18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | La Région Aquitaine organise son premier Conseil supérieur de l'attractivité

21/11/2014 | Mercredi 19 novembre, Alain Rousset a organisé le premier Conseil supérieur de l'attractivité Aquitaine

Alain Rousset, le président de la Région Aquitaine

Pour la première fois, mercredi 19 novembre, Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, a réuni un Conseil Supérieur de l’Attractivité Aquitaine au Palais des Congrès de Bordeaux. Attirer les investissements en Aquitaine est une priorité de la Région dans l’objectif de contribuer au développement économique local et à la création d’emplois. Près de cinquante personnes, entreprises, institutionnels, étaient autour de la table pour livrer leurs réflexions pour améliorer l'attractivité de la région.

"Depuis une quinzaine d’années, le Conseil régional a fait de l’innovation le fer de lance de son action en consacrant près de 10% du budget à la R&D. Dynamisée par les pôles de compétitivité et les clusters qui maillent le territoire, l’économie aquitaine s’est à la fois renforcée et diversifiée. Elle compte de nombreuses entreprises en plein essor dans l’aéronautique, le laser, la santé, le numérique, l’agroalimentaire. En octobre, j'ai inauguré trois usines neuves. Aujourd'hui, l'Aquitaine est dans les écrans radars", a mis en avant Alain Rousset, le président de la Région Aquitaine. De nouvelles filières se sont structurées, à l'image du laser-optique qui a créé 1 500 emplois directs de haut niveau et 10 000 au total, avec les emplois indirects. Quant aux secteurs réputés traditionnels, ils sont devenus parmi les plus innovants, comme le bois et son pôle de compétitivité, Xylofutur. Résultat, aujourd’hui, c’est la première région pour l'évolution de la création d'entreprises (+4,6%). Ce n’est pas un hasard si de grands groupes comme Thales investissent aujourd’hui 200 millions d’euros dans un campus industriel à Mérignac. Mais, il y a encore des choses à améliorer. A cet égard, la Région a interrogé les entrepreneurs ces dernières semaines sur les points forts et faibles de l’Aquitaine. Ce Conseil supérieur de l'attractivité, organisé avec l’agence Aquitaine Développement Innovation (ADI) qui a pour mission de mettre en œuvre la politique d’attractivité sur les filières stratégiques, en partenariat  avec l’Agence Française pour les Investissements Internationaux (AFII), a vocation à dresser un plan d'actions avec les industriels. 

Contrairement aux préjugés, la France attire les investisseurs étrangersPour l'occasion, Caroline Le Boucher, directrice générale adjointe de l’AFII, a fait le déplacement et est venue présenter les enjeux de l’attractivité pour la compétitivité de la France. Elle a expliqué le décalage entre le faible intérêt supposé des investisseurs étrangers aujourd'hui pour la France, véhiculée par les médias, et la réalité. "La France est vue comme un hub pour toucher les marchés en Europe et le Maghreb. Les investisseurs étrangers sont attirés par notre pays pour la qualité du capital humain, bien formé, l'efficience du mix énergétique, et notre capacité d'innovation, de R&D", a-t-elle expliqué. "L'Aquitaine est mon premier déplacement en régions depuis ma nomination", a-t-elle déclaré, symboliquement. Aujourd'hui, les chiffres confirment ses propos. "Les investissements étrangers en France représentent 2 millions de salariés, 20 000 entreprises, un tiers des exportations et 28% des dépenses de R&D, a souligné Caroline Le Boucher. Le préfet d'Aquitaine, Michel Delpuech a ensuite évoqué un nouvel outil pour faciliter l'accueil d'investissements étrangers : le certificat de projet. "La Région Aquitaine est pilote pour l’expérimenter. Il s’agit de cristalliser le droit de l’environnement pendant 18 mois, avec, possibilité de prolongation de six mois, afin de donner une meilleure visibilité aux investisseurs étrangers", a-t-il expliqué, en évoquant également le développement du CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) qui représente déjà 400 millions d'euros en Aquitaine. Les enjeux sont importants. "Les investissements étrangers emploient 52% de leurs effectifs dans des entreprises de plus de 250 salariés. Et, deux tiers des emplois sont dans l'industrie", a rappelé Agnès Champalaune, responsable Attractivité à l’Agence ADI dans son diagnostic. Actuellement, ils représentent 31 000 emplois dans 330 entreprises (hors négociants, châteaux, artisans). Anne-Cécile Petit, chef du service export à la Région Aquitaine a présenté dans un document remis à tous quelques pistes d'actions : promotion d'une Aquitaine industrielle et technologique dans les salons internationaux, faciliter le recrutement et la mobilité à travers les campus métiers et aider le conjoint à trouver un emploi, organiser l'accueil de délégations étrangères et renforcer l'accueil des talents étrangers via la coopération Universités et entreprises. 

Les préconisations d'une quinzaine d'industriels pour rendre l'Aquitaine plus attractiveUne quinzaine d'industriels ont ensuite pris la parole et livré leurs préconisations et témoignages. Bernard Martin, PDG de Toray France, un géant japonais (15,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le monde), a souligné combien "la confiance était importante pour les Japonais. Nous savions qu'à Lacq, il y avait une main d'oeuvre de qualité et que notre usine à proximité fonctionnait bien". Même chose, pour Martine Cazenave, directrice de Novasep, implanté sur le bassin industriel de Lacq, qui va créer une nouvelle unité de fabrication d’un principe actif pour l’industrie pharmaceutique, un projet de 33 millions d’euros subventionné à hauteur de 800 000 euros par la Région Aquitaine. Ce qui fait la qualité de la main d’œuvre, c’est évidemment aussi la qualité des pôles de formation, la Région vient de créer un pôle d’excellence des métiers du cuir en Dordogne, avec plusieurs industriels, Hermès, Repetto et CWD, leader mondial de la sellerie de sport. Son dirigeant, Laurent Duray a rappelé que ces outils sont précieux pour rester produire en Dordogne. Mais, "il n'est pas facile d'attirer des cadres de haut niveau", a-t-il regretté. Un constat partagé par Bertrand Dupont, responsable de l’ingénierie industrielle, à KSB, leader sur les marchés français et européen des pompes centrifuges, également en Dordogne. Ce qui ne l'a pas empêché d’investir 12 millions d’euros dans un projet d'unité de production à La Roche Chalais avec à clé une quarantaine d'emplois. Dans l'aéronautique, dans la maintenance civile, un campus de formation unique en Europe, a été créé ces dernières années, Aérocampus Aquitaine, sous l'impulsion de la Région Aquitaine. "Le concept s'exporte aujourd'hui en Auvergne et nous avons signé un contrat aussi à Dubaï", a expliqué son président, Denis Guignot. Confronté à la difficulté d'attirer les jeunes vers l'industrie, dans le Béarn, "le groupe Ventana, sous traitant de rang 1 dans l’aéronautique, a décidé de créer un serious game sur les métiers de la fonderie avec l'aide de la Région" a indiqué Gérard Russo, son co-président. Pour les start-up aussi, l'Aquitaine est de plus en plus attractive. Ainsi, "nous avons choisi de nous implanter, car en Ile-de-France, nous étions dans l'anonymat et nous avions un fort turnover de nos équipes", a expliqué Aymeric Préveral-Etcheverry, directeur général et co-fondateur d’Idmog, une start-up créée en en 2012 au sein de l’incubateur Télécom Paris Tech, spécialisée dans l'édition et la commercialisation de solutions logicielles innovantes pour les compagnies pétrolières et gazières du monde entier. Le cadre de vie de l’Aquitaine est un avantage indéniable pour le tourisme, un secteur majeur dans notre économie. C'est pourquoi, la société Huttopia, numéro un français des campings 3 étoiles dans des cadres naturels de rêve, dans le respect de l’environnement, se développe actuellement dans  la région et porte deux, un au Teich, sur le bassin d'Arcachon et un autre dans les Landes.

De son côté, Marc Prikazsky, président du club des ETI d’Aquitaine, et PDG de Ceva santé animale, a insisté sur la nécessité d'avoir kit de communication pour promouvoir l'Aquitaine à l'étranger. Laurence Jacquot, directrice industrielle  de Lectra et Christophe Poulain, directeur commercial de Worldcast systemes, quant à eux, ont fait part de la nécessité de développer les écoles internationales dans la région pour faciliter la mobilité de talents étrangers. Les échanges ont été riches et toutes ces réflexions devraient assez rapidement déboucher sur des plans d'action.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : ADI

Partager sur Facebook
Vu par vous
4558
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !