18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Le Sommet économique du Grand Sud parle International

27/05/2015 | Le 26 mai, le Palais de la Bourse de Bordeaux s'est transformé en rendez-vous de tous les acteurs économiques du Grand Sud. On y a parlé numérique et international.

La cinquième édition du Sommet économique du Grand Sud s'est tenue mardi 26 mai au Palais de la Bourse de Bordeaux

L'enjeu était de taille. Avant la fusion des régions début 2016, de grands acteurs économiques du Sud-Ouest se sont réunis ce mardi 26 mai au Palais de la Bourse de Bordeaux pour la cinquième édition du Sommet Economique du Grand-Sud, organisé par Objectif Aquitaine. Entre innovations, infrastructures et international, le rendez-vous a réuni de grands acteurs économiques de la région Aquitaine pour confronter leurs témoignages. Au cours d'une plénière sur le pari des entreprises locales à l'international, plusieurs pistes ont été évoquées. Tour d'horizon.

Ce mardi 26 mai au Palais de la Bourse de Bordeaux, ils étaient tous là. Entrepreneurs, personnalités publiques, acteurs de l'économie régionale... Réunis autour de thématiques principales (l'innovation, les infrastructures, les "idées citoyennes" et l'international), l'ensemble des intervenants y est allé de son témoignage pour cette cinquième édition  du Sommet Economique du Grand Sud organisé par Objectif Aquitaine. L'un des moments forts de cette journée aura été le débat qui inaugurait la session international, baptisé "Se tourner vers les marchés extérieurs, pari risqué ou pari gagnant ?".

Un avis unanimeSur ce point, peu de divergences de la part des intervenants. Jean-François Fountaine, maire de La Rochelle et co-fondateur de la société Fountaine-Pajot, a ainsi livré un constat clair : "Dès le premier jour de notre activité, on était déjà sur un marché mondial. Les pratiques de navigation se sont généralisées pour pouvoir se vendre à l'international. On essaye de rendre des produits les plus standardisés possibles, mais il est certain que les marchés ne sont pas les mêmes". L'entreprise de l'élu, qui fabrique des catamarans (voile et moteur) créée en 1976, a en effet de quoi commenter dans le domaine de l'export : elle y fait l'essentiel de son business. Pour l'ancien directeur, c'est avant tout une affaire d'aura : "En matière de nautisme, la France est une grande marque". A la question : "est-ce si différent d'être maire de la Rochelle et dirigeant d'une entreprise ?", l'élu répond : "En politique, on ne mesure pas la qualité à la gestion financière. A La Rochelle aussi, nous sommes forcés d'être tournés vers l'international, nous en avons besoin pour développer notre tourisme, pour attirer de la croissance sur notre ville avec des pays qui ont plus d'argent". 

Saisir les opportunitésMême son de cloche pour Roland Guezennec, Directeur général des Confitures St Dalfour, qui ont réalisé 0,2% de ventes en France en 2014, tout le reste des ventes étant réalisé sur les marchés mondiaux. "En France, la réglementation nous impose que le produit contienne du sucre, or nous avons remplacé le sucre par du concentré de sucre issu du raisin, qui est beaucoup utlisé dans le domaine viticole. Notre premier actionnaire est d'ailleurs américain, et nous réalisons 18% de notre chiffre d'affaire en Asie. La grande distribution française se réorganise, et nous voyons cependant des opportunités de vente apparaître, notamment dans les magasins de grandes chaînes implantées en centre-ville", précise l'entrepreneur, qui a investi pour son entreprise en majorité dans les pays de l'Est de l'Europe pour les cinq prochaines années. 

Les portes restent ouvertesPourtant, l'ensemble des entrepreneurs présents, notamment Mark Prikazsky, PDG de CEVA Santé Animale, ne ferment par la porte au business français, tout en affirmant réaliser la majorité de leur business à l'international (90% du chiffre d'affaire). "Il y a des clients partout en raison de l'enrichissement des populations dans certains pays. 60% de la population mondiale vivra en Asie demain. Nous investissons toujours à Libourne (18 millions d'euros), parce que la fabrication y est aujourd'hui 30% moins chère, d'où l'intérêt d'investir aussi localement", affirme-t-il. Le but est ainsi affiché : devenir le leader dans les cinq ans qui viennent. "Nous devons repenser la stratégie de la société. Pour autant, on continue à prendre des risques, tout dépend du modèle créé. Une filiale, ça coûte cher, d'où notre intérêt de racheter des sociétés, sans les tuer, notre principal levier étant le financement".

Le mot de fin, celui qui a résumé l'ensemble de cet échange, est revenu à Julien Parrou, PDG de Concoursmania, startup bordelaise spécialisée dans les concours promotionnels. "Etre entrepreneur, c'est prendre un maximum de risques avec un maximum de précautions". Si le déploiement à l'international reste un enjeu de taille pour les entreprises locales, reste à prouver cette bonne tendance avec le déploiement des talents de la future grande région. Mais les résultats semblent aller dans le sens des témoignages : en 2015, les entreprises de la région Aquitaine prévoient de recruter 5600 cadres, soit 5% de plus qu'en 2014.

L'info en plus : retrouvez l'intégralité du programme de cette journée par ici.  

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
20085
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !