03/10/22 : Le musée Bonnat-Helleu de Bayonne (7 000 œuvres) prête au musée des Beaux-Arts de Bilbao, sept esquisses de Pierre-Paul Rubens (1577-1640) qui témoignent de son processus créatif. Une exposition organisée jusqu'au 22 janvier 2023 à Bilbao.

03/10/22 : Prenez date! Le festival itinérant "Lettres du monde" revient parcourir la Nouvelle-Aquitaine du 17 au 27 novembre, avec une vingtaine d'invités: écrivains étrangers et français, traducteurs, éditeurs...+ d'info

30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | World Impact Summit : « La transition écologique n’est pas une punition » selon Arnaud Leroy (ADEME)

30/10/2020 | Transition écologique, relance et made in France étaient au cœur d'un débat à Bordeaux, lors du World Impact Summit.

1

A l’occasion du World Impact Summit, qui se déroule à Bordeaux ce jeudi 29 octobre, il a été question du « Made in France » au service de la relance verte. Ainsi, l’ancien ministre Arnaud Montebourg, le président de l’ADEME Arnaud Leroy, le PDG de Cdiscount Emmanuel Grenier et la directrice RSE de Saint-Gobain Lucile Charbonnier ont échangé dans le Palais de la Bourse de Bordeaux.

Et si le produit français, quel qu’il soit, jouait un rôle tant dans la relance de notre pays que dans la transition écologique ? C’est en tout cas la conviction d’Arnaud Leroy, président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). « Nous sommes arrivés à un moment où on construit les solutions d’avenir de notre pays », affirme-t-il. Si la référence au confinement, qui débute ce vendredi, est à peine masquée, Arnaud Leroy espère une relance « verte ». Selon lui, il est temps d’imaginer l’économie circulaire et l’énergie de demain, tout en protégeant le tissu industriel français et l’environnement.

« La transition écologique n’est pas une punition, martèle Arnaud Leroy. Elle va changer nos modes de vies. Bien sûr, elle détruira des emplois, mais elle en créera aussi ». Pour mener à bien cette conviction, l’ADEME dispose d’outils au service des entreprises et des collectivités, comme la plateforme « Agir pour la transition écologique ». Cette plateforme permet de nouer des partenariats, subventionner des projets ou encore financer des recherches pour réussir au mieux la transition écologique.

« Le vendeur est responsable du produit jusqu’à la fin »

Parmi les entreprises qui ont bénéficié du soutien de l’ADEME, le géant de l’e-commerce bordelais Cdiscount. Son PDG, Emmanuel Grenier, témoigne de l’engagement de la société pour l'environnement. « Si nous voulons allier économie et écologie, cela passe par une sorte de boucle circulaire. De l’expédition à la fin de vie du produit, nous, vendeurs, en avons la responsabilité, pas les consommateurs ». Ainsi, le site d’e-commerce a remodelé ses emballages pour gagner de la place lors du transport. « Avec ces emballages 3D, nous prenons environ 30% de place en moins par produit et comblons donc le vide de nos camions et cela implique moins de transporteurs qui roulent », reprend Emmanuel Grenier.

Cdiscount s’est également engagé sur la fin de vie des produits que la plateforme commercialise. « Plutôt qu’un appareil électroménager parte à la poubelle, nous le récupérons et le donnons à des associations, qui le répare lorsque c’est possible. Si c’est le cas, il est revendu par l’association, sinon il sera démantelé puis recyclé ».

Innovation et formation au cœur des territoires

Cdiscount n’est pas la seule entreprise à avoir intégrer la transition écologique comme enjeu de développement. Lucile Charbonnier est directrice RSE et développement durable d’Isover et Placoplatre, deux filiales de Saint Gobain, spécialiste de l’habitat. « Pour se décarboner, l’entreprise essaie de mettre en place ce qu’on appelle l’innovation de rupture : utiliser les moyens dont on dispose déjà et la recherche pour imaginer l’usine de demain », raconte-t-elle.

Pour la représentante de Saint-Gobain, les territoires doivent être au cœur de la réflexion sur la transition écologique. « Nos usines sont parfois le poumon des territoires où elles sont implantées. C’est pour cela que nous souhaitons développer une filière recyclage de nos produits territoire par territoire. Ce serait une hérésie que nos déchets traversent toute la France », souligne Lucile Charbonnier. Saint-Gobain a par ailleurs ouvert deux centres de formation des apprentis à Lyon et Paris au mois de mai. « Quand vous vous engagez dans une voie plus respectueuse de l’environnement, la diversité fait la richesse. C’est la jeunesse actuelle qui vivra cette société, il nous paraît normal de l'inclure dans notre réflexion », souligne Lucile Charbonnier.

« L’État ne dispose pas des outils nécessaires à la décarbonation »

« Saint Gobain s’est fixé l’objectif d’atteindre la neutralité carbone de ses transports en 2050 sans compensation [sans planter d’arbre en retour, NDLR] », ajoute Lucile Charbonnier. Cette affirmation, par son ambition, fait sourire Arnaud Montebourg. « Si vous y arrivez, ce sera très fort », glisse l’ancien ministre de l’Économie. Selon lui, la France a une carte à jouer sur le « made in France » vert et solidaire. « Il faut que l’État reconsidère ses ressources. Il a laissé tomber la nation pour s’occuper de la religion européenne. Nous pourrions être des pionniers face à la Chine ou aux États-Unis, plus gros pollueurs de la planète ».

Selon l’ancien ministre, aujourd’hui producteur de miel, le made in France vert et solidaire passe par un projet rassembleur, une mutation du système économique français. Arnaud Montebourg voit cependant un problème : la crise sanitaire qui met à mal l’économie depuis mars. « L’investissement que représente la transition écologique est énorme. Pour le moment, nous n’avons pas les moyens financiers ni humains de se lancer là-dedans. Il faut remplir les caisses ».

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Partager sur Facebook
Vu par vous
14357
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !