18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Le préfet d'Aquitaine veut améliorer le dialogue entre chefs d'entreprises, banques et services de l'Etat

15/01/2015 | Le 13 janvier, à la chambre régionale de commerce et d'industrie à Bordeaux, le préfet a organisé une rencontre pour entendre les besoins des patrons.

Soirée de débats à l'initiative du préfet d'Aquitaine avec les chefs d'entreprises

En ces temps de crise économique, la confiance est indispensable pour les chefs d'entreprises. Sans confiance dans l'avenir, ils n'investissent pas dans leurs sociétés. Dans ce contexte où les trésoreries des TPE et PME sont fragilisées, les relations avec les banques sont parfois difficiles, ainsi qu'avec certains services de l'Etat, comme l'Urssaf et les impôts. C'est pourquoi le préfet d'Aquitaine, Michel Delpuech, a pris l'initiative d'inviter chefs d'entreprises, banquiers et Urssaf à dialoguer ensemble le 13 janvier à la Chambre régionale de commerce et d'industrie à Bordeaux.

"La France est aujourd'hui dans un combat pour la liberté. Elle est aussi dans un combat pour le redressement économique", a lancé Laurent Courbu, le président de la chambre régionale de commerce et d'industrie en introduction de la soirée. Le préfet d'Aquitaine, Michel Delpuech, a ensuite rappelé l'importance des mesures prises ces deux dernières années par l'Etat pour améliorer la compétitivité des entreprises, notamment le CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité). "Au moment du lancement, les chefs d'entreprises avaient du mal à y croire. Aujourd'hui, en Aquitaine, c'est déjà 385 millions d'euros", a-t-il mis en avant. Autre grande attente des "patrons", le "choc de simplification administrative". Tels étaient les thèmes des deux tables-rondes lors de cette soirée. En préambule, Jean-Claude Bach, le directeur de la Banque de France en Aquitaine a dressé un état des lieux de la situation économique dans la région en 2014. Une année morose. Mais, au troisième trimestre 2014, l'accès des PME au financement bancaire s'est amélioré. Au passage, il a rappelé que les banques membres de la Fédération bancaire française (FBF) ont pris cinq mesures pour financer les PME dans ce contexte difficile.

Les conditions d'accès au crédit s'améliorent

Dans la première table-ronde, qui avait pour thème "Agir sur le coût du travail, un levier pour améliorer la compétitivité des entreprises", Vincent Thiery,président de la FBF en Aquitaine, a souligné qu'ici, nous avons un "taux d'acceptation des demandes de crédits des entreprises parmi les meilleurs en France". Il a rappelé aussi que le tableau n'était pas si sombre : "six entreprises sur 10 vont bien". Pour elles, les conditions d'emprunt sont excellentes : faible taux d'intérêt... Un sentiment partagé par Jean-Luc Treillou, directeur général de LNC (Laboratoires nutrition & cardiométabolisme), qui suggère tout de même d'avoir deux banquiers pour faire jouer la concurrence et obtenir plus facilement certains crédits. Ce n'est pas l'avis d'Alain Brettes, vice-président de la CGPME, qui a tiré la sonette d'alarme sur la situation des PME. Christian Aubard, le président du Médef Aquitaine, a, quant à lui, évoqué le problème du coût du travail et de la concurrence déloyale dans le secteur du transport et du BTP, notamment dans les Pyrénées-Atlantiques. De son côté, Jean-Louis Blouin, directeur général délégué d'I2S, leader mondial du scanner patrimonial, a expliqué que "demain, la performance financière ne sera plus le seul critère pour évaluer la valeur d'une entreprise" et a averti sur les dangers d'une baisse trop importante du coût du travail. En 2009, son entreprise a subi de plein fouet la crise économique et il a préféré avoir recours au chômage technique et proposer des formations à son personnel, plutôt que de licencier et perdre un capital humain, indispensable pour rebondir après la crise. A la fin de cette table-ronde, Thomas Metivier, chef du pôle 3E de la DIRECCTE Aquitaine et commissaire au redressement productif dans la région a rappelé l'action de l'Etat pour préserver la compétitivité des entreprises, indiquant notamment que 300 entreprises, représentant 900 emplois, ont été accompagnées dans le cadre du redressement productif.

Une volonté politique " sans précédent " de simplification administrative

Dans la deuixème table-ronde sur la "simplification de la vie des entreprises", Julien Szabla, chargé de mission auprès du préfet d'Aquitaine, référent unique aux investissements d'avenir, a présenté les dernières mesures de l'Etat, notamment le certificat de projet, qui permet de geler la réglementation environnementale pendant dix huit mois, une fois un projet d'investissement déposé par une entreprise. "Seules quatre régions, dont la nôtre, expérimente ce dispositif en France", a-t-il précisé. Philippe Salièges, directeur régional de l'Urssaf est ensuite revenu sur ce qui va changer avec la Déclaration sociale nominative, visant à simplifier la fiche de paie. Dans leurs témoignages, les entrepreneurs présents, Elie Sloïm, président de Temesis, spécialisé dans l'accessibilité des sites Internet aux personnes handicapées, et Jean-Noël de Charentenay, directeur du développement commercial d'Exosun, spécialiste des trackers solaires, ont fait part de leur souhait d'avoir plus "d'empathie" de la part de l'administration afin d'améliorer le dialogue, tout en soulignant les progrès importants réalisés ces dernières années pour simplifier les procédures, notamment grâce au numérique. Didier Gouraud, président de l'UPA (Union professionnelle artisanale) a évoqué, pour sa part, la difficulté des professionels à faire face à l'inflation de textes réglementaires, notamment dans le secteur de l'alimentation. De son côté, Jean-François Clédel, président du Médef Gironde, s'est inquiété des effets du compte pénibilité. "Sachez qu'il y a peu de précédents d'une telle volonté politique de simplification administrative et de faire en sorte qu'elle se traduise en actes", a mis en exergue le préfet d'Aquitaine, Michel Delpuech.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
6796
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !