aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Les députés s'intéressent aux circuits courts : exemple en Dordogne

03/04/2015 | La députée écologiste Brigitte Allain est rapporteure d'une mission parlementaire sur les circuits courts. Jeudi, une visite de terrain a eu lieu en Dordogne.

Les députés Jean Charles Taugourdeau et Brigitte Allain reçus à Eymet dans le cadre de la mission parlementaire sur les circuits courts

Une mission parlementaire sur les circuits courts et la relocalisation des filières agroalimentaires est actuellement menée à l'Assemblée nationale. Elle est présidée par le député UMP Jean-Charles Taugourdeau. La députée écologiste de Dordogne Brigitte Allain en est la rapporteure. Le rapport qui devrait être connu fin juin devra présenter l'état des lieux et les avantages des circuits courts et les freins et les leviers pour relocaliser la production. Jeudi, Jean-Charles Taugourdeau et Brigitte Allain ont visité l'abattoir d'Eymet, un bel exemple d'outil qui répond à des besoins locaux.

"Le rapport de la mission parlementaire sur les circuits courts, présidée par Jean Charles Taugourdeau, doit porter une vision alternative de l'économie sur la capacité des infrastructures locales, existantes ou à organiser pour favoriser la production locale, insiste Brigitte Allain, députée EELV de la Dordogne. Rapporteure de la mission, elle poursuit : "au cours des différentes auditions menées depuis la fin janvier, j'ai pu me rendre compte qu'à chaque fois, qu'on évoque une relocalisation de la production, on se heurte au manque de petits abattoirs locaux."
Jeudi dans le cadre de cette mission, Brigitte Allain et Jean Charles Taugourdeau ont effectué un déplacement en Dordogne marqué par des auditions et une visite de l'entreprise d'insertion "question de culture" à Prigonrieux et à l'abattoir municipal d'Eymet, qui affiche une  vraie rentabilité économique. En 2008, comme beaucoup de structures de ce type, il était menacé de disparition. Ces dernières années, de nombreux abattoirs ont fermé en France par manque de rentabilité économique, en raison de soucis d'agréments sanitaires. Malgré, des fermetures, le Sud Ouest et la Dordogne en particulier restent bien pourvus dans ce domaine. En Dordogne, il en reste cinq en activité : Thiviers qui réalise 19 000 tonnes, celui de la Sobeval à 20 000 tonnes (qui a la double particularité d'être mono produit et d'être intégré à une grosse société), Ribérac, Bergerac qui fait 7000 tonnes et enfin celui d'Eymet qui traite 800 tonnes.  

Un outil nécessaire pour le territoire Le maire d'Eymet, Jérôme Bétaille s'est battu dès 2008 pour la sauvegarde de l'abattoir. "En 2008, le volume traité est tombé à 50 tonnes. Il était menacé de fermeture, aujourd'hui, ce site traite entre 700 et 800 tonnes ( des cochons, des bovins, des agneaux). Et il est économiquement viable." Au cours de ces dernières années, la municipalité a entrepris d'importants travaux de mise en conformité, sur les bâtiments, dans l'équipement des frigos. Cela a représenté un investissement de 300 000 euros. L'environnement de l'abattoir a un bon tissu agricole avec notamment la proximité du Lot et Garonne où deux petits abattoirs, Tonneins et Castillonnes,  ont fermé. Les clients sont pour trois quarts des professionnels (des artisans bouchers, charcutiers, des éleveurs qui commercialisent en direct ) et 20 % de particuliers. ils viennent du nord du Lot et Garonne, de la Gironde et du Bergeracois. Laurent Combeau, éleveur et adjoint témoigne de l'intérêt de cette petite structure : "L'abattoir répond surtout à des besoins de proximité.  Il n'a pas vocation à faire des milliers de tonnes en volumes. Avec un volume de 700 à 800 tonnes, le site est viable, atteindre les 1000 tonnes serait idéal mais pas plus. Je suis éleveur sur la commune  et je commercialise une partie de ma production en vente directe et c'est un atout d'avoir cet outil à proximité. J'économise des frais de transports. La prochaine étape est d'obtenir l'agrément en bio. De plus en plus de producteurs bio frappent à la porte."  Le Lot- et- Garonnais, Gérard Nusse est l'un des deux gérants du site. Il témoigne : "pour les artisans bouchers et charcutiers, cela permet d'avoir une viande de meilleure qualité , car l'animal n'a pas voyagé pendant des kilomètres avant qu'il soit abattu."

D'autres investissementsD'autres investissements sont programmés pour assurer l'avenir et sécuriser l'activité de l'abattoir qui compte 5 emplois. "La commune a acquis le bâtiment situé en face et les parcelles avoisinnantes sont en cours d'acquisition. Car il faut qu'il y ait le moins de nuisance possible par rapport au voisinage. N'oublions pas que nous sommes à 500 mètres de la bastide classée. Parmi les projets, il existe aussi un atelier de découpe," poursuit le maire. A terme, l'abattoir d'Eymet, actuellement municipal, devrait devenir communautaire ou inter communautaire. L'abattoir d'Eymet est un bel exemple de ce qui peut être fait pour favoriser le développement  ou l'émergence d'une production locale. Cet exemple périgourdin n'est qu'un aspect de la mission parlementaire sur les circuits courts qui aborde aussi "l'étiquetage des produits de la région", ou encore la "révision des codes des marchés publics pour l'introduction de produits bio et locaux dans les cantines". 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
660
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !