Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Le "Livre blanc", nouveau vecteur de l'Economie Sociale et Solidaire en Gironde

05/11/2014 | C'est dans le cadre de la 2ème conférence départementale de l'ESS qu'à été présenté le "livre blanc", qui synthétises les attentes des acteurs de la région.

C'est mardi 4 novembre que s'est tenu la 2ème Conférence départementale de l'Economie Sociale et Solidaire.

Mardi 4 novembre s'est tenue la 2ème conférence départementale de l'ESS (Economie Sociale et solidaire). L'occasion pour les élus départementaux et les acteurs de cette économie de présenter le "livre blanc", sorte de synthèse des attentes suscitées par le développement de l'ESS en Gironde. L'ESS, qui représente aujourd'hui près de 5000 et quasiment un salarié sur dix en Gironde, est un secteur représentatif de cette nouvelle économie collaborative, et le "livre blanc" en dévoile la synthèse et les perspectives d'avenir.

"Pas de Gironde à deux vitesses, mais une région qui place la personne au coeur de ses préoccupations". Ces mots, prononcés par Philippe Madrelle, Président du Conseil Général de la Gironde, ont été adoubés par Jean-Luc Gleyze, Vice-président chargé de l'aménagement économique et solidaire, pour définir la politique de l'ESS en Gironde, et la création de ce nouveau "livre blanc", sorte de synthèse des attentes des différents acteurs qui participent à cette économie autour de laquelle gravitent 51 500 salariés dans le département. "C'est à nous de créer une politique publique adaptée, sans aucune opposition entre le milieu urbain et rural, de faire en sorte qu'ils soient complémentaires". Ce livre blanc a donc été réalisé par un groupement solidaire entre février et juillet dernier, et a mobilisé plus de 180 participants pour identifier les forces, les faiblesses, les difficultés mais aussi les opportunités et les voies de progression de l'ESS en Gironde. 

L'ESS, difficile à définirPour tenter d'avancer dans le débat, Jean Luc Gleyze a notamment rappellé la définition même de l'ESS, qui réunit de nombreux acteurs dans des pôles d'activité économiques très différents : "L'ESS est un véritable acteur économique, territorial et social. Ce n'est pas une économie au rabais. Notre objectif, c'est d'aider à structurer ce réseau d'acteurs". Une volonté que partage Martine Jardiné, vice-présidente chargée du logement, de l'habitat, du développement social, de la précarité et de l'insertion : "L'exemple concret que je peux donner, c'est la création du pôle "Solidarité 2013", qui était un pôle de solidarité dont le but était de déterminer les projets du territoire. Ce travail en réseau entre les départements, le territoire et la région est primordial, notamment sur des réseaux comme les épiceries solidaires", a rappelé l'élue.

Que propose le livre blanc ?
Le fameux livre blanc proposé par le département vise donc à trouver différentes pistes d'action afin de contribuer au dynamisme de l'ESS en Gironde, qui représente quasiment un emploi sur dix, et environ 10% de l'emploi au niveau national. Pour cela, 4 pistes ont été présentées. La première portait donc sur la structuration et l'animation de la communauté d'acteurs. Renforcer les dynamiques territoriales était aussi l'une des clés de cette réflexion, étant entendu que l'on "connaît mieux les acteurs de son propre secteur aujourd'hui", comme l'ont souligné les élus. La 3ème piste visait à développer et sécuriser les emplois et organisations. Comme le souligne Jérémy Brémaud, Directeur de l'ATIS (Association Territoires et Innovation Sociale), "le contexte est tendu, mais il n'y a paradoxalement jamais eu autant de possibilités. Les problèmes, on les trouve essentiellement dans la mise en oeuvre et la financement des projets, et c'est pour ça qu'il faut développer cette logique d'écosystème". Autrement dit ouvrir les dispositifs de droits commun des entreprises traditionnelles à l'économie solidaire et sociale, mais aussi créer de nouveaux dispositifs spécifiques.

Enfin, le dernier point portait sur "Promouvoir et faire connaître l'ESS", qui demeure encore une nébuleuse dans laquelle se rassemblent beaucoup d'acteurs, notamment en valorisant et en démontrant l'utilité de cette économie pour les territoires, les entreprises et les bénéficiaires. Pour David Lenorcy, "il faut défendre son exemplarité, parce que l'ESS représente une nouvelle manière de faire les choses, dans laquelle les bénéficiaires sont partie prenante. Il ne faut pas seulement que ce soit les gros acteurs qui viennent s'inscrire dans le mécénat pour se déculpabiliser". Reste à définir le véritable impact et les résultats à long terme de ce type d'économie. Jérémy Brémaud insiste également sur le fait que la "coopération, c'est aussi un savoir-faire technique, c'est faire comprendre l'intérêt de l'ESS aux acteurs, et ça prend forcément du temps". 

Le "mois de l'ESS", prochaine étape du débatEn laissant le temps à chacun d'étudier le "livre blanc", le Département organisera ensuite trois rencontres thématiques dans le cadre du "Mois de l'ESS", dans les bâtiments du Conseil Général. La première portera sur l'insertion professionnelle et l'emploi, et invitera notamment les porteurs de projets, les demandeurs d'emploi ou les professionnels de l'insertion à débattre autour de deux tables rondes. Le deuxième débat concernera l'ESS dans le monde de l'alimentaire (produits sains, circuits courts, consommation locale), et sera également ouvert au grand public et aux curieux adeptes ou non de l'économie collaborative. Enfin, le dernier débat aura pour thème les réseaux et la coopération entre les territoires. L'occasion pour Jean-Luc Gleyze de rappeler que "Le Conseil Général a un rôle d'ensemblier, de consolideur de la politique d'emploi mais aussi de communicant. Le but futur est de faire des conférences périodiques comme c'est le cas pour le vin et plein d'autres secteur dans le département, ce qui pourrait contribuer grandement à l'inclusion et à l'insertion sociale". 

L'info PratiquePour voir le programme détaillé du "mois de l'ESS" et avoir quelques infos supplémentaires sur la présentation du livre blanc, rendez vous sur le site du Conseil Général de la Gironde

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1343
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !