Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | La Nouvelle-Aquitaine et ses startups au salon Vivatech !

20/05/2019 | Le salon Vivatech se déroulait du 16 au 18 mai dernier à Paris. Un stand dédié à la Nouvelle-Aquitaine et ses startups y était installé. Aqui! y était aussi.

Anne-Laure Bedu et Mathieu Hazouard

L’engagement du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en faveur de l’innovation se traduit par une place non-négligeable accordée aux startups régionales dans le cadre du Salon Vivatech, qui s’est déroulé à Paris du 16 au 18 mai derniers. Ainsi, 18 entreprises de la « tech » néo-aquitaine ont été mises en lumière sur le stand Nouvelle-Aquitaine, et une cinquantaine d’autres invitées en tant que visiteuses. Coup de projecteur sur plusieurs entrepreneur.e.s et l’engagement de la Région en faveur de l’innovation, traduit par un vaste fonds de soutien à ces jeunes entreprises.

« Nous n’avons pas à rougir de notre savoir-faire ». Mathieu Hazouard, conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine en charge du numérique insiste sur la qualité du vivier néo-aquitain en termes de nouvelles technologies et d’innovation. A l’occasion du Salon Vivatech, le conseiller régional rappelle l’opportunité de tels évènements pour les entreprises locales. « Nous réfléchissons sur une stratégie à adopter. De tels déplacements – comme Vivatech ou le Consumer Electronic Show de Las Vegas – permettent d’ouvrir le champ de l’international et de créer des débouchés pour les startups locales ». Au-delà du soutien évènementiel, la politique de la Région au profit des startups se traduit également financièrement, avec un investissement annuel de 15 millions d’euros à destination de ces pépites régionales. Le Conseil régional travaille également à la création d’un fonds régional de l’ordre de 200 millions d’euros. Cette ressource, à destination du monde de la technologie et de l’innovation néo-aquitaine, « est le dernier maillon d’une chaîne déjà bien structurée », d’après Mathieu Hazouard.

Entrepreneuriat féminin : « beaucoup à faire »

Parmi les temps forts auxquels Aqui! a pu assister sur le stand Nouvelle-Aquitaine de Vivatech, la conférence ‘entreprendre au féminin’ a lancé la journée. Aux côtés d’Anne-Laure Bedu, conseillère régionale déléguée à l’innovation, plusieurs entrepreneures témoignent de leur parcours. Parmi elles, Christine Panteix, directrice des Premières Nouvelle-Aquitaine, le premier incubateur dédié aux entrepreneures ouvert à Bordeaux en 2011.  « Les femmes sont sous-représentées dans l’entrepreneuriat, nous voulons les mettre en lumière », explique Christine Panteix. Depuis sa création, l’incubateur Les Premières Nouvelle-Aquitaine a accompagné près de 150 entrepreneures.

 

Les entrepreuneures aux côtés d'Anne-Laure Bedu

Yaël Assouline est la fondatrice d’ITECA, un éditeur de logiciels  à destination de l’industrie du futur. Elle revient sur son parcours : « J’ai eu la chance d’avoir un début de carrière avec peu de stéréotypes sur les genres. En revanche, lorsque j’ai commencé à lever des fonds, un investisseur m’a répondu "c’est intéressant ce que vous faites, et en plus vous êtes une femme", avant de refuser de m’aider. Je suis consciente d’évoluer dans un milieu très masculin [l’informatique, ndlr], mais pour moi, les problématiques liées aux genres sont infondées ». La conseillère régionale Anne-Laure Bedu assiste aux témoignages d’entrepreneures l’oreille attentive, avant de prendre la parole. « Depuis 1963, et l’autorisation pour les femmes de signer un chèque, nous en avons parcouru du chemin. Mais beaucoup reste encore à faire en faveur de l’autonomie des femmes ». La Région, engagée pour l’entrepreneuriat par toutes et tous a lancé un Plan Régional à hauteur de 850 000 euros pour l’accompagnement d’entrepreneures sur trois ans.

Prof en Poche : assistant éducatif sur fond d’intelligence artificielle

Les collaborateurs de Prof en Poche

Au cours de l’échange sur l’entrepreneuriat au féminin, une startup a retenu l’attention d’Aqui!, et réciproquement. En effet, sa représentante est étonnée de voir un homme prendre des notes lors de la conférence, avant de voir « MEDIA » écrit sur l’accréditation. Cette entrepreneure se nomme Morgane Govoreanu, et fait partie, avec plusieurs de ses associés des 18 start-ups invitées à exposer sur le stand Nouvelle-Aquitaine de Vivatech. Le projet ? ‘Prof en poche’ un outil éducatif digital (EdTech) palois. Une fois l’échange sur l’entrepreneuriat féminin terminé, nous nous rendons donc auprès des associés de Morgane, qui présentent leur concept. « Il y a une histoire familiale, et 35 ans de pédagogie derrière notre projet. Les trois fondateurs sont fils d’enseignants », précise Samuel, ingénieur informatique et co-fondateur de Prof en Poche. Deux des fondateurs ont déjà donné des cours de mathématiques, que ce soit en présence physique ou en visioconférence. Depuis 2014, les jeunes entrepreneurs mènent la transformation numérique de l’entreprise, pour inclure les nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle, au service de l’apprentissage.

En 2016, les collaborateurs ont lancé « Prof en Poche » sur le web, un robot répondant gratuitement aux élèves de collège et lycée, pour les aider dans leurs révisions, notamment en sciences. « Nous nous sommes beaucoup développés sur les mathématiques et la physique qui représentent 73 à 85% de nos demandes », explique Samuel. Plus récemment, en 2017, Prof en Poche a signé un partenariat avec un professionnel de l’enseignement, afin de pouvoir proposer du français, de la philosophie, de l’histoire-géographie et de l’espagnol. « Les programmes ne diffèrent pas en fonctions des utilisateurs de Profs en Poche », précise l’ingénieur informatique. C’est Albert, l’intelligence artificielle de Prof en Poche qui apprend et évolue au fur et à mesure que l’élève travaille. Pour les publics en recherche d’excellence, souhaitant entrer par exemple dans des classes préparatoires, les collaborateurs de Prof en Poche privilégieront plutôt la visioconférence que les échanges textuels. Les programmes éducatifs de Prof en Poche peuvent être nourris par des enseignants, qui préparent des fiches de cours dans certaines matières.

ST 37 : une startup avec 10 ans d’expérience

Mathieu Hazouard évoquait plus tôt dans la journée « le numérique au service des politiques publiques ». En début d’après-midi, lors d’une présentation de l’entreprise béarnaise ST 37, le Conseiller Régional précise : « comment le numérique peut venir au service du sport ? » avant d’annoncer la tenue en juillet d’un colloque Sport et Numérique, organisé par la Région. Mathieu Hazouard cède ensuite la parole à Carolina Riquelme, représentante de ST37 – Sport et Technologie. Pour l’anecdote, cette dernière et Prof en Poche sont voisins, autant à la Technopole Hélioparc de Pau qu’au stand Nouvelle-Aquitaine du salon Vivatech.

Carolina Riquelme

ST37 est spécialisée dans le sport, et plus précisément l’arbitrage vidéo.  En effet, les béarnais travaillent depuis plus d’une décennie aux côtés de la fédération française d’escrime. Avant de préciser le concept de l’entreprise, Carolina Riquelme évoque le temps perdu, lors de la Coupe du Monde de Football en 2018, à consulter l’arbitrage vidéo (VAR – « Video Assistant Referee »), à l’époque source de vives polémiques. La représentante de ST37 se remémore également la médaille olympique perdue par le regretté boxeur Alexis Vastine, aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, qui a également défrayé la chronique.

Pour éviter la perte de temps, de dynamisme ou même la polémique, ST37 propose un arbitrage vidéo intelligent, objectif et autonome, « grâce à un ou plusieurs yeux [des caméras], reliés entre eux et placés à des endroits stratégiques, sous différents angles, qui transmettent la validité ou la faute d’un geste ou d’une action en temps réel »,  précise Carolina Riquelme. « Le grand enjeu pour nous est de gagner du temps sur les évènements sportifs, redynamiser les matchs, mais aussi diminuer le stress du corps arbitral, dans des sports où tout se joue au millimètre ou au centième de seconde près », ajoute la jeune femme.  Pour l’heure, ST37 travaille sur trois disciplines (l’escrime, l’équitation et le canoë-kayak) et souhaite s’étendre, comme son nom l’indique, à 37 disciplines olympiques où l’arbitrage vidéo autonome pourrait être un plus. Une startup sans aucun doute pleine d'avenir puisque ST37 vient de remporter le Grand Prix France Entreprise Digital, récompensant les projets innovants en matière de digital, dans la catégorie startup.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
6477
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !