15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

  • 11/10/17 | Bassin de Lacq: "Une occasion manquée" pour EELV

    Lire

    En 2040, la France devrait cesser l'extraction d'hydrocarbure, sauf sur le Bassin de Lacq. Une décision, généralement saluée ici mais que "déplorent" Françoise Coutant, V-P de la Région chargée du climat et de la transition énergétique (EELV) et J-François Blanco, élu régional écologiste qui accusent "le lobbying des députés béarnais" de "condamner le site à moyen terme, les industriels [n'ayant] plus d'intérêt à anticiper les conséquences du dérèglement climatique. Populations et environnement en pâtiront (et) les travailleurs des sites concernés risquent selon eux d’y perdre leur activité lorsque les gisements seront taris"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Lascaux, un enjeu culturel et économique

14/10/2012 | Quelques jours après l’ouverture de l’exposition consacrée à Lascaux à Cap Sciences, on peut s’interroger sur les enjeux des représentations de la grotte ornée la plus célèbre du monde

Lascaux III à Cap Sciences devrait attirer 60 000 visiteurs

Le département de la Dordogne, avec le soutien de la Région, a décidé d’offrir au monde, grâce à une technologie inédite et avec le concours des meilleurs préhistoriens, une exposition internationale consacrée à Lascaux. Celle-ci est présentée à Bordeaux jusqu’au 6 janvier. Elle propose au public une partie de la célèbre grotte jamais reproduite. Mais quels sont les enjeux de ce projet de 3 millions d’euros ? S' agit-il d’un partage universel de la culture, ou est-il d'abord question d’économie pour un département qui accueille trois millions de visiteurs par an, ou les deux à la fois ?

Avant 1980, la Dordogne accueillait 400 000 touristes, trois millions aujourd’hui. L’ouverture de Lascaux II, en 1983 a  été le point de départ du développement touristique en Périgord. Le tourisme représente 22 % de l’activité économique.  Cette part continue de croître. Parmi les moteurs de ce développement la préhistoire et surtout Lascaux II. Il s’agit du site le plus fréquenté du département avec 250 000 entrées payantes pour un chiffre d’affaires annuel de 2,7 millions.  On peut donc  s’interroger sur les retombées de Lascaux III, exposition internationale destinée à voyager dans les plus grands musées scientifiques du monde, présentée actuellement en avant-première à Cap Sciences.  Pour Bernard Cazeau, président du Conseil général de la Dordogne, cette exposition s’inscrit avant tout dans un partage universel de la connaissance. « Lascaux III est destinée à ceux qui ne pourront pas venir en Dordogne. »

 Un coût de 3 millions d’euros 

Lascaux III a coûté 3 millions d’euros, principalement financés par le Conseil général de la Dordogne et la région Aquitaine. Deux entreprises, le Crédit agricole et la coopérative Maïsadour ont participé, au titre de mécénat privé, à hauteur de 500 000 €. Cap Sciences qui reçoit habituellement 100 000 visiteurs par an, espère réaliser 60 000 entrées jusqu’au 6 janvier. Cette exposition, qui se présente sous la forme d’une série de dispositifs multimédias et interactifs, autour des cinq fac-similés de la nef et du puits, est louée au prix de 50 000 euros par mois. Le premier à avoir pris le risque d’accueillir l’exposition dans son musée est Jaap Hoogstraten, directeur des expositions du Field Museum of Natural history de Chicago.  Il a déboursé 300 000 euros pour une durée de six mois, du 15 mars au 15 septembre 2013.

Une logique de partage culturel

Présent à Bordeaux, vendredi, lors de l’inauguration, ce dernier était ravi et impatient. « Nous espérons attirer 200 000 visiteurs. » Pour  découvrir Lascaux, les visiteurs américains débourseront 7 dollars en plus du billet d'entrée. Le Centre des Sciences à Montréal a déjà réservé l’exposition du 14 avril au 15 septembre 2014. Le voyage de Lascaux s’annonce prometteur, d’autres villes du monde sont intéressées : Denver, San Francisco, Miami, Boston, et aussi l’Asie avec des pays comme le Japon ; ou des villes comme Singapour. Une des missions d’Olivier Retout, responsable du projet , est de « vendre » Lascaux à l’international. Si les contacts sont nombreux et intéressants, Olivier Retout réfute l’idée de considérer Lascaux III comme un produit commercial. « Nous ne sommes pas dans une logique de rentabilité, mais plutôt dans une démarche de partenariat avec les grands musées scientifiques du monde. Nous sommes dans une logique de partage culturel d’un patrimoine mondial. » Si on ajoute le mécénat privé tant français qu’international, les collectivités devraient rentrer dans leur investissement. Bernard Cazeau a précisé lors de la conférence de presse « il existe des frais de maintenance. Trois personnes accompagneront en permanence les fac similés. » S’il existe des excédents, ils pourront servir au financement de Lascaux IV, la réplique complète dont le projet continue d’avancer.

Les différentes représentations de Lascaux, depuis la fermeture de la grotte originelle en 1963, répondent à un souci de préservation et offrent une certaine cohérence au regard de la dimension culturelle. Elles concourent à la politique d’aménagement du territoire, à la politique touristique régionale qui s’attache à valoriser l’intérieur de la région au regard de la présence massive des vacanciers sur le littoral. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
610
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !