aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

09/02/16 : Leader dans les services à domicile, le groupe O2 prévoit de recruter cette année 93 personnes en CDI (le plus souvent à temps partiel) dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces offres concernent principalement la garde d'enfants à domicile. + d'info

09/02/16 : Les mutations sociétales seront au cœur des rencontres "antro-Pau-logiques" organisées les jeudi 11 et vendredi 12 février par le laboratoire de recherche Identité, territoires, expressions, mobilités de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.+ d'info

09/02/16 : "Les droites extrêmes en Europe" seront évoquées lors d'une soirée libre expression organisée le jeudi 11 février à 20h30 salle Lacaze à Billère (64) par la députée PS Martine Lignières-Cassou, en présence du politologue Jean-Yves Camus.+ d'info

09/02/16 : Muse en tête d'affiche du prochain Garorock qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet à Marmande (47)

09/02/16 : Le violoncelliste Tonycello, maitre de l'ironie, présentera le vendredi 12 février son spectacle : «Chansons pauvres à rimes riches», à 21 h, à l'espace James Chambaud, à Lons (64). Il revisitera les œuvres de Brassens, Barbara, Bobby Lapointe. + d'info

09/02/16 : Le prochain spectacle "sons et brioches", à vivre en famille, proposé par l'orchestre de Pau Pays de Béarn sera présenté au cours du week-end des 13 et 14 février. Il s'agira de "La tête dans le sac", d'après le livre de Marjorie Pourchet.+ d'info

06/02/16 : Gargantua et le Petit chaperon rouge font l'objet de deux projets théâtraux présentés en février et en avril par les scènes Espaces Pluriels et Agora, à Pau. Ils sont proposés par le comédien et metteur en scène José Mellano et par Joël Pommerat+ d'info

Partez au ski avec aqui.fr et N'Py
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/02/16 | Crise aviaire: Le département des Landes solidaire de la filière

    Lire

    Ce 8 février, les Conseillers départementaux landais, ont voté à l'unanimité une motion de soutien à la filière palmipède à foie gras touchée par l'influenza aviaire. Outre la solidarité exprimée par cette motion, il a aussi été voté une enveloppe de 550 000€ pour les éleveurs landais en complément des dispositifs nationaux. Objectifs: les aider à passer le cap et faciliter la mise en place d’équipements de biosécurité dans les exploitations. 1,5M€ ont aussi été réservés afin d'avances remboursables pour les accouveurs confrontés à des problèmes de trésorerie.

  • 09/02/16 | Françoise Jeanson rejoint la Fondation EDF

    Lire

    Françoise Jeanson, ancienne présidente de Médecins du Monde et, depuis décembre, conseillère régionale de la région ALPC sur la liste d'Alain Rousset vient d'être appelée, en tant que personnalité qualifiée, à faire partie de la fondation EDF. L'objet de celle-ci est "de favoriser l'inclusion sociale, l’insertion professionnelle et de développer un programme d'intervention humanitaire pour favoriser l'accès à l'énergie et aux biens essentiels.» La Fondation a l'ambition en outre " d'encourager, l'accès aux savoirs et à la connaissance scientifique, à soutenir la recherche médicale et à contribuer au développement du numérique pour tous"

  • 09/02/16 | Mérignac: le différend Anziani-Safer

    Lire

    Face à une décision de la Safer d'installer un centre équestre sur 50ha de foncier à Mérignac, Alain Anziani a saisi le 5/02 le Ministre de l'Agriculture pour réexaminer le dossier. Selon lui, ce choix ne respecte pas l'objectif initial «de renforcer l'autosuffisance alimentaire locale de la Métropole». De son côté, la société d'aménagement foncier, se dit en phase «avec les missions que lui a confié le Législateur dans le respect de ses obligations réglementaires». Plus d'infos dans notre article en accès gratuit sur aqui-bordeaux-métropole.fr.

  • 08/02/16 | A Biarritz, le Palais propose une Saint-Valentin impériale

    Lire

    Ce week-end,l’Hôtel du Palais propose un forfait Saint-­Valentin avec une nuitée à célébrer au champagne, le petit-­déjeuner buffet et la possibilité de découvrir le nouveau brunch "Napoléon & Eugénie" ainsi qu'un dîner quatre plats aux chandelles élaboré par le chef étoilé Jean-Marie Gautier sur fond d'animation musicale. Dans ce forfait (500 euros pour deux), le palace propose également l’accès au spa. La clientèle extérieure peut aussi réserver pour le dîner et le brunch Renseignements :0559410064 et hotel-­du-palais.com  

  • 08/02/16 | Virginie Calmels les bus et les TER...

    Lire

    Virginie Calmels présidente du groupe LR/CPNT au conseil régional s'en prend très vivement à Alain Rousset qui a "demandé à l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ARAFER) l’interdiction ou la limitation de 4 lignes d’autocars. ouvertes dans le cadre de la loi Macron: Poitiers-Niort, Brive-la-Gaillarde-Périgueux, Limoges-Brive et Mont-de-Marsan-Pau. La concurrence a cela de bon qu’elle met en lumière les échecs de la politique régionale des transports. Tous les usagers savent pertinemment que les lignes dont la Région a demandé l’interdiction ou la limitation comptent parmi les liaisons où le service TER est le plus déficient"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Le G P V Rive droite de Bordeaux-métropole: la création d'emplois passe par la mobilisation locale

31/01/2013 | Grande journée d'échanges et de débats sur les perspectives économiques de la rive droite ce 29 janvier au Rocher Palmer de Cenon

Séminaire rive droite éco 29 janvier 2013

L'ambition de ce séminaire de début d'année voulu par l'équipe du Grand Projet de Ville était de faire le point de l'évolution économique de la rive droite de Bordeaux, cet ensemble de quatre communes qui réunissent 65000 habitants et doivent relever comme d'autres de grands défis en matière de formation et d'emplois. Une approche indissociable du projet de l'agglomération bordelaise qui s'est fixée l'objectif d'accueillir 250.000 nouveaux habitants d'ici 2030 et, par voie de conséquence, de créer des emplois en son coeur -leur nombre est estimé à 75000- pour équilibrer pareil développement.

Chacun en convient désormais, la politique de rénovation urbaine initiée, voilà une douzaine d'années sous l'égide de l'ANRU et concrétisée par la création du GPV, Grand Projet de Ville, unique en son genre en France, puisqu'il réunit quatre communes -Bassens-Lormont-Cenon-Floirac- a profondément changé l'image, les représentations de cette rive droite naguère délaissée. La combinaison de ce projet urbain avec la création d'une Zone France Urbaine (ZFU) et l'arrivée du tramway, ont crée les conditions d'un dynamisme économique et social rompant avec les vieux codes des quartiers déshérités. Ce fût en quelque sorte, selon le mot du maire de Lormont, Jean Touzeau "une décennie vertueuse". Les chiffres sont là, déjà, pour en témoigner: 3476 emplois salariés en 1997, 10958 en 2202 et 15 741 en 2009. Mais la crise est aussi passée par là et elle s'y incruste et l'analyse plus fine des activités met en évidence par exemple le poids du secteur construction-bâtiment qui est le double de ce qu'il est sur l'ensemble de la Communauté Urbaine (16% contre 8%). L'entreprise sur la rive droite, à l'exception surtout de Bassens, où le tissu industriel historiquement lié au Port de Bordeaux reste dense et de qualité, est d'abord artisanale, et donc plus fragile. Il est d'ailleurs intéressant de noter que sur les 807 créations d'entreprises enregistrées en 2011 dans les quatre communes du GPV, 47% émanaient d'auto-entrepreneurs avec environ 30% de bénéficiares du Revenu de Solidarité Active (RSA). Le contexte socio-économique malgré le rattrapage réussi ne saurait être évacué d'un revers de main, dès lors qu'il s'agit de dessiner les perspectives d'avenir. Alain David, le maire de Cenon, l'a fort opportunément rappelé: "nous rassemblons ici le quart du logement social de toute la Gironde". Pour être plus précis encore, 51% des logements des communes du GPV sont des logements sociaux; ils ne sont que 21% sur le territoire de la Comunauté urbaine...

Créer des emplois productifsLe nouveau défi du développement économique à relever va être d'autant plus rude que l'effet de la Zone France Urbaine s'estompe et que l'objectif de création d'emplois, lié à celui du nouveau parc de logements est élevé: 7.000 emplois, 20.000 habitants à accueillir. Etienne Parin, le directeur du GPV l'a rappelé; il convient de s'interroger sur la nature des emplois à créer et les conditions pour y parvenir. C'est d'autant plus important que le niveau de formation est plus faible que pour l'ensemble de l'agglomération. Rien de rédhibitoire pour autant comme le directeur d'Aérocampus de Latresne le souligne par ailleurs. Ce qui fera la différence, c'est la mobilisation de tous et la capacité de cette rive droite à soutenir ses activités productives. L'exemple de l'Atelier Industriel de l'Aéronautique et ses 1.200 emplois à Floirac, témoigne du potentiel existant, les activités industrielles de Bassens aussi qui s'égrénent autour d'entreprises qui se nomment Micheliin, Saipol, Lafon et distillent une culture de l'innovation. Des ateliers ont mis en évidence ce 29 janvier les points d'appui du développement entre la plaine rive droite qui demain fera face au centre Euratlantique, la zone portuaire où de nouvelles activités comme le démantélement des navires prend pied, sans oublier le noeud d'infrastructures existant. " Notre développement jusqu'ici a été lié également à la desserte du territoire: vers Bergerac , vers Libourne et périgueux, vers le nord aussi via l'autoroute A 10 et la RN 10 rappelle Jacques Blouin directeur de Hauts de Garonne Développement. Ce n'est pas un hasard si les entreprises s'installent ici, à proximité, à Beychac notamment dont le développement des activités est remarquable. Mais nous avons encore un déficit d'image nous sommes encore perçus comme un territoire en rattrapage plutôt que désirable. Il nous faut donner un coup d'accélérateur aux dispositifs pour l'emploi et rendre plus lisibles pour tout le monde les structures d'accompagnement existantes." Catherine Veyssy, vice-présidente du Conseil régional en charge de la formation ne dit pas autre chose en soulignant l'importance des contrats d'objectifs territoriaux. Et ceci, à partir de la bonne connaissance des besoins de formation. Elle insiste, aussi, sur la nécessité qu'il y a de casser certaines représentations traditionnelles au sein même des familles. Non, les emplois préparés à Aérocampus ne sont pas inaccessibles aux jeunes de cette rive droite...

Etienne Parrin, directeur du GIP/GPV Rive Droite et Luc Paboeuf, président du CESERLe grand témoin de ce remue-méninges, Luc Paboeuf, le président du Conseil économique social et environnemental régional a enfoncé ces clous-là en soulignant combien la clé de la réussite passera par la "désegmentation de l'action publique" et la capacité à susciter de l'intérêt pour l'économie productive. Le chantier, au fond n'est pas différent de celui auquel la Région et le pays sont confrontés; il suppose un effort supplémentaire pour mettre en mouvement toutes les forces vives de quatre communes dont le destin paraît plus que jamais indissociable de celui de la métropole. Et cela, après des années d'indifférence et de stigmatisation, témoigne déjà un grand bond en avant. J.A

S'appuyer sur ses propres ressourcesA l’occasion de cette journée, Jérôme Verschave, directeur de l’Aérocampus de Latresne était invité à partager son expérience lors d’un atelier consacré aux actions expérimentales et innovantes pour l’emploi. D’après celui-ci, la Rive Droite doit être l’actrice de son avenir, sans attendre que les solutions viennent d’ailleurs. Les entreprises locales auraient tout intérêt à se réunir par exemple en petit comité et à réfléchir ensemble à des projets ou actions communes. Cette rive doit également s’appuyer sur ses forces. Exemple de l’emblématique AIA à Floirac, une référence dans l’aéronautique en France.  L’ancien directeur de cabinet d’Alain Rousset au Conseil régional d'Aquitaine  propose de densifier l’activité autour de celle-ci dans le cadre du projet Euratlantique qui ne doit pas être réservé, selon lui, qu’aux seuls bureaux. Parmi les autres pistes évoquées lor du séminaire: la création d’un pôle BTP sur un territoire où la construction et le bâtiment représentent 16, 7%  de l’activité. Une solution que Jérôme Verschave écarte plutôt car le secteur est trop soumis aux aléas des cycles économiques. En revanche d’autres idées ont été mises en avant ; la création de pôles  autour de  la santé ou  des TIC. Enfin, dans les communes du GPV, 40% de la population n’a au maximum qu’un brevet d’où un point essentiel soulevé : la nécessité de tracer des chemins vers l’emploi en informant et en formant les jeunes et demandeurs d’emploi sur les formations, métiers et les emplois existants (aéronautique, pharmacie et imprimerie).

Malika Ouaddah et Joël Aubert
Par Malika Ouaddah et Joël Aubert

Crédit Photo : Hugues de Domingo / GIP GPV

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
261
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !