18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Les députés s'intéressent aux circuits courts : exemple en Dordogne

03/04/2015 | La députée écologiste Brigitte Allain est rapporteure d'une mission parlementaire sur les circuits courts. Jeudi, une visite de terrain a eu lieu en Dordogne.

Les députés Jean Charles Taugourdeau et Brigitte Allain reçus à Eymet dans le cadre de la mission parlementaire sur les circuits courts

Une mission parlementaire sur les circuits courts et la relocalisation des filières agroalimentaires est actuellement menée à l'Assemblée nationale. Elle est présidée par le député UMP Jean-Charles Taugourdeau. La députée écologiste de Dordogne Brigitte Allain en est la rapporteure. Le rapport qui devrait être connu fin juin devra présenter l'état des lieux et les avantages des circuits courts et les freins et les leviers pour relocaliser la production. Jeudi, Jean-Charles Taugourdeau et Brigitte Allain ont visité l'abattoir d'Eymet, un bel exemple d'outil qui répond à des besoins locaux.

"Le rapport de la mission parlementaire sur les circuits courts, présidée par Jean Charles Taugourdeau, doit porter une vision alternative de l'économie sur la capacité des infrastructures locales, existantes ou à organiser pour favoriser la production locale, insiste Brigitte Allain, députée EELV de la Dordogne. Rapporteure de la mission, elle poursuit : "au cours des différentes auditions menées depuis la fin janvier, j'ai pu me rendre compte qu'à chaque fois, qu'on évoque une relocalisation de la production, on se heurte au manque de petits abattoirs locaux."
Jeudi dans le cadre de cette mission, Brigitte Allain et Jean Charles Taugourdeau ont effectué un déplacement en Dordogne marqué par des auditions et une visite de l'entreprise d'insertion "question de culture" à Prigonrieux et à l'abattoir municipal d'Eymet, qui affiche une  vraie rentabilité économique. En 2008, comme beaucoup de structures de ce type, il était menacé de disparition. Ces dernières années, de nombreux abattoirs ont fermé en France par manque de rentabilité économique, en raison de soucis d'agréments sanitaires. Malgré, des fermetures, le Sud Ouest et la Dordogne en particulier restent bien pourvus dans ce domaine. En Dordogne, il en reste cinq en activité : Thiviers qui réalise 19 000 tonnes, celui de la Sobeval à 20 000 tonnes (qui a la double particularité d'être mono produit et d'être intégré à une grosse société), Ribérac, Bergerac qui fait 7000 tonnes et enfin celui d'Eymet qui traite 800 tonnes.  

Un outil nécessaire pour le territoire Le maire d'Eymet, Jérôme Bétaille s'est battu dès 2008 pour la sauvegarde de l'abattoir. "En 2008, le volume traité est tombé à 50 tonnes. Il était menacé de fermeture, aujourd'hui, ce site traite entre 700 et 800 tonnes ( des cochons, des bovins, des agneaux). Et il est économiquement viable." Au cours de ces dernières années, la municipalité a entrepris d'importants travaux de mise en conformité, sur les bâtiments, dans l'équipement des frigos. Cela a représenté un investissement de 300 000 euros. L'environnement de l'abattoir a un bon tissu agricole avec notamment la proximité du Lot et Garonne où deux petits abattoirs, Tonneins et Castillonnes,  ont fermé. Les clients sont pour trois quarts des professionnels (des artisans bouchers, charcutiers, des éleveurs qui commercialisent en direct ) et 20 % de particuliers. ils viennent du nord du Lot et Garonne, de la Gironde et du Bergeracois. Laurent Combeau, éleveur et adjoint témoigne de l'intérêt de cette petite structure : "L'abattoir répond surtout à des besoins de proximité.  Il n'a pas vocation à faire des milliers de tonnes en volumes. Avec un volume de 700 à 800 tonnes, le site est viable, atteindre les 1000 tonnes serait idéal mais pas plus. Je suis éleveur sur la commune  et je commercialise une partie de ma production en vente directe et c'est un atout d'avoir cet outil à proximité. J'économise des frais de transports. La prochaine étape est d'obtenir l'agrément en bio. De plus en plus de producteurs bio frappent à la porte."  Le Lot- et- Garonnais, Gérard Nusse est l'un des deux gérants du site. Il témoigne : "pour les artisans bouchers et charcutiers, cela permet d'avoir une viande de meilleure qualité , car l'animal n'a pas voyagé pendant des kilomètres avant qu'il soit abattu."

D'autres investissementsD'autres investissements sont programmés pour assurer l'avenir et sécuriser l'activité de l'abattoir qui compte 5 emplois. "La commune a acquis le bâtiment situé en face et les parcelles avoisinnantes sont en cours d'acquisition. Car il faut qu'il y ait le moins de nuisance possible par rapport au voisinage. N'oublions pas que nous sommes à 500 mètres de la bastide classée. Parmi les projets, il existe aussi un atelier de découpe," poursuit le maire. A terme, l'abattoir d'Eymet, actuellement municipal, devrait devenir communautaire ou inter communautaire. L'abattoir d'Eymet est un bel exemple de ce qui peut être fait pour favoriser le développement  ou l'émergence d'une production locale. Cet exemple périgourdin n'est qu'un aspect de la mission parlementaire sur les circuits courts qui aborde aussi "l'étiquetage des produits de la région", ou encore la "révision des codes des marchés publics pour l'introduction de produits bio et locaux dans les cantines". 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
1227
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !