Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/10/18 | Premières pistes pour la loi mobilité

    Lire

    Le projet de loi d'orientation des mobilités, qui doit être présenté en novembre, a détaillé son contenu ce lundi. On y découvre notamment la fin programmée des péages d'autoroute, remplacés par un système de capteur censé détecter une vignette, un badge ou la plaque d'immatriculation des conducteurs. Concernant le co-voiturage, un système de tarif dégressif est à l'étude. Enfin, l'indemnité transports et le forfait mobilité (pour les personnes se rendant au travail à vélo ou en co-voiturage) pourraient désormais bénéficier de 400 euros par an.

  • 22/10/18 | Vers un TGV Bordeaux-Londres ?

    Lire

    SNCF Réseau, Lisea, Eurotunnel et HS1 (la LGV britannique) viennent de signer un accord pour lancer une étude de faisabilité sur une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Londres. Elle passerait par la ligne Bordeaux-Lille et permettrait de relier Londres en cinq heures. Pour l'instant, les discussions tablent sur un aller-retour par semaine. Avant une potentielle mise en service (qui pourrait intervenir en 2021 ou 2022), la Gare St Jean devra s'équiper d'un terminal international permettant de vérifier les passeports. Les résultats de l'étude de faisabilité ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Le Conseil Général de la Gironde présente son plan d'aide aux viticulteurs

27/05/2011 |

Jean-Luc Gleyze, vice président en charge de l'aménagement économique solidaire

Informer les viticulteurs sur son nouveau plan d'aide renforcée à la filière viticole tout en récoltant leurs remarques et questions, tel était l'objectif du Conseil Général de la Gironde lors de la réunion publique qui s'est tenue ce mercredi 25 mai à Créon en présence de Jean-Luc Gleyze, vice-président en charge de l'aménagement économique solidaire, de Jean-Marie Darmian, maire de Créon et vice-président aux Finances et au Budget, de Bernard Dussaut, premier vice-président du Conseil Général de la Gironde, et d'Alain Leveau, président de la commission Développement Agricole et Maritime au Conseil Général. Un plan qui fait écho, comme l'a précisé Jean-Luc Gleyze, à la prise en compte par le Président du Conseil Général Philippe Madrelle de la crise sans précédent traversée par la filière viticole ces dernières années.

Un budget multiplié par quatre et une volonté d'être au plus près des vignerons

Après une concertation multipartenariale amorcée en juillet 2010, le budget 2011 pour le plan voté en décembre dernier a été multiplié par quatre (soit deux millions d'euros) par rapport à celui qui avait été alloué aux deux plans triennaux précédents. Ce plan a un objectif clair : « aider le vigneron à chaque étape pour ne laisser personne sur le bord du chemin »; ses trois axes (« de la production de raisin à la production de vins », « pour une mise en marché organisée vers une distribution et une commercialisation optimisée », et « la promotion pour une consommation avertie et un oenotourisme à développer ») ont été longuement détaillés au cours de la première partie de la réunion. Ils passent par toute une série d'initiatives, qui s'appuient, entre autres, sur des expertises et conseils technico-économiques financés auprès des vignerons. Une grande importance est également accordée aux actions collectives vers les groupements ou en faveur du regroupement d'exploitations.

Des applications concrètes sur le terrain

Ces initiatives se sont déjà traduites concrètement, comme sont venus le souligner les deux témoignages qui ont été livrés au cours de la réunion. Alain Courgeau, président de la CUMA(coopérative d'utilisation de matériel agricole) de l'Entre-Deux-Mers et de la CUMA STEV (système de traitement des effluents vinicoles) de Soussac, a expliqué la mise en place et le fonctionnement de ses deux CUMA dont la seconde intervient sur le traitement collectif des effluents vinicoles, ainsi que les différentes difficultés auxquelles il a dû faire face. Quant au second, Eric Liotard, del'EARL Liotard à Lugon, c'est une stratégie bien différente qu'il a adoptée pour faire face à la crise. Il a décidé de miser sur le développement en faisant appel à un consultant commercial,en démarchant directement auprès des cavistes pour promouvoir sa production (en France et à l'étranger) ou encore en créant une Société avec d'autres viticulteurs pour commercialiser leurs vins. Cela s'est fait, cependant, au prix de lourds sacrifices, puisqu'il a été obligé d'arracher 10 hectares de sa vigne, et de mettre en location pour neuf ans les 15 hectares qui lui restaient. Comme le souligne Régis Lacoste, consultant travaillant avec la Chambre d'Agriculture et avec E. Liotard, « il n'y a pas de recette miracle qui solutionne tous les problèmes ».

Pour les viticulteurs, un plan qui ne s'attaque pas au fond du problème : le négoce et la grande distribution

Cependant, lorsque la période de questions arrive, les réactions sont nombreuses, et les viticulteursqui prennent le micro ne cachent pas leur amertume. En effet, si ce plan a le mérite d'exister, il ne s'attaque pas aux "deux grands fléaux" de la viticulture : le négoce et la grande distribution. « Nous, ça fait trente ans qu'on est sur les routes, et au bout du compte de trente ans, on est mort. Pour quelles raisons ? Parce que vous avez vos clients particuliers qui vous disent que votre vin, ils n'ont rien contre, mais qu'ils ont trouvé le même dans un supermarché à 2 euros. Qu'est ce qu'il faut dire à ça ? », s'indigne une viticultrice. Elle déplore, en outre, l'absence des principaux acteurs, les négociants, l'interprofession, le Conseil Interprofessionnel du Vin Bordeaux et le syndicat. « Je leur ai demandé maintes et maintes fois ce que voulait dire le mot syndicalisme, parce que moi je ne le reconnais plus. Ils ne nous défendent pas, ils sont en train de nous tuer », ajoute-t-elle, désabusée. Même son de cloche chez un de ses collègues : « les négociants, c'est là où est le mal. Vous n'y arriverez jamais. Ils font la pluie et le beau temps. ». Pour Jean-Luc Gleyze, il est clair que la Conseil Général ne détient pas la solution miracle. « On ne va pas sauver la filière », déclare-t-il, « par contre, on est là pour essayer de jouer le rôle que l'on peut jouer à notre niveau ». La grande distribution est également mise en cause, « autant responsable que le négoce » selon un autre vigneron, qui demande au Conseil Général d'être « partie prenante à ce niveau ».Un problème qu'il n'a pas la possibilité de régler et Jean-Luc Gleyze, de rappeler que « le Conseil Général n'a pas le pouvoir de contrôler la grande distribution ». En somme, si cette réunion avait pour objectif d'apporter des réponses, la plupart des questions soulevées restent encore sans solution.

Bérénice Robert

Crédit photo : Bérénice Robert.

Partager sur Facebook
Vu par vous
404
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !