Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Les céréaliers dans une situation inquiétante

03/08/2016 | La Nouvelle Aquitaine est la deuxième région productrice de céréales en France avec 9,5 millions de tonnes

Blé

Rendement en forte chute, prix également en baisse, les céréaliers confrontés à des conditions climatiques désastreuses se préparent à de mauvaises récoltes de blé en Nouvelle Aquitaine, même si la situation reste moins pire que dans le centre et le nord de la France où on parle déjà de véritable catastrophe. Plus on remonte vers le nord de la région, plus les pertes seront en tout cas lourdes. Le point avec Luc Servant, premier vice-président de la Chambre régionale d'Agriculture, lui-même céréalier à Benon en Charente-Maritime.

En 2015, les récoltes de blé ainsi que leur prix avaient été particulièrement attractifs. Au point que certains céréaliers picto-charentais ont été tentés de basculer une partie de leurs terres du maïs vers le blé. Mal leur en a pris. Les fortes pluies de l’hiver, le manque de soleil combinés au gel entre fin avril et début mai font qu’aujourd’hui, les baisses de rendement inquiètent par endroit. Si dans l’ancienne Aquitaine, seuls les départements de Dordogne et Lot-et-Garonne produisent pas mal de blé face au géant maïs, l’ex-Poitou-Charentes est un habitué de cette céréale. Au total, en nouvelle Aquitaine, 527.000 hectares de blé tendre (3 à 3,5 M tonnes) et 40.000 de blé dur sont cultivés, en plus des 525.000 ha de maïs et 125.000 d’orge. C’est la deuxième région productrice de céréales en France avec 9,5 millions de tonnes, et la quatrième région européenne en terme surface consacrée aux céréales.
En Dordogne et Lot-et-Garonne, comme sur la côte Charentaise où il a moins gelé, on est déjà à -10 % en blé tendre et -20/25 % en blé dur, avec des disparités selon les endroits. « Quand on remonte vers le nord de la région, en Vienne et à la limite du bassin parisien où il y a eu beaucoup plus d’eau, on est déjà sur des baisses de rendement de 20 à 30 % en blé tendre, et 30 à 40 % en blé dur », explique Luc Servant. Au niveau national, les résultats de la moisson de blé, céréale la plus cultivée en France (37M T), annoncent une production à son plus bas niveau depuis au moins 13 ans.
Bonnes récoltes ailleurs en EuropeA cela s’ajoutent des baisses de prix : de 380 € la tonne, le blé dur est aujourd’hui à 220-230 €, et le blé tendre est passé de 180 à 160€ : « les récoltes s’annoncent excellentes en Allemagne et dans le nord de l’Europe, et bonnes autour de la mer Noire, des concurrents directs pour nous, ils vont être très présents sur les marchés », explique le responsable agricole alors que la moitié de la production régionale est généralement exportée, ce qui va engendrer aussi des pertes d’exploitation pour les ports de La Rochelle, Bordeaux et Bayonne.
Baisse de rendement multiplié par baisse des prix = de gros dégâts pour les céréaliers souvent déjà en mauvaise santé économique, et qui souffrent aussi de retard de trésorerie dû en partie aux aides de la Pac 2015 qui n’ont toujours pas été soldées, selon M. Servant.
Le plan d’urgence du gouvernement qui va dans le bon sens, ne rassure toutefois pas la profession, car vu les pertes de chiffres d’affaires à l’hectare, il y aura de gros déficits et des gens dans le rouge.
« Il faut suivre les exploitations, faire le point avec les coopératives, voir la situation économique après les récoltes de l’automne et bien sûr accompagner les exploitations pour refinancer la campagne à venir » malgré les déficits et les dettes, souligne le vice-président de la Chambre d’agriculture.
En attendant, il faut aussi s’occuper des céréales d’été. Si le maïs irrigué paraît bien, le maïs sec et les tournesols semblent, eux, souffrir du manque d’eau actuel....

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : PassionCéréalesAquitaine

Partager sur Facebook
Vu par vous
7410
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !