Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Le crowdfunding immobilier débarque à Bordeaux

24/09/2014 | Quand la pierre rencontre le numérique, l'immobilier se met à l'économie collaborative. Exemple d'un tout nouveau projet bordelais.

La plateforme internet crowd-immo.fr lancée ce 24 septembre 2014

Vous connaissez le crowdfunding ? Ce mode de financement participatif qui via des plate-formes numériques permet de financer des projets artistiques, culturels, caritatifs mais aujourd'hui aussi économiques. Désormais, le secteur immobilier rentre peu à peu sur ce terrain du financement participatif et les initiatives se multiplient. Des acteurs bordelais, Philippe Sénéchal, expert-comptable et commissaire aux comptes, et Vincent Sillegue, promoteur immobilier, viennent à leur tour de se lancer dans le pari de l'économie collaborative, proposant au passage des intérêts à hauteur de 7% pour les particuliers prêt à investir collectivement dans leurs projets immobiliers. Ce 24 septembre, ils ont lancé leur plate-forme de financement participatif www.crowd-immo.fr.

Pour les fondateurs de crowd-immo.fr, un double constat est à faire. D'une part, «les pouvoirs publics estiment à 450 000 le nombre de logements neufs nécessaires par an en France. Or pour répondre à cette demande, les constructeurs ont besoin de fonds d’investissements exigeant souvent de trop fortes rentabilités, menaçant la faisabilité des opérations.» D'autre part, «les épargnants sont, eux, confrontés à des rentabilités de leurs investissements (livret A, assurance-vie, …) de plus en plus faibles et à des marchés financiers peu transparents».
Or, avec l'économie collaborative, il est désormais possible de mettre en relation un épargnant et un projet, sans intermédiaire, ni société de gestion. «La levée de fonds est plus rapide, plus fluide, plus économique. Ce circuit court réduit donc les coûts des intermédiaires, sécurise le projet et optimise le coût de la construction. D'où la possibilité pour Crowdfunding-immo de proposer une rentabilité bien supérieure aux placements traditionnels» expliquent les deux fondateurs.

Quatre programmes sur la CUB

Philippe Sénéchal et Vincent Sillegue, les fondateurs de crowd-immo.fr

En pratique, une fois inscrit sur le site, les investisseurs sélectionnent un projet immobilier, puis placent une somme de 2 000 € minimum. Lorsque la collecte d'investissements est atteinte, ces fonds sont transférés au promoteur immobilier. Le terrain est acheté et le chantier peut alors débuter. Une fois le projet de construction réalisé, Crowfunding-immo vend les logements et les épargnants récupèrent le fruit de leur investissement en ayant eu une rentabilité annuelle de 7%. Le délai est donc de 2 à 3 ans avant de pouvoir récupérer le capital et les intérêts.
Pour l'heure, la plate-forme propose quatre programmes à ses futurs investisseurs : un à Artigues-près-Bordeaux, un à Lormont et deux à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Des opérations portées par la société Mixcité Promotion, présidée par Vincent Sillègue, un des deux fondateurs de la plate-forme. Pour autant les deux entrepreneurs, espèrent bien attirer des programmes d'autres promoteurs immobiliers sur leur plate-forme et, à terme, se développer sur d'autres villes attractives comme Nantes, Lille ou Strasbourg.

Risques constructifs et permis de construireA l'heure du lancement de leur plateforme, Philippe Sénéchal et Vincent Sillègue insistent sur les garanties et l'encadrement du processus. Concernant le versement initial, il est effectué sur un compte bloqué et n'est débité que lorsque l'intégralité du budget est réuni. «Si le projet ne devait pas aboutir, les investisseurs récupéreraient alors leur versement initial». Les risques constructifs sont également pris en compte avec la réalisation d'études en amont (l'étude de sol, les risques de fouilles archéologiques, avoisinants complexes, etc). La nouvelle plate-forme garantie aussi la légalité et la pérennité du permis de construire ainsi que l'éxécution des travaux jusqu'à la livraison par une garantie bancaire.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : crowd-immo.fr et Laurent Wangermez

Partager sur Facebook
Vu par vous
3519
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
legac | 06/11/2014

Bonjour,

Je ne peux m'empecher de faire un rapprochement entre ce type de financement et le plus grand scandale immobilier francais, à savoir le 'robien' :

- On achete des terrains pas chers dans des zones foireuses ( dans ce cas, près de l'aéroport. j'ai vécu a toulouse 3 ans dont 1 an à tournefeuille, donc je connais la zone)
- On donne une carrote : carotte fiscale ou, dans ce cas, la carotte du rendement
- On package tout ca : vous vous occupez de rien ( ici, on envoie juste le cheque et miracle,12 mois après, 10% de rendement sans rien faire ;-) )
- on vend ca à des gens qui ne connaissent pas la zone de vente

Akerys ( qui a changé de nom en 'Belvia' pour se faire oublier) est l'un des plus gros contributeur au scandale de robien.
Bref, fuyez comme la peste l'immobilier résidentiel francais dématérialisé : c'est un produit surcoté, surtaxé, qui fait la fortune d'arnaqueur en tout genre avec le cautionnement de l'etat francais

Ne serait ce que pour rendre justice à toutes les victimes de 'robien', fuyez ce genre d'opération ...

En esperant que mon temoignage evitera à beaucoup de ce faire pigeonner.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !