23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

06/09/22 : L'alerte "baïnes" est confirmé ces 6 et 7 septembre sur le littoral néo-aquitain. En Charente-Maritime, 5 communes sont particulièrement ciblées : Le-Grand-Village-Plage, Saint-Georges-d’Oléron, Saint-Trojan-les-Bains, La Tremblade et Les Mathes.

01/09/22 : Eric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques est nommé ce 1er septembre haut-commissaire de la République en Polynésie française. Il est arrivé à Pau en janvier 2019, notamment pour préparer le G7 qui s'est réuni en août 2019 à Biarritz.

31/08/22 : La première rentrée scolaire de l’Institut de formation d’auxiliaires de puériculture (IFAP) a lieu ce mercredi 31 août à l'hôpital Garderose à Libourne. 23 places supplémentaires sont ainsi créées par la région pour accéder à cette formation.

26/08/22 : Le niveau de ressource en eau reste faible en Pyrénées-Atlantiques. 95 communes de l'agglomération Pays basque passent en situation de crise. L'arrosage des terrains de sport et golfs est limité à deux fois par semaine, et interdit par ailleurs.

25/08/22 : En cette année jacquaire 2022, le Département des Pyrénées-Atlantiques et plusieurs associations locales proposent un cycle de huit ciné-débats. Entrée libre et gratuite. Ouverture avec le film « Rosy » au cinéma Le Méliès à Pau, lundi 29 août à 20h30.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/09/22 | L'usine Magna de Blanquefort vendue à un groupe industriel allemand

    Lire

    La section syndicale CGT de l'usine Magna Powertrain (ex Ford) de Blanquefort (Gironde) annonce que la direction a indiqué ce vendredi 23 septembre en réunion extraordinaire du CSE, la vente de l'usine à Mutares, un groupe industriel allemand spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté. "Ce rachat prend effet au 1er janvier prochain et laisse peu de temps pour agir pour notre avenir" déplore le syndicat qui n'a pas d'autre information. Un nouveau CSE extraordinaire est prévu le 29 septembre.

  • 23/09/22 | Un salon du bien être ce week-end à Périgueux

    Lire

    La 9e édition du salon du bien être, est organisée à la Filature de l'Isle de Périgueux, samedi 24 et dimanche 25 septembre de 10 h à 19 h. Quatre-vingt professionnels pratiquant le yoga, le coaching, la relaxation, la réflexologie sont attendus. Cet événement est dédié aux thérapies brèves et médecines naturelles. Dix-huit conférences et une quarantaine de séances seront proposées pour tester les différentes techniques. Entrée : 4 euros, gratuit pour les moins de 18 ans et les personnes à mobilité réduite.

  • 23/09/22 | Une aide régionale pour la Flow vélo

    Lire

    La Région accompagne les territoires dans la réalisation des aménagements cyclables longues distances favorisant la pratique d'itinérance. Au sein du schéma régional des véloroutes, V92 - Flowvélo est un itinéraire reliant sur 290 km l'Ile d'Aix (17) à Thiviers (24). Sur la section Javerlhac - Nontron (24), le tracé proposé prévoit de réutiliser l'emprise de l'ancienne voie ferrée. Ainsi, sur les 11 km de cette section, 9 km pourront être aménagés en voie verte et permettront de se connecter à la Charente. Ce projet est financé par la Région à hauteur de 247 356,75 euros.

  • 23/09/22 | La CdC La Rochefoucauld Porte du Périgord se végétalise

    Lire

    Afin de préserver et restaurer la biodiversité du territoire, la Communauté de communes La Rochefoucauld Porte du Périgord et ses 27 communes membres vont implanter dans les communes des semences fleuries de la marque « végétal d’origine locale ». Des actions de végétalisation vont aussi être entreprises sur les emprises publiques avec la plantation de haies bocagères ou fruitiers. Des plantations vont être réalisées enfin dans les trouées existantes le long de la Coulée d’Oc, afin d'assurer la continuité écologique de cette voie verte de 21 km.

  • 22/09/22 | Smurfit Kappa va mener des travaux pour son efficacité énergétique

    Lire

    Le groupe Smurfit Kappa, leader mondial dans la fabrication de papier pour emballage, va mener des travaux portant sur la consommation d'énergie fossile de son site de Biganos. En effet, malgré un approvisionnement énergétique d'origine biomasse en très grande majorité (l’entreprise utilise comme matière première les sous-produits de la forêt d'Aquitaine), une consommation importante en gaz naturel demeure dans le four à chaux du site.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Lacq-Pau-Tarbes: 1er territoire d'industrie signé en Nouvelle-Aquitaine

17/07/2019 | En Nouvelle-Aquitaine une douzaine de territoires ont pu rentrer dans le dispositif "Territoire d'industrie", mais Lacq-Pau-Tarbes est le premier contrat à être signé.

1

Ce 15 juillet à la Mairie de Pau, Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion territoriale et Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Economie et des Finances ont signé avec les acteurs politiques et industriels de Béarn et Bigorre, le contrat scellant la mise en oeuvre du dispositif "Territoire d'industrie" sur le territoire inter-départemental et inter-régional de "Lacq-Pau-Tarbes". Un contrat contenant 29 fiches actions devant générer plus de 150 M€ d'investissement dans les 3 ans. Objectif du dispositif: la "réindustrialisation" du territoire grâce à ce portefeuille de "projets industriels d'avenir".

En près de 115 pages, ce sont 29 actions qui sont envisagées pour redonner du souffle à l'industrie du Béarn et de la Bigorre. Le contrat de territoire d'industrie Lacq-Pau-Tarbes signé lundi à Pau, le 5ème du genre sur un total de 141 au niveau national, est ainsi, « le plus fourni et celui qui va le plus loin en termes non seulement d'ambitions et mais d'ambitions concrètes », a assuré Agnès Pannier-Runnacher, secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Economie et des Finances. Des mots très appréciés par François Bayrou, président de la Communauté d'agglo de Pau et président de séance du jour, soulignant quant à lui « l'événement » que représente cette signature commune et "rare" du Béarn et de la Bigorre autour d'un même projet. « Vu de loin, nous sommes une terre rurale avec des paysages superbes. Mais la vérité c'est que nous sommes une terre de grandes aventures industrielles, et que l'Etat le reconnaisse est révélateur » a-t-il également insisté.
En effet, les géosciences aux nouveaux systèmes energétiques, en passant par la chimie fine, les matériaux, l'aéronautique, ou encore l'agroalimentaire sont au coeur du contrat signé ce lundi. Un secteur industriel vaste qui compte 2400 entreprises et 380 000 salariés sur le Bassin de l'Adour. Révéler, développer et rendre plus attractive cette industrie aux nombreuses facettes de chaque côté de la frontière départementale, telle est bien l'ambition de ce dispositif des Territoires d'industrie.

166 M d'euros d'investissement
Un dispositif dont la secrétaire d'Etat a rappelé qu'il marque un « changement de méthode » puisque le porte-feuille d'actions qu'il contient a été conçu sur les territoires en fonction des enjeux et besoins identifiés par les industriels et élus locaux et régionaux, et reste désormais porté par un binôme industriel et élu local. En vérité, au regard de la dimension inter-régionale du territoire d'industrie Lacq-Pau-Tarbes (qui regroupe par ailleurs 500 communes et 10 intercommunalités), ce sont deux binômes de pilotage qui sont mis en place pour l'animation et la mise en œuvre du projet. Côté Pays de Béarn, François Bayrou en est le référent élu, et Dominique Mokkly (PDG de Terega), le référent industriel.
Au niveau national l'accompagnement de l'Etat à la réalisation en actions concrètes des projets portés par ce dispositif est de 1,36 Mds €, ainsi que de la mise à disposition de moyens administratifs. Au niveau Béarn-Bigorre, les 29 actions identifiées dans le contrat représentent 166 M€ d'investissement... Si la part de l'Etat devrait intervenir au fur et à mesure des réalisations, aucune estimation n'a pour l'heure été livrée, laissant planer une certaine méfiance, si ce n'est inquiétude dans l'esprit des acteurs locaux, tant industriels que politiques. Chacun a en effet pris soin de rappeler aux représentantes du Gouvernement, la nécessité, au delà des félicitations et encouragements oraux, d'une participation « sonnante et trébuchante » de l'Etat, selon l'expression de François Bayrou, pour permettre l'impulsion et la mise en œuvre réelle de ces projets.

"Travailler ensemble pour développer les industries dans les territoires"
Une défiance également portée par Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine. Un président par ailleurs piqué, à l'heure des discours, qu'aucun avant lui, n'ait pensé à rappeler que sur le plan opérationnel, au regard de sa compétence économique, « c'est bien la Région qui est censée opérer !». Et d'ajouter, d'abord à l'intention de Jacqueline Gourault, « on verra à l'aune de chaque dossier la part que mettra l'Etat... », puis des acteurs locaux : « dans l'état, il y a des actions qui coûtent un peu cher ». Mais, une fois les pendules remises à l'heure, Alain Rouset l'assure, « la Région prendra toute sa part » dans le dispositif, revenant volontiers sur l'histoire et « le potentiel industriel » de ce territoire, « où l'engagement des hommes et des femmes à travailler ensemble est singulier », estime-t-il un brin admiratif.
Quant à la Ministre de la Cohésion territoriale qui rappelle que ces contrats « Territoire d'industrie » démontrent « qu'il y a un avenir pour la production industrielle », elle confirme que « c'est à la région d'assumer », tout en soulignant être « intimement convaincue que l'Etat, les collectivités territoriales, et les entreprises doivent travailler ensemble pour développer les industries dans les territoires ». Et de confirmer à Alain Rousset que « l'Etat tiendra son rôle dans l'assistance à maîtrise d'ouvrage ».

Des projets concrets
Enfin, de façon plus concrète, Dominique Mokkly a présenté un des projets présent dans le contrat et porté par l'entreprise qu'il dirige, Terega : IMPULSE 2025. L'idée est de développer un système intelligent permettant d'optimiser l'interaction entre l'ensemble des vecteurs énergétiques et émission de CO2 à l'échelle d'un site et de son écosystème, puis à piloter la performance de système en temps réel.
Coté Bigorre, le référent industriel Marc Mespalou (responsable RH Daher) a quant à lui mis en avant « le projet de création d'un hub industriel autour de la maintenance aéronautique et de l'e-aéronautique (avion du futur) » avec la création d'un espace de coworking, d'une volière à drone, ou encore d'une bourse à l'innovation dans le but d'attirer et d'implanter sur le territoire des start-ups sur ces deux domaines de compétence. Autres types de projets contenus dans le dispositif tant côté béarnais que bigourdan, l'accompagnement à la transformation ou à la requalification des friches industrielles.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
13122
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !