24/10/17 : Charente-Maritime : les élus du Département ont voté une motion contre les dernières mesures envisagées par l'Etat concernant la baisse des APL, hier lors de la session d'automne.

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Le design, inventeur de nouveaux modes de consommation

05/12/2014 | La biennale des Escales du design était de retour jeudi 4 décembre à Talence, pour souligner la place importante du design dans les entreprises.

Benoît Millet et Olivier Hausheer étaient les deux invités de cette conférence sur le design et la consommation

Les Escales du design ont tenu ce jeudi 4 décembre leur édition 2014, avec pour thème : "le design, accélérateur de business". Au programme de ces 5 tables rondes, des thèmes aussi variés que la "gamification", les exigences environnementales ou les dynamiques d'innovation collectives. L'une des conférences, qui se tenaient à l'Ecole National Supérieure de Cognitique à Talence, traitait du lien entre le design et le consommateur, notamment dans le secteur de l'agro-alimentaire. Là encore, la relation entre le "bon" et le "beau" reste un enjeu essentiel.

Benoît Millet, directeur du Design Lab "Nouvelles pratiques alimentaires", designer et anthropologue à l'école de design de Nantes et Olivier Hausheer, Directeur associé de XTC World Innovation, étaient invités à débattre sur ces questions avec un public d'entrepreneurs. Un virage par rapport aux précédentes éditions, comme l'explique Isabelle Leblanc, responsable du département Prospective Design pour Aquitaine développement Innovation : "les précédentes éditions étaient tous publics, elles se déroulaient pendant 3 jours. On s'est rendu compte que pour intéresser les entreprises, il fallait les cibler, c'est pourquoi nous avons changé de formule, pour accompagner les experts à se tourner vers le design, qui est l'un des facteurs essentiels du succès des entreprises aujourd'hui, pour se différencier et se diversifier". 

Un design pratique et émotionnelPour Olivier Hausheer, "l'innovation commence par l'observation. Pour un packaging, le design est porteur de sens". Exemple à l'appui, l'expert a souligné cette importance dans le sens ou le design est fait pour "révolutionner un produit banal et le rendre indispensable" (c'est le cas pour une célèbre marque de yaourt à boire transformé, dans les années 2000, en "geste santé" ou des fameux "knackis" devenus ronds pour toucher les amateurs de snacking). Selon l'analyse faite par l'expert, l'innovation est aussi au service de l'usage, avec un ciblage notamment sur les jeunes et les seniors, et un simplificateur de gestes (comme c'est le cas pour le fameux bâton de thé en stick ou le pesto en flacon d'une célèbre marque italienne). Mais le design n'est pas que pratique, il génère aussi des émotions. "Il crée du lien avec ce à quoi nous sommes attachés", précise même Olivier Hausheer. "Si  le souci du surgelé était uniquement de vendre du pratique, Picard n'aurait certainement pas le succès qu'il a aujourd'hui". 

Un consommateur schizophrènePlus encore que le marketing, le design répond aux attentes des consommateurs, toujours plus opposées : "En tant que consommateurs, nous sommes une mosaïque de comportements. Nous sommes schizophrènes car nos envies et nos besoins sont souvent contradictoires. Le consommateur veut être aidé (comme pour ces salades numérotées pour faciliter le réachat) et surdoué (kits de bière à faire soi-même), contrôler le temps et en être un acteur, se rattacher aux produits "vivants/nature" et continuer à acheter de l'industriel indispensable", précise Olivier Hausheer.

Benoît Millet, lui, avoue que le designer reste soumis à une certaine humilité : "L'usage du produit a beau avoir été imaginé par le designer, le consommateur en fait quand même ce qu'il veut au final". Ce designer anthropologue, aux multiples casquettes, officie aussi à l'école de design de Nantes, qui dispose d'un design-lab spécialisé dans la recherche sur l'alimentation du futur, qui passera forcément par... le recyclage des packagings : "ne pas s'inquiéter du recyclage et de la fin de vie d'un produit à l'heure actuelle, c'est préoccupant. Il faut innover en prenant en compte à la fois dans les usages, l'identité mais aussi le contexte. 9 innovations sur 10 se cassent la figure au bout de quelques mois. Le design, ce n'est pas nécessairement un souci de fonctionnalité, ça permet aussi de raconter des histoires". Pour les experts, venus répondre aux questions du public de professionnels, "le nouveau fait peur, tout le travail des designers, c'est de créer du nouveau acceptable. La tradition fait écho au conservatisme, il faut accepter de se remettre en question". 

C'est pour que ce design devienne un réflexe que les Escales ont privilégié le message aux entrepreneurs. Selon l'APCI (Agence pour la promotion de la création industrielle), seulement 40% des entreprises françaises ont recours au design, alors qu'elles sont 65% au Royaume-Uni et 75% en Norvège. 

Info pratique : toutes les infos sur le programme de la journée

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1840
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !