Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Les "Activités Métropolitaines Supérieures", un enjeu stratégique pour Bordeaux Métropole ?

09/02/2015 | L'Insee a dévoilé ce lundi une étude sur les "activités métropolitaines supérieures", en partenariat avec Bordeaux Métropole. Elle révèle des forces et des failles

L'étude a été réalisée dans le cadre d'un partenariat entre l'Insee Aquitaine et Bordeaux Métropole

Dans le cadre d'un partenariat avec Bordeaux Métropole, l'Insee Aquitaine a dévoilé aujourd'hui les résultats d'une étude sur les AMC, les activités métropolitaines supérieures. Un acronyme qui désigne en fait un ensemble d'activités stratégiques pour les grandes aires urbaines, du high-tech industriel aux services financiers. Une étude qui révèle plusieurs informations importantes, souvent symptomatiques de la situation économique actuelle. Ces AMS représentent évidemment un enjeu clef pour la nouvelle Métropole, puisqu'ils ont un poids économique considérable d'environ 21%.

Les AMS constituent, selon l'Insee, un "ensemble d'activités stratégiques pour le développement économique des métropoles françaises". Tout l'enjeu de cette étude était donc de dresser le portrait des quelques 14 800 établissement répertoriés dans cet acronyme qui se divise en 4 segments essentiels. Le High-Tech industriel (ou HTI) regroupe une trentaine d'activités, dont l'aéronautique qui détient la plus grosse part, mais aussi l'industrie pharmaceutique et la construction de véhicules militaires. C'est le secteur le moins développé dans la métropole bordelaise (10 900 emplois et seulement 14,7% des AMS locales, contre 20,9% en France de province). Le high-tech service (ou HTS) dans lequel sont regroupés la programmation, le conseil et les activités informatiques (18,1% contre 14,1% en province), les services aux entreprises à forte intensité en connaissance (Sefic : activités juridiques, comptables ou architecture-ingénierie qui représente 28% des AMS en Métropole) complètent le panel. 

Une métropole attractive

Pour la métropole bordelaise, c'est le quatrième secteur, le service financier, qui est le plus développé. Avec environ 40% de part soit 19 393 emplois, c'est le plus développé dans la zone. Selon Nadia Wojciechowski, de l'Insee Aquitaine, "en 2011, les AMS représentaient un emploi sur 5 sur la métropole, soit 7 points de plus qu'en Aquitaine" (et un point de mois que dans les 13 plus grandes aires urbaines de province). Et le secteur reste dynamique : 4700 emplois y ont été créés entre 2006 et 2011, essentiellement dans l'aire urbaine de Bordeaux hors métropole, ce qui est tout de même moins que dans le reste de la région. 

On peut se demander si ces chiffres pourraient être mis en raccord avec les récents chiffres de hausse du chômage en Gironde (+7,6% en un an et plus de 81 000 demandeurs d'emplois), surtout quand on voit que contrairement aux trois autres catégories, le "high-tech" industriel subit une baisse presque constante entre 2006 et 2011 (et que cette tendance devrait se poursuivre). Plus révélateur encore, les AMS se concentrent essentiellement sur les zones de Bordeaux, Mérignac et Pessac (69% de l'emploi des AMS y est concentré !) et plus généralement dans l'Ouest de la Métropole. Un axe sur lequel a souhaité rebondir Josy Reiffers, vice-président de Bordeaux Métropole : "La métropole va prochainement faire l'acquisition dans l'Ouest de 200 hectares fonciers. Entre ça et l'opération Thalès, le but est avant tout de montrer qu'on peut créer de l'attractivité. Il faut que la Métropole soit prête à accueillir tous ces gens, c'est pourquoi nous lancerons prochainement une prospective dans cette zone pour améliorer l'accès aux filières high-tech".

Des retards à combler

L'industrie, elle, semble faire la sourde oreille. Mais la métropole bordelaise a d'autres soucis, elle a du retard à rattraper sur les AMS, se plaçant au niveau de villes comme Montpellier ou Lille, quand Nantes, Grenoble et Toulouse caracolent en tête. Pourtant,comme dit plus haut, elle reste très en avance sur la finance, à peine devancée par les aires urbaines de Lille et Nantes. "Notre Métropole est attractive. Nous gagnons des habitants, nous avons donc besoin d'un développement économique. Notre politique veut renforcer cette attractivité, attirer des entreprises et leur trouver des endroits où elles peuvent s'installer. Nous souhaitions connaître le potentiel à notre disposition, d'où ce partenariat avec l'Insee", résume Josy Reiffers. 

Enfin, petit point passé presque inaperçu dans l'étude mais tout de même notable, les AMS, si elles représentent des secteurs stratégiques pour les aires urbaines, ne sont pas épargnées par les inégalités salariales entre les sexes. A l'heure où le débat sur le fameux "plafond de verre" revient à la charge, on constate aussi des disparités importantes. C'est dans les services financiers, là ou la Métropole s'impose en quasi leader, que s'impose le plus grand écart salarial : 21,10 € nets de l'heure pour un homme contre 14,70€ pour une femme. Le high-tech industriel voit aussi émerger un phénomène de vieillissement de ses salariés avec 44 ans d'âge médian, et seulement un quart des employés de ce secteur sont des femmes. Favorisées dans l'Ouest, essentiellement situées sur la Métropole, les AMS font presque figure d'exception. Et quand on demande à Josy Reiffer si, avec la transformation de la future grande région, il ne craint pas un phénomène d'exclusion des autres communes concernant les AMS, il compte sur "les nouveaux partenariats comme le numérique" pour donner un souffle porteur à la nouvelle économie Girondine et Aquitaine. Selon un rapport de la CUB, en 2030, 6 actifs sur 10 devraient être des habitants de la Métropole. 

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Bordeaux Métropole 2030Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9991
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !