01/07/22 : Envie de découvrir Biarritz cet été sans craindre les bouchons? Une astuce, le parking relais d’Iraty, gratuit, de 700 places, relié en 10 minutes au centre-ville par la ligne 7 Express, tous les jours. La ligne fonctionne de 8h45 à minuit.

28/06/22 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la section de rocade A630 sera fermée dans les 2 sens entre l’échangeur 2 et l’échangeur 4, de 21 h à 6h, les nuits du 29 au 30 juin et 30 juin au 1er juillet.

17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/07/22 | Le Jardin de Gabriel rouvre ses portes pour l'été

    Lire

    A partir du 5 juillet, le Jardin de Gabriel à Nantillé (17), rouvre ses portes pour une nouvelle saison. Cette année marque le retour de la statue de la danseuse, après 18 mois de travaux, à travers une exposition de photos qui met en exergue le travail de restauration. Du 26 juillet au 23 août, le Jardin de Gabriel, ce menuisier qui se rêvait artiste, et ses quelque 400 statues, seront en fête avec un programme qui évoquera l’histoire et le patrimoine de Nantillé. Pour les plus jeunes, des ateliers d’arts plastiques, des balades contées ou encore un escape garden « Sauvez le Jardin de Gabriel » seront proposés.

  • 01/07/22 | Un « jumeau numérique » pour le traitement des maladies vasculaires

    Lire

    Nurea à Bordeaux développe une solution logicielle à destination des chirurgiens et radiologues pour les patients atteints de maladies vasculaires. Réalisé au sein de l'Inria Bordeaux, le projet SMecH permet le traitement de l'image, l'intelligence artificielle et la modélisation du « jumeau numérique » vasculaire. Cette nouvelle technologie permet l'extraction automatique d'indicateurs prouvés comme cliniquement pertinents, prévenant les accidents cardiovasculaires.

  • 01/07/22 | Une nouvelle halte ferroviaire au coeur du Pays basque

    Lire

    À partir de samedi 2 juillet, la ligne TER 54 qui relie Bayonne à Saint-Jean-Pied-de-Port comptera un arrêt supplémentaire avec la réouverture de la halte d’Itxassou. Avec 10 trains par jour en semaine, cette halte TER permet de répondre aux besoins de déplacements quotidiens pour se rendre au travail ou sur son lieu de formation, en toute facilité et sans encombre. La réouverture de cette halte, alternative efficace à la voiture, avait été demandée par un collectif citoyen étant parvenu à réunir 500 signatures dans la commune.

  • 30/06/22 | Dordogne : des voitures pour les aides à domicile

    Lire

    La Dordogne compte 57 000 personnes de plus de 75 ans, dont beaucoup vivent chez elles. Pour ces dernières, le recours à des services d’aides à domicile est précieux. Ces professionnels utilisent leurs véhicules personnels, avec des remboursements de frais ne couvrant pas les coûts réels. Le Conseil départemental a décidé de les doter de véhicules de service. 1 300 voitures ont été commandées à Citroën et Renault. Elles seront louées pour un montant de 4 millions d’euros par an, financés par la collectivité.

  • 30/06/22 | Dominique Reymond et Charles Berling lisent du Mauriac à Saint-Maixant

    Lire

    En juillet, la lecture prend ses quartiers d’été dans le parc de Malagar, à Saint-Maixant(33). La Nuit de la Lecture invite deux comédiens à poser leur voix le temps d’une soirée sur une sélection de textes de François Mauriac. Après Jeanne Cherhal et Jacques Weber en 2021, samedi 2 juillet 2022, ce sera au tour de Dominique Reymond et Charles Berling de "se prêter au jeu" sur une sélection de textes de François Mauriac, Marcel Proust et ils rendront hommage à Michel Bouquet ! La soirée se déroule de 19 heures jusqu’à un peu plus de 23 heures, en 3 temps.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Gironde : Laruscade choisie pour accueillir les dirigeables de Flying Whales

20/07/2020 | La région Nouvelle-Aquitaine et l'entreprise de dirigeables Flying Whales ont conjointement désigné Laruscade, commune du Nord-Gironde, pour accueillir le site régional de l'entreprise.

1

Laruscade. Cette commune du Nord-Gironde a été officiellement retenue pour accueillir l'un des trois nouveaux sites de production du fabricant de dirigeables Flying Whales. Si le premier vol des engins n'est pas prévu avant 2024, la région, entrée au capital à hauteur d'un peu plus de 10 millions d'euros, a donné un premier plan de vol ce lundi pour la création de cette "nouvelle filière". Retour sur une annonce en fanfare.

Retardée (notamment à cause de la crise sanitaire), l'annonce de la commune girondine qui accueillera le futur site de l'entreprise de dirigeables Flying Whales, Laruscade, a été faite ce lundi 20 juillet à Bordeaux, après l'annonce de son accueil régional effectué en 2019 au Salon du Bourget. Le site a donc été préféré à d'autres territoires candidats, notamment le Libournais ou Cestas. "C'est un projet de rupture, qui va bien avec tout ce qu'est la Nouvelle-Aquitaine", a ainsi affirmé Alain Rousset, président de la région, au moment de l'annonce, après un projet en discussions depuis plusieurs années. L'enjeu de cette implantation est, pour la région, hautement stratégique : "éviter le passage des camions lourds dans des petites communes de montagne, trouver un moyen d'exploiter le bois alors même que la France est en déficit. C'est aussi un moyen pour transporter des charges lourdes, comme des pâles d'éoliennes ou des pylônes électriques". L'entreprise, née en 2012, développe le LC160T, un dirigeable destiné au transport de charges lourdes (60 tonnes), conçu au départ pour répondre aux besoins de l'ONF (Office National des Forêts) pour l'extraction de bois en zone isolée. 

Le bon terrain

"Il fallait trouver un terrain qui allait bien, compte-tenu du fait que le bâtiment qui sera construit sera haut (60 mètres) et très long (250 mètres) et qu'il aura besoin d'une piste d'envol", a poursuivi le chef de file de la région. L'un des points clé qui ont poussé l'entreprise, qui va aussi développer deux autres sites de production (au Québec, où l'implantation fait débat et l'objet d'une enquête et en Chine), est logistique : la zone de 160 hectares, sur laquelle est définie un périmètre de développement économique par la Communauté des Communes Latitude Nord Gironde) est située près de la Nationale 10 et de l'autoroute (sur un corridor reliant l'Europe du Nord à la péninsule ibérique) mais également tout-à côté de la gare de Saint-Mariens/Saint-Yzan-de-Soudiac qui fait partie du périmètre du futur RER métropolitain. Le futur site de Flying Whales, conçu par le cabinet d'architectes Goudchaux, devrait dévoiler ses contours dans les prochains mois. Pour Sébastien Bougon, le PDG de Flying Whales, des cinq régions approchées pour l'implantation, la Nouvelle-Aquitaine était "la plus dynamique et la plus performante dans l'exécution". 

"Je ne viens pas de l'aéronautique au départ, j'étais un peu froid sur le sujet. C'est un programme qu'il a fallu dé-risquer et sur lequel nous avons analysé les problématiques et opportunités de marchés entre 2013 et 2017. Aujourd'hui, plus de 30 entreprises accompagnent ce programme, dont plusieurs sous-traitants en Nouvelle-Aquitaine". C'est le cas, par exemple, de l'entreprise Epsilon Composite, basée à Gaillan en Médoc, qui sera chargé de construire la charpente des appareils, autant sur le site néo-aquitain que sur les autres implantations de Flying Whales de REEL (basée à La Rochelle) pour le levage de charges ou d'Air Liquide pour fournir l'hélium destiné à faire voler ces gros engins de 154 mètres de long, 40 mètres de haut et 60 mètres de large. Selon le responsable, la solution est innovante, principalement en raison de son plan de vol. "On pourra charger et décharger en vol stationnaire, ce qui signifie aucune empreinte au sol en opération, nous n'aurons besoin d'énergie que pour nous déplacer. On consommera 50 fois moins d'énergie qu'un avion ou un hélicoptère pour le même tonnage transporté". 

Enjeux économiques

La région, actionnaire de la société à hauteur de 10,35 millions d'euros, compte bien sur cette nouvelle implantation industrielle pour appuyer sa réflexion sur l'écologie des transports (que ce soit sur l'hydrogène pour les trains ou la motorisation des bateaux). Ce "marché de niche", comme le définit son PDG, verra, à termes, la création de 200 à 300 emplois sur le site de Laruscade, au fur et à mesure de la montée en puissance de la fabrication des engins (au départ deux par an puis dix à long terme). "Nous sommes en train de finir l'ingénierie du programme", a affirmé Sébastien Bougon ce lundi. La première machine, pour laquelle la commande auprès des sous-traitants serait déjà bouclée, devrait être produite en 2023 et effectuer son premier vol entre la fin 2023 et le début 2024, avant d'obtenir sa certification auprès de la DGAC. Interrogé par le JDD, un responsable de l'entreprise évoque la prévision d'une flotte de 150 à 160 dirigeables "dans des dix ans qui suivront l'entrée en service du premier". "Nous travaillons aussi avec plusieurs pays sur des projets de désenclavement économique. C'est le cas au nord du Canada, en Indonésie qui compte plus de 2000 îles qui ont besoin d'être connectées et n'ont pour l'heure pas une activité économique suffisamment développée pour accueillir un aéroport ou un port en eaux profondes. On travaille aussi avec le Congo et le Gabon sur des problématiques de fret", a souligné le PDG de Flying Whales, dont l'investissement total représente "environ 450 millions d'euros". 

Comme dit plus haut, ce site néo-aquitain (qui prévoit de s'implanter sur une cinquantaine d'hectares) fait partie d'un plus vaste projet de développement économique local. Pour le président de l'intercommunalité, Éric Happert présent ainsi que M.Labeyrie le maire de Laruscade, "on doit encore parfaire les acquisitions foncières pour réaliser ce site de 160 hectares. On prend ce projet parce qu'il nous semble être un étendard. On ne négligera pas les autres priorités du parc, c'est à dire un développement agricole avec du commerce de proximité et la sauvegarde des originalités économiques du site. On a déjà eu des discussions avec Flying Whales pour éventuellement faire de l'agriculture sur les surfaces servant à l'aire d'envol. Un éleveur de poulets est déjà présent, on espère le garder, peut-être en lui donnant une chance d'avoir de la surface supplémentaire ou développer une autre activité. J'espère qu'on arrivera à transformer cet inconvénient de masse en intérêt architectural pour que les gens voient ça comme une chance et pas comme une verrue". Il reste donc encore beaucoup d'inconnues avant que la Nouvelle-Aquitaine ne puisse voir voler dans son ciel le plus gros dirigeable du monde, qui envisage déjà une seconde génération de dirigeables fonctionnant à l'électrique, après une première génération se servant de carburant classique pour faire fonctionner ses génératrices thermiques. L'usine de Laruscade devrait commencée à être construite dès 2021.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
17486
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !