Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Le tourisme s’éclate sur le web... et à Pau

08/10/2014 | Les 10e rencontres nationales du e-tourisme institutionnel ont lieu en ce moment à Pau. Belle occasion pour parler de quelques lames de fond

Nadine Pedemarie, paloise d'origine, cofondatrice de la start'up Waynote

J’ai du mal à joindre les deux bouts. Mais j’ai quand même envie de changer d’air. Bien que mon budget n’augmente pas, je m’organise donc. Et je laisse très peu de choses au hasard. Voilà ce que les Français ont en tête lorsqu’ils préparent leurs vacances, explique Guy Raffour, le fondateur d’un cabinet d’étude spécialisé. Cette tendance est rappelée ces jours-ci à Pau, lors des 10es rencontres nationales du e.tourisme institutionnel organisées par l’Agence aquitaine du numérique. Une grand’messe du bien-être et de l’Internet à laquelle participent près de 800 professionnels.

Une armada de représentants d’offices et comités du tourisme, mais aussi des gestionnaires de destination et des prestataires y réfléchissent à l’avenir d’une activité qui pèse dans le paysage économique. On considère que, l’an passé, 16 milliards d’euros de ventes ont été générées dans notre pays par la recherche en ligne de produits touristiques.

« On veut moins de routine »Rien de surprenant à cela. Les Français éprouvent « un besoin vital » de bouger, insiste Guy Raffour :  6 sur 10 partent en vacances, dont une large majorité d’ouvriers, d’employés et de professions intermédiaires. Si leurs effectifs n’augmentent guère depuis une décennie, la crise économique engendre par contre des comportements nouveaux. Tel celui qui  consiste à voir le nombre des courts séjours (moins de 4 jours) augmenter.

Autre évolution : « On veut moins de routine, y compris géographique, plus d’expérimental. Des séjours dont on revient avec des images, des idées, et que l’on va vivre intensément avec des stages, des rencontres, de l’authenticité ». A Pau, la remarque attire d’autant plus l’attention des professionnels que « 65% des Français ne partent en vacances qu’en France. Nous sommes, avec l’Italie, l’un des seuls pays à avoir cette caractéristique. »

Quant à savoir quels sont les critères qui définissent les séjours réussis, le palmarès est éloquent. La météo tient bien sur le haut du pavé. Mais le désir d’enrichissement personnel et de découverte arrive tout de suite derrière. « C’est un changement radical dans les exigences formulées par les gens ».

La toile rend les consommateurs exigeants

Guy Raffour :

 

Dans un monde où l’on dénombre aujourd’hui 2,9 milliards d’internautes (et 43,4 millions  en France chez les plus de 15 ans), le web joue également un rôle essentiel. Car il présente l’énorme avantage de pouvoir préparer un séjour. Ce dont les intéressés, devenus de plus en plus exigeants et informés, ne se privent pas. « Les taux de réservation en ligne atteignent 45%. Ce qui importe pour les gens, c’est d’abord de pouvoir se connecter à tout moment. Mais aussi ne pas avoir à se déplacer, comparer facilement les offres, rechercher le meilleur rapport qualité/prix… ».

Raison de plus pour « être absolument transparent dans l’information que l’on délivre. Car les utilisateurs veulent tout imprimer, tout contrôler. » Mais aussi pour faire preuve d’imagination. Du moins si l’on veut sortir du lot dans un environnement très concurrentiel où le secteur privé n’a pas attendu les institutionnels. « Des thématiques sont à travailler par profils, par exemple sur les personnes sans voiture, les seniors, les petits budgets, la notion de première visite, ou encore que faire sous la pluie ? ».

Vous avez dit soigner l'accueil ? Autant de suggestions que  l’usage des technologies mobiles vient conforter à travers ce que l’on appelle le M-tourisme. « 6 millions de Français partis en vacances ont utlisé leur smartphone pour réserver un train, un taxi, avoir un guide touristique… On n’est pas là dans la conversation. On est dans l’utile »

Tout cela sans oublier, parmi bien des pistes à suivre, quelques points  sur lesquels ont  insisté les Assises du tourisme organisées en juin dernier. Telle l’importance de se regrouper afin de mettre en avant des destinations phares. Mais aussi (sourires dans l’assistance) un accueil à améliorer. « Un travail de fond a été mené dans ce domaine par les montagnards des Alpes et des Pyrénées, pourtant réputés gens rudes. Les Espagnols s’y sont mis aussi. C’est une question de culture. Il y a beaucoup à faire » .

Les trouvailles de la génération YQuant aux nouvelles technologies, elles continuent à progresser à grands pas. Un concours ouvert aux Start’up dans le cadre des rencontres de l’e-tourisme en a témoigné mercredi. Parmi les lauréats sélectionnés, on a vu là des représentants de la " génération Y " proposer une balade touristique sur le même mode qu’un jeu vidéo (entreprise Wizar). D'autres ont niché un majordome, pardon, un assistant numérique, dans un mobile (Wiidii). D'autres encore imaginent des solutions malignes pour un budget prédéfini (Simpki). Ou bien, ils expliquent à partir d’un smarphone tout ce que l’on peut faire et découvrir lorsque l’on quitte l’autoroute (Waynote). Les créateurs de SamBoat,eux, sont  devenus les premiers opérateurs de France à mettre en relation des propriétaires de bâteaux avec des particuliers qui souhaitent naviguer.

« Travaillez, prenez de la peine. C’est le fonds qui manque le moins » disait déjà ce bon Monsieur de La Fontaine il y a plus de 300 ans.

Pour en savoir plus : http://rencontres-etourisme.fr

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1984
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !