17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | « L’Etoile by Aerocampus » : le projet ambitieux de reprise site de l’Observatoire de Floirac

08/06/2015 | Tournés vers le ciel, les acteurs du plan opérationnel de reprise du site de l'Observatoire de Bordeaux-Floirac croient en l'avenir du spatial en Aquitaine.

Observatoire de Floirac

Vendredi 5 juin, Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, était en visite à l’Observatoire de Floirac pour soutenir le projet de reprise du site. L’Observatoire fermera ses portes en septembre 2016, ce qui laisse l’opportunité pour Aerocampus Aquitaine de réfléchir sur ce plan opérationnel de reprise. Avec plusieurs partenaires, ils envisagent de créer le premier pôle spatial d’Europe, tourné vers la convergence numérique entre l’innovation digitale et les applications spatiales. Un défi de taille.

L’industrie du satellite en pleine mutationComment assurer la pérennité des activités historiques d’un site tout en développant des activités nouvelles dédiées aux générations futures ? Cette question est au cœur du projet appelé « L’Etoile by Aerocampus », prévoyant le rachat du site de l’Observatoire de Floirac par Aerocampus, le centre de formation en aéronautique basé à Latresne. Aujourd’hui propriété de l’Etat, le site de l’Observatoire de Floirac dispose d’équipements rares permettant l’étude des Sciences de l’Univers. Avec des bâtiments classés historiques, le site protégé fait partie du patrimoine de la région. L’objectif est d’en faire un campus dédié à la formation aéronautique et spatiale, mais aussi un espace d’accueil pour les entreprises et un espace culturel, ouvert au public. Ce serait alors le premier campus en Europe dédié aux applications numériques issues du spatial. Cela représente un enjeu économique important, puisque l’industrie du satellite représente plus de 200 milliards de dollars par an et plus de 185 milliards de dollars de chiffre d’affaire.

L’émergence du « New Space »« Nous sommes arrivés à maturité du marché spatial. Il y a un désengagement des gouvernements sur certains aspects de l’industrie spatiale qui nous intéresse » explique Laurent Husson, cofondateur de la société European XLab et participant au plan opérationnel de reprise du site avec Aerocampus. En effet, le secteur spatial connaît aujourd’hui une véritable révolution. D’abord sur les infrastructures (miniaturisation des infrastructures, révolution industrielle) et ensuite sur les applications : il y a une démocratisation de plus en plus importante des données spatiales. Ces données, autrefois privées, sont désormais accessibles au plus grand nombre et entraînent l’émergence de nouvelles applications qui permettent de conjuguer les données spatiales avec d’autres données numériques. Tout cela est appelé le « New Space » : de nouvelles entreprises qui développent un accès low-cost au spatial et à ses technologies.

Plusieurs acteurs qui s’accrochent au projetC’est justement ce que veut développer Jérôme Verschave, directeur général d’Aerocampus : « Il y a un virage à prendre dans ce domaine que nous ne voulons pas rater. Cette évolution de l’industrie du spatial est intéressante économiquement, mais aussi pour la formation des jeunes et la création d’entreprises ». C’est notamment la raison pour laquelle Aerocampus travaille sur ce projet de reconversion de l’Observatoire en compagnie de Telespazio, entreprise majeure du spatial et pionniers des services satellitaires dans le monde. De son côté, le président du Conseil Régional, Alain Rousset, a longuement soutenu le projet durant la visite du site de l’Observatoire : « Nous voulons nous engager dans cette aventure technologique et économique. La région s’est engagée à développer trois domaines en plein émergence : l’étude neurologique (cerveau), l’étude de l’Océan et enfin l’étude de l’espace et de l’aéronautique. Nous nous portons garants de cette sécurisation scientifique en Aquitaine ».

Ce projet, soutenu par de nombreux acteurs (l’Université de Bordeaux, attributaire du site, en fait aussi partie), n’en est qu’à ses débuts. Le chemin est encore long et la mutation de ce site protégé par l’Etat demande une étude financière plus approfondie. Néanmoins, le directeur d’Aerocampus estime le coût potentiel des travaux à plus de 20 millions d’euros.

Nicolas Laplume
Par Nicolas Laplume

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2347
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !