18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | La SNCF confirme 18,5 navettes quotidiennes directes entre Bordeaux et Paris

11/04/2016 | C'est ce lundi que la SNCF a annoncé officiellement le nombre de trains qui circuleront quotidiennement entre Bordeaux et Paris à l'été 2017.

Les élus se sont félicités de l'accord obtenu avec la SNCF

L'opération séduction est sur le point de s'achever. Après des mois de négociations et d'incertitudes, on connaît enfin le chiffre officiel du nombre de dessertes qui devront circuler quotidiennement entre Bordeaux et Paris à partir de l'été 2017 : ce sera un peu plus de 18 trains par jour, 33,5 si on compte l'ensemble des trajets (avec plus ou moins d'arrêts). Un chiffre qui a été obtenu au terme d'une longue négociation entre la SNCF et les collectivités, notamment la Région et la Métropole. Le but : réussir à drainer 2,3 millions de voyageurs supplémentaires.

Un très grand nombre d'élus étaient présents ce lundi pour la confirmation du nombre officiel de dessertes de la future ligne LGV qui mettra Bordeaux à deux heures de la capitale d'ici l'été prochain. Ce sera donc 18,5 allers-retours par jour sans arrêts (le chiffre avait déjà fuité), 4,5 avec un ou deux arrêts et 10,5 avec trois arrêts ou plus. A 446 jours de la mise en service de cette nouvelle ligne TGV (date officielle de la commande des sillons qui la composeront), l'heure était à l'euphorie communicante : "bulle de sérénité" à 35 000 places proposées par jour, forte amplitude horaire entre 6h00 et 21h00 (avec un renfort à la demi-heure en heure de pointe : chacun se félicitait des résultats obtenus. Mais ce sont en fait 17,5 allers-retours directs, le dernier faisant étape à Angoulème. Ce chiffre a par ailleurs été validé par les associations d'usagers de transports, dont la FNAUT Aquitaine. 

Un long bras de fer

Il faut dire que le bras de fer aura été long depuis 2015 et ses 13 allers-retours contre 19 proposés par Lisea (concessionnaire dont le principal actionnaire est, rappelons le, le groupe Vinci, l'équilibre économique et la question des péages étant très tôt rentrée dans ses préoccupations). Les élus locaux avaient affiché leur mécontentement quant aux conclusions du rapporteur Jean Auroux, nommé par la SNCF, qui avait préconisé 13,5 allers retours à la fin du mois de juin dernier. Une idée surréaliste avait même été envisagée : demander une aide financière à la Banque Centrale Européenne. Restée sans réponses, elle a fait place aux chiffres officiels : la SNCF a donc investi un milliard d'euros dans l'achat de quatre nouvelles rames qui arriveront en fin d'année. Le nom de code symbolique du projet : TGV Océane. 

"Ce moment, on l'a bien mérité", a souligné Alain Rousset, président de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes devant un parterre de convaincus. "Ce n'est pas souvent que je dis merci à la SNCF. Alain Vidalies a donné le grand coup d'épaule pour arriver à 16-17 allers-retours, nous avons encore un peu poussé avec Alain Juppé pour atteindre ce chiffre de 18,5. Mais on ne s'arrête pas en chemin. Bordeaux ne peut pas être un cul-de-sac. Demain, nous serons à une heure quarante de Bilbao, à quatre heures trente de Madrid", a-t-il ajouté. Coût total définitif de cette ligne Bordeaux-Paris : 7,8 milliards d'euros, dont 306 millions provenant de la Région et 127 de la métropole. Même si la SNCF compte attirer 2,3 millions de voyageurs supplémentaires d'ici 2019, elle estime tout de même qu'elle va perdre au minimum 150 millions d'euros par an. 

Un contexte régional plus tendu 

D'ici deux mois, un décret devrait également déclarer les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax d'utilité publique. Cette fin de négociation apparaît dans un climat un peu plus compliqué au niveau régional. Ce mardi, une grève des conducteurs de Trains Express Régionaux devrait impacter le trafic, avec 69% des TER assurés. En février 2016, SNCF Mobilités annonçait sa décision de supprimer 24 TER par jour en raison d'une pénurie nationale de conducteurs, gentiment transformée en "plan de transports adapté" (Rhône-Alpes et aussi concerné, avec la suppression de 21 TER quotidiens d'avril à juillet). Alain Rousset avait fait part de sa décision de réduire la contribution que la région verse à la SNCF de 5,4% (soit 2,7 millions d'euros) et exigé une indemnisation complète des voyageurs "tant que durera ce plan de transports". 

M.A.J : Sur les 33,5 allers-retours quotidiens, une quinzaine desserviront les gares intermédiaires. Dans le détail, la SNCF confirme quatre allers-retours par jour Libourne-Paris (avec un temps de parcours amélioré de 34 minutes), cinq pour Agen, quatre pour Pau (une heure de moins), six pour Dax (amélioration d'une heure), trois pour Orthez (le premier train prévoit une arrivée vers midi) et cinq pour la Côte Basque (plus d'une heure de gain de temps). Seul le trajet La Rochelle est laisé : si le nombre de dessertes prévu reste le même (sept), la ville ne bénéficiera que d'1,5 aller-retour quotidien rapide vers Paris, contre quatre voulus par les élus de la commune. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
21680
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !