18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Le Béarn, la Bigorre et l’Aragon jouent groupés

04/07/2014 | Les chambres de commerce de Pau et de Tarbes veulent voir le Béarn et la Bigorre faire partie de la même région, et nouer des liens avec leurs voisins espagnols

De g. à d. Patrick de Stampa, président de la CCI Pau-Pyrénées, Ana Alos Lopez, maire de Huesca, François-Xavier Brunet, président de la CCI Tarbes et Hautes-Pyrénées

Au moment où le découpage des régions fait débat, la chambre de commerce et d’industrie Pau-Pyrénées et son homologue tarbaise militent pour que le Béarn et la Bigorre soient intégrés dans un même ensemble. Celui-ci engloberait les Pays de l’Adour, et constituerait le « noyau dur » du troisième pôle de développement du grand sud-ouest. Cette nécessité de regrouper les énergies, en travaillant de concert avec leurs voisins espagnols, a été évoquée lors du Forum économique Béarn Bigorre organisé à Pau. Une rencontre dont l’Aragon était l’invitée d’honneur.

« Avec près de 600 000 habitants, le Béarn et la Bigorre ont une histoire et un avenir communs. Ils constituent un ensemble cohérent », affirment Patrick de Stampa et François-Xavier Brunet, les présidents des CCI de Pau et de Tarbes. Voici un an, ces deux organismes ont signé une convention de coopération destinée à faciliter le développement économique de leur territoire. Dans le même temps, des liens ont été noués avec l’importante région espagnole que constitue l’Aragon.

« Les partages territoriaux sont parfois des non-sens »Du côté français des Pyrénées, cette démarche volontariste refuse de tenir compte des découpages administratifs. « Les partages territoriaux peuvent parfois être des non-sens » constate en effet Patrick de Stampa.  « On ne peut pas accepter que l’on ne tienne pas compte des besoins des entreprises. Quand comprendra-t-on en France que l’on doit créer des dynamiques territoriales qui créent de l’emploi , et non des baronnies ? Nous souhaitons que le législateur mette en place des principes de coopération entre territoires qui ne se contentent pas d’un partage administratif."

Le 2e forum économique Béarn-Bigorre s'est déroulé à Pau

François-Xavier Brunet, son homologue tarbais, abonde dans le même sens, et annonce clairement la couleur. « Nous nous inscrivons au début du débat parlementaire sur l’organisation territoriale. La CCI de Tarbes a adopté une motion demandant la création d’une grande région sud-ouest. Celle-ci rassemblerait l’Aquitaine, le Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon, ou, à défaut, l’Aquitaine et le Midi-Pyrénées. » Toujours à défaut, une dernière hypothèse consisterait à voir le département des Hautes-Pyrénées rejoindre la région Aquitaine,  pour fonder les pays de l’Adour. « Cet ensemble économique et politique jouerait un rôle d’équilibre par rapport aux métropoles que constituent Bordeaux et Toulouse. »

« Nous avons le devoir de regarder vers Huesca et Saragosse »Alors que les chambres de commerce réparties au pied du massif  réfléchissent à l’idée d’une marque « Pyrénées », les liens avec l’Espagne sont également recherchés. « Comme nos amis basques regardent vers San Sebastian et Bilbao, nous avons le devoir de regarder vers Huesca et Saragosse » dit François-Xavier Brunet.

Cette volonté de collaboration a été illustrée lors du Forum Béarn-Bigorre par la présence d’une importante délégation aragonaise. Une région avec laquelle une convention a été signée en février dernier afin d’amener les entreprises françaises et espagnoles à partager leurs savoir-faire, leurs compétences, et conquérir de nouveaux marchés.

La démarche est qualifiée d’historique par Ana Alós López, la maire de Huesca, ville jumelée avec Tarbes. Ce qui n’empêche pas les CCI béarnaise et bigourdane de stigmatiser la situation ubuesque dans laquelle se retrouve le tunnel du  Somport, fermé jusqu’au 20 juillet à la suite d’éboulements survenus le long de la RN 134. Un axe européen important pour lequel l’Etat français n’a pas respecté ses engagements, tempête Patrick de Stampa. « Car, en 1992, il prévoyait sa sécurisation ».

Du lobbying auprès de l'EuropeLes deux chambres de commerce, qui se sont dotées d’un observatoire économique Béarn-Bigorre, préparent aujourd’hui plusieurs actions. En Octobre, elles tiendront un stand commun sur un salon de l’innovation et des entreprises organisé à Huesca. Les investissements réalisés de part et d’autre de la frontière espagnole seront également étudiés. Une action de lobbying sera enfin menée auprès des instances européennes pour souligner la pertinence du territoire défini par les trois partenaires. « Nous sommes passés des intentions à l’action » annonce Patrick de Stampa.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1216
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !