18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

27/04/22 : DORDOGNE- L'épizootie aviaire se poursuit: au 26 avril, 52 foyers sont confirmés, soit 7 foyers de plus en 3 jours. 2 suspicions de foyers sont encore en cours d'analyse. Le dépeuplement préventif des élevages frôle les 500 000 volailles abattues.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/05/22 | 36 Ukrainiens accueillis à Bayonne

    Lire

    Mardi 17 mai, un bus de 36 déplacés d’Ukraine est arrivé à Bayonne, en provenance de Paris. Logés au lycée Louis de Foix, à Bayonne, ils s’ajoutent aux 782 déplacés d’Ukraine déjà en Pyrénées-Atlantiques, dont 288 enfants. Ils bénéficient d'une autorisation de séjour, d'une complémentaire santé et possibilité de travailler et de demander l’allocation pour demandeurs d’asile. Les enfants sont accueillis dans les établissements publics et privés et tous bénéficient d’un accompagnement social par l’association Atherbea.

  • 18/05/22 | La Maison Barthouil agrandit son espace de visite

    Lire

    A Peyrehorade dans les Landes, la Maison Barthouil est spécialisée dans la production artisanale de saumons fumés et de foie gras. Labellisée « Entreprise Patrimoine Vivant » en 2021, elle souhaite agrandir et rénover son espace de visite. Grâce au rachat de la parcelle attenante aux ateliers de production, l'espace de visite pourra accueillir à la fin de l'été trois fois plus de visiteurs. Le futur espace de visite vise la labellisation « Tourisme et Handicap ».

  • 18/05/22 | 32 actions pour le Parc Naturel Régional Millevaches

    Lire

    Le Parc Naturel Régional Millevaches en Limousin propose pour cette année 2022, 32 actions portant sur l'amélioration des connaissances naturalistes et de la biodiversité du territoire, la valorisation et la diffusion de la culture occitane. Elle souhaite également développer une agriculture et une alimentation durable. Ce programme d'actions 2022 s'accompagnera aussi de missions d'animation ainsi qu'une promotion du tourisme durable.

  • 18/05/22 | Influenza aviaire : un 2nd foyer en Charente

    Lire

    Un 2nd foyer d'influenza aviaire vient d'être révélé dans un élevage de canards de Laprade en Charente. Une zone de protection de 3km autour du foyer ainsi qu'une zone de surveillance de 10km ont été mises en place tout comme la désinfection de l'exploitation. Afin de prévenir une éventuelle diffusion du virus, l'exploitation a été dépeuplée.

  • 17/05/22 | Pays Basque : un projet structurant pour la filière ovin viande

    Lire

    La coopérative Amatik dans le Pays Basque, rassemble 75 éleveurs ovins races laitières et en race viande. Afin de mutualiser et sécuriser les circuits logistiques amont et aval des animaux, elle va créer un centre de rassemblement et d'engraissement sur un même site. Objectif: plus d'attractivité pour la filière viande par le retour de la valeur ajoutée aux éleveurs, le développement de l’approvisionnement des boucheries traditionnelles locales ainsi que la valorisation de la production des agneaux de lait sous label rouge fermier. Un projet soutenu par le Conseil régional à hauteur de 116 706 €

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Le pari de la ligne Bordeaux-Lyon se complique pour Railcoop

12/04/2022 | Les dirigeants de Railcoop reviennent sur leur annonce de reporter le lancement de la ligne Bordeaux-Lyon. Le projet persiste, mais sans date de réalisation connue.

Image d'illustration - Rail voie ferrée - jonction

Promise au 11 décembre 2022 par la coopérative Railcoop, la ligne Bordeaux-Lyon, qui doit desservir en région, les gares de Libourne, Périgueux, Limoges, Saint-Sulpice-Laurière et Guéret, va encore devoir attendre. L'opérateur coopératif, nouveau venu sur le marché des services ferroviaires désormais ouvert à la concurrence, a décalé pour une seconde fois et à « une date indéterminée », le lancement de cette ligne. En cause notamment, le financement du projet à 30 M€ qui n'est toujours pas bouclé. Loin d'abandonner l'idée, l'équipe dirigeante reste mobilisée et appelle à la mise en place d'un système de garantie public afin de rassurer des banques frileuses à la soutenir.

« Ce n'est pas simple. Comme toute entreprise qui se monte, on a par moment des difficultés, on perd de l'argent. Mais ces obstacles, on les lève au fur et à mesure. Nous n'avons pas d'inquiétude sur notre pérennité », tient à rassurer Alexandra Debaisieux, directrice générale déléguée de Railcoop. L'heure est donc au message de confiance.

Confiance, car comme le rappelle son président Dominique Guerrée, « Railcoop a déjà franchi un certain nombre d'étapes dont l’obtention de la licence d'entreprise ferroviaire il y a plus d'un an et du certificat de sécurité unique qui a permis le lancement d’un service fret en novembre 2021. » Tout cela en 28 mois d'existence d'une équipe qui compte aujourd'hui 34 salariés, appuie-t-il.

Frilosité des banques

Du côté des obstacles financiers, il rappelle que la coopérative a levé 7 millions d’euros en fonds propres auprès de 12 000 sociétaires de la SCIC (société coopérative d'intérêt collectif). Principalement des personnes physiques mais aussi 200 entreprises et associations, ainsi qu’une trentaine de collectivités locales.

Sa déléguée générale adjointe de préciser que la coopérative continue les levées de fonds auprès des sociétaires personnes morales. « Notre enjeu est de lever les obstacles en travaillant la diversité du sociétariat mais aussi par l'émission de titres participatifs, qui permettent l'investissement dans le projet d'acteurs extérieurs ». Elle cite l'exemple de la Confédération générale des Scoop (CG Scoop) qui a donné son accord pour un accompagnement de 500 000 euros en titres participatifs en plus d'un accompagnement sur le volet juridique ou un soutien du projet auprès de la Banque des Territoires.

Si les responsables semblent avoir bon espoir sur le bouclage financier lié à l'achat et à la rénovation du matériel qui pèse environ la moitié du coût du projet (soit 15M€), c'est le financement du risque d'un service ferroviaire non exploité, autant dire l'accès à l'emprunt, qui apparaît le plus problématique. Une enveloppe couvrant les 50% restant du projet, donc près de 15 M€ aussi. La coopérative fait ici face à une frilosité de certains acteurs bancaires « au regard du caractère très innovant du service proposé », puisqu'il est le premier du genre, commente Aurélien Hiraux, en charge des outils financiers de la CG Soop, et allié affirmé et enthousiaste de Railcoop.

Les nouveaux acteurs ferroviaires, un "impensé" de l'ouverture du marché ?

Pour tenter de faire sauter quelques verrous, et attendrir le regard des banquiers, les dirigeants de Railcoop sollicitent un système de garantie par les pouvoirs publics, qu'ils soient Région ou Etat. En effet, le financement du risque, est une condition sine qua non à la réalisation de ce nouveau service voyageurs, complémentaire au service public assuré par la SNCF.

A ce propos, Nicolas Debaisieux dans son message aux pouvoirs publics, pointe un élément qui ne vient pas faciliter la tâche de ce nouveau venu du transport ferroviaire. « L'ouverture du marché ferroviaire a été pensée en estimant que seuls les gros acteurs européens y rentreraient et qu'il n'y avait donc pas besoin d'un mécanisme d'amorçage, comme cela existe dans de nombreux secteurs d'activité, pour soutenir les petits nouveaux. Or, nous sommes parmi les premiers à arriver. C'est un vrai questionnement que nous posons à l'Etat et aux collectivités locales : le secteur ferroviaire peut-il aussi voir émerger de nouveaux acteurs qui ne sont pas les acteurs historiques ? » Face à cet « impensé », Railcoop « avance en marchant ». Le système de garantie « pourrait faire bouger les lignes », espèrent les dirigeants.


Une rame TER X72 500Une rame X72 500 d'Alstom, lemodèle que Railcoop compte mettre à disposition sur sa ligne Bordeaux-Lyon

 

Huit rames X72500 à rénover

Outre les difficultés sur le financement, un second obstacle barre la voie à Railcoop : la rénovation des 8 rames X72500 cédées à la coopérative par SNCF Voyageurs. Là aussi le délai se rallonge. Un mal pour un bien, car cela permet « un gain financier », explique Dominique Guérrée. « Avec une mise en circulation en décembre 2022, une première rénovation de niveau 4 aurait été nécessaire, puis un an plus tard celle de niveau 5, qui correspond à l’opération de mi-vie. Donc deux rénovations au lieu d'une ». A toute chose, malheur est bon. 

Cela dit, des désaccords apparaissent sur le coût de ces rénovations entre Railcoop et les industriels. Afin de s'assurer de l'investissement à y mettre et poser un diagnostic précis de l'état des rames, datant des années 1990 ou 2000,« Il y a besoin de "dérisquer" le matériel », explique le directeur général de Railcoop. « Nous allons faire entrer en atelier une première rame pour faire son évaluation. C'est une question de semaines », assure-t-il. Autre élement pesant sur l'incertitude calendaire qui se pose à Railcoop : l'absence de réponses des industriels sur leurs délais pour mettre en oeuvre et réaliser ces rénovations.

 

Une activité fret "à booster"

Si, en l'état, les dirigeants concèdent « avoir levé le crayon » sur les autres lignes voyageurs pressenties après la symbolique Bordeaux-Lyon, la mobilisation de l'équipe se porte aussi sur le fret. En effet, bien que lancé depuis la fin d'année, « le projet initial ne marche pas comme prévu du point de vue commercial » , reconnaît la coop. En cause notamment, les frais logistiques des premiers et derniers kilomètres d'une stratégie qui se voulait conçue autour de « tout petits volumes ». Afin de booster la dimension commerciale de ce segment, une réorientation vers des volumes plus conséquents est en cours. Et quelques premiers contrats « intéressants » s'annoncent. Mais la mobilisation reste de mise.
A ce train là, tant sur le fret que sur le transport voyageurs, l'année s'avère cruciale pour la jeune coopérative.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Tama66- Pixabay

Partager sur Facebook
Vu par vous
5704
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Visite de la Halle technologique de l'IUT Pays de l'Adour à l'occasion de son inauguration Economie | 06/05/2022

Très haut débit : Une nouvelle pépite technologique à l'IUT de Mont-de-Marsan

Danielle Sancier, déléguée régionale Apec Nouvelle-Aquitaine. Economie | 06/05/2022

Recrutement des cadres: entre sortie de crise et impacts de la guerre en Ukraine

Gaetan Longeon forme Amandine dans le cadre de Ma Cycloentreprise. Economie | 22/04/2022

Ma Cycloentreprise : En selle pour enrayer la pollution

Ces objets sont réalisés à partir de bois de récupération. Economie | 13/04/2022

Les Amis de la Dronne réinsèrent des publics éloignés de l’emploi en recyclant des bois de récupération

Florent Mouriéras (à gauche) directeur de Catalent Biologics a fait découvrir les nouvelles installations à Françoise Jeanson, vice-présidente de la Région. Economie | 11/04/2022

Limoges : Catalent Biologics inaugure sa nouvelle unité de production avec le soutien de la Région

L'entrepreneur québécois d'Optima Aéro, Toby Gauld et la directrice générale en France, Céline Marchal, s'installent au Pays basque pour recycler des pièces d'hélicoptères Economie | 06/04/2022

Le reconditionnement des pièces d'hélicoptères se pose au Pays basque

Le Multiple accueille quatre acteurs de l'économie sociale et solidaire à Périgueux, soit 7 salariés Economie | 04/04/2022

A Périgueux, le Multiple au service de l'économie sociale et solidaire

Colette Langlade, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine et Mali Maciag créatrice de la marque ''Cousu français'' à Pau Economie | 04/04/2022

Entreprises : Une Quinzaine de la création cousue main pour les porteurs de projet

Ils étaient près de 200 en début de semaine à l'hippodrome de Pau, pour participer au lancement du cluster Pyrénées Hydrogène. Economie | 30/03/2022

Neutralité carbone et autonomie énergétique : Béarn et Bigorre font le pari de l'hydrogène

le poulailler une Economie | 30/03/2022

Le Poulailler, nouveau tiers-lieu médocain et extension de la Cocotte minute a ouvert à Lesparre

Pendant trois jours, Nontron renoue avec des échanges autour des métiers d'art, du 1au 3 avril Economie | 29/03/2022

Les Métiers d'arts invitent à la découverte des gestes et des matières à Nontron (24)

Les ports de La Rochelle et de Brest utilisent le Geneseas et douze de plus seront en service cette année Economie | 23/03/2022

Haute-Vienne : Geneseas le premier robot solaire et connecté qui dépollue les ports

Les métiers de l'embouteillage font partie des métiers à découvrir dans le cadre de La Quinzaine des métiers de la vigne et du vin du 21 mars au 1er avril 2022 Economie | 21/03/2022

En Gironde, la filière viti-vinicole recrute

Les sept heureux patrons des startups lauréates de l’incubateur TiPi 535 Economie | 21/03/2022

TiPi 535, l’incubateur au plus près des start-ups du tourisme

professionne'l une Economie | 18/03/2022

Profession'L : le salon qui révèle la carrière des femmes fête ses dix ans à Bordeaux !