Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/03/20 : Confinement prolongé jusqu'au 15 avril annonce Edouard Philippe: "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain"

27/03/20 : En raison de l’accueil prévu ce week-end de 6 patients des hôpitaux du Grand Est au service de réanimation du Centre Hospitalier de Bayonne, le niveau 1 du plan blanc système de santé pour répondre aux situations sanitaires exceptionnelles a été déclenché

26/03/20 : Charente-Maritime : A Rochefort, le marché reste ouvert les mardi et samedi (fermeture les jeudis), avec les conditions de sécurité sanitaire renforcées et un nombre maximum de personnes : 100 avenue De Gaulle et 40 sous la Halle.

26/03/20 : Michel Hidalgo qui fut pendant neuf ans l'entraîneur de l'équipe de France de football des Platini, Giresse et Tigana vainqueurs du championnat d'Europe de 1984 et un familier de la Gironde est décédé à l'âge de 87 ans

26/03/20 : Covid-19. Compte-tenu des incertitudes liées au confinement sanitaire, les organisateurs de Forexpo ont décidé de reporter la 26ème édition du salon européen de la sylviculture et de l'exploitation forestière au 16, 17 et 18 juin 2021 à Mimizan (40).

26/03/20 : E.Macron annonce une prime exceptionnelle pour les soignants. La crise passée "un plan massif d'investissement pour l'hôpital". Une opération Résilience de l'armée lancée en soutien aux populations et aux services publics en métropole et en Outre-mer

25/03/20 : La Rochelle : suite à une dérogation préfectorale, le Marché central se tiendra le mercredi et le samedi matin, dans la halle intérieure (pas de marché extérieur). Idem pour le marché de La Pallice le dimanche matin.

25/03/20 : Dès aujourd'hui 7 psychologues de la Ville de St-Médard-en-Jalles (33) proposent des permanences téléphoniques gratuites aux familles fragilisées ou en difficulté psychologique face au confinement. Du lundi au vendredi de 13h à 18h: 06 32 59 53 82

25/03/20 : En Nouvelle-Aquitaine, plus de 170 entreprises ont fait une promesse de dons qui devrait permettre de redistribuer plus de 300 000 masques. Pour autant, l'appel au don de masques lancé par l'ARS se poursuit.+ d'info

25/03/20 : Poitiers : Le maire demande la mise en place d'un couvre-feu sanitaire à la Préfecture de la Vienne pour renforcer les mesures prises contre le COVID- 19.

24/03/20 : Le conseil scientifique qui conseille l'exécutif préconisant six semaines de confinement celui-ci pourrait donc durer encore quatre semaines

24/03/20 : Charente-Maritime : les travaux liés aux changements de câbles se poursuivent sur l'île de Ré. La circulation sera mise en alternat mercredi matin et jeudi soir pour une opération de bétonnage et une installation du matériel pour la suite du chantier

24/03/20 : COVID-19 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 65 nouveaux cas confirmés le 23 mars, ce qui porte le total à 656 cas confirmés recensés par l'ARS. 149 personnes sont hospitalisées dont 41 en réanimation et 13 décès.

24/03/20 : Agriculture : la FNSEA a appelé ce matin aux bonnes volontés pour aider les agriculteurs qui peinent à recruter de la main d'oeuvre en cette période de confinement. Une plateforme pour s'inscrire a été créée: desbraspourtonassiette.wizi.farm/

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/03/20 | Gironde: hébergement d'urgence renforcé

    Lire

    Renforcement de l'hébergement d'urgence par l'Etat et les collectivités en particulier dans la perspective d'un retour du froid : 44 places ouvertes pour répondre aux besoins de personnes en grande difficulté signalées par le 115: 40 à Bordeaux et 4 à Libourne après 60 places ouvertes il y a une semaine dans l'auberge de jeunesse de Bordeaux ce qui porte à 104 le nombre de places ouvertes depuis la crise sanitaire; 1857 places d'hébergement d'urgence ainsi ouvertes en Gironde; 2 centres spécialisés de 72 places ont été ouverts cette semaine pour l'accueil éventuel de sans abris atteints du virus mais ne nécessitant pas hospitalisation

  • 27/03/20 | Plan d'urgence de l'Adie pour les travailleurs indépendants

    Lire

    L'Adie Nouvelle-Aquitaine a contacté les 5 500 entrepreneurs qu'elle accompagne en région pour leur expliquer les mesures d'aide mises en place par l'Etat mais aussi pour leur proposer les mesures d'urgence exceptionnelles qu'elle met en place. En clair : une procédure accélérée de report d'échéance et de rééchelonnement ; pour les entrepreneurs confrontés à des problèmes de trésorerie, l'association a également débloqué à l'échelle nationale une ligne d'1 million d'euros afin de financer un dispositif de crédit de trésorerie pour les situations d'urgence. L'association développe également une offre gratuite d'accompagnement digital.

  • 27/03/20 | Consignes coronavirus : pas de tri sélectif pour les mouchoirs, les masques et les gants !

    Lire

    Pour des raisons sanitaires, il est demandé aux particuliers de jeter les mouchoirs, masques et gants usagés dans un sac plastique dédié, résistant et disposant d’un système de fermeture fonctionnel. Ce sac doit être soigneusement refermé puis conservé 24 heures avant d’être placé dans le sac plastique pour ordures ménagères. En tout état de cause les mouchoirs, masques et gants usagés ne doivent jamais être triés avec les déchets recyclables.

  • 27/03/20 | La Sobéval de Boulazac (24) offre des masques aux personnels soignants

    Lire

    La Sobéval, à Boulazac Isle Manoire, a donné 2000 masques FFP2 pour la clinique Francheville. Ceux-ci ont été livrés mardi après midi par l’un des chefs d’atelier de l’entreprise. 2000 autres masques ont aussi été proposés au Centre Hospitalier de Périgueux ; les masques ont été remis à l’établissement jeudi, ainsi que des combinaisons jetables et des gants. Quelques masques FFP2 restent disponibles pour les soignants libéraux qui en auraient besoin.

  • 27/03/20 | Covid-19 : l'entreprise bordelaise Dydu lance le chatbot “Gestion de crise”

    Lire

    En cette période de crise sanitaire inédite pour les sociétés, l’éditeur de logiciel automatisé dydu basé à Paris et Bordeaux adapte sa technologie au contexte et aux besoins urgents des entreprises. Il vient de déployer un chatbot “Gestion de crise” gratuit visant à fluidifier le déploiement du télétravail au sein des équipes, à rassurer les collaborateurs en répondant instantanément à leurs différentes questions 24/7 et à venir en renfort des services RH particulièrement surchargés en ce moment. https://content.dydu.ai/chatbot-gestion-crise

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Les Caves de Rauzan : un exemple de responsabilité sociétale de l'entreprise

10/01/2018 | Engagée dans la Responsabilité Sociétale des Entreprises, les Caves de Rauzan viennent de recevoir leur labellisation au niveau "exemplaire". La belle récompense d'un travail de longue haleine.

Anne-Eugénie Gaspar (AFNOR), Denis Baro et Philippe Hébrard, respectivement président et directeur des Caves de Rauzan.

Hôtellerie, restauration... plus le nombre d'étoiles est important, plus le niveau atteint est élevé. Le système est le même avec la responsabilité sociétale des entreprises, RSE, dont la labellisation est assurée par l'AFNOR. Et, dans le cadre de cet audit, elles sont peu nombreuses les entreprises françaises à avoir réussi à atteindre le degré le plus élevé de cette certification. En obtenant plus de 700 points sur 1000, la coopérative Les Caves de Rauzan(3500he de vignobles, 350 vignerons, 45 salariés) non seulement confirme sa certification obtenue en 2014, mais progresse, et, avec désormais, trois étoiles dorées à son palmarès, elle entre officiellement dans le groupe des entreprises engagées RSE « exemplaires ». En d'autre terme, le haut du panier de la responsabilité sociétale.

Voilà donc une année qui commence bien pour les Caves de Rauzan en Gironde ! Si la bonne nouvelle est tombée l'avant veille de Noël, c'est ce mardi 9 janvier que son président Denis Baro, et son directeur Philippe Hébrard ont reçu des mains d'Anne-Eugénie Gaspar, déléguée régionale de l'AFNOR, le certificat de la labellisation RSE niveau « exemplaire » de la coopérative. La cave, qui lors de sa première évaluation avait déjà atteint le très honorable niveau « confirmé » a donc encore progressé dans sa démarche ces 3 dernières années.

Initiatives environnementales, sociales, et de gouvernance
Une démarche en réalité entamée depuis 2009 et qui prend en compte à la fois les aspects et impacts environnementaux, sociaux et sociétaux de la Cave tant dans ses pratiques, que dans sa relation avec ses parties prenantes (des clients aux adhérents et salariés, en passant par les fournisseurs ou autres acteurs du territoires) ou encore son mode de gestion. « Concrètement si les mesures prises dans le domaine de l'environnement sont les plus ''spectaculaires'' parce que les plus visibles pour le consommateurs, les démarches mises en place sur un plan social ou de gouvernance sont aussi primordiale pour une démarche RSE réussies », souligne Philippe Hébrard.
Côté environnemental, la cave valorise et recycle 99% de ses déchets. « Pour parvenir à un tel résultat, nous avons du identifier les filières de valorisation pour tous nos types de déchets, et mettre en place un système de collecte. Nous avons aussi créer des stations d'épuration sur chacun de nos sites (c'est à dire 3 équipements, ndlr), ou encore mis en place un système de traitement collectif permettant à nos viticulteurs adhérents de nettoyer les pulvérisateurs par micro-filtration. » Autres initiatives environnementales : la récente création d'un parcours de biodiversité de 40 ha, sur une surface globale de 80 ha, le déploiement de la démarche « Agriconfiance volet vert » sur 100% des exploitations des adhérents (en cours), ou encore, la récente certification environnementale HVE (haute valeur environnementale) de niveau 3 (valorisable sur les bouteilles) pour les 10 premières exploitations de la caves, soit 15 % du vignoble.

"La RSE est notre outil de management, le fondement de l'entreprise"
Sur le plan social, il est par exemple proposé la présence régulière d'un coach sportif pour les employés, ou est en projet sur 2018, la participation à un groupe test sur l'égalité professionnelle avec la DIRRECTE. Mais d'un point de vue plus global, on pourrait également citer l'encouragement et la formation des adhérents à des démarches bio et éco-responsables, l'accompagnement à l'installation de jeunes agriculteurs, une garantie de traçabilité, ou encore un taux d'achats locaux de plus de 80%... Quant à la gouvernance, c'est un principe de transparence, qui s'applique à la coopérative. Une dimension non négligeable pour une structure qui s'est régulièrement, et avec succès, agrandie par fusion de caves ces dernières années.
Sur les moyens mis en oeuvres pour de tels résultats, au-delà de la mise à disposition d'1,5 Equivalent Temps Plein du point de vue des ressources humaines, « et un effort régulier de l'ensemble des salariés », c'est aussi bien sûr de l'investissement financier. « Je peux citer quelques exemple précis d'investissement comme par exemple notre dernière station d'épuration de Romagne, livrée en novembre nous a coûté 360 000€, l'aménagement du parcours biodiversité, 50 000 €,... Mais la RSE est tellement intégrée à tous les niveaux de l'entreprise, que c'est impossible budgétairement de la différencier du reste. Par exemple, la sécurité alimentaire, comme le profil produits sont intégrés dans la RSE. C'est notre outil de management, un fondement de l'entreprises et de nos plans d'investissement à 3 ans (de 4M€, ndlr). »

"La RSE contribue à notre performance de valorisation commerciale"
Mais au-delà des impacts sociaux et environnementaux positifs de cette démarche, la RSE de la cave coopérative est aussi un facteur important de différenciation et donc de valorisation commerciale. « Nos équipes commerciales ont obligation de parler de la RSE de la cave lors de nos rendez-vous commerciaux », indique le directeur. « Au-delà de la relation purement commerciale, c'est aussi une autre forme de relation qui se met en place car de plus en plus de nos clients d'affaires se renseignent auprès de nous pour à leur tour entrer dans une telle démarche ». De quoi assurer des partenariat de longs termes avec ces interlocuteurs...
Et, des acteurs de la grande distribution en passant par les grands compte nationaux et internationaux, tout le monde, à son rythme, s'y met... « même certains acteurs du négoce et des grands crus classés commencent à s'y intéresser. Ca va assurément être un facteur différenciant dans les années à venir ». Un élément qui est tout au bénéfice du chiffre d'affaires des Caves de Rauza(31 M€ en 2017), qui est la seule cave coopérative de Bordeaux à avoir franchi le pas, et de manière spectaculaire. « Historiquement, en terme de performance de valorisation nous nous situons 10% au dessus du marché bordelais, autrement dit, nous sommes 10 % au dessus de la moyenne des transactions enregistrée chaque année par le CIVB entre production et négoce. Désormais c'est la RSE qui contribue de plus en plus à cette performance et à notre statut de leader dans notre activité », assure Philippe Hébrard. Car non seulement, cela renforce l'activité en général mais le bio et le haut de gamme en particulier... Une des dernières belles réussites de la cave, portée par la RSE, est celle d'avoir franchi la porte de la Société des Alcools du Québec, qui, chez nos cousins québécois a le monopole de la distribution de l'alcool et des vins. En d'autres termes, la SAQ est l'unique moyen de pénétrer ce marché. La structure a en 2016 ajouté une clause RSE à son appel d'offre sur les vins de Bordeaux. « Notre avance en la matière qui nous a permis de remporter ce marché ». Concrètement : ce sont 150 000 bouteilles supplémentaires qui partent à l'export chaque année. Un beau coup pour la cave !

Mais désormais l'enjeu pour les Caves de Rauzan est de parvenir à maintenir son haut niveau d'engagement RSE. Pour ce faire, les attentes sociétales étant toujours plus fortes, la cave ne doit non seulement rien lâcher de ses actions, mais bien continuer à les développer. Au programme des trois prochaines années, il s'agira de « mettre les bouchées doubles sur la réduction des intrants, mettre en œuvre la décision politique de la cave d'arrêter les CMR, et regarder de très prés la question du glyphosate, pour être prêt lorsqu'il sera définitivement interdit. Il s'agira aussi pour nous de plus et mieux communiquer sur notre exemplarité en la matière », prévoit le directeur.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
6647
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !