Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Le vignoble bordelais, le bel endormi de l'oenotourisme?

20/06/2015 | Et si en matière d'oenotourisme le Bordelais campait un peu trop sur ses acquis? C'est ce que semble constater le Professeur de Finance Chris Faugère

Vinexpo 2015: conférence sur l'oenotourisme organisée par la CCI de Bordeaux

Membre fondateur de Vinexpo en 1981, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux reste au nombre de ses grands partenaires, à travers une présence importante tout au long de la manifestation que ce soit sur la valorisation de ses formations Vins et Spiritueux, ou encore l'organisation de dégustations et de conférences. Ce 17 juin, en partenariat avec le Réseau des Capitales de Grands Vignobles qui rassemble 8 grandes métropoles à travers le monde, la CCI proposait un focus sur l'oenotourisme et les nouvelles stratégies commerciales développées en la matière. L'occasion de constater, à travers une étude réalisée par Chris Faugère, Professeur Senior de Finance à BEM-Kedge Business School, des différences notables, pour ne pas dire parfois, un certain retard, dans les choix mis en place par les acteurs Bordelais au regard des autres grandes capitales viti-vinicoles.

Si ailleurs dans le monde les acteurs considèrent que les activités oenotouristiques vont amener plus de revenus à l'ensemble de leur région viticole et à eux-mêmes à travers leurs propres activités dans les 5 prochaines années, « les bordelais, semblent optimistes sur les apports du développement de l'oenotourisme au niveau régional, mais pas forcément sur leurs propres exploitations », constate perplexe, Chris Faugère.
Mais au delà de cette différence de point de vue, et sans doute de confiance, la manière d'envisager l'activité oenotouristique en elle-même varie selon que l'on soit acteur du vignoble bordelais ou d'un autre grand vignoble. La stratégie bordelaise sur les 3 dernières années a privilégié les investissements sur les infrastructures du vignoble. Dans les autres capitales vinicoles étudiées les investissements se sont faits au profit du développement de services, d'activités évènementielles, ou encore de la formation des personnels autour de l'activité oenotouristique, choix manifestement, et étonnement boudé dans les stratégies bordelaises. Le constat de Chris Faugère est alors assez logique : en Bordelais les principales sources de rentabilité sont la vente de vin « peu cher » sur place, les dégustations ou encore la visite des chais, là où dans les autres capitales les sources de rentabilités sont plus diversifiées : services hôteliers, restauration, événement,... "Un contraste intéressant", note le chercheur.

"Une position d'attentisme"Autre différence notable, l'appropriation des outils numériques. Si les acteurs de Bordeaux, à l'image des autres capitales viticoles utilisent largement Facebook comme moyen de communication, contrairement à leurs homologues internationaux, ils sont beaucoup moins présents sur les autres réseaux sociaux comme Twitter, Pinterest, etc... Autre constat « étonnant » pour le chercheur : « le nombre de sites internet propre à chaque structure est très bas en Bordelais », là où les acteurs des autres capitales du réseau étudiées s'en sont bien davantage dotés.
Enfin, l'étude prend également en compte le regard des propriétaires viticoles sur leur vision des facteurs les plus impactants sur leur propre activité oenotouristique. Ici l'unanimité règne pour tous les acteurs des capitales sur l'impact fort de la réputation de la région viticole, de sa beauté naturelle ou encore de ses atouts historiques, bref du capital social de la Région. Autant dire, synthétise Fred Faugère, que « c'est un peu une position d'attentisme ». Une positionnement qui se base donc sur la concurrence entre les atoûts régions, mais qui ne peut pas suffire pour développer à long terme son visitorat. Pour « sortir du lot » il, faut parvenir à concurrencer sur d'autres terrains. Un enjeu concurrentiel que les capitales viticoles, sauf Bordeaux, semblent avoir pris conscience. « Dans les autres capitales viti-vinicoles, les acteurs ont développé une approche coopérative forte avec d'autres entreprises sur leur territoire. Des coordinations se font avec des agences de voyage ou d'autres acteurs privés ou non. L'idée est de proposer une expérience globale au touriste qui ne reste pas autocentrée sur le vin, mais qui lui permet de bouger, de découvrir d'autres choses».

"Le vin comme oeuvre d'art"De bonnes pistes selon le chercheur pour envisager le futur, d'autant qu'il constate que les acteurs étrangers restent aussi beaucoup plus en contact avec leur client via notamment les outils numériques que les acteurs Bordelais, même si ces derniers ont conscience de l'impact du numérique est des réseaux sociaux sur leur visitorat. La dimension coopérative et l' « économie du relationnel », voit déjà quelques résultats différenciant. En effet, la nouvelle génération d'amateurs de vin (les moins de 35 ans) sont sensibles à ce genre de propositionS et sont plus présents chez les acteurs oenotouristiques des capitales étrangères que dans les Châteaux de Bordeaux, qui jouent la carte de la sacralisation du vin. La proposition oenotouristique bordelaise qui met globalement le vin au rang d'oeuvre d'art, et  propose une sophistication du Bordeaux, semble certes plaire aux étrangers (ils sont un peu plus nombreux à Bordeaux qu'ailleurs), mais attire moins les jeunes au profit d'une population touristique plus âgée. Autant dire un pari sur l'avenir, pour le moins maladroit...
Au total, selon le professeur Chris Faugère, envisager l'oenotourisme comme « une expérience de vie authentique et plus globale », peut être en bordelais une piste à privilégier qui collerait d'avantage aux attentes des (nouveaux ) touristes, sans oublier de les fidéliser davantage via les écrans numériques. Une vision des choses qui est au final celle portée par la future Cité des Civilisations du vin, qui donnera sans doute de nouvelles perspectives et une nouvel élan de l'oenotourisme en bordelais.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4094
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Romain | 05/07/2015

Merci pour cet excellent résumé d'une conférence qui ne manquait pas de contenu !
L'expert oenotourisme de mon-viti a également signé une tribune qui a beaucoup fait réagir suite à cette conférence :
http://blog.vinizos.com/debats-en-vins/loenotourisme-francais-manque-dambition/

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !