aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | « L’Etoile by Aerocampus » : le projet ambitieux de reprise site de l’Observatoire de Floirac

08/06/2015 | Tournés vers le ciel, les acteurs du plan opérationnel de reprise du site de l'Observatoire de Bordeaux-Floirac croient en l'avenir du spatial en Aquitaine.

Observatoire de Floirac

Vendredi 5 juin, Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine, était en visite à l’Observatoire de Floirac pour soutenir le projet de reprise du site. L’Observatoire fermera ses portes en septembre 2016, ce qui laisse l’opportunité pour Aerocampus Aquitaine de réfléchir sur ce plan opérationnel de reprise. Avec plusieurs partenaires, ils envisagent de créer le premier pôle spatial d’Europe, tourné vers la convergence numérique entre l’innovation digitale et les applications spatiales. Un défi de taille.

L’industrie du satellite en pleine mutationComment assurer la pérennité des activités historiques d’un site tout en développant des activités nouvelles dédiées aux générations futures ? Cette question est au cœur du projet appelé « L’Etoile by Aerocampus », prévoyant le rachat du site de l’Observatoire de Floirac par Aerocampus, le centre de formation en aéronautique basé à Latresne. Aujourd’hui propriété de l’Etat, le site de l’Observatoire de Floirac dispose d’équipements rares permettant l’étude des Sciences de l’Univers. Avec des bâtiments classés historiques, le site protégé fait partie du patrimoine de la région. L’objectif est d’en faire un campus dédié à la formation aéronautique et spatiale, mais aussi un espace d’accueil pour les entreprises et un espace culturel, ouvert au public. Ce serait alors le premier campus en Europe dédié aux applications numériques issues du spatial. Cela représente un enjeu économique important, puisque l’industrie du satellite représente plus de 200 milliards de dollars par an et plus de 185 milliards de dollars de chiffre d’affaire.

L’émergence du « New Space »« Nous sommes arrivés à maturité du marché spatial. Il y a un désengagement des gouvernements sur certains aspects de l’industrie spatiale qui nous intéresse » explique Laurent Husson, cofondateur de la société European XLab et participant au plan opérationnel de reprise du site avec Aerocampus. En effet, le secteur spatial connaît aujourd’hui une véritable révolution. D’abord sur les infrastructures (miniaturisation des infrastructures, révolution industrielle) et ensuite sur les applications : il y a une démocratisation de plus en plus importante des données spatiales. Ces données, autrefois privées, sont désormais accessibles au plus grand nombre et entraînent l’émergence de nouvelles applications qui permettent de conjuguer les données spatiales avec d’autres données numériques. Tout cela est appelé le « New Space » : de nouvelles entreprises qui développent un accès low-cost au spatial et à ses technologies.

Plusieurs acteurs qui s’accrochent au projetC’est justement ce que veut développer Jérôme Verschave, directeur général d’Aerocampus : « Il y a un virage à prendre dans ce domaine que nous ne voulons pas rater. Cette évolution de l’industrie du spatial est intéressante économiquement, mais aussi pour la formation des jeunes et la création d’entreprises ». C’est notamment la raison pour laquelle Aerocampus travaille sur ce projet de reconversion de l’Observatoire en compagnie de Telespazio, entreprise majeure du spatial et pionniers des services satellitaires dans le monde. De son côté, le président du Conseil Régional, Alain Rousset, a longuement soutenu le projet durant la visite du site de l’Observatoire : « Nous voulons nous engager dans cette aventure technologique et économique. La région s’est engagée à développer trois domaines en plein émergence : l’étude neurologique (cerveau), l’étude de l’Océan et enfin l’étude de l’espace et de l’aéronautique. Nous nous portons garants de cette sécurisation scientifique en Aquitaine ».

Ce projet, soutenu par de nombreux acteurs (l’Université de Bordeaux, attributaire du site, en fait aussi partie), n’en est qu’à ses débuts. Le chemin est encore long et la mutation de ce site protégé par l’Etat demande une étude financière plus approfondie. Néanmoins, le directeur d’Aerocampus estime le coût potentiel des travaux à plus de 20 millions d’euros.

Nicolas Laplume
Par Nicolas Laplume

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1409
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !