18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Le Crédit Agricole d'Aquitaine, entre de plain-pied dans les technologies numériques

09/12/2014 | Le Crédit agricole d'Aquitaine opte pour une stratégie de dématérialisation mais pas de la désincarnation sur les territoires.

Fabien Père, Jack Bouin et Philippe Santacatalina présentent la stratégie numérique du Crédit agricole d'Aquitaine

C'est dans le décor moderne et épuré de l'agence de la place de la Victoire à Bordeaux que Jack Bouin, le directeur de la Caisse Régionale de Crédit Agricole Aquitaine, accompagné de son Directeur Commercial Philippe Santacatalina et de Fabien Père, Chef de projet multicanal a donné rendez-vous à la presse ce 9 décembre. Une rencontre mettant à l'honneur les projets mis en œuvre par la Caisse régionale, et plus précisément l'intégration de l'outil numérique au cœur de la relation avec les clients. Applications mobiles, apparition des tablettes dans la banque, signature électronique, portail internet revisité, ... Objectif: «être une banque multicanal de proximité».

En juin dernier, Jack Bouin a présenté son ambitieux projet d'entreprise à 10 ans aux salariés et administrateurs de la caisse régionale. Parmi les axes dessinés par le projet, figure le défi commercial de « s'adapter à un monde de plus en plus digital » et « des clients de plus en plus connectés ». Si la banque régionale s'inscrit déjà dans une dynamique de progression positive forte en terme de relation client, ce travail se poursuit aussi, par le biais des nouvelles technologies. Des technologies, déjà bien adoptées par des usagers que leur smartphone ou tablette rendent de plus en plus mobiles. Pour preuve, en 2012, 67% des propriétaires de smartphones avaient déjà réalisé une opération bancaire via leur mobile. Et la question du numérique n'est pas non plus un terrain inconnu pour le Crédit agricole Aquitaine puisque leur site internet reçoit 2,5 millions de visites par mois et qu'un tiers de ses clients réalise au moins une opération par mois via internet. Par ailleurs la Caisse régionale bénéficie aussi de l'application mobile nationale Ma Banque, qui avec ses 57000 utilisateurs en Aquitaine « doit pouvoir encore élargir le cercle » reconnaît, le directeur commercial.

Outils de simulation et accord de principeMais la Caisse régionale a voulu aller plus loin dans cette dématérialisation du service. Conséquence, la technologie numérique prend aujourd'hui également sa place à l'intérieur même des agences du Crédit Agricole Aquitaine, "qu'elles soient urbaines ou rurales". Les agences ont reçu plus de 1600 tablettes tactiles autour desquelles «se reconstruit totalement la relation avec le client» selon les responsables.
Tant Jack Bouin que son directeur commercial le soulignent, «l'objectif n'est pas de se détacher de la personnalisation du service. Les outils numériques, ça nous permet au contraire une sorte de proximité … à distance ! D'où la notion de banque multicanal ». En effet, si ces outils numériques permettent la réalisation de nombreuses opérations par le client lui-même, ça n'est que prendre acte d'un mouvement déjà constaté: "pour les opérations à faible valeur ajoutée, nous perdons chaque année 5% de nos clients en agence". Mais, grâce à la création d'outils de simulation, l'internaute peut pousser plus loin sa relation virtuelle avec la Banque en mesurant la possibilité de réalisation d'un projet, et en obtenant dans les 48h, un accord de principe pour une demande de crédit par exemple. L'idée étant ensuite de l'amener à se déplacer dans son agence. S'il n'y a pas d'obigation, la procédure numérique l'y invite.

Diminuer la paperasse par la signature électroniquePour autant, en agence aussi la tablette prend sa place et permet, cette fois au côté du conseiller, d'utiliser un simulateur pour la plupart des opérations « à forte valeur ajoutée ». «C'est une autre manière de concevoir notre relation aux clients, on n'est plus en face à face mais côte à côte. La tablette crée la proximité entre le conseiller et son client, qui est d'ailleurs plus autonome dans sa démarche, puisque c'est lui qui manipule l'outil».
Mais la dématérialisation, c'est aussi un moyen de diminuer la paperasse grâce au développement de la signature électronique pour les opérations courantes, les souscriptions de livret, ou les contrats de création de compte, mais pas encore, pour des raisons juridiques, sur les prêts. Cela dit, «les contrats peuvent aller de 40 à 99 pages à parapher... La signature électronique allège tout ça, tout en conservant bien sûr l'existence, numérique, du dossier» indique Fabien Père, le Chef de projet multicanal au sein du Caisse Aquitaine du Crédit agricole, devenue, selon les mots de son directeur, «une vitrine de l'utilisation du numérique pour l'ensemble du groupe au niveau national».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2632
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !