riquelme. « Le grand enjeu pour nous est de gagner du temps sur les évènements sportifs, redynamiser les matchs, mais aussi diminuer le stress du corps arbitral, dans des sports où tout se joue au millimètre ou au centième de seconde près », ajoute la jeune femme.  Pour l’heure, ST37 travaille sur trois disciplines (l’escrime, l’équitation et le canoë-kayak) et souhaite s’étendre, comme son nom l’indique, à 37 disciplines olympiques où l’arbitrage vidéo autonome pourrait être un plus. Une startup sans aucun doute pleine d'avenir puisque ST37 vient de remporter le Grand Prix France Entreprise Digital, récompensant les projets innovants en matière de digital, dans la catégorie startup.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
6060
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !