Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

  • 10/08/18 | Le Verdon a son relais touristique

    Lire

    L’inauguration du relais touristique au Verdon-sur-Mer a lieu ce 10 août par Sandrine Derville, vice-présidente de la région en charge du tourisme. Ce relais permet à la région Nouvelle-Aquitaine de conforter ce territoire en tant que destination touristique d’excellence qui conjugue richesses touristiques, infrastructures et activités. La région a contribué au financement de la mise en accessibilité handicapés ainsi que les travaux de réhabilitation à proximité de la capitainerie de Port-Médoc pour y installer un relais d’information touristique.

  • 08/08/18 | Alain Rousset réagit à la reprise des Menuiseries Grégoire (24)

    Lire

    Alain Rousset prend acte du choix du Tribunal de commerce de Paris de retenir l'offre de reprise des Menuiseries Grégoire à Saint-Martial d'Artenset par le Fonds Prudentia Capital. Il souhaite qu'un plan social pour l'emploi digne de ce nom accompagne cette restructuration. 157 licenciements sont prévus. Alain Rousset indique que "la Région est au travail pour aider le repreneur dans son projet et demande à l'actuel actionnaire, le Fonds Parquest Capital, de contribuer au financement du PSE.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | La SPL Sud Gironde pour l'économie du territoire: « tous pour une et une pour tous »

25/03/2016 | Plutôt que la concurrence territoriale, 6 collectivités du Sud Gironde et le Département, s'allient autour d'un nouvel outil commun de développement économique: la SPL Sud Gironde

Les élus du Sud Gironde ont lancé la Société Publique Locale Sud Gironde ce mercredi 23 mars 2016 à Mazères

Ce 23 mars, à Mazères, dans les locaux de la Communauté de Communes du Sud Gironde, les représentants des Communautés de communes du Sud Gironde et du Bazadais, au côté du Département et des représentants des communes de Langon, Bazas, Captieux et Saint-Symphorien, ont lancé leur tout nouvel outil de développement économique du territoire issu d'une démarche politique partagée : la Société Publique Locale Sud Gironde, structure publique aux statuts privés.

Parce qu'en Gironde, comme ailleurs, le développement économique et social des territoires n'est pas le fait d'une « main invisible » mais, à l'inverse, facilement fragilisé notamment par l'attractivité forte de la Métropole, un « schéma départemental des zones d'équilibre » recense les zones d'activités à créer ou à développer sur le département, pour justement garantir cet équilibre territorial. Un document qui pose trois exigences sur ces zones : un certain éloignement de la métropole, la présence de thématiques économiques fortes, et enfin une accessibilité aisée, pour garantir leur succès.
Dans cette optique de dynamisation économique territoriale, le Sud Gironde a trois préoccupations principales en cohérence avec ce schéma départemental. Il y a à la fois la poursuite de la commercialisation sur la zone d'activités de Mazères toute proche de Langon, le renforcement des filières économiques identifiées sur Bazas (agroalimentaire et mécanisme/automatisme) et l'émergence du futur « Ecopole » de Captieux autour du bois et des éco-matériaux. Des zones, d'autant plus intéressantes qu'elles totalisent à elles trois, trois sorties autoroutières sur 2 autoroutes différentes. Bref, le Sud Gironde a bel et bien vocation à être une « zone d'équilibre » multipolaire pour le Département, d'où sa participation à l'aventure.

"Quelque chose de très opérationnel, qui ne soit pas une usine à gaz"Trois sujets, comme autant de défis que les élus des deux communautés de communes et communes de ce territoire ont pris le parti d'embrasser de manière conjointe, et au côté du Département, afin de créer l'outil juridique adéquat pour remplir au mieux, sur le terrain, cette mission de développement. La structure est donc officiellement née ce mercredi à Mazères, « la SPL Sud Gironde ». Une structure 100% publique (avec comme seuls actionnaires les collectivités pré-citées) mais de statut de droit privé. Elle peut ainsi s'affranchir de certaines lourdeurs propres au droit des collectivités locales, « et être plus véloce dans sa capacité d'action ». Un point important quand on parle de développement économique...
« L'idée ici était de pouvoir mettre entre les mains des communautés de communes quelque chose de très opérationnel, qui ne soit pas une usine à gaz », synthétise Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil départemental, mais aussi représentant ici de la communauté de communes du bazadais. Autre spécificité de cette SPL, « elle est uniquement au service de ses actionnaires », et dans ce cadre, ces derniers n'ont pas d'obligation de mise en concurrence, avant de lui attribuer projets et missions, là encore on gagne du temps.

Acquisition de foncier, aménagement et commercialisation des zones d'activitésDe manière concrète la SPL, aura donc pour mission principale à travailler sur les trois pôles économiques plus ou moins avancés du Sud Gironde (Mazères, Bazas et Captieux), avec comme capacité d'action : « l'acquisition de foncier, l'aménagement de zones d'activités, la construction d'immobilier d'entreprise, et éventuellement de services, ainsi que la commercialisation de ces zones », liste Jean-Luc Gleyze. Mais, outre le développement de « cette zone d'équilibre » à trois sites, la SPL pourra aussi intervenir en délégation de maîtrise d'ouvrage pour tout projet d'intérêt public local d'un de ses actionnaires (habitat, projets urbains, tourisme...), signale également le Président du Département. Et en la matière les maires ne manquent pas de projets... mais jusque là "il manquait l'outil pour pouvoir les mettre en œuvre avec facilité", avouent-ils volontiers. Dans ces cas de délégation de maîtrise d'ouvrage, la SPL prélèvera pour son compte un pourcentage de la prestation globale.
Au total, c'est une structure, qui pour dynamiser le territoire « devra à la fois être proche des élus, se faire connaître, et avoir une démarche de prospection commerciale, et de marketing territorial pour vendre le territoire auprès des entreprises ». Un rôle qui sera dans un premier temps uniquement assumé par le couple Président-Directeur (trice). C'est d'ailleurs pour ses compétences de chef d'entreprise que l'élu de Langon, Christophe Fumey a été élu président de la SPL. A cheval entre le monde entrepreneurial et l'action publique, il est apparu comme le candidat idéal, pour « se faire l'ambassadeur du territoire », promet-il.

Un modèle reproductibleA ses côtés, le/la directeur/rice est en cours de recrutement. Le vainqueur (ils ne sont plus que 2 en lice sur 35 canidatures reçues) devrait être installer d'ici juin, à Mazères. «Cette personne aura tout à créer, c'est de son impulsion que dépendra une grande part de la réussite de la SPL », insiste son nouveau et premier président. La structure s'étoffera ensuite si nécessaire au fil des besoins. L'idée pour Jean-Luc Gleyze, est que ce modèle de SPL, s'il est efficace et pertinent, soit reproductible sur d'autres territoires girondins. « Pourquoi pas le Médoc ou le Libournais par exemple... » . Car en effet, cette formule élaborée en Sud Gironde est expérimentale à l'echelle du département.

Sur le montage financier de la SPL, qui pourra également évoluer dans le temps en accueillant de nouveaux actionnaires, le capital de la société est de 225 000 € : 75 000 € pour chaque communauté de communes, 50 000 pour le Département et 6250 € pour chacune des 4 communes actionnaires indépendamment des communautés de communes : Langon, Bazas, Captieux et Saint-Symphorien.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7875
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !